Alienist

Decimator

17/01/2020

Autoproduction

Un pseudo restrictif, du Thrash, le Brésil. Le décor est planté, et après le Death old-school, revoici le malicieux Thrash old-school pour une journée décidément placée sous le signe du classicisme. Mais celui des lusophones a ce petit plus euphorisant qui fait la différence entre l’anecdote et le plaisir immédiat. Je ne cacherai pas que j’avais déjà découvert les brésiliens à l’occasion d’une sortie antérieure, et que j’étais enchanté de les retrouver en 2020 pour constater si leur allant ne s’était pas émoussé. Et il aura suffi de quelques secondes pour me rassurer, puisque après une intro de rigueur, « Lift-Off » fonce dans le tas sans arrière-pensée, mais sans aucune empathie pour notre ouïe. Formé en 1999, ce groupe radical a pris son temps et s’est armé de patience avant de vomir sa musique sur le visage d’hordes médusées de tant de violence, et leur première démo ne vit le jour qu’en 2003, rapidement succédée par une seconde l’année d’après. Mais c’est en 2007 que le premier longue-durée fut lâché, avec un Killing Tendency qui ne laissait pas place au doute. Les originaires de Porto Alegre n’avaient pas l’intention de jouer la nuance ou la finesse mais bien de rendre hommage au radicalisme de leur pays, légèrement allégé d’une touche de précision US à peine remarquable. En substance, et après confirmation des tendances sur Bloodstained, paru en 2011, DECIMATOR s’affirmait comme une sorte de synthèse globale de courants mondiaux, embrassant l’intégrité brutale du Thrash brésilien, la rapidité précise de son homologue nord-américain, pour emballer le tout d’une folie instrumentale typiquement allemande, histoire d’offrir un melting-pot exhaustif de toutes les modes en vogue dans l’underground des années 80. Et c’est après neuf années de silence que nous retrouvons le quatuor plus remonté qu’une révolution sud-américaine avec cet Alienist qui ressemble plus à un carnage qu’à une thérapie élaborée.

Ne tournons pas autour du pot, ce que recherche ce groupe (Paulo Hendler - guitare/chant, Rodrigo Weiler - guitare, Patrícia Bressiani - basse et Alceu Martins - batterie), c’est l’effet bœuf, le choc frontal, la confrontation permanente, et la danse dangereuse sur le rebord du chaos. Semblant constamment se demander à quel moment le Thrash puissant vire Death méchant, les musiciens jouent avec les limites, à tel point qu’ils se rapprochent dans les passages les plus virulents d’une version rudimentaire des magiques SADUS. On pense aussi lorsque la vitesse atteint la limite aux miraculeux INCUBUS, alors que le background Thrash suggère des affinités avec la vague old-school actuelle des WARFECT et consorts. Ce qui frappe le plus fort, c’est cette tendance à toujours jouer la vitesse au profit de la lourdeur, alors que les brésiliens contrôlent tous les secteurs de jeu avec flair. Mais le tempo global, proche du Thrashcore et déraisonnable confère à ce troisième LP des allures de Reign in Blood sud-américain, revu et augmenté, sans bien sûr le génie du riff de King/Hanneman. On se dit aussi que les deux premiers albums de DEATHROW n’ont pas du tomber à côté de leurs oreilles, alors que les excès de SODOM semblent toujours d’actualité du côté du Brésil. Brésilien, mais pas bordélique, et surtout pas Black/Thrash. Loin des références nationales de SEPULTURA, SARCOFAGO, et autres adorateurs d’un malin cornu mais paillard, les DECIMATOR prônent une violence intense mais propre, et leurs breaks, leurs coupures sont toujours très nets. Grâce à un potentiel technique générique mais fiable, les quatre musiciens évitent le ragoût trop cuit, et nous proposent donc une symphonie de violence non-stop, que de rares pauses Heavy viennent interrompre sans l’enrayer.

Mais ne le cachons pas inutilement, Alienist n’est rien d’autre qu’une agression permanente, comme le classique de SLAYER put l’être en son temps. On en trouve des réminiscences proches du mimétisme, spécialement lorsque «Vivisection Of A Specimen With Opposable Thumbs Taken From The 3rd Planet Of Tp4c4152 Star System » (mais quelle idée de titre ???) sur son intro se souvient de la lourdeur de « Postmortem », avant une fois de plus de s’emballer et de tout charcler. Avec un batteur qui semble branché sur triphasé, un chanteur au timbre diabolique qui parfois aurait sa place dans un combo BM, deux guitares qui tronçonnent et découpent sans relâche, une basse féminine mais inexistante dans le mix, ce troisième album fait partie de ces « œuvres/sprint », hautement jouissives et qui ne relâchent jamais la pression, mais qui pourront rebuter les amateurs de structures plus alambiquées et d’atmosphères moins linéaires. Mais pris comme tel, et en faisant preuve de tolérance, ce jet de bile acide a de quoi laisser admiratif, puisque de « Lift-Off » à « Prato », la tension ne retombe jamais, et les BPM n’acceptent de compromis qu’en de rares occasions. Ces occasions sont pour la plupart du temps quelques secondes d’accalmie, sur des intros ou des breaks, et si « Asylum » montre pendant une courte minute un désir de temporisation, la nature des brésiliens reprend vite le dessus, malgré quelques mélodies lourdes accentuées par une rythmique écrasante. D’ailleurs, pour bien affirmer leur personnalité, les brésiliens terminent par un dernier massacre, avec le fulgurant « Prato », s’autorisant quelques saccades médium bienvenues.

Et au bout du compte, on pourrait même rapprocher Alienist de l’historique Interstellar Experience des allemands d’ASSASSIN, puisque les deux albums partagent ce sens de la brièveté et de l’agression sans concessions. Du brutal, du véloce, du fondamental, du féroce, pour une demi-heure d’agression non-stop, de quoi rassasier votre appétit de violence sans forcément bousculer l’ordre des choses. Mais les exutoires et les exercices de style ont du bon parfois.                 

            

Titres de l’album :

                              01. Earthling Punishment - Intro

                              02. Lift-Off

                              03. E.B.E

                              04. Pushing The Ionosphere

                              05. Alien Spring

                              06. Tempesta

                              07. Taken

                          08. Vivisection Of A Specimen With Opposable Thumbs Taken From The 3rd Planet Of Tp4c4152 Star System

                              09. Asylum

                              10. Prato

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/11/2022 à 17:52
78 %    64

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51