Alors qu’OPETH s’apprête à sortir son magnum opus bilingue dans les semaines qui viennent, la sphère médiatique underground s’agite, de même que les magazines les plus établis. N’ayant pu pour le moment que jeter une oreille distraite et partielle sur l’œuvre en question, je rejoins l’avis prématuré de mes petits camarades de chambrée, partageant leur opinion sur ce qui semble déjà être la révélation ultime d’une rentrée qui clôturera un été chargé en émotions. Mais l’objet de cette chronique comme vous l’avez déjà compris n’est pas de gloser sur les qualités intrinsèques de cet album encore fantôme, mais d’en faire un rapprochement plus concret avec une œuvre déjà disponible sur le marché, à compte d’auteur, qui risque fort d’avoir un jaillissement beaucoup plus intime. Pourtant, les points communs entre les deux groupes existent, même si le cas abordé en ces lignes n’a pas grand-chose à voir avec un groupe, mais plutôt un one-man-band qui n’en est pas à son coup d’essai, loin de là… ARCTIC SLEEP, comme son nom semble l’indiquer, aime le silence, l’instant qui s’étire, les longues histoires que l’on raconte avec force détails. Projet entamé comme un duo en 2005, ARCTIC SLEEP n’a pas traîné pour imposer ses vues en longue-durée, publiant un an plus tard le séminal Mare Vaporum en autoproduction, un travail quasiment mystique enregistré dans des conditions amateurs et en home-studio, mais qui commençait par un postulat définitif sur la philosophie à suivre. « Over The Antifreeze Rainbow » et ses presque vingt minutes prévenait l’auditeur que le cheminement n’allait pas être de tout repos, et que toute prévisibilité était bannie. Cette impression allait se voir renforcée par les albums suivants, toujours de qualité égale, et se partageant entre DIY et support de Dripfeed Records, avant que le concept ne retombe entre les seules mains et cerveau de Keith D, multi-instrumentiste de génie, capable de passer de la guitare aux djembés, et de la basse au violoncelle, sans donner l’impression de bricoler ou d’hésiter. Et une fois de plus emmuré dans sa solitude, le leader au caractère bien trempé a décidé de retourner dans son home studio pour coucher sur bande digitale son septième LP, ce Kindred Spirits dont seul son chat Yoda fut mis dans la confidence…

Aidé en sa tâche par le batteur Nick Smalkowski, Keith D a donc pu laisser libre court à son imagination, et ne s’est aucunement bridé. Avec près d’une heure et dix minutes au compteur, et onze morceaux, Kindred Spirits est une somme de travail conséquente, qui poursuit les optiques entamées précédemment, sans les trahir, mais en proposant une évolution notable. Des compositions qui se veulent honnêtes et reflets du mode de pensée de leur auteur, qui privilégie encore une fois l’authenticité, l’analogique, les textures qui s’empilent, et le croisement des genres, lui qui un jour décrivit sa musique comme du Doom progressif. Sans tomber dans la limitation d’étiquettes restrictives, il est vrai que la musique d’ARCTIC SLEEP est en lien direct avec le Doom, mais vu au travers du prisme du Post Metal, allégé de ses systématismes les plus flagrants, mais conservant sa lourdeur qui devient ici paradoxalement d’une légèreté incroyable sous l’impulsion de mélodies presque Folk, et en tout cas méchamment Pop. Le résultat est comme d’habitude très troublant, un peu comme si notre cher Devin Townsend s’amusait à détourner les codes d’OPETH pour produire un album d’ANATHEMA, le tout sous supervision de THE OCEAN, plus enclins que d’ordinaire à agrémenter leur musique de rythmiques percussives. Mais autant rendre les choses plus claires qu’elles ne le sont. Aucun morceau sous la barre des quatre minutes, trois qui dépassent les huit ou neuf, pas mal qui bloquent à cinq ou six, et une impression générale contemplative, mais effective à la fois. Telle est la dure tâche à laquelle s’est attelé notre ami solitaire, à savoir pouvoir digresser durant de longues minutes sans perdre le fil de sa pensée. Et le résultat est aussi beau que concret, un peu comme une nostalgie fondée qui regretterait le passé pour de bonnes raisons tout en appréciant le moment présent. Difficile à expliquer, mais la musique se ressent après tout, et ne répond pas à une logique mathématique de chiffres et de raisonnements.

