Si d'aventure, le Rock Prog et l'AOR un peu pomp sont  vos deux vaches à lait préférées, mais que vous ne crachez pas sur un brin de Hard Rock dans votre milk-shake, il y a de grandes chances que vous vous souveniez d'un album paru à la fin des années 80, sous une pochette anonyme et sous un nom ne l'étant pas moins. Pourtant, les musiciens se cachant derrière le pseudo numéraire passe-partout de 3 étaient loin d'être des inconnus...On retrouvait au casting des figures légendaires de la scène Prog de l'époque, dont Carl Palmer et Keith Emerson, au CV chargé et aux commandes du projet E.L.P qui depuis les années 70 secouait la planète de ses arrangements luxuriants et de ses débordements technico-évolutifs...Las, et lassé de la politique de la maison de disques Geffen qui ne laissa pas le temps au groupe d'assurer la promotion et de capitaliser sur le succès du premier LP ...To The Power of Three, le tempétueux et exigeant Emerson quitta le navire alors même que le second LP était déjà presque prêt, laissant le pauvre Robert Berry bien seul dans son coin...Bien évidemment, avec leurs talents individuels, les deux instrumentistes ne restèrent pas inactifs très longtemps, mais le goût d'inachevé laissé dans leur gorge par ce second album tué dans l’œuf par la précipitation d'un label assoiffé de dollars les empêcha parfois de dormir...Et c'est donc sans surprise que des années plus tard, sous l'impulsion d'un autre label bien plus exigeant et moins vénal, les deux hommes décidèrent de remettre le couvert pour offrir une suite à ce projet ambitieux, sauf qu'une fois encore, le destin allait se rappeler à leur mauvais souvenir...


Une fois Keith et Robert réunis par Frontiers, dans l'optique de pouvoir enfin enregistrer correctement ce 3 volume 2, le business reprit son cours et les compositions commencèrent à fleurir, les deux hommes se connaissant très bien, et travaillant facilement ensemble...Las, après de sombres affaires d'argent et de promotion, ce sont des problèmes de santé qui mirent des bâtons dans les roues du duo, jusqu'à la tragédie finale du décès de Keith Emerson qui fit plonger la suite des aventures dans les abysses du deuil et de la tristesse...De là, nous aurions pu imaginer une fin de non recevoir, mais c'était sans compter sur le courage et la passion du fabuleux Berry, bien décidé à mener à terme cette seconde grossesse, histoire de rendre un dernier hommage à un musicien fantastique qui avait si souvent partagé le studio et la scène avec lui...Et c'est donc sous la bannière 3.2 que Robert nous en revient, lui qui a touché à tout, tout tenté et presque tout réussi...The Rules Have Changed est donc cette fameuse suite à laquelle nous n'avions jamais eu droit, et si elle respecte les codes édictés à l'occasion de ...To The Power of Three, son ton n'en est pas moins légèrement plus tragique et introspectif, même si les dogmes du Progressif sont une fois de plus respectés à la croche près...Fans de Hard-Rock tendu et de Heavy mordu, passez donc votre chemin, ici, il n'est question que de Rock, de mélodies, d'harmonies, de complexité instrumentale, de domination des claviers et des lignes de chant surannées, même si l'énergie ne pointe pas forcément aux abonnés absents dans les moments les plus intenses...


Il est évident que la propre influence de Robert joue un grand rôle dans cette réalisation, tout comme les idées de Keith qu'il avait eu le temps de transmettre de vive voix ou par téléphone à son comparse. Et si Robert s'est débrouillé seul en studio, on sent quand même que derrière ce travail en solitaire se cache un effort d'équipe, tant l'ombre d'Emerson plane bas au dessus de certaines des compositions. Ces mêmes compositions ont la même assise que celles dont bénéficiaient les chansons que l'on trouvait sur le premier album, la modernité des studios du moment en plus, mais mélodiquement, structurellement et organiquement, l'ADN est le même, et il n'est pas difficile de faire le lien entre les deux tomes de l'aventure, même séparés d'une bonne trentaine d'années. On y retrouve bien sûr la silhouette d'E.L.P, bien dissimulée derrière certains arrangements, la tutelle d'ASIA, toujours très présente dans les parties de clavier, mais aussi des traces de progressif moderne, lorsque les enchaînements et les imbrications nous ramènent sous le giron de Steven Wilson ou des PORCUPINE TREE, alors même que le YES des années 80 semble parfois taper le bœuf avec des DREAM THEATER enfin apaisés de ne plus avoir à courir après la redondance. Evidemment, le tout sonne classique dans le fond et la forme, mais la patine nostalgique générique de The Rules Have Changed lui confère une puissance émotionnelle assez particulière, même sur les inserts les plus volontairement joyeux et aux mélodies exubérantes (“Somebody's Watching”). Mais la véritable force du travail de Robert Berry est d'avoir synthétisé les idées pour proposer un album concis et homogène, et non une démonstration de style stérile et fortuite. Même sur les suites les plus longues, dont cette introduction superbe « One By One », les plans s'imbriquent avec une logique et une humanité saisissantes, et on se prend à rêver à un retour dans le passé, lorsque le Rock progressif des années 70 faisait tout ce qu'il pouvait pour séduire les charts des années 80 en trempant son académisme dans un bain de jouvence mélodique.


Mais concrètement, et au-delà du travail de mémoire, quelle est la pertinence d'un tel album aujourd'hui alors même que des musiciens ont fait évoluer le genre bien en aval de ses propres limites assez peu restrictives ? D'abord, le plaisir de retrouver intact le talent d'un musicien hors norme, qui de son instrumentation et de sa voix parvient toujours à nous faire frissonner. Ensuite, la satisfaction de constater que l'équilibre entre Progressif de facture classique, Pop, Rock, et AOR est respecté à doses surprenantes et rassurantes, sans jamais sombrer dans le pathos (ce qui aurait été légitime au vu des circonstances tragiques de sa conception) ou l'excès de zèle. Car les morceaux de The Rules Have Changed sont tous de petits miracles d'orfèvrerie ciselés et polis avec un amour infini, truffés d'harmonies célestes et enchanteresses, et de coups de colère en énergie de l'espoir, celui d'avoir pu collaborer, même partiellement, et une dernière fois, avec un compagnon de route que personne ne pourra oublier. Et finalement, Keith Emerson se voit gratifié d'un dernier salut rempli d'émotion, et nous, public, d'un disque magique, qui nous ramène aux temps bénis des années 80, lorsque l'authenticité pouvait le disputer au raffinement sans tomber dans l'élitisme ou l'excès de populisme. Alors, autant se satisfaire pleinement d'un deuxième chapitre qui aurait indifféremment pu paraître il y a trente ans, mais qui reste d'actualité encore aujourd'hui. Mais le talent ne subit jamais l'influence du temps. Et c'est certainement la leçon à tirer de cette oeuvre que beaucoup écouteront avec émotion, mais apprécieront avec raison.          

 

Titres de l'album :

1.   One By One

2.   Powerful Man

3.   The Rules Have Changed

4.   Our Bond

5.   What You’re Dreaming Now

6.   Somebody’s Watching

7.   This Letter

8.   Your Mark On The World


Site officiel Robert Berry

Facebook officiel Robert Berry


par mortne2001 le 29/08/2018 à 15:04
85 %    140

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

Father Merrin + Dragunov + Daerrwin

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)


Cette année ça y va les films qui retracent l'histoire d'un groupe...

Queen, Mayhem, Motley Crue les trois a la fois, a qui le tour ? Limp Bizkit lol

Nirvana ils ont jamais rien fait ? Je me demande.