The Cabinet of Numinous Song

Jordablod

24/01/2020

Iron Bonehead

A partir du moment où on se protège derrière la caution de l’avant-garde, de l’Ambient ou du psychédélisme, on peut tout se permettre et tout excuser. Des débordements, des errances interminables, des agressions sonores le renvoyant à la torture psychologique la plus infâme, de l’approximation en apprentissage d’amateurs. Tout comme le Raw Black permet à ses pratiquants de se planquer derrière le paravent de l’intégrité bruitiste, l’expérimental justifie toutes les horreurs possibles et imaginables, les passages sans queue ni tête qui n’ont d’autre but que de meubler des minutes de non-inspiration flagrante. Dès lors qu’un groupe n’utilise plus des excuses éculées depuis le premier ABRUPTUM, on se perd en conjectures, et la curiosité est piquée au vif. Et en termes de culot et de créativité, les suédois restent les maîtres en la matière, tout comme leurs voisins norvégiens. Et pour cause, ils ont inventé le style. Alors, tout leur est permis dès lors que la caution artistique est viable. Et celle mise en avant par JORDABLOD l’est, indubitablement. Fondé en 2015 et articulé autour d’un line-up énigmatique (seul un membre est mentionné par Metal-Archives, Filip Lundström, guitariste), ce concept de Malmö est une énigme comme seuls les groupes scandinaves les plus étranges peuvent l’être. D’un côté, une propension au BM tel qu’il fut conçu aux origines, de l’autre, des prétentions Folk, Ambient, avant-gardistes, mélodiques et occultes, comme le prouve une fois encore ce second LP au titre révélateur. En utilisant le terme de Numinous, le projet suédois a placé son travail sous des auspices mystiques. Le mot évoquant des qualités religieuses ou spirituelles fortes, et la présence d’une divinité aux alentours, on sait avant d’avoir écouté que le propos ne sera pas simpliste ou allusif. Et dès les premières notes de « A Grand Unveiling », la méthode est validée, et le pont construit entre Upon My Cremation Pyre et The Cabinet of Numinous Song. Il est d’ailleurs étonnant de retrouver les suédois signés sur le label Iron Bonehead, plus volontiers friand d’exactions bordéliques et de paillardise intégrale. Mais le label, conscient de la bonne opération se frotte les mains, sachant pertinemment que The Cabinet of Numinous Song va secouer le monde un peu sclérosé du BM européen.

Quelle est donc la méthode utilisée, et qui laisse admiratif après quelques écoutes ? Elle est simple, en se servant d’une assise BM traditionnelle renvoyant à la seconde vague scandinave des années 90, les musiciens brodent de longs thèmes atmosphériques, à base de riffs amples et majestueux, systématiquement lacérés par des dissonances valides. Beaucoup de violence donc, mais aussi une optique plus volontiers 70’s, à base de Progressif lancinant, évolutif, qui prend son temps pour installer une ambiance, et dérouler ses harmonies pour les laisser respirer. On en prend note sur l’impressionnant « The Beauty of Every Wound », qui après une intro délicate lâche les chiens de l’enfer via un riff incroyablement redondant et catchy, symptomatique d’un Black N’Roll n’ayant pas cédé à la vulgarité putassière d’une accroche trop populiste. On pense évidemment à SHINING, mais aussi à DARKTHRONE, SHINING et DEATHSPELL OMEGA lorsque les expérimentations sont poussées à leur paroxysme, mais cette méthode choisissant de combiner l’efficacité au hasard surprend de la pertinence de ses choix. Pour faire plus simple, on se laisse autant envouter qu’on ne headbangue, comme si JORDABLOD avait enfin trouvé le point de frontière entre la puissance et le culot de composition. Et cet équilibre est délicieux, bien que flou pour les non-initiés. La production en elle-même est révélatrice de ce parti pris. Sèche, mais épaisse, rêche mais fluide, elle torture les guitares qui se mélangent dans un halo aveuglant, intensifie les passages les plus violents, pour mieux offrir de l’espace aux digressions progressives, qui profitent alors du silence pour accentuer leur côté initiatique. On pourrait prendre peur au vu de la longueur des morceaux, mais on se rassure vite en constatant que les idées pertinentes les comblent avec beaucoup d’intelligence. Et en définitive, on comprend assez rapidement que les suédois n’ont choisi d’autre camp que le leur. Un camp qui recoupe les idées Post Black et Post Rock pour mieux les insérer dans un contexte de brutalité déviante, sans sombrer dans la prétention arty des combos les plus élitistes.

