Loin de moi l’idée de faire des généralités, mais les japonais sont quand même bien barrés. Sans aller parler de leur mode de vie, de leurs tendances à privilégier le virtuel au réel, de leur amour des teen idols qui semble un peu malsain sur les bords, d’un point de vue artistique, les groupes nous en venant du pays du soleil levant sont loin d’être les plus consensuels de l’extrême. Les connaisseurs connaîtront et reconnaîtront, et les amateurs de SIGH, GONIN-ISSHU, KOKUMAROMILK sauront exactement de quoi je parle. Mais la culture japonaise est aussi celle des traditions nationales, de ce sens de l’honneur qui caractérise les anciens samouraïs, de cette politesse et de ce respect des convenances, et cette dualité est plus qu’intéressante à analyser d’un point de vue musical. C’est un peu comme si les artistes nationaux désiraient s’extirper d’un carcan culturel un peu trop dogmatique et restrictif, pour offrir une image du Japon un peu moins engoncée que celle que proposent les livres d’histoire et les légendes locales. Et il semblerait que la vie quotidienne des japonais moyens, partagée entre dur labeur, ascétisme personnel et exubérance de loisirs se formalise parfois d’un point de vue musical, aboutissant à des œuvres dantesques, uniques en leur genre, élaborées par des artistes ne tolérant aucune limite sonore ou visuelle. Et le cas des originaires de Kawagoe de GOTSU TOTSU KOTSU est certainement l’un des plus fascinants de la scène, puisque depuis presque vingt ans, ce trio improbable s’échine à développer des arguments Death/Thrash très éloignés de la norme, et emprunts d’une liberté incroyable qui pourtant ne sacrifie pas l’efficacité. Pour ceux étant passé à côté du cas de non-école de GOTSU TOTSU KOTSU, sachez qu’il s’agit de la réunion de trois musiciens, dont un seul présent depuis les origines, Haruhisa Takahata (basse/chant), et officiant aussi conjointement dans HORRIFIC DISEASE. Depuis 2014, le leader incontesté est secondé par Kouki Akita à la batterie et par Keiichi Enjouji à la guitare, et autant dire que la combinaison fonctionne à plein régime, comme en témoignent les trois albums qu’ils ont enregistrés ensemble.   

D’ailleurs, nous en étions restés à Where Warriors Once Dreamed a Dream, paru il y a trois ans, toujours sur le label national Bang the Head Records, et qui une fois de plus prônait des valeurs excessives, quelle que soit l’optique d’analyse. Mais dans les faits, comment s’articule la vision musicale de ce groupe unique aux contours toujours un peu flous ? Dans une expression de violence ininterrompue, qui se rapproche parfois d’une version symphonique d’un Death Metal complètement hystérique, sorte de Manga pour flanchés du bulbe qui adorent voir des monstres à tentacules s’en prendre à une héroïne qui n’a pas les jambes dans ses poches. Une attaque frontale incessante, qui pourtant formalise des idées terriblement viables, et qui n’hésite pas à brouiller les pistes de mélodies séduisantes. Et en 2018 comme en 2014, les japonais avec The Final Stand n’hésitent pas à en faire trop, truffant leurs longues compositions d’une multitude d’idées complémentaires et contradictoires, donnant corps à un Death tirant sur le Thrash qui a de sérieux airs de contrat honoré par un samouraï à la lame aiguisée, d’où certainement l’envie de proposer un style différent du tout-venant que Haruhisa Takahata n’a jamais hésité à baptiser « Samouraï Metal ». Imaginez donc une sorte de Baby Cart pour psychopathes complètement allumés, avec dans le rôle d’Ogami Itto le lone wolf un manieur de sabre sous acides, dézinguant tout ce qui passe à sa portée, et dissimulant dans sa poussette un bébé monstrueux armé d’une kalachnikov ne s’enrayant jamais. Avec ça, vous avez les armes métaphoriques pour appréhender le massacre de ce cinquième album, qui n’hésite jamais à trop en faire pour imposer sa vision des choses, à base d’accélérations incessantes et de changements de plans enivrants. Car c’est bien l’excès qui caractérise le mieux le travail accompli par GOTSU TOTSU KOTSU depuis des années, cette propension à en coller partout, et à mettre l’emphase sur tous les secteurs de jeu pour sonner unique en son genre.

