La boulimie est une maladie. Evidemment, d’instinct tout le monde l’associe à un dérèglement psychologique et un amour inconsidéré pour la nourriture, mais cette pathologie peut prendre d’autres formes, moins dangereuses pour la santé, mais tout aussi concrètes. Ainsi, les musiciens en sont parfois atteints, se dispersant dans un, deux ou trois groupes, chacun publiant une quantité non négligeable d’œuvres parfois intéressantes, souvent dispensables. Les exemples sont fréquents, de Jack White à Dave Grohl, en passant par les maniaques du Grind qui accumulent les performances olympiques. Mais les amoureux de la lourdeur ne sont pas des exceptions, bien au contraire, et les rois du Doom américains de BEASTMAKER en sont une preuve flagrante. Outre leur discographie assez riche malgré leur formation récente, ces allumés ont accompli la performance unique de lâcher sur un marché médusé pas moins de dix EP en une seule année, ne prenant même pas la peine de les baptiser autrement qu’avec un numéro. Joli tour de force qui venait compléter la lignée de deux longue-durée, et d’une bordée de compilations, mais en dehors de cette productivité interne, un autre élément à prendre en compte vient alourdir le dossier à charge. Car deux des trois membres de BEASTMAKER ont aussi formé en 2016 l’entité HAUNT, dont vous avez déjà lu les exploits musicaux dans ces colonnes, se divisant donc en deux sans freiner leur fringale de Heavy’n’Doom. Mais le projet HAUNT prenant de plus en plus de temps à John Tucker (basse) et Trevor William Church (guitare/chant), c’est donc sous la forme d’un au-revoir que le groupe se montre à notre bon souvenir cette fois-ci, avec un ultime EP pour tirer sa noble révérence.

Toujours accompagnés d’Andres Alejandro Saldate (batterie), John et Trevor s’en retournent donc travailler leur partition pesante, avec une petite livrée de quatre morceaux bien tassés, qui ne surprendront pas leurs fans les plus acharnés. C’est évidemment sur l’estimé label Shadow Kingdom (qui héberge aussi HAUNT tant qu’à faire) que les retrouvailles se fêtent, avec cet Eye of the Storm qui renoue avec les débuts de la vague vintage Doom US dont les BEASTMAKER ont toujours fait partie. Quatre morceaux de facture classique, et d’obédience nostalgique, qui nous ramènent dans le giron de Lusus Naturae (2016) et Inside The Skull (2017), et surtout, au creux d’un Metal joué comme à la grande époque des sabbats et autres candélabres noirs, imitant à la perfection les tics de BLACK SABBATH, TROUBLE, mais aussi de la NWOBHM la plus oppressante et lancinante. Pas grand-chose à dire qui n’a déjà été dit à propos de nos amis, puisqu’ils continuent d’explorer le versant le plus hypnotique de notre musique préférée, trouvant toujours cet équilibre parfait entre appui et envolée, enveloppant leurs montées de fièvres dans des serviettes mélodiques humides, pour nous éviter d’avoir à trop souffrir de la chaleur rythmique. Du pas vraiment neuf avec du sévèrement vieux, et des accointances avec la vague US des années 90, celle de la NOLA évidemment, en version plus authentique et moins éthylique. Une musique que les mots peinent à décrire tant elle est connue, reconnue, appréciée, et toujours aussi striée de tierces, de lignes de basse serpentines, et de montées vocales un peu étouffées. On se retrouve en terrain connu, perdu dans la lande tôt dans la matinée, à la recherche d’une princesse en robe noire errant dans la forêt, mais le tout est tellement bien fait, très bien produit, et parfaitement joué qu’on accepte une fois encore de jouer le jeu, au risque de balbutier les règles.

Le but était donc de boucler la boucle, et d’offrir à BEASTMAKER les funérailles que la vie de HAUNT paraissait mériter. Pour mieux transformer leur side-project en groupe officiel, Trevor et John ont donc décidé de refermer le chapitre BEASTMAKER avec quatre petites histoires de qualité égale, même si les fans purs et durs sauront reconnaître la séduction immense du final « Celestial Glow ». Pas d’amertume pour autant, mais la joie de jouer, la cohésion, et quelques regrets, celui de ne pas pouvoir mener deux carrières de front, les deux groupes étant pourtant différents et immédiatement identifiables. Pas de déclaration tapageuse, pas de révélation sur le chemin de Damas, juste un dernier salut de la main puriste mais ouvert, doublement tourné vers le passé, mais regardant logiquement vers l’avenir. Difficile de se sentir triste de par ce décès annoncé, puisqu’on sait très bien que les deux têtes pensantes du groupe vont continuer leur chemin, vers d’autres horizons, mais avec la même foi. Et si jamais la nostalgie vous étreint à l’écoute de cet Eye of the Storm, vous pouvez toujours vous replonger dans l’œuvre pléthorique du trio, qui a laissé derrière lui de multiples traces et autres éléments artistiques concrets. Si ça ne suffit toujours pas à calmer votre peine, repassez-vous les seize minutes de ce testament, qui prouvent pour la dernière fois à quel point BEASTMAKER était l’un des héros les plus authentiques de l’underground. Pas de quoi être morose du tout, mais plutôt satisfait de voir que parfois, les appétits les plus féroces savent se recentrer sur leur nourriture la plus essentielle.

       

Titres de l’album :

                      1.Eye of the Storm

                      2.Shadows

                      3.My Only Wish

                      4.Celestial Glow

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 07/09/2019 à 14:20
75 %    158

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.