Loin de moi l’idée de faire des généralités, mais les japonais sont quand même bien barrés. Sans aller parler de leur mode de vie, de leurs tendances à privilégier le virtuel au réel, de leur amour des teen idols qui semble un peu malsain sur les bords, d’un point de vue artistique, les groupes nous en venant du pays du soleil levant sont loin d’être les plus consensuels de l’extrême. Les connaisseurs connaîtront et reconnaîtront, et les amateurs de SIGH, GONIN-ISSHU, KOKUMAROMILK sauront exactement de quoi je parle. Mais la culture japonaise est aussi celle des traditions nationales, de ce sens de l’honneur qui caractérise les anciens samouraïs, de cette politesse et de ce respect des convenances, et cette dualité est plus qu’intéressante à analyser d’un point de vue musical. C’est un peu comme si les artistes nationaux désiraient s’extirper d’un carcan culturel un peu trop dogmatique et restrictif, pour offrir une image du Japon un peu moins engoncée que celle que proposent les livres d’histoire et les légendes locales. Et il semblerait que la vie quotidienne des japonais moyens, partagée entre dur labeur, ascétisme personnel et exubérance de loisirs se formalise parfois d’un point de vue musical, aboutissant à des œuvres dantesques, uniques en leur genre, élaborées par des artistes ne tolérant aucune limite sonore ou visuelle. Et le cas des originaires de Kawagoe de GOTSU TOTSU KOTSU est certainement l’un des plus fascinants de la scène, puisque depuis presque vingt ans, ce trio improbable s’échine à développer des arguments Death/Thrash très éloignés de la norme, et emprunts d’une liberté incroyable qui pourtant ne sacrifie pas l’efficacité. Pour ceux étant passé à côté du cas de non-école de GOTSU TOTSU KOTSU, sachez qu’il s’agit de la réunion de trois musiciens, dont un seul présent depuis les origines, Haruhisa Takahata (basse/chant), et officiant aussi conjointement dans HORRIFIC DISEASE. Depuis 2014, le leader incontesté est secondé par Kouki Akita à la batterie et par Keiichi Enjouji à la guitare, et autant dire que la combinaison fonctionne à plein régime, comme en témoignent les trois albums qu’ils ont enregistrés ensemble.   

D’ailleurs, nous en étions restés à Where Warriors Once Dreamed a Dream, paru il y a trois ans, toujours sur le label national Bang the Head Records, et qui une fois de plus prônait des valeurs excessives, quelle que soit l’optique d’analyse. Mais dans les faits, comment s’articule la vision musicale de ce groupe unique aux contours toujours un peu flous ? Dans une expression de violence ininterrompue, qui se rapproche parfois d’une version symphonique d’un Death Metal complètement hystérique, sorte de Manga pour flanchés du bulbe qui adorent voir des monstres à tentacules s’en prendre à une héroïne qui n’a pas les jambes dans ses poches. Une attaque frontale incessante, qui pourtant formalise des idées terriblement viables, et qui n’hésite pas à brouiller les pistes de mélodies séduisantes. Et en 2018 comme en 2014, les japonais avec The Final Stand n’hésitent pas à en faire trop, truffant leurs longues compositions d’une multitude d’idées complémentaires et contradictoires, donnant corps à un Death tirant sur le Thrash qui a de sérieux airs de contrat honoré par un samouraï à la lame aiguisée, d’où certainement l’envie de proposer un style différent du tout-venant que Haruhisa Takahata n’a jamais hésité à baptiser « Samouraï Metal ». Imaginez donc une sorte de Baby Cart pour psychopathes complètement allumés, avec dans le rôle d’Ogami Itto le lone wolf un manieur de sabre sous acides, dézinguant tout ce qui passe à sa portée, et dissimulant dans sa poussette un bébé monstrueux armé d’une kalachnikov ne s’enrayant jamais. Avec ça, vous avez les armes métaphoriques pour appréhender le massacre de ce cinquième album, qui n’hésite jamais à trop en faire pour imposer sa vision des choses, à base d’accélérations incessantes et de changements de plans enivrants. Car c’est bien l’excès qui caractérise le mieux le travail accompli par GOTSU TOTSU KOTSU depuis des années, cette propension à en coller partout, et à mettre l’emphase sur tous les secteurs de jeu pour sonner unique en son genre.

