Si d'aventure, le Rock Prog et l'AOR un peu pomp sont  vos deux vaches à lait préférées, mais que vous ne crachez pas sur un brin de Hard Rock dans votre milk-shake, il y a de grandes chances que vous vous souveniez d'un album paru à la fin des années 80, sous une pochette anonyme et sous un nom ne l'étant pas moins. Pourtant, les musiciens se cachant derrière le pseudo numéraire passe-partout de 3 étaient loin d'être des inconnus...On retrouvait au casting des figures légendaires de la scène Prog de l'époque, dont Carl Palmer et Keith Emerson, au CV chargé et aux commandes du projet E.L.P qui depuis les années 70 secouait la planète de ses arrangements luxuriants et de ses débordements technico-évolutifs...Las, et lassé de la politique de la maison de disques Geffen qui ne laissa pas le temps au groupe d'assurer la promotion et de capitaliser sur le succès du premier LP ...To The Power of Three, le tempétueux et exigeant Emerson quitta le navire alors même que le second LP était déjà presque prêt, laissant le pauvre Robert Berry bien seul dans son coin...Bien évidemment, avec leurs talents individuels, les deux instrumentistes ne restèrent pas inactifs très longtemps, mais le goût d'inachevé laissé dans leur gorge par ce second album tué dans l’œuf par la précipitation d'un label assoiffé de dollars les empêcha parfois de dormir...Et c'est donc sans surprise que des années plus tard, sous l'impulsion d'un autre label bien plus exigeant et moins vénal, les deux hommes décidèrent de remettre le couvert pour offrir une suite à ce projet ambitieux, sauf qu'une fois encore, le destin allait se rappeler à leur mauvais souvenir...


Une fois Keith et Robert réunis par Frontiers, dans l'optique de pouvoir enfin enregistrer correctement ce 3 volume 2, le business reprit son cours et les compositions commencèrent à fleurir, les deux hommes se connaissant très bien, et travaillant facilement ensemble...Las, après de sombres affaires d'argent et de promotion, ce sont des problèmes de santé qui mirent des bâtons dans les roues du duo, jusqu'à la tragédie finale du décès de Keith Emerson qui fit plonger la suite des aventures dans les abysses du deuil et de la tristesse...De là, nous aurions pu imaginer une fin de non recevoir, mais c'était sans compter sur le courage et la passion du fabuleux Berry, bien décidé à mener à terme cette seconde grossesse, histoire de rendre un dernier hommage à un musicien fantastique qui avait si souvent partagé le studio et la scène avec lui...Et c'est donc sous la bannière 3.2 que Robert nous en revient, lui qui a touché à tout, tout tenté et presque tout réussi...The Rules Have Changed est donc cette fameuse suite à laquelle nous n'avions jamais eu droit, et si elle respecte les codes édictés à l'occasion de ...To The Power of Three, son ton n'en est pas moins légèrement plus tragique et introspectif, même si les dogmes du Progressif sont une fois de plus respectés à la croche près...Fans de Hard-Rock tendu et de Heavy mordu, passez donc votre chemin, ici, il n'est question que de Rock, de mélodies, d'harmonies, de complexité instrumentale, de domination des claviers et des lignes de chant surannées, même si l'énergie ne pointe pas forcément aux abonnés absents dans les moments les plus intenses...


Il est évident que la propre influence de Robert joue un grand rôle dans cette réalisation, tout comme les idées de Keith qu'il avait eu le temps de transmettre de vive voix ou par téléphone à son comparse. Et si Robert s'est débrouillé seul en studio, on sent quand même que derrière ce travail en solitaire se cache un effort d'équipe, tant l'ombre d'Emerson plane bas au dessus de certaines des compositions. Ces mêmes compositions ont la même assise que celles dont bénéficiaient les chansons que l'on trouvait sur le premier album, la modernité des studios du moment en plus, mais mélodiquement, structurellement et organiquement, l'ADN est le même, et il n'est pas difficile de faire le lien entre les deux tomes de l'aventure, même séparés d'une bonne trentaine d'années. On y retrouve bien sûr la silhouette d'E.L.P, bien dissimulée derrière certains arrangements, la tutelle d'ASIA, toujours très présente dans les parties de clavier, mais aussi des traces de progressif moderne, lorsque les enchaînements et les imbrications nous ramènent sous le giron de Steven Wilson ou des PORCUPINE TREE, alors même que le YES des années 80 semble parfois taper le bœuf avec des DREAM THEATER enfin apaisés de ne plus avoir à courir après la redondance. Evidemment, le tout sonne classique dans le fond et la forme, mais la patine nostalgique générique de The Rules Have Changed lui confère une puissance émotionnelle assez particulière, même sur les inserts les plus volontairement joyeux et aux mélodies exubérantes (“Somebody's Watching”). Mais la véritable force du travail de Robert Berry est d'avoir synthétisé les idées pour proposer un album concis et homogène, et non une démonstration de style stérile et fortuite. Même sur les suites les plus longues, dont cette introduction superbe « One By One », les plans s'imbriquent avec une logique et une humanité saisissantes, et on se prend à rêver à un retour dans le passé, lorsque le Rock progressif des années 70 faisait tout ce qu'il pouvait pour séduire les charts des années 80 en trempant son académisme dans un bain de jouvence mélodique.


Mais concrètement, et au-delà du travail de mémoire, quelle est la pertinence d'un tel album aujourd'hui alors même que des musiciens ont fait évoluer le genre bien en aval de ses propres limites assez peu restrictives ? D'abord, le plaisir de retrouver intact le talent d'un musicien hors norme, qui de son instrumentation et de sa voix parvient toujours à nous faire frissonner. Ensuite, la satisfaction de constater que l'équilibre entre Progressif de facture classique, Pop, Rock, et AOR est respecté à doses surprenantes et rassurantes, sans jamais sombrer dans le pathos (ce qui aurait été légitime au vu des circonstances tragiques de sa conception) ou l'excès de zèle. Car les morceaux de The Rules Have Changed sont tous de petits miracles d'orfèvrerie ciselés et polis avec un amour infini, truffés d'harmonies célestes et enchanteresses, et de coups de colère en énergie de l'espoir, celui d'avoir pu collaborer, même partiellement, et une dernière fois, avec un compagnon de route que personne ne pourra oublier. Et finalement, Keith Emerson se voit gratifié d'un dernier salut rempli d'émotion, et nous, public, d'un disque magique, qui nous ramène aux temps bénis des années 80, lorsque l'authenticité pouvait le disputer au raffinement sans tomber dans l'élitisme ou l'excès de populisme. Alors, autant se satisfaire pleinement d'un deuxième chapitre qui aurait indifféremment pu paraître il y a trente ans, mais qui reste d'actualité encore aujourd'hui. Mais le talent ne subit jamais l'influence du temps. Et c'est certainement la leçon à tirer de cette oeuvre que beaucoup écouteront avec émotion, mais apprécieront avec raison.          

 

Titres de l'album :

1.   One By One

2.   Powerful Man

3.   The Rules Have Changed

4.   Our Bond

5.   What You’re Dreaming Now

6.   Somebody’s Watching

7.   This Letter

8.   Your Mark On The World


Site officiel Robert Berry

Facebook officiel Robert Berry


par mortne2001 le 29/08/2018 à 15:04
85 %    96

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.