Un avis de décès à postériori vous intéresserait-il ? Bien évidemment, sinon, vous ne seriez pas là à lire cette chronique, puisque telle est la thématique du jour. Et autant avouer que nos amis espagnols d’Xtreem Music n’y sont pas allé avec le dos de la cuillère en fouillant l’underground d’hier, mais plutôt à la pioche bien rouillée, puisqu’ils ont exhumé des bandes enterrées depuis l’orée des nineties. Ils ont même dû aller pelleter au fin fond d’une foret finlandaise, pour ressortir le cadavre desséché d’un des plus anciens et obscurs représentants Death local, en l’occurrence le concept CARNIFEX, que seuls les initiés et les acharnés du tape-trading doivent connaître, au moins de nom. Il faut dire qu’entre 1990 et 1994, les groupes évoluant dans le créneau ne manquaient pas, et que tout le monde se lançait dans la profanation de sépultures, histoire de renifler les effluves les plus putrides de l’extrême. Le monde à l’époque était séparé en deux factions, les admirateurs des racines floridiennes, et les maniaques du dégel scandinave, avec d’un côté les fondus de MORBID ANGEL, DEATH, CANNIBAL CORPSE, et de l’autre, les obsédés d’ENTOMBED, GRAVE, UNLEASHED et autres joyeux drilles en costard de croque-mort. Mais entre ces références gravitaient une myriade de combos au rayonnement beaucoup plus limité, qui s’étaient engouffrés dans la brèche sans trop se poser de question. D’ailleurs, les finlandais qui nous préoccupent aujourd’hui évoluaient à l’origine dans la mouvance Thrash via leur ensemble D.B.M, dans lequel ils partageaient des vues sur la violence instrumentale depuis 1986. M. Liulia (guitare), R. Hämäläinen (basse)

et A. Wennström (guitare) décidèrent donc de radicaliser leur son, et débauchèrent K. Perkkiö des thrasheurs locaux de SARCATIC, avant de trouver le bon cogneur en la présence de Pentele. Est-ce pour autant que l’histoire a retenu leurs noms ? Pas vraiment, et ce pour plusieurs raisons…

D’abord, parce que les apprentis deathstars n’ont jamais trouvé contrat discographique à honorer. Ils ont donc fait ce qu’ils ont pu, c'est-à-dire comme les copains, enregistrer des démos, dont la plus connue (relativement il faut dire) fut la première, cette fameuse Decadence qui trouva illustrateur en la personne du fameux Chris Moyen, rencontré par l’entremise d’A. Wennström, qui à l’époque faisait quelques piges de basse pour BEHERIT et BLACK CRUCIFIXION. Mais le quintette finlandais s’obstina quand même, trouvant l’underground à son goût, et enchaîna avec un split en compagnie des FESTERDAY, avec lesquels ils partagèrent fut un temps le même batteur. Demo III termina donc la saga des CARNIFEX en 1993, en guise de carte de visite pour démarcher les maisons de disques, et qui finalement, ne leur permis pas de décrocher le fameux sésame. C’est donc fort dépités que les pauvres rendirent les armes et jetèrent l’éponge en 1994, certainement loin de se douter que vingt ans plus tard un label espagnol allait rééditer leurs exactions en format CD, eux qui coururent pendant des années après ce Saint Graal qu’ils n’obtinrent jamais. Et c’est fort dommage, car au vu de la production pléthorique de l’époque, leur Death à tendance technique et Grind à la fois aurait parfaitement eu sa place, et eut remplacé avec panache quelques références beaucoup moins culottées. Pathological Rite tombe donc à pic pour découvrir ce groupe qui avait les armes pour séduire les fans de Death les plus pointus, ceux qu’une simple attaque sonique ne suffisait pas à convaincre, et qui attendaient plus qu’une vulgaire succession de sévices instrumentaux pour prendre leur pied avec leurs oreilles.

A cheval entre la technique affutée des MORBID ANGEL, la froideur assumée des UNLEASHED et autres WINTER, et la furie débridée des ENTOMBED lors de leurs passages les moins contrôlés, CARNIFEX se présentait comme une alternative plausible aux CARNAGE et autres SUFFOCATION, tout en gardant une identité forte à la croisée des genres. Aussi Death qu’un grognement de Chris Barnes ou qu’un riff de Trevor Peres, les finlandais n’en pratiquaient pas moins une sorte de métissage, tout du moins une alternance, qui leur permettait de trouver un juste équilibre entre ambitions instrumentales et efficacité brutale. Et cette compilation arrive à point nommé pour les réhabiliter, non pour l’honneur ou pour l’histoire, mais pour les amateurs d’une musique d’époque, bénéficiant d’un lifting assez prononcé. Sans dénaturer la qualité putride d’origine, le nouveau mixage permet de gommer les imperfections et de niveler les fréquences, ce qui permet d’apprécier ces treize morceaux à plein volume. On y découvre alors pas mal de finesse, et surtout, des musiciens très au fait des recettes les plus probantes, qui n’en tombaient pas pour autant dans le fast-food extrême. Pas mal de recherche, des constructions souvent alambiquées, mais une probité assez précoce, puisque dès les premiers morceaux, l’ambiance et plantée. Il est toutefois intéressant de pouvoir noter la progression sur les trois enregistrements officiels, qui rapprochait d’ailleurs quelque peu les finlandais d’un son subtilement Black à la DISSECTION (« Why », parce que), voire d’un DEATH de l’époque bénie d’Individual, dans un registre évidemment beaucoup moins léché (« Salvation = Suffocation »). Un sacré paquet de riffs, une rythmique mouvante et évolutive, un chant grave mais intelligible et stimulant, soit une optique complète et satisfaisante, pour une jolie démonstration de Death à plusieurs facettes, loin de se contenter de racler les fonds d’égouts.

Nous avons même droit en cadeau bonus à un petit plus beaucoup plus roots, en l’occurrence un morceau capté pendant une répétition de 1993, « Fresh Flesh », au son beaucoup plus approximatif, mais qui nous permet d’apprécier le groupe dans son jus d’époque. Cette compilation du label ibère Xtreem Music vaut donc largement le détour, ne serait-ce que pour relire pendant trois-quarts d’heure un petit bout de légende, sans avoir à exhumer les restes épars d’un corps musical pourri parsemé sur la toile. Mais même en termes de probité musicale, Pathological Rite vaut largement le détour, plus en tout cas que bon nombre de combos pseudo vintage qui tentent désespérément de se raccrocher à la branche du pendu depuis quelques années. 


Titres de l'album:        

1. Intro
2. Pathological Rite
3. Disturbed One
4. Purify Thy Souls
5. Necrophobia
6. Aberration Into My Subconscious
Split Demo '91 (with Festerday) 
7. Left Behind
8. Release From Slavery
Demo III [Demo '93]
9. Why?
10. Salvation = Suffocation
11. Resurrection
12. Spiritual Void
Rehearsal Recording [1993]
13. Fresh Flesh         

Facebook officiel                     

                       

par mortne2001 le 08/05/2018 à 18:42
85 %    167

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je ne vais pas paraphraser mes camarades du dessus mais j'en pense tout autant.


Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)