Conceptuellement parlant, The Cabinet of Numinous Song combine l’expressionisme d’un Murnau, le sens de l’emphase tragique de Ken Russell, et le minimalisme ascétique de la seconde vague Black Metal suédoise, le tout dans un contexte presque anachronique, tout du moins hors du temps. Il est en effet très difficile de dater cet album qui pourrait indifféremment avoir été composé dans les années 90 ou l’année dernière, mais il est aussi très difficile d’en définir les contours qui hésitent entre brutalité frontale et chemins de traverse, spécialement sur le dantesque « The Beauty of Every Wound », qui visiblement rend esthétique les cicatrices de la vie. Et si les breaks et cassures sont nombreux, ils n’entravent jamais la bonne marche de l’album, qui progresse selon un schéma bien établi, ne refusant jamais quelques arrangements étranges à base de notes claires et joyeuses. Cette alternance de contemplation mystique harmonique et de violence ouverte ne dégagera certainement pas un consensus chez les auditeurs éventuels, mais titillera l’imagination des plus exigeants qui en ont assez de voir le BM ruiné à grands coups de formalisme trop évident. Mais l’expérimentation ici, comme précisé en amont, n’est jamais une excuse pour imposer une originalité déplacée et incohérente. Et lorsque résonne la guitare claire de « The Cabinet of Numinous Song », on pense évidemment à NEUROSIS, qui n’est jamais le dernier à prôner l’économie dans un cadre d’emphase. D’autant plus que les suédois ont le sadisme d’attendre plusieurs minutes avant de nous écraser sous une charge éléphantesque de guitares imbriquées et liées par une basse serpentine qui n’est pas sans évoquer KILLING JOKE ou même les SONIC YOUTH.

« To Bleed Gold » termine donc la course par son étape la plus longue, avec toujours ce chant exhorté et ces riffs qui sinuent comme des serpents, mais accentue la véhémence globale. L’alternance est toujours de mise, mais toujours aussi logique, avec un excès de brutalité qui permet enfin aux blasts de tout exploser. D’une densité incroyable, et d’une créativité indéniable, The Cabinet of Numinous Song incarne en quelque sorte un présent d’actualité pour le Black Metal, qui n’a de cesse de se renouveler et d’incarner l’acmé d’un extrême intelligent, mais pas moins méchant pour autant.           

            

Titres de l’album :

                          01. A Grand Unveiling

                          02. The Two Wings of Becoming

                          03. Hin Ondes Mystär

                          04. The Beauty of Every Wound

                          05. Blood and Rapture

                          06. The Cabinet of Numinous Song

                          07. To Bleed Gold

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2020 à 14:48
88 %    192

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Gargan
@81.249.31.29
23/06/2020, 01:04:41
Complètement passé à côté du groupe et des deux disques, quand tu te dis que tu n’attends plus grand chose de la scène norvégienne avec la scène française, islandaise, polonaise et hollandaise... et paf ! Jordablod.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Cosmogony

mortne2001 09/06/2020

Concerts à 7 jours
Pendrak + Insane Order + Nervous Impulse + Unsu 04/07 : La Brat Cave, Lille (59)
Trepan Dead + Nervous Impulse + Unsu 05/07 : Mcp Apache, Fontaine L'evêque ()
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
wada

Il met son masque une fois sorti des transports en commun et il ne respecte pas la distanciation sociale. Il a tout compris cet abrutis !

