Dirge + Spinning Heads 2005

Dirge, Spinning Heads

Antirouille, Montpellier (France)

du 05/02/2005 au 05/02/2005

Dans les prochains jours DIRGE va laisser en guise d'adieu une grande compilation sur trois disques. En hommage, je voudrais exhumer le souvenir d'un vieux concert de la période "And Shall the Sky Descend" au cours de l'hiver 2005, performance qui m'avait particulièrement marqué comme vous pourrez le sentir. Je ne connaissais pas le groupe jusque là et je me réintéressais depuis quelque temps à ce courant Post-Core Sludge, avant même qu'il ne se croise avec le Death Metal par Ulcerate ; bref, une rencontre scénique idéale.

Ce même soir se produisait en première partie un groupe qui a été très important dans la scène locale pendant ces années-là, avant de finir brutalement en pleine progression comme trop souvent. Spinning Heads a fait la transition entre deux générations puisqu'on y retrouvait des anciens membres de Tantrum et Morgue, et que par la suite plusieurs se sont consacrés à la production, à la gestion de concerts, d'un label et distro', ou ont participé à des formations comme Morse (celui du Midi) ou Verdun. Leur HardCore Noise orthodoxe ne mérite pas de sombrer dans un total oubli. Pour voir, je vous laisse un lien en bas.


La salle la plus proche de chez moi est l'Antirouille. Après un long moment d'absence, cet ancien haut lieu de concerts dans la ville a été repris cet automne par un ancien barman du Rockstore. Ce samedi, soirée piercing avec volet musical prestigieux. Autant vous dire que comme un certain nombre d'autres spectateurs c'était uniquement ce dernier qui m'intéressait. Mais le concept ratissait deux sortes de publics assez distincts, si ce n'est trois comme on va le voir. Mais cette double facette permettait de ratisser large et d'assurer une belle entrée.


Quelques premières performances meublèrent donc l'attente avant l'entrée en scène des locaux SPINNING HEADS venus défendre leur nouvelle production. Et par rapport à la dernière fois que je les avais vu il y a un peu plus d'un an les progrès sont certains. Le groupe est beaucoup plus puissant et carré, ce que certains coreux taxeraient de métallisme… Mais ce serait sévère, car la typicité HC ne fait pas de doute. Les compos apparemment nouvelles passent bien, le chanteur a gagné en aisance ce qui rend sa colère plus expressive que dans mes souvenirs. Sa capacité à faire du spectacle est plutôt un atout comme lorsqu'il mime avec son micro l'auscultation de son gratteux, mais surtout par son investissement scénique preuve de sa sincérité. Le HC n'est-il pas une musique d'expectoration, qui plus que toute autre permet de traduire ce moi qui n'est pas exprimable autrement ? Hélas, le set sera gâché par d'incessants problèmes techniques (retours, batterie, guitare…). La seule chose qu'on pourrait regretter, c'est que même pour moi dont la culture HC reste lacunaire Spinning Heads apparaît comme un bon groupe très classique. Bien sûr, Bonne Maman qui n'y connaît rien trouverait ces petits jeunes incroyablement excités ; mais par rapport à ce qui se fait ailleurs il n'y a rien qui fasse une vraie différence, une originalité qui frappe, quelque chose qui marque la mémoire auditive. C'est un peu frustrant quand on sait que le groupe existe quand même depuis pas mal de temps, et j'ai compris alors les quelques critiques respectueuses mais unanimes ayant visé l'album que je ne connais pas. En attendant, on pouvait se contenter de ce qu'on avait et la scène HC méridionale est loin d'être assez saturée à mon sens pour qu'elle ait le luxe de se passer d'un combo quand même bien rôdé et efficace. Mieux vaut du traditionnel solide et sans faute que de se lancer dans des expérimentations au-dessus des moyens qu'on se connaît, parfois, et se contenter de ce que l'on a. Néanmoins, mention spéciale au dernier morceau avec double basse qui montre peut-être la voie vers autre chose et a esquissé en finale une autre dimension à explorer, qui est pourtant cohérente avec le reste… malgré la corde cassée qui clôturait cruellement le chapelet de pépins techniques.


Pour la mi-temps reprise des performances piercing, avec la tant attendue suspension annoncée et projection d'extraits de la Passion du Christ selon Mel Gibson pour donner le ton (rien que ça !). Un collègue a eu alors la gentillesse de m'offrir un godet fort désaltérant et donc personnellement bien plus profitable, on s'est plus intéressé à la conversation, tandis qu'un peu plus loin certaines tombaient dans les vapes à la vue du spectacle (authentique !) Le temps de tout ranger et place à la musique à nouveau…


Je ne connaissais DIRGE que de réputation. Il ne m'a fallu que quelques instants pour rentrer complètement dedans. L'apparentement à Neurosis est limpide mais parvenu à un certain niveau on se fiche des ressemblances et des filiations. Et Dirge nous a emmené dans un voyage hallucinant, cet univers parallèle si ressemblant au nôtre gisant au plus profond de nos angoisses, et dont nous cherchons hypocritement à nous détourner. Pour une fois, voilà un groupe qui offre un mur d'images travaillé, vraiment en phase avec la musique et homogène par lui-même. Il n'est pas indispensable mais agrémente le trip onirique en l'enrichissant, en précisant les émotions par lesquelles on entend vous faire passer. Je ne me suis plus guère intéressé à ce qui se passait sur scène pour me laisser porter par ce son post-apocalyptique. Ivre de désespoir, dépouillé de tout, ne restait à l'auditeur-spectateur que l'introspection lentement guidée par les rares mais précieux râles des trois chanteurs, des rythmiques hypnotisantes savamment distillées par la section spécialisée, et des interventions proprement fascinantes à la guitare. 

Une telle complémentarité doit demander énormément de travail de composition aux musiciens, en tout cas l'investissement dans l'interprétation est totale et il ne peut pas en être autrement pour donner à cette musique la dimension qu'elle demande. Elle nous permet, coupés du temps mais projetés dans un autre espace, d'accéder en pleine conscience au plus profond de nos cauchemars, à cet Eraserhead qui gît dans nos âmes dévastées. Tout comme sa glorieuse référence, Dirge prend tout le temps d'installer ses ambiances, de dépeindre par le son le mal-être profond donnant âme au collectif, comme un maître particulièrement pédagogique. Je ne crois pas que beaucoup de titres aient été joués en comptabilité nette, mais c'est le genre qui le veut. Là encore, preuve était faite que le HC est une musique qui permet de dire ce qui n'est pas exprimable autrement, mais d'un point de vue radicalement différent que celui de Spinningheads. Malgré un premier morceau d'anthologie, une grande partie de l'assistance avait mis peu à peu les bouts discrètement. Bande d'ignares ! Il n'y a pas que le groupe local des copains de copains ou la scarification dans la vie ! Un peu pressés (mais courtoisement) par un staff désireux d'en finir vue l'heure avancée, il fut très difficile de redescendre vers le monde habituel. Dirge nous avait donné de vivre une expérience extra-ordinaire au sens premier du terme. Et m'avait prouvé que l'idée reçue selon laquelle l'aventure folle nous attend au coin de la rue n'est pas une fadaise mais une vérité vérifiable par soi-même !


Spinning Heads :

https://basementapesind.bandcamp.com/album/change-the-game

par RBD le 05/04/2021 à 12:00
   47

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
05/04/2021, 13:27:37

"Certaines tombaient dans les vapes à la vue du spectacle (authentique !)"

N'est pas Trve Evil qui veut... ... ...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51