Rejoice In The Suffering

Todd La Torre

05/02/2021

Rat Pak Records

En huit ans et trois albums, Todd La Torrre a su faire oublier qu’un jour, le chanteur de QUEENRYCHE s’appelait encore Geoff Tate. Il a dû affronter une situation difficile et une séparation pour le moins chaotique, mais il a réussi à s’imposer comme le vocaliste 2.0 de ce groupe unique, alors que Tate s’enfonçait progressivement dans le grotesque et le remâché le moins pardonnable. Il n’y a pourtant rien de plus difficile dans la musique que de se glisser dans les cordes vocales d’un hurleur de légende, et ce ne sont ni Blaze Bailey ni Tim Owens qui vont me contredire. Mais sa voix passe crème sur les trois derniers albums studio du groupe (Queensrÿche, Condition Hüman et The Verdict), à tel point que l’homme a pris confiance, suffisamment pour oser se lancer sous son propre nom. Certes, les risques sont mesurés au jugé de son talent inimitable d’homme capable de chanter tout mais pas n’importe quoi, mais un album solo est toujours un sacré défi à relever, et là encore, ce ne sont ni Bruce Dickinson, ni Rob Halford qui vont me contredire. Les fans ont rarement envie de voir leurs héros dans un autre costume que celui que leur groupe officiel leur a taillé, et c’est sans doute pour cette raison que Todd ne s’est pas trop éloigné de son style usuel. Et soutenu par la grosse structure US Rat Pak Records, Todd nous présente donc le fruit de ses réflexions en solitaire, avec une poignée de titres que le QUEENSRYCHE moderne aurait pu chanter en durcissant légèrement le ton.

En s’appuyant sur les solides épaules de musiciens rodés à l’exercice, Todd a fait le bon choix, et nous retrouvons le fantastique chanteur entouré de Craig Blackwell, virtuose floridien, et Zeuss (HATEBREED, CROWBAR, OVERKILL, HEATHEN) à la production, au mixage et au mastering. En résulte un album fort en gueule, fort en son, mais capable de nuances intéressantes mettant admirablement bien en valeur les capacités infinies de ce chanteur au timbre unique, mais très proche de celui de Tate.

Fans du QUEENSRYCHE le plus récent, jetez-vous évidemment sur cet album qui aurait pu être gravé par votre groupe préféré. Fans de Todd, ne manquez surtout pas sa performance hors norme, pleine de délicatesse parfois, mais surtout vouée aux gémonies d’un Metal tirant sur le Power le plus puissant. Entre un CRIMSON GLORY méchamment énervé et un NEVERMORE classique, Rejoice In The Suffering joue avec les frontières séparant le Metal moderne de son pendant le plus traditionnel des années 80, et un morceau comme « Crossroads to Insanity » aurait très bien pu figurer sur le chef d’œuvre Operation Mindcrime, tout comme sur le séminal Transcendance des GLORY. A quatre mains, Todd et Craig ont accompli un travail de titan pour que ce premier album fasse honneur à la discographie de La Torre, et si le premier s’est chargé du chant, de la batterie et de la production, le second a assumé la guitare, la basse, les claviers et l’autre partie de la production. Plus que d’album solo, il convient donc de parler d’album en duo, et la complicité entre les deux hommes est palpable. Tout au plus pourrons nous regretter le côté parfois un peu générique du son, qui uniformisé par Zeuss ne permet pas toujours au LP de se distinguer de la masse des sorties actuelles, spécialement lorsque la tension monte d’un cran.

Aux côtés des deux hommes, nous retrouvons un ou deux invités de marque, Jordan Ziff  venu poser un solo sur « Rejoice in the Suffering » et Al Nunn enchanté de s’occuper des claviers sur « One by One », mais il est évident que ce Rejoice In The Suffering est l’œuvre de deux hommes se connaissant et se complétant à merveille. Et dès l‘entame  « Dogmata », tout est dit et avec beaucoup d’emphase, le Heavy sera roi, et méchamment adroit. Sur un tempo échevelé à la PRIEST, le duo se rapproche des épisodes les plus flamboyants du Heavy Metal américain des années 80/90, citant RIOT, NEVERMORE, pour se caler sur une ligne de conduite virile, mais mélodique, à la lisière d’un Thrash à la SANCTUARY boosté de FIGHT. Le chant de Todd, versatile comme d’habitude n’a rien perdu de sa superbe, et s’exprime dans un autre contexte que celui plus figé de QUEENSRYCHE, ce qui permet à Todd de se laisser aller à des harangues très agressives et de prouver qu’il aurait largement sa place dans un combo pur Thrash.

