WARBRINGER, c’est un peu le symbole de cette quatrième ou cinquième (j’avoue, j’ai perdu le fil depuis longtemps) vague de Thrash acts qui perpétuent une certaine tradition de la violence héritée des 80’s. Un groupe aux rangs serrés, qui ne surprend que très rarement, mais qui livre des albums solides à intervalles réguliers. Un groupe qui refuse les fioritures et qui est assez réticent à l’idée de diluer sa brutalité dans une quelconque expérimentation, mais qui ne crache pas sur un brin de fantaisie progressive.

Pas aussi fouillé et excentré que VEKTOR, beaucoup moins fun et outrancier que les MUNICIPAL WASTE, mais une sorte de grand-frère qui sait, qui connaît, et qui utilise des ficelles bien tendues pour arriver à ses fins, à savoir pratiquer un Thrash compact, massif, mais non dénué d’une certaine finesse.

En gros, un pont tendu entre SODOM et EXODUS, avec une emphase particulière sur l’efficacité mélodique made in USA.

Je les connais depuis un bail maintenant, puisque j’étais derrière mon clavier pour parler de leur premier album, War Without End, paru en 2008, qui m’avait mis une bonne grosse claque à l’époque.

Depuis, le quintette US a aligné les sorties, toutes de valeur, sans vraiment surprendre mais encore moins décevoir, et ce cinquième LP ne déroge à aucune de ces règles.

Il est vrai que nous étions quasiment sans nouvelles d’eux depuis le plutôt bon IV : Empires Collapse, que les diehard avaient jugé meilleur que Worls From Asunder. Quatre années avec quelques news dispensées d’un ton plutôt discret, et quelques morceaux lâchés en avant-garde, qui semblaient adopter la ligne de conduite habituelle.

Du Thrash, encore du Thrash, toujours du Thrash, et finalement, c’est bien ce que tout le monde attend d’un combo de cette trempe, qui n’est pas prêt de retomber de son piédestal avec ce Woe To The Vanquished.

Pour la petite histoire qui finit toujours par faire la grande, ce titre fait référence à un épisode historique de la construction de Rome.

En 390 avant JC, une horde de Gaulois mené par le chef de guerre Brennus attaqua Rome, mettant la ville à genoux à l’exception des habitants de la colline du Capitole. Les Romains restant tentèrent donc une négociation avec l’ennemi, en leur garantissant un paiement en poids d’or pour assurer leur liberté. Une fois le butin amené à Brennus, ce dernier le pesa sur sa balance, et indiqua que le compte n’y était décidément pas. La balance était évidemment truquée, ce qui n’échappa pas aux insurgés, qui firent savoir leur mécontentement. En représailles, Brennus mis sa lourde épée, sur le plateau d’équilibre, et somma les Romains de compléter la somme due, et d’y ajouter le poids de son épée. Il lança donc son fameux « Vae Victis », qui en anglais se traduit évidemment par Woe To The Vanquished, et anticipa sans le savoir avec quelques siècles d’avance l’un des albums de Thrash les plus meurtriers de l’histoire…en termes de musique.

Produit et mixé par Mike Plottnikoff (FEAR FACTORY, IN FLAMES), masterisé par Howie Weinberg (SLAYER, PANTERA), et emballé dans une pochette signée Andreas Marschall (SODOM, BLIND GUARDIAN, OBITUARY), Woe To The Vanquished est l’archétype d’album franc du collier et sans détour qui catapulte le Thrash le plus virulent au rang de dogme ultime tout en assumant sa complexité et sa finesse avouée.

Dans la plus droite lignée des références antérieures du groupe, il capitalise sur le succès des Américains pour asseoir leur réputation un peu plus profondément sur le trône de leaders d’un mouvement à l’ampleur exponentielle, mais montre aussi quelques faiblesses, ce qui est toujours le cas de ces artistes frondeurs qui refusent quand même la facilité la moins digne.

Et dans son agencement et le choix de ses pistes, ce cinquième LP ose des choses un peu inhabituelles, sans vraiment réussir son coup systématiquement, mais laissant quand même une impression de monstre qui déploie sa corpulence pour vous cacher du soleil.

Ainsi, les WARBRINGER ont placé aux avant-postes les titres les plus immédiats et impulsifs (ceux-là même qu’on découvrait en amont de cette sortie), pour réserver la seconde partie à des tentatives plus poussées, et pas toujours inspirées il faut bien l’avouer.

Ainsi, si les ouvertures « Silhouettes » et « Woe To The Vanquished » ne tournent pas autour du pot et s’épanchent dans des démonstrations de violence tout à fait pertinentes (avec même quelques fantaisies en blasts pour le second), des intermèdes plus lourds s’embourbent dans des marécages dignes d’un SODOM des mauvais jours, et une démarcation du Heavy/Thrash Allemand le plus balourd (« Spectral Asylum », long et pas vraiment lourd, plutôt pénible et indigeste).

Mais le quintette (John Kevill – chant, Adam Carroll et Chase Becker – guitares, Carlos Cruz – batterie et Jessie Sanchez – basse) sait toujours se montrer aussi à l’aise que le tempo soit up ou mid, comme le démontre le terriblement excitant et EXODUS/TESTAMENT « Remain Violent » et ses hooks de guitare assez catchy rebondissant sur une rythmique à la NUCLEAR ASSAULT.

Dans le registre « hymne fatal », « Shellfire » fait le boulot Thrashcore mieux qu’un INCUBUS perdu dans ses pensées morbides, et cavale d’un tempo épileptique en plans de guitare démoniaques, alors que le phrasé terriblement précis de John Kevill cimente le tout. Cet album le confirme d’ailleurs en tant que vocaliste majeur de sa famille Metal, avec ses harangues précises et vindicatives, qui modulent leur haine pour toujours toucher le cœur de cible des thrasheurs que nous sommes.

Et si « Divinity of Flesh » abuse encore de quelques gimmicks typiquement BM avec son riff concentrique et son ambiance à la MAYHEM des 90’s, il tombe vite dans la stabilité d’un véritable classique Heavy’n’Thrash, ne décevant personne, mais restant quand même dans une timide moyenne.

Mais c’est évidemment le long final processionnel « When the Guns Fell Silent » qui est le centre de toutes les attentions, avec ses onze minutes et quelques de digression.

J’en conviens, même un groupe de Thrash in your face à le droit d’avoir des ambitions, et ce titre fleuve n’est pas sans qualités. Ses mélodies amères sont assez séduisantes en l’état, et sa tension dramatique assez fascinante, évoquant à merveille un chant/champ de bataille après l’affrontement. Son final plus technique qu’à l’accoutumée n’est pas non plus dénué de pertinence, mais à vrai dire, il n’est pas vraiment le genre d’épilogue qu’on est en droit d’attendre d’un disque de la trempe de Woe To The Vanquished. Il nous laisse donc sur une note Maidenesque, pas forcément désagréable, mais qui tient plus de la pièce rapportée que de la véritable conclusion logique subtilement amenée. 

Mais en dehors de ces critiques hautement subjectives, et émanant d’un fan de la première heure sans doute un peu trop exigeant, il faut reconnaître que ce cinquième LP des Américains de WARBRINGER fait largement le job, et les maintient dans une première division que leurs suiveurs auront bien du mal à les faire quitter.


Titres de l'album:

  1. Silhouettes
  2. Woe to the Vanquished
  3. Remain Violent
  4. Shellfire
  5. Descending Blade
  6. Spectral Asylum
  7. Divinity of Flesh
  8. When the Guns Fell Silent

Site officiel



par mortne2001 le 18/04/2017 à 14:37
75 %    231

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.