Kuoleman Portit

Shadow's Mortuary

30/11/2019

Purity Through Fire

Sinon, pour savoir, vous l’aimez comment votre Black Metal ? Inventif et osé ? Symphonique et ampoulé ? Mystique et alambiqué ? Expérimental et dévié ? Ou plutôt pur et non édulcoré ? Si l’une ou plusieurs des quatre premières propositions est ton choix, lecteur, je ne peux rien pour toi. Par contre si rien ne te satisfait plus qu’un BM bien raw et crado, alors écoute moi et lis moi. Ma prose te renvoie en Finlande à la découverte d’un groupe qui mérite le détour, ne serait-ce qu’à cause de ses inclinaisons nostalgiques et son sens de l’à-propos très âpre et sans compromission. De Finlande nous en viennent donc les vilains SHADOW'S MORTUARY, groupe fondé en 2013 et semble-t-il très concerné par les exactions 90’s du style, au point de les refourguer à sa sauce des années plus tard. Ce collectif grimé (Void - compositeur/chant, Ovda - batterie, Raum - guitare et Kaos - basse) a déjà publié un premier LP, Tulen Valtakunta en 2018, s’exprime dans sa gutturale langue natale, et privilégie des optiques passéistes, mais plurielles. Inutile donc de vous attendre à une production propre, à des morceaux évolutifs, ni à un hommage rendu à RUSH version infernale, puisque le propos n’est pas là. Le propos justement serait plutôt de reproduire des sensations purement 90’s, symptomatiques de la seconde vague de BM nordique, avec en exergue, des guitares abrasives et grésillantes, un son réduit au minimum, un chant exhorté façon fin du monde avec démons pour témoins, le tout sous couvert d’une éthique puriste pas forcément désagréable aux oreilles. Contractuellement, SHADOW'S MORTUARY sonne comme le rejeton démoniaque de DARKTHRONE, MAYHEM et DESTROYER 666, avec un poil de VONDUR et IMPALED NAZARENE par-dessus, pour justifier quelques errances et autres accointances Punk et Thrash.

Car les finlandais avec Kuoleman Portit souhaitent retrouver la magnificence minimaliste du BM des origines, ce BM qui ne se tracassait que pour la saleté, l’approximation, la vilénie sans contrefaçon. Et sans contrefaçon, les finlandais ne sont pas des glaçons, et jouent plutôt une musique torride, aux riffs chauffés à blanc. Privilégiant bizarrement la plupart du temps un mid tempo martelé solidement au détriment de blasts qui ne sont qu’épars, les musiciens osent donc l’approche de biais, et trahissent une fascination pour les motifs bien trashy et les licks thrashy, conférant de fait un côté très accrocheur à leur musique. « Sielun Tuhkaa » s’ingénie par exemple à reproduire la simplicité du DARKTHRONE le plus Black des années sombres, avec son mid tempo volontaire, son chant hargneux et sa guitare brute, le tout sonnant aussi evil que mémorisable. Un BM de puristes donc, pas forcément destiné à effrayer mais plutôt à coller à des dogmes anciens qui trouvent toujours un écho indéniable aujourd’hui. On pense donc clairement à la seconde vague norvégienne de l’orée des années 90, avec ce petit plus de savoir-faire qui permet au groupe de trousser des breaks futés qui relancent la machine. Cette machine, aussi rouillée soit-elle est bien huilée, et les titres ne jouent jamais la montre pour rester d’une efficacité qui semble primordiale. On aime particulièrement le chant de Void, écorché comme un larynx de chat de gouttière qui aurait trop miaulé près des poubelles, mais aussi cette façon de simplifier les choses sans trop les vulgariser, et cette absence de concessions qui ne refuse toutefois pas d’avoir recours à des astuces intelligentes pour séduire.

Certes, et j’en suis conscient, les morceaux ont souvent tendance à répéter les mêmes idées, au détriment de la variété. Tout au plus noterons-nous des modulations dans la puissance, avec parfois une emphase flagrante (« Ikisodan Hurmo » qui ressemble comme deux gouttes d’eau à « Sielun Tuhkaa » en plus intense), l’insertion de mélodies qui permettent d’aérer un peu l’ensemble sans vraiment purifier l’air vicié (l’intro presque Folk de l’emphatique « Riipus » qui est ce qu’on peut faire de plus proche de DARKTHRONE avec ces blasts intempestifs sortis de nulle part), de soudaines accélérations fulgurantes qui rapprochent SHADOW'S MORTUARY d’une ébauche maladroite et Punk de MARDUK ou d’IMPALED NAZARENE, mais au final, la ligne conductrice choisie est toujours la même : du professionnalisme dans le minimalisme, une simplicité fondamentale, oser aller jusqu’au grotesque pour atteindre son but (« Soihdunkantaja » qui avant sa montée centrale fait penser à du VONDUR propre et accordé), et ne jamais chercher le détail qui tue et qui risque de nuire à l’unité globale. De fait, l’uniformité des tempi et des thèmes empêche l’album de vraiment décoller, malgré sa durée limitée, et le tout se montre un peu trop roboratif pour vraiment plaire, malgré des capacités individuelles et collectives assez probantes. C’est toujours dense, légèrement fou sur les bords, blasphématoire mais pas trop, mais lorsque « Ruoska » se contente de répéter de formules déjà largement employées, on finit par décrocher, l’intérêt étant uniquement préservé par la rage Punk de « Kuoleman Portit ». En final, « Ouroboros » s’écarte un peu de ce chemin trop bien tracé, et ose des riffs plus sombres, une lenteur fort agréable, pour se rapprocher d’un BM un peu moins prévisible, et purement ancré dans la tradition 90’s des pionniers du genre (on pense même au MAYHEM d’Euronymous).

Sans révolutionner quoique ce soit, et en ayant recours à des réflexes un peu trop systématiques, les finlandais de SHADOW'S MORTUARY confirment donc leur allégeance à l’approche la plus ascétique, et assoient leur réputation de gardiens de la flamme sacrée. Attention toutefois à ne pas refourguer le même album à chaque fois, sous peine de voir la bougie s’éteindre dans l’indifférence la plus totale. L’éthique c’est bien, mais un peu plus d’éclectisme ne peut faire de mal à personne.       


Titres de l’album :

                              01. Sielun tuhkaa

                              02. Ikisodan hurmo

                              03. Riipus

                              04. Virran viemä, tulen tuoma

                              05. Soihdunkantaja

                              06. Ruoska

                              07. Kuoleman portit

                              08. Ouroboros

Facebook officiel


par mortne2001 le 02/05/2020 à 18:41
70 %    163

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amazing Copy

Les Cro-Mags doivent être contents. :-)

06/06/2020, 20:48

Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07