Rejoice In The Suffering

Todd La Torre

05/02/2021

Rat Pak Records

En huit ans et trois albums, Todd La Torrre a su faire oublier qu’un jour, le chanteur de QUEENRYCHE s’appelait encore Geoff Tate. Il a dû affronter une situation difficile et une séparation pour le moins chaotique, mais il a réussi à s’imposer comme le vocaliste 2.0 de ce groupe unique, alors que Tate s’enfonçait progressivement dans le grotesque et le remâché le moins pardonnable. Il n’y a pourtant rien de plus difficile dans la musique que de se glisser dans les cordes vocales d’un hurleur de légende, et ce ne sont ni Blaze Bailey ni Tim Owens qui vont me contredire. Mais sa voix passe crème sur les trois derniers albums studio du groupe (Queensrÿche, Condition Hüman et The Verdict), à tel point que l’homme a pris confiance, suffisamment pour oser se lancer sous son propre nom. Certes, les risques sont mesurés au jugé de son talent inimitable d’homme capable de chanter tout mais pas n’importe quoi, mais un album solo est toujours un sacré défi à relever, et là encore, ce ne sont ni Bruce Dickinson, ni Rob Halford qui vont me contredire. Les fans ont rarement envie de voir leurs héros dans un autre costume que celui que leur groupe officiel leur a taillé, et c’est sans doute pour cette raison que Todd ne s’est pas trop éloigné de son style usuel. Et soutenu par la grosse structure US Rat Pak Records, Todd nous présente donc le fruit de ses réflexions en solitaire, avec une poignée de titres que le QUEENSRYCHE moderne aurait pu chanter en durcissant légèrement le ton.

En s’appuyant sur les solides épaules de musiciens rodés à l’exercice, Todd a fait le bon choix, et nous retrouvons le fantastique chanteur entouré de Craig Blackwell, virtuose floridien, et Zeuss (HATEBREED, CROWBAR, OVERKILL, HEATHEN) à la production, au mixage et au mastering. En résulte un album fort en gueule, fort en son, mais capable de nuances intéressantes mettant admirablement bien en valeur les capacités infinies de ce chanteur au timbre unique, mais très proche de celui de Tate.

Fans du QUEENSRYCHE le plus récent, jetez-vous évidemment sur cet album qui aurait pu être gravé par votre groupe préféré. Fans de Todd, ne manquez surtout pas sa performance hors norme, pleine de délicatesse parfois, mais surtout vouée aux gémonies d’un Metal tirant sur le Power le plus puissant. Entre un CRIMSON GLORY méchamment énervé et un NEVERMORE classique, Rejoice In The Suffering joue avec les frontières séparant le Metal moderne de son pendant le plus traditionnel des années 80, et un morceau comme « Crossroads to Insanity » aurait très bien pu figurer sur le chef d’œuvre Operation Mindcrime, tout comme sur le séminal Transcendance des GLORY. A quatre mains, Todd et Craig ont accompli un travail de titan pour que ce premier album fasse honneur à la discographie de La Torre, et si le premier s’est chargé du chant, de la batterie et de la production, le second a assumé la guitare, la basse, les claviers et l’autre partie de la production. Plus que d’album solo, il convient donc de parler d’album en duo, et la complicité entre les deux hommes est palpable. Tout au plus pourrons nous regretter le côté parfois un peu générique du son, qui uniformisé par Zeuss ne permet pas toujours au LP de se distinguer de la masse des sorties actuelles, spécialement lorsque la tension monte d’un cran.

Aux côtés des deux hommes, nous retrouvons un ou deux invités de marque, Jordan Ziff  venu poser un solo sur « Rejoice in the Suffering » et Al Nunn enchanté de s’occuper des claviers sur « One by One », mais il est évident que ce Rejoice In The Suffering est l’œuvre de deux hommes se connaissant et se complétant à merveille. Et dès l‘entame  « Dogmata », tout est dit et avec beaucoup d’emphase, le Heavy sera roi, et méchamment adroit. Sur un tempo échevelé à la PRIEST, le duo se rapproche des épisodes les plus flamboyants du Heavy Metal américain des années 80/90, citant RIOT, NEVERMORE, pour se caler sur une ligne de conduite virile, mais mélodique, à la lisière d’un Thrash à la SANCTUARY boosté de FIGHT. Le chant de Todd, versatile comme d’habitude n’a rien perdu de sa superbe, et s’exprime dans un autre contexte que celui plus figé de QUEENSRYCHE, ce qui permet à Todd de se laisser aller à des harangues très agressives et de prouver qu’il aurait largement sa place dans un combo pur Thrash.

Jouer viril c’est bien, insister sur la puissance aussi, enchaîner avec un morceau aussi fort que « Pretenders » également, mais ce qui fait la richesse d’un album, c’est aussi la variété, et le duo l’a bien compris. Après quelques salves viriles, Todd emprunte des chemins de traverse pour moduler ses infections, et ose le groove, le déhanché et les syncopes à l’occasion du terriblement catchy « Hellbound and Down », avant de revenir sur la berge d’un Metal mordant et torride via « Critical Cynic ». Conscient des enjeux, mais acceptant aussi le côté « parenthèse » de cet album, Todd joue donc entre la gravité et l’humilité pour ne pas décevoir ses fans, et s’éloigne quand il faut de ses racines habituelles. Mais nous le retrouvons à son meilleur niveau dramatique sur le dernier titre « Apology », qui lui non plus n’aurait pas dépareillé sur un album récent du RYCHE.   

Tout y passe, tout ce qui fait l’univers du chanteur, les déroulés lyriques mais pudiques sur le superbe « Vexed », les accélérations puissantes et l’humeur massacrante sur l’overspeedé « Vanguards of the Dawn Wall », à même de faire passer OVERKILL et DESTRUCTION pour de vulgaires boniches Hard Rock (et qui renvoie facilement le dernier HEATHEN dans les cordes), et nous ressortons de l’écoute de ce premier album solo avec un arrière-gout de confirmation absolue dans les tympans. Non seulement, Todd est un formidable chanteur, comme on en rencontre un sur mille, mais en plus, l‘homme a du goût et sait se débrouiller seul. C’est ce qu’il faut retenir d’un album concis et solide de bout en bout, qui renvoie la concurrence dans les cordes, et qui joue avec les codes sans tomber dans les clichés de la complaisance.        

    

A noter que l’album est disponible en plusieurs versions et que l’une d’entre elles propose trois morceaux bonus. Ces titres sont peut-être d’une qualité moindre, mais méritent quand même l’attention, même s’ils n’ont pas la superbe des dix morceaux officiels.

Todd est donc un homme heureux et comblé, avec QUEENSRYCHE ou sans et Rejoice In The Suffering est tout sauf une douleur pour l’auditeur. Plutôt une superbe démonstration de Metal traditionnel traduit dans un langage plus contemporain. 

 

                                                

Titres de l’album:

01. Dogmata

02. Pretenders

03. Hellbound and Down

04. Darkened Majesty

05. Crossroads to Insanity

06. Critical Cynic

07. Rejoice in the Suffering

08. Vexed

09. Vanguards of the Dawn Wall

10. Apology


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/02/2021 à 17:25
88 %    52

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10