Rejoice In The Suffering

Todd La Torre

05/02/2021

Rat Pak Records

En huit ans et trois albums, Todd La Torrre a su faire oublier qu’un jour, le chanteur de QUEENRYCHE s’appelait encore Geoff Tate. Il a dû affronter une situation difficile et une séparation pour le moins chaotique, mais il a réussi à s’imposer comme le vocaliste 2.0 de ce groupe unique, alors que Tate s’enfonçait progressivement dans le grotesque et le remâché le moins pardonnable. Il n’y a pourtant rien de plus difficile dans la musique que de se glisser dans les cordes vocales d’un hurleur de légende, et ce ne sont ni Blaze Bailey ni Tim Owens qui vont me contredire. Mais sa voix passe crème sur les trois derniers albums studio du groupe (Queensrÿche, Condition Hüman et The Verdict), à tel point que l’homme a pris confiance, suffisamment pour oser se lancer sous son propre nom. Certes, les risques sont mesurés au jugé de son talent inimitable d’homme capable de chanter tout mais pas n’importe quoi, mais un album solo est toujours un sacré défi à relever, et là encore, ce ne sont ni Bruce Dickinson, ni Rob Halford qui vont me contredire. Les fans ont rarement envie de voir leurs héros dans un autre costume que celui que leur groupe officiel leur a taillé, et c’est sans doute pour cette raison que Todd ne s’est pas trop éloigné de son style usuel. Et soutenu par la grosse structure US Rat Pak Records, Todd nous présente donc le fruit de ses réflexions en solitaire, avec une poignée de titres que le QUEENSRYCHE moderne aurait pu chanter en durcissant légèrement le ton.

En s’appuyant sur les solides épaules de musiciens rodés à l’exercice, Todd a fait le bon choix, et nous retrouvons le fantastique chanteur entouré de Craig Blackwell, virtuose floridien, et Zeuss (HATEBREED, CROWBAR, OVERKILL, HEATHEN) à la production, au mixage et au mastering. En résulte un album fort en gueule, fort en son, mais capable de nuances intéressantes mettant admirablement bien en valeur les capacités infinies de ce chanteur au timbre unique, mais très proche de celui de Tate.

Fans du QUEENSRYCHE le plus récent, jetez-vous évidemment sur cet album qui aurait pu être gravé par votre groupe préféré. Fans de Todd, ne manquez surtout pas sa performance hors norme, pleine de délicatesse parfois, mais surtout vouée aux gémonies d’un Metal tirant sur le Power le plus puissant. Entre un CRIMSON GLORY méchamment énervé et un NEVERMORE classique, Rejoice In The Suffering joue avec les frontières séparant le Metal moderne de son pendant le plus traditionnel des années 80, et un morceau comme « Crossroads to Insanity » aurait très bien pu figurer sur le chef d’œuvre Operation Mindcrime, tout comme sur le séminal Transcendance des GLORY. A quatre mains, Todd et Craig ont accompli un travail de titan pour que ce premier album fasse honneur à la discographie de La Torre, et si le premier s’est chargé du chant, de la batterie et de la production, le second a assumé la guitare, la basse, les claviers et l’autre partie de la production. Plus que d’album solo, il convient donc de parler d’album en duo, et la complicité entre les deux hommes est palpable. Tout au plus pourrons nous regretter le côté parfois un peu générique du son, qui uniformisé par Zeuss ne permet pas toujours au LP de se distinguer de la masse des sorties actuelles, spécialement lorsque la tension monte d’un cran.

Aux côtés des deux hommes, nous retrouvons un ou deux invités de marque, Jordan Ziff  venu poser un solo sur « Rejoice in the Suffering » et Al Nunn enchanté de s’occuper des claviers sur « One by One », mais il est évident que ce Rejoice In The Suffering est l’œuvre de deux hommes se connaissant et se complétant à merveille. Et dès l‘entame  « Dogmata », tout est dit et avec beaucoup d’emphase, le Heavy sera roi, et méchamment adroit. Sur un tempo échevelé à la PRIEST, le duo se rapproche des épisodes les plus flamboyants du Heavy Metal américain des années 80/90, citant RIOT, NEVERMORE, pour se caler sur une ligne de conduite virile, mais mélodique, à la lisière d’un Thrash à la SANCTUARY boosté de FIGHT. Le chant de Todd, versatile comme d’habitude n’a rien perdu de sa superbe, et s’exprime dans un autre contexte que celui plus figé de QUEENSRYCHE, ce qui permet à Todd de se laisser aller à des harangues très agressives et de prouver qu’il aurait largement sa place dans un combo pur Thrash.

Jouer viril c’est bien, insister sur la puissance aussi, enchaîner avec un morceau aussi fort que « Pretenders » également, mais ce qui fait la richesse d’un album, c’est aussi la variété, et le duo l’a bien compris. Après quelques salves viriles, Todd emprunte des chemins de traverse pour moduler ses infections, et ose le groove, le déhanché et les syncopes à l’occasion du terriblement catchy « Hellbound and Down », avant de revenir sur la berge d’un Metal mordant et torride via « Critical Cynic ». Conscient des enjeux, mais acceptant aussi le côté « parenthèse » de cet album, Todd joue donc entre la gravité et l’humilité pour ne pas décevoir ses fans, et s’éloigne quand il faut de ses racines habituelles. Mais nous le retrouvons à son meilleur niveau dramatique sur le dernier titre « Apology », qui lui non plus n’aurait pas dépareillé sur un album récent du RYCHE.   

Tout y passe, tout ce qui fait l’univers du chanteur, les déroulés lyriques mais pudiques sur le superbe « Vexed », les accélérations puissantes et l’humeur massacrante sur l’overspeedé « Vanguards of the Dawn Wall », à même de faire passer OVERKILL et DESTRUCTION pour de vulgaires boniches Hard Rock (et qui renvoie facilement le dernier HEATHEN dans les cordes), et nous ressortons de l’écoute de ce premier album solo avec un arrière-gout de confirmation absolue dans les tympans. Non seulement, Todd est un formidable chanteur, comme on en rencontre un sur mille, mais en plus, l‘homme a du goût et sait se débrouiller seul. C’est ce qu’il faut retenir d’un album concis et solide de bout en bout, qui renvoie la concurrence dans les cordes, et qui joue avec les codes sans tomber dans les clichés de la complaisance.        

    

A noter que l’album est disponible en plusieurs versions et que l’une d’entre elles propose trois morceaux bonus. Ces titres sont peut-être d’une qualité moindre, mais méritent quand même l’attention, même s’ils n’ont pas la superbe des dix morceaux officiels.

Todd est donc un homme heureux et comblé, avec QUEENSRYCHE ou sans et Rejoice In The Suffering est tout sauf une douleur pour l’auditeur. Plutôt une superbe démonstration de Metal traditionnel traduit dans un langage plus contemporain. 

 

                                                

Titres de l’album:

01. Dogmata

02. Pretenders

03. Hellbound and Down

04. Darkened Majesty

05. Crossroads to Insanity

06. Critical Cynic

07. Rejoice in the Suffering

08. Vexed

09. Vanguards of the Dawn Wall

10. Apology


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/02/2021 à 17:25
88 %    267

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39