Alors, ça thrashe en Islande, ça thrashe en France, aux Etats-Unis, en Suède, au Mexique, au Japon, en Australie, en Italie, au Canada…Enfin bref, ça thrashe un peu partout, et même en Inde tiens. Après tout, pourquoi pas ? Le Thrash ne s’arrête pas aux frontières comme le nuage de Tchernobyl, et contamine toute la planète de ses rythmiques au cordeau et de ses vocaux au marteau. La scène indienne n’est certes pas la plus connue, même si quelques noms peuvent être cités, de la nouvelle et ancienne génération, comme ceux de BRUTE FORCE, BEHEADED CARNAGE, ZAELOUS, ou MORTAR. A cette liste loin d’être exhaustive s’ajoute celui très prédestiné des CHAOS, qui n’ont pas eu à aller puiser bien profond leur inspiration de baptême. Un nom simple, court et parfaitement adapté à une musique qui ne fait pas forcément dans le détail sans tomber dans le…chaos.

CHAOS, c’est une discographie encore assez maigre malgré une douzaine d’années d’existence, et une démo suivie d’un album du même nom quatre ans plus tard, Violent Redemption, avant quatre autres années d’oubli forcé pour revenir en trombe avec cet All Against All, qui traduit fort bien la philosophie d’un combo qui n’a pas la saccade dans sa poche.

JK (chant), Nikhil (guitare), Vishnu (basse) et Manu (batterie) nous opposent donc les sempiternelles références inhérentes au genre (SLAYER, KREATOR, PANTERA, MEGADETH, METALLICA, IRON MAIDEN, TESTAMENT, ANTHRAX, OVERKILL, et plus si affinités), mais imposent leur propre vision d’un Thrash sans concession, qui ne prend pas vraiment son temps pour nous agresser. Si les vaches sont sacrées en Inde, les taureaux eux déboulent sans prévenir, à l’image de cet introductif « The Great Divide », qui ouvre les portes de l’arène sans prévenir le public, et laisse le mastard charger et ruer dans les brancards sans prendre aucune précaution de protection.

Une intro pareille, sans ambages, rappelle d’ailleurs le fameux « Strenght Beyond Strenght » de PANTERA ou leur séminal « The Great Southern Trendkill », et toutes ces entrées en matière franches qui vous plongent directement dans le marasme d’un Metal sans pitié et incisif.

Profitant d’une production bien massive qui compresse la rythmique en laissant la guitare volubiler comme elle le souhaite, All Against All s’impose comme une gigantesque beigne dans la gueule, qui vous laisse chancelant, avant d’en rajouter deux trois coups dans l’estomac et les burnes. N’allez pas croire pour autant que nos amis asiatiques courent sans regarder où ils vont, puisque les tempi médium sont légion, et permettent d’asseoir la puissance pour mieux incruster les accélérations de manière impromptue.

Alors évidemment, tout ceci reste très classique. On sent les influences Thrash US jusque chez les voisins à trois pâtés de maison, mais la teinture Hardcore qui noircit les saillies est tangible et féroce comme il faut, sans que le Metal des indiens ne se décolore d’un Crossover fort peu à propos. Techniquement, les musiciens assurent comme il faut, et peuvent compter sur un guitariste aussi précis et puissant en rythmique qu’il n’est prolixe et détaillé en solo.

Si le chant assez monocorde de JK évoque plus la scène Néo-Hardcore américaine des années 2000, se permettant même quelques inflexions Metalcore assez décalées, l’instrumental lui se borne à suivre les commandements énoncés par la Bay Area des années 80, sans oublier de la frotter à la pugnacité du NYHC de la même période.

En résultent dix brulots qui vous fracassent le ciboulot, et qui vous malmènent d’un tempo qui cavale non piano, mais allegrissimo.

Difficile de faire la part des choses dans cette déferlante de brutalité, mais concédons à cette horde bruyante un indéniable savoir-faire en termes de motifs tournoyants infernaux, et de breaks qui laissent penaud. Aucune épiphanie ou surprise à craindre, le spectre est assez restreint, mais fonctionne comme un amalgame diabolique entre la technique prononcée d’un TOXIC et la vilénie bruyante d’un PANTERA en pleine trachéite aigue.

Tout n’est pas très digeste, et on attendra encore un peu que les CHAOS s’écartent un peu de leurs influences les plus évidentes, mais même lorsqu’ils oublient d’arrêter le chrono (« Patrons Of Pain »), ils gardent en tête qu’un riff accrocheur et que des glissements d’humeur sont les meilleurs compagnons d’une route un peu plus longue que la moyenne.

   

Dès lors, ils n’hésitent pas à rallonger un peu la rencontre en terminant leur assaut par un dernier coup de boutoir fracassant, « The Escape », qui cumule les attentions et rétentions, dans un déluge de puissance de feu que la bande au gros Phil Anselmo aurait pu envier à une période clé.

Sifflantes, harmoniques, mid tempo qui pique et accélérations typiques, le cahier de charges est passé en revue et les figures imposées accomplies avec un brio remarqué, et le manque de nuances dans le chant de JK est rapidement comblé par un investissement rauque déchaîné.

Manu en profite pour glisser quelques roulements et autres pirouettes sur ses futs, avant que la couleur du ciel ne change et ne se strie de nuages plus clairs et colorés, peints d’une acoustique à la TESTAMENT appréciable et remarquable.

On note alors que le quatuor semble aussi à l’aise dans la caresse que dans la vitesse, ce qui permet aussi à Nikhil de broder un thème mélodique admirable.

N’allez pas croire pour autant que la bande soit portée sur les câlins bande de gros malins, mais à vrai dire, de grosses mandales up tempo comme « Indoctrination » ou « All Against All » et son Thrashcore limite blasté vous feront vite réaliser que les CHAOS sont bien là pour le déclencher, et non vous permettre de faire la sieste en toute quiétude.

Mélange homogène, interprétation investie, et finesses techniques réussies, tel est le bilan de ce second album qui va permettre à l’Inde Thrash de se trouver un nouveau chef de file. Et en Inde, on thrashe comme ailleurs. Vite, puissamment, mais avec intelligence et dévouement. Alors, peu importe le pays pourvu qu’on headbangue, c’est un peu la philosophie qu’on peut dégager de cette chronique/écoute du samedi.


Titres de l'album:

  1. The Great Divide
  2. The Inevitable Genocide
  3. All Against All
  4. Indoctrination
  5. Death To The Elite
  6. The Enemy
  7. Patrons Of Pain
  8. Asylum
  9. Portrait In Blood
  10. The Escape

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/07/2017 à 18:02
75 %    376

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.