Alors, ça thrashe en Islande, ça thrashe en France, aux Etats-Unis, en Suède, au Mexique, au Japon, en Australie, en Italie, au Canada…Enfin bref, ça thrashe un peu partout, et même en Inde tiens. Après tout, pourquoi pas ? Le Thrash ne s’arrête pas aux frontières comme le nuage de Tchernobyl, et contamine toute la planète de ses rythmiques au cordeau et de ses vocaux au marteau. La scène indienne n’est certes pas la plus connue, même si quelques noms peuvent être cités, de la nouvelle et ancienne génération, comme ceux de BRUTE FORCE, BEHEADED CARNAGE, ZAELOUS, ou MORTAR. A cette liste loin d’être exhaustive s’ajoute celui très prédestiné des CHAOS, qui n’ont pas eu à aller puiser bien profond leur inspiration de baptême. Un nom simple, court et parfaitement adapté à une musique qui ne fait pas forcément dans le détail sans tomber dans le…chaos.

CHAOS, c’est une discographie encore assez maigre malgré une douzaine d’années d’existence, et une démo suivie d’un album du même nom quatre ans plus tard, Violent Redemption, avant quatre autres années d’oubli forcé pour revenir en trombe avec cet All Against All, qui traduit fort bien la philosophie d’un combo qui n’a pas la saccade dans sa poche.

JK (chant), Nikhil (guitare), Vishnu (basse) et Manu (batterie) nous opposent donc les sempiternelles références inhérentes au genre (SLAYER, KREATOR, PANTERA, MEGADETH, METALLICA, IRON MAIDEN, TESTAMENT, ANTHRAX, OVERKILL, et plus si affinités), mais imposent leur propre vision d’un Thrash sans concession, qui ne prend pas vraiment son temps pour nous agresser. Si les vaches sont sacrées en Inde, les taureaux eux déboulent sans prévenir, à l’image de cet introductif « The Great Divide », qui ouvre les portes de l’arène sans prévenir le public, et laisse le mastard charger et ruer dans les brancards sans prendre aucune précaution de protection.

Une intro pareille, sans ambages, rappelle d’ailleurs le fameux « Strenght Beyond Strenght » de PANTERA ou leur séminal « The Great Southern Trendkill », et toutes ces entrées en matière franches qui vous plongent directement dans le marasme d’un Metal sans pitié et incisif.

Profitant d’une production bien massive qui compresse la rythmique en laissant la guitare volubiler comme elle le souhaite, All Against All s’impose comme une gigantesque beigne dans la gueule, qui vous laisse chancelant, avant d’en rajouter deux trois coups dans l’estomac et les burnes. N’allez pas croire pour autant que nos amis asiatiques courent sans regarder où ils vont, puisque les tempi médium sont légion, et permettent d’asseoir la puissance pour mieux incruster les accélérations de manière impromptue.

Alors évidemment, tout ceci reste très classique. On sent les influences Thrash US jusque chez les voisins à trois pâtés de maison, mais la teinture Hardcore qui noircit les saillies est tangible et féroce comme il faut, sans que le Metal des indiens ne se décolore d’un Crossover fort peu à propos. Techniquement, les musiciens assurent comme il faut, et peuvent compter sur un guitariste aussi précis et puissant en rythmique qu’il n’est prolixe et détaillé en solo.

Si le chant assez monocorde de JK évoque plus la scène Néo-Hardcore américaine des années 2000, se permettant même quelques inflexions Metalcore assez décalées, l’instrumental lui se borne à suivre les commandements énoncés par la Bay Area des années 80, sans oublier de la frotter à la pugnacité du NYHC de la même période.

En résultent dix brulots qui vous fracassent le ciboulot, et qui vous malmènent d’un tempo qui cavale non piano, mais allegrissimo.

Difficile de faire la part des choses dans cette déferlante de brutalité, mais concédons à cette horde bruyante un indéniable savoir-faire en termes de motifs tournoyants infernaux, et de breaks qui laissent penaud. Aucune épiphanie ou surprise à craindre, le spectre est assez restreint, mais fonctionne comme un amalgame diabolique entre la technique prononcée d’un TOXIC et la vilénie bruyante d’un PANTERA en pleine trachéite aigue.

Tout n’est pas très digeste, et on attendra encore un peu que les CHAOS s’écartent un peu de leurs influences les plus évidentes, mais même lorsqu’ils oublient d’arrêter le chrono (« Patrons Of Pain »), ils gardent en tête qu’un riff accrocheur et que des glissements d’humeur sont les meilleurs compagnons d’une route un peu plus longue que la moyenne.

   

Dès lors, ils n’hésitent pas à rallonger un peu la rencontre en terminant leur assaut par un dernier coup de boutoir fracassant, « The Escape », qui cumule les attentions et rétentions, dans un déluge de puissance de feu que la bande au gros Phil Anselmo aurait pu envier à une période clé.

Sifflantes, harmoniques, mid tempo qui pique et accélérations typiques, le cahier de charges est passé en revue et les figures imposées accomplies avec un brio remarqué, et le manque de nuances dans le chant de JK est rapidement comblé par un investissement rauque déchaîné.

Manu en profite pour glisser quelques roulements et autres pirouettes sur ses futs, avant que la couleur du ciel ne change et ne se strie de nuages plus clairs et colorés, peints d’une acoustique à la TESTAMENT appréciable et remarquable.

On note alors que le quatuor semble aussi à l’aise dans la caresse que dans la vitesse, ce qui permet aussi à Nikhil de broder un thème mélodique admirable.

N’allez pas croire pour autant que la bande soit portée sur les câlins bande de gros malins, mais à vrai dire, de grosses mandales up tempo comme « Indoctrination » ou « All Against All » et son Thrashcore limite blasté vous feront vite réaliser que les CHAOS sont bien là pour le déclencher, et non vous permettre de faire la sieste en toute quiétude.

Mélange homogène, interprétation investie, et finesses techniques réussies, tel est le bilan de ce second album qui va permettre à l’Inde Thrash de se trouver un nouveau chef de file. Et en Inde, on thrashe comme ailleurs. Vite, puissamment, mais avec intelligence et dévouement. Alors, peu importe le pays pourvu qu’on headbangue, c’est un peu la philosophie qu’on peut dégager de cette chronique/écoute du samedi.


Titres de l'album:

  1. The Great Divide
  2. The Inevitable Genocide
  3. All Against All
  4. Indoctrination
  5. Death To The Elite
  6. The Enemy
  7. Patrons Of Pain
  8. Asylum
  9. Portrait In Blood
  10. The Escape

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/07/2017 à 18:02
75 %    314

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)