Regular Singularity

Grind-o-matic

26/01/2018

Autoproduction

A coup sûr, vous allez me dire, « le Grind, on connaît ». Et il est certain qu’à force d’abuser des sempiternelles comparaisons avec les éternels NASUM, THE KILL, NAPALM DEATH, ASSUCK et consorts, le tableau commence à se noircir d’une prévisibilité pénible. Mais ce constat peut être modulé en prenant en compte les instincts déviants de musiciens ne voyant pas dans ce style qu’un simple exutoire à une colère avouée, ou un simple défouloir rythmique prévisible. C’est ainsi que depuis plus d’une dizaine d’années, des petits gars bien de chez nous proposent une conception bien différente du genre, qu’ils musicalisent, et instrumentalisent de façon fort intelligente, au point de lui offrir des options beaucoup plus enrichissantes. Avec un nom de baptême comme GRIND-O-MATIC, il y avait pourtant fort à parier qu’un foutoir gentiment paillard allait nous dérouler le tapis rouge, mais en allant puiser leur inspiration du côté des TOTAL FUCKING DESTRUCTION, BRUTAL TRUTH et autres PSYOPUS, les parisiens ont fait le bon choix, et développent depuis leurs débuts un art consommé du contre-pied. Choisissant de composer de vrais morceaux, et non pas de simples odes à la cruauté super excitée, le trio (Grind-O-Manu - guitare/chant/programmation, Grind-O-Maric - batterie et Dino-Matic - basse) refuse l’affiliation à de faux-frères RAMONES du ramonage de conduit, et ose des constructions en gigogne, et une certaine option « progressive » qui repousse les limites en leur opposant une créativité surprenante, et une musicalité étonnante. Aussi portés sur les dissonances que sur les déviances, les trois olibrius nous prennent donc à revers, et redonnent ses lettres de noblesse au Grind, genre qu’ils affectionnent et respectent, au point de le combiner au Hardcore, à l’Industriel, pour le transformer en machine à broyer à laquelle aucun os à ronger ne pourrait résister.

Technique, inventivité, GRIND-O-MATIC peut se targuer d’avoir à chaque LP proposé quelque chose de neuf. Entamant leur carrière par une démo, passage obligé, ils ont ensuite produit comme des fous pour aligner trois longue-durée (9 Ways to Use a Meatgrinder, 2006, Welcome to Grind-o-Land, 2009, et Flower Power, 2013), avant de se murer dans le silence pour revenir encore plus affutés. C’est ainsi que nous célébrons aujourd’hui la naissance de Regular Singularity, qui se propose d’ériger un rempart nous protégeant des innovations techniques, et de traiter de sujets de société comme le transhumanisme, la robotique, l’intelligence artificielle et les appareils connectés. Se voulant éthique, écologique, ce nouveau pamphlet aborde donc des thèmes chers au style, que les NAPALM DEATH eux-mêmes prônent depuis leur émergence, mais en développant de nouveaux arguments musicaux rendant leurs morceaux très difficiles à classer. Puissant, intelligent, ce nouveau longue-durée échappe donc aux récurrentes comparaisons, s’éloignant de la masse grouillante des bruitistes sans ambitions, pour offrir au public une version adaptée de la violence instrumentale, qui s’articule souvent autour de thèmes en vrille et de riffs malicieux. Aussi malsain qu’il n’est salvateur, ce nouvel effort est d’une richesse incontestable, et fait autant rugir que réfléchir. La condition du Grind n’est donc peut-être pas l’impasse que nous craignions de se voir dessiner, et un certain futur se profile donc sous les coups de boutoir d’un trio vraiment passionné par sa tâche, et substituant l’immédiateté à la réflexion. Le choix parfait pour permettre à la brutalité d’échapper à un destin funeste d’automatismes un peu trop figés…

Loin des saillies fulgurantes tapissant le décor de riffs prémâchés, les titres de Regular Singularity sont suffisamment longs pour qu’on en apprécie les tenants et aboutissants, et largement assez organiques pour qu’on rejette en masse les adorateurs des boîtes à rythmes et autres arrangements synthétiques. Et pour ceux craignant que le propos soit trop intellectualisé, dites-vous que la puissance dégagée par des titres aussi impulsifs que « iOX » et sa dénonciation des systèmes d’exploitation suffit à comprendre que les GRIND-O-MATIC n’ont pas troqué la folie et l’exubérance pour une philosophie un peu trop élitiste. Assez intelligent pour intriguer, mais assez méchant pour bousculer, ce quatrième LP est un modèle d’un genre qui n’existe pas vraiment, et qui refuse de singer les AGATHOCLES pour affirmer son allégeance qui ne saurait être remise en cause. Mais à dire vrai, on prend conscience de cet état de fait dès l’introductif et aplatissant « Big Sister », qui de ses bandes inversées nous prend à rebours, et développe des arguments probants sans renoncer à une bestialité de ton dissonante. Assez proche du Endtime des fabuleux BRUTAL TRUTH, mais en version plus agencée et moins morcelée, Regular Singularity est une ode à l’humanité, et aux esprits libres qui refusent de se voir en simples connexions intra-sociétales. Loin de se retrouver dans la génération smartphones et écrans branchés en permanence, les parisiens incarnent donc un double refus, celui des conventions d’un Grind devenu entre les mains de malhabiles faiseurs un simple bruit de fond stérile, et d’un inéluctable destin nous ramenant à la simple condition de cellules/processeurs interférant les unes avec les autres. Et « Nutcracker » de confirmer son postulat via une exubérance sidérante d’efficacité, osant le croisement entre le VOÏVOD le plus barré et le TOTAL FUCKING DESTRUCTION le plus énervé.