Et ce cinquième LP de la saga n’échappe pas à cette règle, en truffant son heure de jeu de possibilités infinies, et de crises de folie parfaitement savoureuses. Si les premiers travaux du groupe n’avaient pas encore cette patine excentrique, se concentrant sur un Death Metal des plus classiques et roboratifs, depuis Legend of Shadow, l’entité japonaise fait feu de tout bois pour affirmer sa singularité, se permettant même parfois des délires à base de groove presque Boogie, qu’il enchaîne avec des parties purement Gore qui vous mettent le cerveau à l’envers. Et si les fans les plus hardcore reconnaissent volontiers que les albums de la troupe sont toujours un peu trop longs (pas moins de soixante minutes), ils s’accordent à reconnaître que ce son est parfaitement singulier. Et d’ailleurs, il est très difficile de savoir si les japonais pratiquent l’art du seppuku Thrash/Death ou l’esthétisme de l’éventration Death/Thrash, tant leur approche fond les deux tendances dans un même besoin d’ultraviolence, se rapprochant même des miraculeux INCUBUS/OPPROBRIUM lorsque le ton se durcit et que la cadence grossit (« Merciless Deities »). Certes, et j’en conviens sans me forcer, la plupart des titres, aussi pleins soient-ils ont tendance à trop jouer la montre et à régulièrement passer la barre des six ou sept minutes, mais lorsque tous les éléments se mettent en place et que les digressions laissent des traces, le résultat est à des lieues des possibilités lambda des musiciens du cru, qui ne peuvent que rêver d’une telle intensité. On retrouve donc avec délectation ce chant si grave et impitoyable, et surtout, cette basse slappée qui permet aux GOTSU TOTSU KOTSU de se distinguer de la masse, d’autant plus que les plans proposés sont percutants et jamais gratuits. L’exotisme n’a pas sa place au sein du trio, qui depuis cinq ans maintenant peut se reposer sur un guitariste aux soli complètement fous, qui abusent du vibrato et du bending, pour accentuer cette sensation étrange.

En résulte un travail unique, et un rendu parfaitement apocalyptique. Les plus évidents reconnaîtront évidemment les qualités intrinsèques du final orgiaque « Epigraphy Of An Era », qui en huit minutes résume toute la schizophrénie ambiante, mais les plus attentifs auront remarqué dès « Urbs Diaboli » que le groupe n’a rien perdu de son excentricité. Et Dieu sait à quel point il est ardu de combiner originalité, efficacité, exubérance et solidité, un art de la fusion que les japonais maîtrisent toujours avec autant de brio, passant sans vergogne d’un écrasement purement Death à une embardée Thrash sans faire le grand écart, et sans émousser leur lame. Et si parfois un tri s’impose dans la somme d’informations, « A Showdown Like No Other » mettra tout le monde d’accord, révélant au monde médusé le talent d’un percussionniste qui en colle partout, et qui semble même avoir un bras caché dans le dos. Et les spécialistes de continuer à faire évoluer les GOTSU TOTSU KOTSU en parallèle d’autres gloires nationales comme les MONONOFU ou les AYAKASI KAGURA expurgés de leurs prétentions Folk, tout en sachant pertinemment que les trois entités sont résolument différentes. Mais plutôt que de disséquer une œuvre qui mérite la surprise qu’elle va créer (même si l’intro à la Robert Trujillo défoncé de « Civilizations And Wars » vaut son pesant de yens), je vous laisse le soin de l’appréhender par vous-même, dans un état d’esprit idoine évidemment. Les japonais sont donc bien complétement fous. Mais leur folie musicale est si fertile qu’on peut aisément leur pardonner quelques tendances un peu borderline socialement parlant.           


Titres de l'album :

                          1. 魔ノ都 - Urbs Diaboli

                          2. 無二ノ決戦 - A Showdown Like No Other

                          3. 撫デ斬リ - Sword Sweep

                          4. 屍ヲ晒セ - Die In Glory

                          5. 無慈悲ナ仏神 - Merciless Deities

                          6. 反撃ノ時 - Time To Strike Back

                          7. 背水之陣 - The Final Stand

                          8. 文物ト戦 - Civilizations And Wars

                          9. 降伏勧告 - Summons To Surrender

                          10. 時代ノ碑 - Epigraphy Of An Era

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/03/2019 à 14:04
90 %    114

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.