Et ce cinquième LP de la saga n’échappe pas à cette règle, en truffant son heure de jeu de possibilités infinies, et de crises de folie parfaitement savoureuses. Si les premiers travaux du groupe n’avaient pas encore cette patine excentrique, se concentrant sur un Death Metal des plus classiques et roboratifs, depuis Legend of Shadow, l’entité japonaise fait feu de tout bois pour affirmer sa singularité, se permettant même parfois des délires à base de groove presque Boogie, qu’il enchaîne avec des parties purement Gore qui vous mettent le cerveau à l’envers. Et si les fans les plus hardcore reconnaissent volontiers que les albums de la troupe sont toujours un peu trop longs (pas moins de soixante minutes), ils s’accordent à reconnaître que ce son est parfaitement singulier. Et d’ailleurs, il est très difficile de savoir si les japonais pratiquent l’art du seppuku Thrash/Death ou l’esthétisme de l’éventration Death/Thrash, tant leur approche fond les deux tendances dans un même besoin d’ultraviolence, se rapprochant même des miraculeux INCUBUS/OPPROBRIUM lorsque le ton se durcit et que la cadence grossit (« Merciless Deities »). Certes, et j’en conviens sans me forcer, la plupart des titres, aussi pleins soient-ils ont tendance à trop jouer la montre et à régulièrement passer la barre des six ou sept minutes, mais lorsque tous les éléments se mettent en place et que les digressions laissent des traces, le résultat est à des lieues des possibilités lambda des musiciens du cru, qui ne peuvent que rêver d’une telle intensité. On retrouve donc avec délectation ce chant si grave et impitoyable, et surtout, cette basse slappée qui permet aux GOTSU TOTSU KOTSU de se distinguer de la masse, d’autant plus que les plans proposés sont percutants et jamais gratuits. L’exotisme n’a pas sa place au sein du trio, qui depuis cinq ans maintenant peut se reposer sur un guitariste aux soli complètement fous, qui abusent du vibrato et du bending, pour accentuer cette sensation étrange.

En résulte un travail unique, et un rendu parfaitement apocalyptique. Les plus évidents reconnaîtront évidemment les qualités intrinsèques du final orgiaque « Epigraphy Of An Era », qui en huit minutes résume toute la schizophrénie ambiante, mais les plus attentifs auront remarqué dès « Urbs Diaboli » que le groupe n’a rien perdu de son excentricité. Et Dieu sait à quel point il est ardu de combiner originalité, efficacité, exubérance et solidité, un art de la fusion que les japonais maîtrisent toujours avec autant de brio, passant sans vergogne d’un écrasement purement Death à une embardée Thrash sans faire le grand écart, et sans émousser leur lame. Et si parfois un tri s’impose dans la somme d’informations, « A Showdown Like No Other » mettra tout le monde d’accord, révélant au monde médusé le talent d’un percussionniste qui en colle partout, et qui semble même avoir un bras caché dans le dos. Et les spécialistes de continuer à faire évoluer les GOTSU TOTSU KOTSU en parallèle d’autres gloires nationales comme les MONONOFU ou les AYAKASI KAGURA expurgés de leurs prétentions Folk, tout en sachant pertinemment que les trois entités sont résolument différentes. Mais plutôt que de disséquer une œuvre qui mérite la surprise qu’elle va créer (même si l’intro à la Robert Trujillo défoncé de « Civilizations And Wars » vaut son pesant de yens), je vous laisse le soin de l’appréhender par vous-même, dans un état d’esprit idoine évidemment. Les japonais sont donc bien complétement fous. Mais leur folie musicale est si fertile qu’on peut aisément leur pardonner quelques tendances un peu borderline socialement parlant.           


Titres de l'album :

                          1. 魔ノ都 - Urbs Diaboli

                          2. 無二ノ決戦 - A Showdown Like No Other

                          3. 撫デ斬リ - Sword Sweep

                          4. 屍ヲ晒セ - Die In Glory

                          5. 無慈悲ナ仏神 - Merciless Deities

                          6. 反撃ノ時 - Time To Strike Back

                          7. 背水之陣 - The Final Stand

                          8. 文物ト戦 - Civilizations And Wars

                          9. 降伏勧告 - Summons To Surrender

                          10. 時代ノ碑 - Epigraphy Of An Era

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/03/2019 à 14:04
90 %    73

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)