Des riffs, biaisés, une rythmique, époumonée, un chant, exhorté, mais aussi beaucoup plus que la somme de ces parties, pour une symphonie qui laisse pantois. Beaucoup d’expérience capitalisée qui permet de se désolidariser de la masse grouillante des précipités du blast, pour un raccourci entre les friches de l’Industriel, et les terrains vagues du Grind, le tout abordé comme un démonstration de technique efficiente. Et si je préfère vous laisser la surprise de la découverte en évitant le track-by-track qui aurait pourtant été justifié, je ne peux me décider à fermer le rideau sans vous parler sommairement du final dantesque de « AI », qui plonge Spielberg dans les affres des stridences et autres dissonances, pour près de dix minutes de prospection concentrique, opposant le Grind au psychédélisme, et le Hardcore au Sludge. ACID BATH, FULL OF HELL, NAILS, autant de noms qui ne cachent pas celui de GRIND-O-MATIC, qui depuis 2003 s’évertue à faire évoluer les choses, sans travestir sa propre nature. Alors, non, décidément, le Grind, vous ne connaissez pas forcément. A moins d’écouter et de savourer ce Regular Singularity, d’une singularité nominative et musicale indéniable. Chapeau bas messieurs, et un conseil chers lecteurs. Pour apprécier pleinement, achetez le CD dispo sur leur Bandcamp, et écoutez-le sur un lecteur classique, tout appareillage éteint. Vous comprendrez mieux de quoi il en retourne.


Titres de l'album:

  1. Big Sister
  2. Nutcracker
  3. The New Grinders
  4. Ignorance Day
  5. High Tech Wreck
  6. The Methuselah Mouse Prize
  7. Smart Jacuzzi
  8. iOX
  9. The Love Bot
  10. Doc-In-A-Box
  11. Rambot
  12. AI

Site officiel


par mortne2001 le 26/04/2018 à 18:16
90 %    575

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Ah ouais ok j'avais zappé, mais bon ACDC était au point mort depuis 2016 donc il a rien manqué.

30/09/2020, 22:32

Jus de cadavre

Si, Cliff avait annoncé prendre sa retraite en septembre 2016, quelque temps après le départ de Brian.

30/09/2020, 21:36

Kerry King

Cliff Williams n'avait jamais quitté le groupe me semble, c'est juste Axl Rose et Chris Slade qui était en plus lors du dernier tour il y a deja 4 ans.Sinon super nouvelle de revoir les boys !

30/09/2020, 20:34

Raumsog

Ils ont quand même été capables de sortir 2 bons albums comme Mechanize et The Industrialist 15 ans après leur âge d'or, et malgré tout leurs gros bordels en interne (merci Baxter pour les précisions). C'est déjà une petite pe(...)

30/09/2020, 16:09

Humungus

Hé hé hé...

30/09/2020, 14:17

Raumsog

La pochette est magnifique en tout cas - l'album sort sur Sega Megadrive?

30/09/2020, 14:03

KaneIsBack

En gros fan de Deeds of Flesh, cette nouvelle me fait très plaisir ! Surtout que, d'après ce que j'ai compris, Erik avait déjà écrit la grande majorité de l'album avant son décès. Et la liste d'invités est plus qu&(...)

30/09/2020, 10:32

Gargan

Dernier achat du groupe, digi de demanufacture acheté en 95, en même temps que la box de draconian times. Qui on écoute encore ? Je ne connaissais pas AOTW, j'aurais mieux fait de rester dans mon ignorance...

30/09/2020, 10:25

Simony

Totalement d'accord avec L'anonyme.

30/09/2020, 09:25

L'anonyme

Perso, j'ai lâché l'affaire à partir de Digimortal que j'ai détesté. J'avais trouvé à l'époque que le groupe s'inspirait trop de la scène néo-metal que j'avais du mal à écouter (e(...)

30/09/2020, 09:21

Oliv

C’est reparti comme en quarante ! 

29/09/2020, 19:05

mortne2001

@Humungus : Il y a toujours un historien qui connaît le fils du neveu du facteur du biographe d'EXODUS et qui SAIT. Honorons leur présence sur ce site. ;)

29/09/2020, 17:42

Buck Dancer

Ce groupe n'en est plus un depuis bien trop longtemps (le retour de Cazares?) et pourtant comme RBD, j'ai jamais lâché. Même si les deux derniers albums m'ont déçu je voulais continuer a y croire. Cazares va t'il continuer à (...)

29/09/2020, 15:31

Bones

"There is a Fric Factor in the system"  

29/09/2020, 15:23

RBD

Burton ayant été de toutes les incarnations du groupe au fil des intrigues, j'imagine mal que FF puisse continuer maintenant avec les uns ou les autres. La réconciliation avec Christian et Raymond ne me paraît pas possible, d'autant qu'eux aussi sont pass(...)

29/09/2020, 12:57

licks0re

Santa barbara...

29/09/2020, 11:51

Baxter

Le mec n'est pas blanc non plus c'est encore une crise comme en 2002 ou son détachement en 2008. D'ailleurs Burton avait en 2008 vendu des parts à Raymond et Christian (puis virant la femme de ce dernier étant manageuse de F.F à ce moment) puis suite &ag(...)

29/09/2020, 10:46

Raumsog

Y a une bonne petite ambiance Deströyer 666 dans le son et les riffs! 

29/09/2020, 10:38

jean mounier

Quel foutoir ce groupe depuis une bonne dizaine d'années quand même, niveau musical comme niveau humain. Je ne vois pas Fear Factory sans Burton, mais je ne voyais pas Suffocation sans Frank Mullen également...

29/09/2020, 09:58

Humungus

Aaaaaaahhh !!!Les commentaires de 78.192.38.132... ... ...

29/09/2020, 09:00