Years in Black

Black Tusk

06/11/2020

Autoproduction

Les fêtes approchent, le temps des cadeaux aussi, même si cette satanée année 2020 ne donne qu’une envie : la voir trépasser le plus vite possible. Les groupes, réduits à proposer des « live à la maison » accumulent le matériel, enregistrent ce qui leur passe par la tête, et certains se la creusent même pour donner à leurs fans de quoi se réjouir en ces temps troublés. C’est exactement la démarché adoptée par les lourds américains de BLACK TUSK, qui un mois avant la Noël proposent à leur fanbase un joli paquet, sous la forme d’un album de raretés et de B-sides que l’on peut télécharger en NYP sur leur Bandcamp. Soulignons cette délicate attention, d’autant plus que l’album en question ne joue pas les rapiats, et propose pas moins de quarante-six minutes de musique pour quatorze morceaux. Alors, il est certain que les fans connaîtront déjà plus ou moins le répertoire joué, mais en exhumant ces morceaux qui n’ont pas eu l’honneur d’intégrer la discographie officielle, les originaires de Savannah en Georgie nous permettent d’affronter cette journée grise du bon pied avec une musique n’étant pas moins grise, mais à même de nous permettre d’affronter la réalité avec plus de courage et d’entrain. Entrain n’est pas vraiment le mot idoine pour définir la musique de ces quatre-là (James May - batterie/chant, Andrew Fidler - guitare/chant, Corey Barhorst - basse/chant et Chris Adams - guitare), d’autant plus qu’ils en formalisent la définition par eux-mêmes. Nous avons donc droit à une sévère dose de Swamp Metal, ce genre de Metal qui émane des marais du sud des Etats-Unis, et qui est étroitement lié à la vague NOLA des années 90.

Cette compilation gratuite vient donc à point nommé pour replacer les BLACK TUSK sous l’obscurité de l’actualité, eux qui n’ont justement rien publié depuis leur dernier long T.C.B.T. paru en 2018 et qui visiblement, avait plu à leurs suiveurs. Cette compilation est en outre la première du cru pour les américains, qui jusqu’à présent s’épanouissaient dans les splits et les EP’s entre deux albums officiels, et il serait d’une impolitesse rare de ne pas l’apprécier pour ce qu’elle est. La somme d’un travail gigantesque fourni par le quatuor depuis son émergence en 2005, et une sorte de synthèse globale de leur approche personnelle du Sludge, ce style qui fait du surplace depuis sa naissance. Mais là encore, Years in Black permet au groupe de mettre en avant ses propres qualités, et cette façon de détourner le genre pour lui conférer une aura moins poisseuse et plus groovy, ce que l’on ressent à l’écoute de ces morceaux nerveux et gras. Toujours aussi grave et concerné par le sort du feedback dans les enregistrements modernes, BLACK TUSK ne s’éloigne guère de sa zone de confort, appuie sur la basse pour qu’elle vous tape sur les nerfs, permet aux guitares de dissoner, au chant de s’exhorter, et aux breaks d’apporter un peu de dynamique aux thèmes classiques utilisés. On retrouve au tracklisting de ce nouveau menu le fameux « Seeing Visions », que le combo avait offert en flexi-disc aux lecteurs de New Noise Magazine en 2016, et qui se voit même honoré d’une vidéo, visible sur Youtube depuis quelques temps.

Une fois données ces informations, ne reste plus grand-chose à dire à propos de ce sampler qui ravira les fans d’un Metal lourd mais groovy, et qui sent bon le bayou et les nénuphars moisis. Mais si l’influence de SABBATH est aussi évidente que chez tous leurs confrères du même cru, les BLACK TUSK n’hésitent jamais à insuffler à leur art une bonne dose de méchanceté Hardcore, comme en témoigne un morceau aussi vil que « Death March », qui ressemble à s’y méprendre à du EYEHATEGOD repris par une troupe admirative des premières exactions Doom des années 70. Et on trouve de tout dans ce marché un peu paumé, de quoi sautiller, de quoi entrer en transe, de quoi invoquer les Dieux anciens à grands coups de percussions tribales (« Fatal Kiss »), des remixes indispensables ou pas (« The Take Off »), des questions sur fond de Rock n’Roll endiablé (« Fearing Your Mind (Dead Yet?) »), des intermèdes plaisants et brefs (« Toe Fry (Büzz Oven) »), et évidemment, des pièces plus conséquentes qui témoignent de l’importance du groupe sur la scène Sludge (« Iron Giant »). Mais ce qu’on aime une fois encore sur ce disque qui ne fait pas le travail par-dessous la jambe, c’est sa variété dans le monolithisme, et cette manière ludique de jouer sérieusement. Le groupe sur ces chansons se montre peut-être plus libre qu’à l’ordinaire, et lâche simplement les watts sans se préoccuper de l’enjeu, ce qui nous donne de petits moments de sauvagerie jouissifs (« Seeing Visions » et ses effets lysergiques en wah-wah/réverb), ou au contraire des ambiances travaillées qui clôturent l’exercice avec fermeté et créativité (« Gallows Hill »).

Rien qui ne dénature vraiment l’œuvre globale des quatre fumeurs, mais largement de quoi aborder leur histoire sous l’angle plus ouvert de la liberté, loin des contraintes artistiques des albums officiels. Et si « gratuit » est souvent synonyme de blague ou de bon marché chez les artistes, le mot revêt ici un caractère moins péjoratif, puisque cette compilation, sans atteindre les sommets de qualité des albums officiels, ne fait pas tâche dans la discographie du groupe. Years in Black aurait même pu s’appeler Year in Black, et symboliser le meilleur moyen d‘enterrer cette putain d ‘année 2020 dans la joie de la voir crever. En attendant sans doute pire l’année prochaine.        

                                                                                                            

Titres de l’album:

01. Beneath

02. Rift of Men

03. Cease Fire

04. Death March

05. Fatal Kiss

06. The Take Off (RZA Remix)

07. Toe Fry (Büzz Oven)

08. Iron Giant

09. Fearing Your Mind (Dead Yet?)

10. Screaming Inside Myself

11. Vultures Eye

12. Weediquette Theme

13. Seeing Visions

14. Gallows Hill


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 03/01/2022 à 14:51
78 %    156

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36