Jouer viril c’est bien, insister sur la puissance aussi, enchaîner avec un morceau aussi fort que « Pretenders » également, mais ce qui fait la richesse d’un album, c’est aussi la variété, et le duo l’a bien compris. Après quelques salves viriles, Todd emprunte des chemins de traverse pour moduler ses infections, et ose le groove, le déhanché et les syncopes à l’occasion du terriblement catchy « Hellbound and Down », avant de revenir sur la berge d’un Metal mordant et torride via « Critical Cynic ». Conscient des enjeux, mais acceptant aussi le côté « parenthèse » de cet album, Todd joue donc entre la gravité et l’humilité pour ne pas décevoir ses fans, et s’éloigne quand il faut de ses racines habituelles. Mais nous le retrouvons à son meilleur niveau dramatique sur le dernier titre « Apology », qui lui non plus n’aurait pas dépareillé sur un album récent du RYCHE.   

Tout y passe, tout ce qui fait l’univers du chanteur, les déroulés lyriques mais pudiques sur le superbe « Vexed », les accélérations puissantes et l’humeur massacrante sur l’overspeedé « Vanguards of the Dawn Wall », à même de faire passer OVERKILL et DESTRUCTION pour de vulgaires boniches Hard Rock (et qui renvoie facilement le dernier HEATHEN dans les cordes), et nous ressortons de l’écoute de ce premier album solo avec un arrière-gout de confirmation absolue dans les tympans. Non seulement, Todd est un formidable chanteur, comme on en rencontre un sur mille, mais en plus, l‘homme a du goût et sait se débrouiller seul. C’est ce qu’il faut retenir d’un album concis et solide de bout en bout, qui renvoie la concurrence dans les cordes, et qui joue avec les codes sans tomber dans les clichés de la complaisance.        

    

A noter que l’album est disponible en plusieurs versions et que l’une d’entre elles propose trois morceaux bonus. Ces titres sont peut-être d’une qualité moindre, mais méritent quand même l’attention, même s’ils n’ont pas la superbe des dix morceaux officiels.

Todd est donc un homme heureux et comblé, avec QUEENSRYCHE ou sans et Rejoice In The Suffering est tout sauf une douleur pour l’auditeur. Plutôt une superbe démonstration de Metal traditionnel traduit dans un langage plus contemporain. 

 

                                                

Titres de l’album:

01. Dogmata

02. Pretenders

03. Hellbound and Down

04. Darkened Majesty

05. Crossroads to Insanity

06. Critical Cynic

07. Rejoice in the Suffering

08. Vexed

09. Vanguards of the Dawn Wall

10. Apology


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/02/2021 à 17:25
88 %    200

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Black Bomb A + Leng Tch'e + Catalyst 11/12 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Noté pour le 10 décembre et ce premier extrait en écoute ! 

03/12/2021, 14:12

Humungus

J'allais le dire !

03/12/2021, 11:53

Simony

Très bon ce titre... une démo qui promet !

03/12/2021, 09:05

Humungus

Merci Damien.Y'a déjà des noms de groupes prévus ?

03/12/2021, 06:18

Humungus

"On retrouve à la guitare chez CRYSTAL THRONE le Youtubeur français Max Yme"Mon dieu comme cela donne déjà envie... ... ...

02/12/2021, 22:05

Gerggg

Tour à fait d’accord avec grinder92, ras le cul des pisses froid qui pleurent tout le tempset sinon pour les groupes qui se réinventent on peut peut être citer death les Beatles et the Curej’en mets même un 4ème pour énerver les ra(...)

02/12/2021, 17:40

Jus de cadavre

"Malheureusement, il semblerait que le public soit déjà retombé dans ses mauvaises habitudes d'avant COVID, se plaindre sur les réseaux mais manquer de continuité et de logique dans ses actes ! On ne vous le dira jamais assez, si vous ne vous bougez pa(...)

02/12/2021, 15:29

Arioch91

J'adore MaxYme et sa chaîne YouTube.Il égratigne les groupes et musiciens sans vergogne mais avec beaucoup de mauvaise foi.Rien que de lire les commentaires des pisses froid qui prennent tout au 1er degré me fait hurler de rire.En revanche, Crystal Th(...)

02/12/2021, 14:41

Damien

prochaine date le dimanche 20 mars 2022 ;-)

02/12/2021, 14:09

grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11