Et que ceux qui souhaiteraient des explications plus tangibles et des motifs moins abscons écoutent le monumental « Cloud Map ». S’ils n’y voient pas une certaine échappatoire de la cause Doom vers des motifs plus Post et donc un équilibre plus supportable, je renonce immédiatement à toute argumentation et m’en retourne écouter SLEEP sans espérer une porte de sortie. Impossible à l’écoute de ce morceau de ne pas penser à la collaboration entre Devin et Anneke sur certains passages de la tétralogie des addictions (particulièrement sur Ki, et Ghost), complétée par des éléments inhérents aux univers d’OPETH et ANATHEMA, notamment pour ces breaks surpuissants qui viennent soudainement casser la métronomie un peu trop bien huilée. Résumant en huit minutes son parcours global, Keith nous entraîne dans un monde hébergeant sans distinction les SMASHING PUMPKINS, ALICE IN CHAINS, THE GATHERING, OPETH, MONO, multiplie les couches harmoniques, distord sa propre réalité, et accouche d’une poésie harmonique et rythmique qui n’a que peu d’équivalent dans notre petit monde sclérosé de certitudes. Trop puissant pour être totalement Post, mais beaucoup trop évaporé pour n’être qu’un projet Metal - encore moins Doom - Kindred Spirits n’est rien de moins que l’union inévitable entre l’homme et ses désirs, sa volonté et ses actes, et se termine d’ailleurs par un épilogue d’une richesse incroyable, osant des éléments de Drone, d’Ambient, des arrangements sommaires mais qui s’imbriquent parfaitement, pour nous laisser sur une impression étrange, réveil d’un rêve sur lequel la réalité n’aurait absolument aucun contrôle.

« As Palms Give Way To Pines », multiplie les répétitions, en reprenant évidemment les logiques précédentes, mais en les démultipliant dans un même contexte, et sa majesté se renforce d’une couche de mélodies oniriques. « Meadows », est peut-être l’accroche la plus logique que Keith pouvait proposer, avec cette entame franche à base de riffs Post Grunge et de notes disséminées en arrière-plan. « Connemara Moonset » brise le moule et se répand en acoustique, mélangeant les percussions de base et quelques accords frappés avec conviction, le tout sur fond de basse traitée. « Night Mirror » met la batterie en sourdine, pour mieux développer une longue intro de plus de deux minutes, avant de nous assourdir d’une guitare distordue à l’extrême, et se rapprocher d’un NEUROSIS moins en proie aux affres de la psychose. Mais à quoi bon tenter de rassembler les pièces d’un puzzle qui une fois terminé, ne donne aucun indice sur la nature du panorama que nous avons contemplé ? A l’image d’un Robert Wyatt achevant seul son chef d’œuvre dans son coin, ARCTIC SLEEP/Keith D, pour des motifs différents sombre dans l’abysse de la solitude pour en extraire ses souvenirs immédiats les plus beaux, et nous propose un septième album en forme de septième année d’amour, de celles qui brisent ou unissent les couples. Et celui que nous formons avec lui n’est pas prêt de regretter une séparation, tant que les déclarations seront aussi magnifiques et sincères. Une autre musique, une autre voie, sombre et majestueuse autant que lumineuse et humble. A vous maintenant de décider si oui ou non, la rentrée effacera les souvenirs d’un été pas comme les autres.           

   

Titres de l’album :

                        1.Meadows

                        2.Lantern Curse

                        3.Kindred Spirits

                        4.Maritime Delusion

                        5.Eternal Sunbeam

                        6.Connemara Moonset

                        7.Night Mirror

                        8.Cloud Map

                        9.Welcome To The Harbor Light

                        10.As Palms Give Way To Pines

                        11.Old Soul

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/08/2019 à 14:46
88 %    123

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense