Dirge + Spinning Heads 2005

Dirge, Spinning Heads

Antirouille, Montpellier (France)

du 05/02/2005 au 05/02/2005

Dans les prochains jours DIRGE va laisser en guise d'adieu une grande compilation sur trois disques. En hommage, je voudrais exhumer le souvenir d'un vieux concert de la période "And Shall the Sky Descend" au cours de l'hiver 2005, performance qui m'avait particulièrement marqué comme vous pourrez le sentir. Je ne connaissais pas le groupe jusque là et je me réintéressais depuis quelque temps à ce courant Post-Core Sludge, avant même qu'il ne se croise avec le Death Metal par Ulcerate ; bref, une rencontre scénique idéale.

Ce même soir se produisait en première partie un groupe qui a été très important dans la scène locale pendant ces années-là, avant de finir brutalement en pleine progression comme trop souvent. Spinning Heads a fait la transition entre deux générations puisqu'on y retrouvait des anciens membres de Tantrum et Morgue, et que par la suite plusieurs se sont consacrés à la production, à la gestion de concerts, d'un label et distro', ou ont participé à des formations comme Morse (celui du Midi) ou Verdun. Leur HardCore Noise orthodoxe ne mérite pas de sombrer dans un total oubli. Pour voir, je vous laisse un lien en bas.


La salle la plus proche de chez moi est l'Antirouille. Après un long moment d'absence, cet ancien haut lieu de concerts dans la ville a été repris cet automne par un ancien barman du Rockstore. Ce samedi, soirée piercing avec volet musical prestigieux. Autant vous dire que comme un certain nombre d'autres spectateurs c'était uniquement ce dernier qui m'intéressait. Mais le concept ratissait deux sortes de publics assez distincts, si ce n'est trois comme on va le voir. Mais cette double facette permettait de ratisser large et d'assurer une belle entrée.


Quelques premières performances meublèrent donc l'attente avant l'entrée en scène des locaux SPINNING HEADS venus défendre leur nouvelle production. Et par rapport à la dernière fois que je les avais vu il y a un peu plus d'un an les progrès sont certains. Le groupe est beaucoup plus puissant et carré, ce que certains coreux taxeraient de métallisme… Mais ce serait sévère, car la typicité HC ne fait pas de doute. Les compos apparemment nouvelles passent bien, le chanteur a gagné en aisance ce qui rend sa colère plus expressive que dans mes souvenirs. Sa capacité à faire du spectacle est plutôt un atout comme lorsqu'il mime avec son micro l'auscultation de son gratteux, mais surtout par son investissement scénique preuve de sa sincérité. Le HC n'est-il pas une musique d'expectoration, qui plus que toute autre permet de traduire ce moi qui n'est pas exprimable autrement ? Hélas, le set sera gâché par d'incessants problèmes techniques (retours, batterie, guitare…). La seule chose qu'on pourrait regretter, c'est que même pour moi dont la culture HC reste lacunaire Spinning Heads apparaît comme un bon groupe très classique. Bien sûr, Bonne Maman qui n'y connaît rien trouverait ces petits jeunes incroyablement excités ; mais par rapport à ce qui se fait ailleurs il n'y a rien qui fasse une vraie différence, une originalité qui frappe, quelque chose qui marque la mémoire auditive. C'est un peu frustrant quand on sait que le groupe existe quand même depuis pas mal de temps, et j'ai compris alors les quelques critiques respectueuses mais unanimes ayant visé l'album que je ne connais pas. En attendant, on pouvait se contenter de ce qu'on avait et la scène HC méridionale est loin d'être assez saturée à mon sens pour qu'elle ait le luxe de se passer d'un combo quand même bien rôdé et efficace. Mieux vaut du traditionnel solide et sans faute que de se lancer dans des expérimentations au-dessus des moyens qu'on se connaît, parfois, et se contenter de ce que l'on a. Néanmoins, mention spéciale au dernier morceau avec double basse qui montre peut-être la voie vers autre chose et a esquissé en finale une autre dimension à explorer, qui est pourtant cohérente avec le reste… malgré la corde cassée qui clôturait cruellement le chapelet de pépins techniques.