04/07/2020, 21:06

wada

Je me souviens de cette chasse aux sorcières hypocrite et ridicule.

04/07/2020, 21:04

stench

C'est encore possible des photos pareilles en 2020 ? Le groupe, que je connais peu, fait de l'auto-dérision ou ils sont sérieux ?

04/07/2020, 19:16

Jus de cadavre

Un des rares groupe BM dont j'attends encore les nouvelles sorties avec impatience... Donc bien content aussi. Je ne sais pas qui les signera par contre, Season ayant dit en 2018 qu'ils ne travailleraient plus jamais avec le groupe... On verra !

04/07/2020, 17:08

Humungus

Ah bah très bien.
Je me demandais justement pas plus tard qu'hier ce qu'il pouvait bien advenir d'eux...

04/07/2020, 16:56

Buck Dancer

Pareil que RBD j'ai la version avec "Mentally murdered" en bonus.
Certainement le Napalm que j'écoute le plus. L'enchaînement "Suffer..." avec le bonus "hiding behind" est pour moi toujours aussi fatal 30 ans après.

04/07/2020, 14:33

JTDP

Au vu de la chronique pour le moins élogieuse du collègue, je me suis laissé tenter par l'achat, bien que rien nem'avait transcendé depuis "Once" de la part des finlandais. Je ne serais pas aussi mordant que KaneIsBack concernant le second cd, mais je dois confessé que ce n'est clairement pas l(...)

04/07/2020, 13:25

radidi

marrant de voir ce groupe avec un genre de statut culte aujourd'hui alors qu'à une époque osmose bradait les deux albums du groupe à 10 francs chacun! cela dit, ces deux albums étaient une tuerie, surtout trans cunt whip!!

04/07/2020, 11:26

Humungus

Je porte actuellement le t-shirt de cet album sur mes frêles épaules.
CQFD...

04/07/2020, 10:45

poybe

Le clip de Suffer the Children ... je l'ai sans doute encore chez mes parents sur une vieille VHS (si ça n'a pas été jeté). Je l'avais enregistré au milieu d'autres clips diffusés sur M6. A l'époque j'avais halluciné. Quand je l'écoute maintenant, je vois que mes oreilles se sont bien habit(...)

04/07/2020, 09:39

RBD

Hmmm... Tu sais parler aux hommes, toi... J'ai la version avec "Mentally Murdered" en bonus non signalé. L'occasion de signaler qu'avec cet EP entre autres, la transition n'a pas été tout à fait aussi brutale que ce qui semble si on s'en tenait trop strictement aux albums, simplement.
C'es(...)

04/07/2020, 01:21

Kairos

Haha ce nom sorti du fond des ages... comme osmose d'ailleurs

03/07/2020, 20:05

Humungus

Tu m'étonnes !
Toute ma jeunesse...

03/07/2020, 17:06

Chemikill

Whaou ! Bien malsain le hosanna bizarre ! Souvenirs souvenirs...

03/07/2020, 12:43

Kolka

Un bouquin qui fait parler les idiots incultes.

03/07/2020, 08:48

loka

Pas terrible. Ultra polissé et des parties mélodiques inutiles et embarrassantes....

03/07/2020, 08:45

Simony

Pour en revenir au bouquin, je pense que les photos doivent dégager une certaine atmosphère bien plaisante. Je me laisserai peut-être tenté... on verra

02/07/2020, 22:15

Saddam Mustaine

Si j'ai trouvé ça.

"Je te le dis franchement, j’ai voulu tuer cet enfoiré à la fin. Imagine que quelqu’un que tu penses être ton ami rentre chez lui et trouve un autre ami qui s’est suicidé, et décide de prendre des photos de son cadavre. Qui de sensé aurait pu faire une c(...)

02/07/2020, 20:00

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48

Saddam Mustaine

Ou vous avez les infos sur "le personnage" Necrobutcher ?
Moi je trouve rien sur lui sur le net...

02/07/2020, 19:48