Point Blank Termination

Infiltration

23/05/2020

Autoproduction

Des nouvelles du front de l’est avec la sortie du premier album des russes d’INFILTRATION, groupe prometteur né en 2017. Composé de musiciens bien connus de la scène extrême locale et ayant fait partie d’ensembles comme FREE AT LAST, HELLBOMB, CHAMBER OF TORTURE, KATALEPSY et ABNORMAL, INFILTRATION est en quelque sorte la nouvelle arme fatale Death de St Petersburg, et nous livre avec Point Blank Termination une exécution propre et en règle, avec le canon du flingue posé sur la tempe et la violence prête à entrer de force dans la boîte crânienne. Fort de premières parties nombreuses, variées et violentes (CANNIBAL CORPSE, CARCASS, SUFFOCATION, BROKEN HOPE, DESTROYER 666, NECROPHOBIC, NAPALM DEATH, DECAPITATED), le quatuor (Andrey Kozlov - basse, Alexey Semyonov - batterie, Evgeny Hök - guitare et Pavel Vakhlakov - chant) affiche une belle confiance au moment de proposer son premier LP autoproduit, et à l’écoute de l’album en question, on comprend que les musiciens envisagent l’avenir avec le sourire d’un sadique prêt à tronçonner sa prochaine victime. Purs produits de l’école Death 90’s et 2K, ces instrumentistes au plan carré et à l’attaque soudée se livrent donc au gré de huit morceaux aussi furieux que catchy, et nous donnent une leçon de synthétisme brutal ne supportant pas la critique. Doté d’un son à réveiller les morts pas encore dans l’au-delà, Point Blank Termination n’est qu’un concentré de violence intelligente, qui comme la tradition l’exige enchaîne des plans ultrarapides à des breaks groovy ou médium, et l’ensemble dégage une énergie indéniable qui rappelle bien des cadors du genre. Nous avons un bon aperçu des capacités de la horde avec « Missing in Bodycount », qui compte les morts laissés à terre avec une exhaustivité incroyable. Tout y passe, les blasts supersoniques, la voix caverneuse, les riffs qui s’empilent comme des cadavres après la bataille, les soli dissonants, et évidemment la vitesse de croisière qui ose des inserts en mid-tempo très catchy.

Classique dans le fond et la forme, ce combo russe ne se laisse pas démonter par son propre formalisme, et joue la carte du respect des aînés à outrance. Se réclamant d’influences évidentes (NAPALM DEATH, SIX FEET UNDER, BOLT THROWER, SUFFOCATION, DEATH, DECAPITATED, OBITUARY, NILE, TERRORIZER, CANNIBAL CORPSE, MORBID ANGEL), INFILTRATION en propose donc un survol, un survol pour le moins agité, mais piloté avec la précision des futurs grands. Certes, rien d’original à débusquer dans leur musique, mais avec des intros courtes et bien senties (le coup de fusil de « Sniper's Creed » qui précède une boucherie rythmique sans nom), un enthousiasme ne se démentant jamais, et des capacités individuelles notables, le groupe remporte haut la main le titre de combo nostalgique et surpuissant du mois, en soignant ses compositions, et en ne les laissant jamais traîner au-delà du raisonnable. Un seul morceau dépassant les cinq minutes, pour de petits concentrés de bestialité chirurgicale, comme une frappe de missile à des kilomètres ne dégageant que le terrain voulu. Véritable champ de mines, ce premier album est un tir de barrage ininterrompu, qui alterne les figures imposées avec flair et panache, et qui nous assène régulièrement des blessures profondes.

On apprécie ce son si roots, cette guitare vicieuse qui se prend pour un fusil mitrailleur embusqué dans le décor, et cette batterie qui pilonne tout ce qui bouge sans interruption. L’intensité dégagée par l’osmose entre les musiciens est remarquable, et fait vite oublier le côté facile de l’opération, qui reprend peu ou prou les méthodes d’attaque des grands envahisseurs. Mais l’opposition finaude entre un titre à ambiance de la trempe de « Collateral Damage », et son atmosphère inquiétante de soldat perdu sur les lignes ennemies et cherchant une porte de sortie et un carnage immédiat comme « Rapid Bloodshed », qui canarde comme un furieux ne comptant pas les douilles tombées à terre, l’effet produit est impeccable, et évoque en effet une guerre sans merci menée contre les fans d’un Death trop progressif ou édulcoré. On connaît évidemment les tenants et aboutissants d’une telle opération, et l’album donne parfois le sentiment d’avoir déjà été écouté avant sa parution, mais on jubile de cette brutalité outrancière qui repousse les limites de la copie/carbone sur les terres de l’hommage. C’est bien sous cet angle qu’il faut appréhender Point Blank Termination, qui ose des inserts Ambient pour faire monter la tension (« Missiles over the Minefields »), avant de nous asséner le coup de grâce via l’entame sans pitié de « Radiation Storm ». On sent le mélange de l’école CANNIBAL CORPSE/MORBID ANGEL/SUFFOCATION, le calibrage des plans pour que rien ne dépasse, et ce langage codé qui s’adresse aux plus anciens des fans, regrettant la franchise des premières années de bestialité. Rien à jeter dans ces trente minutes d’agression non-stop, et la révélation d’une nouvelle faction russe qui risque de faire beaucoup de dégâts en Europe. Du beau boulot, cruel comme il faut, et juste assez aguicheur pour ne pas montrer son vrai visage en quelques secondes fatales pour le timing de surprise.         

                                              

Titres de l’album :

                     01. Plunged into Decimation

                     02. Missing in Bodycount

                     03. Sniper's Creed

                     04. Collateral Damage

                     05. Rapid Bloodshed

                     06. Missiles over the Minefields

                     07. Radiation Storm

                     08. Absolute Brutality of Terror

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/07/2022 à 14:09
78 %    427

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Plus vraiment fan du Hellfest depuis longtemps, mais avoir Julie CHRISTMAS à l'affiche c'est royal. D'autant qu'en face c'est Metallica, donc tout les boubourses seront absent.Elle est quand meme à l'origine avec Josh Graham d'une(...)

21/06/2024, 08:55

Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01