Pour la mi-temps reprise des performances piercing, avec la tant attendue suspension annoncée et projection d'extraits de la Passion du Christ selon Mel Gibson pour donner le ton (rien que ça !). Un collègue a eu alors la gentillesse de m'offrir un godet fort désaltérant et donc personnellement bien plus profitable, on s'est plus intéressé à la conversation, tandis qu'un peu plus loin certaines tombaient dans les vapes à la vue du spectacle (authentique !) Le temps de tout ranger et place à la musique à nouveau…


Je ne connaissais DIRGE que de réputation. Il ne m'a fallu que quelques instants pour rentrer complètement dedans. L'apparentement à Neurosis est limpide mais parvenu à un certain niveau on se fiche des ressemblances et des filiations. Et Dirge nous a emmené dans un voyage hallucinant, cet univers parallèle si ressemblant au nôtre gisant au plus profond de nos angoisses, et dont nous cherchons hypocritement à nous détourner. Pour une fois, voilà un groupe qui offre un mur d'images travaillé, vraiment en phase avec la musique et homogène par lui-même. Il n'est pas indispensable mais agrémente le trip onirique en l'enrichissant, en précisant les émotions par lesquelles on entend vous faire passer. Je ne me suis plus guère intéressé à ce qui se passait sur scène pour me laisser porter par ce son post-apocalyptique. Ivre de désespoir, dépouillé de tout, ne restait à l'auditeur-spectateur que l'introspection lentement guidée par les rares mais précieux râles des trois chanteurs, des rythmiques hypnotisantes savamment distillées par la section spécialisée, et des interventions proprement fascinantes à la guitare. 

Une telle complémentarité doit demander énormément de travail de composition aux musiciens, en tout cas l'investissement dans l'interprétation est totale et il ne peut pas en être autrement pour donner à cette musique la dimension qu'elle demande. Elle nous permet, coupés du temps mais projetés dans un autre espace, d'accéder en pleine conscience au plus profond de nos cauchemars, à cet Eraserhead qui gît dans nos âmes dévastées. Tout comme sa glorieuse référence, Dirge prend tout le temps d'installer ses ambiances, de dépeindre par le son le mal-être profond donnant âme au collectif, comme un maître particulièrement pédagogique. Je ne crois pas que beaucoup de titres aient été joués en comptabilité nette, mais c'est le genre qui le veut. Là encore, preuve était faite que le HC est une musique qui permet de dire ce qui n'est pas exprimable autrement, mais d'un point de vue radicalement différent que celui de Spinningheads. Malgré un premier morceau d'anthologie, une grande partie de l'assistance avait mis peu à peu les bouts discrètement. Bande d'ignares ! Il n'y a pas que le groupe local des copains de copains ou la scarification dans la vie ! Un peu pressés (mais courtoisement) par un staff désireux d'en finir vue l'heure avancée, il fut très difficile de redescendre vers le monde habituel. Dirge nous avait donné de vivre une expérience extra-ordinaire au sens premier du terme. Et m'avait prouvé que l'idée reçue selon laquelle l'aventure folle nous attend au coin de la rue n'est pas une fadaise mais une vérité vérifiable par soi-même !


Spinning Heads :

https://basementapesind.bandcamp.com/album/change-the-game

par RBD le 05/04/2021 à 12:00
   227

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
05/04/2021, 13:27:37

"Certaines tombaient dans les vapes à la vue du spectacle (authentique !)"

N'est pas Trve Evil qui veut... ... ...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46

Jus de cadavre

Oh putain comment ça pompe Carcass (les riffs, le chant, les compos, tout !)   ! C'est hyper bien fait, m(...)

12/05/2022, 18:39