Recrudescence of Darkness

Riotor

07/10/2022

Autoproduction

Affirmation : un groupe capable de pondre un hymne de la trempe de « United Metal Maniacs » mérite le respect absolu de toute la communauté Metal extrême. Trois minutes et treize secondes de condensé de méchanceté absolue, synthétisée par tous les moyens possibles, de ces blasts d’intro jusqu’à ce refrain imparable qui nous ramène au meilleur d’EXCITER, VENOM, RAZOR et IMPALED NAZARENE. Ce titre à lui seul justifie l’écoute de ce quatrième longue-durée, venu briser un long silence qu’on pensait fatal.

Mais ce serait mal connaître les barbares de RIOTOR que de les croire si facilement occis ou aplatis pour le compte. Après tout, Rusted Throne avait marqué un hiatus de cinq années lui aussi, et autant dire que les canadiens préfèrent marquer le pas et revenir plus forts, qu’enchaîner et faiblir sur le champ de bataille.

RIOTOR c’est un peu ce cousin germain complètement branque, qui à chaque visite vous raconte des trucs de plus en plus incroyables, et qui mange avec les mains. Une sorte de fils illégitime né des unions contre-nature du KREATOR d’Endless Pain et de l’IMPALED NAZARENE d’Ugra Karma. Un rejeton pas vraiment fait pour respecter l’étiquette des repas de famille, et qui lance toujours une blague douteuse au moment du dessert. Capable de se lever de table et de hurler « pleasure to kill », la gueule pleine d’un paris-brest trop riche, et les doigts pointant du poing les traîtres et autres conspirateurs.

Recrudescence of Darkness tombe donc à pic pour nous rappeler que l’underground ne s’arrête jamais, et qu’il héberge certaines des entités les plus maléfiques de la création. Depuis le début de sa carrière, le quintet canadien (Mikalcoholic - chant, Stefanatik - batterie, Kevinator et Gabrihell - guitares, Nick Speed - basse, soit un line-up quasiment inchangé depuis les origines) n’a eu de cesse de provoquer la fanbase à grands coups de rythmiques mi-Thrash, mi-Black, de vociférations éructées d’une voix ferme, et de riffs circulaires empruntant tout autant à la vague nordique des années noires qu’au mouvement Thrash national popularisé dans les années 80. Et si le résultat de cette opération de destruction peut parfois paraître un peu redondant, il n’a jamais cessé d’être efficace et jouissif. Comme en témoignent une fois encore ces onze crachats acides qu’on prend en pleine face et qui font fondre les chairs.

Entre Black/Thrash et Thrash/Death, RIOTOR n’hésite guère, et fonce dans le tas, sans se préoccuper de la technique de mise à mort. Mais en insérant moult mélodies dans ses attaques frontales, le quintet de Quebec City joue un jeu extrêmement dangereux, mais Ô combien lucratif. Ecrasant de puissance et de folie, Recrudescence of Darkness s’inscrit dans une logique de progression lente mais sûre, et multiplie les actes de bravoure, entre violence crue et bestialité retenue. De fait, on se laisse aller aux plaisirs rétrogrades d’une brutalité franche, et on accepte le postulat suivant, sans rechigner : RIOTOR fait du vieux avec du vieux, et finalement, on s’en cogne complètement.

Rois autoproclamés de la vague Rétro-Thrash/Death/Black canadienne, les cinq musiciens frappent fort, très vite, en prenant soin de décorer leur barouf de quelques figures de style, entre fills diaboliques à la batterie, et déliés de guitare tout à fait honnêtes. Car les soli sont performants, en tout cas pour un groupe de ce créneau, mais c’est surtout la puissance globale qu’on note, et qui se manifeste à chaque couplet, chaque break et chaque envolée lyrique paillarde.

De là, impossible de vous mettre en avant un autre titre de l’envergure de ce déjà mythique « United Metal Maniacs ». Il vaut mieux considérer l’album comme un tout, avec une deuxième partie plus relevée et plus ambitieuse, portée par des morceaux comme « The Pigs of the Martyr », seul ralentissement notable qui ose des chœurs guerriers en arrière-plan, ou encore « Devil’s Pass », final catchy en diable avec son entame portée par une guitare redondante et saccadée juste ce qu’il faut.

RIOTOR excuse donc facilement sa longue absence, en nous fracassant d’un comeback impitoyable, manifeste de violence débridée qui flattera les psychopathes occultes et autres sociopathes incultes.  

         

Titres de l’album :

01. Birth of Depravity

02. United Metal Maniacs

03. Onward to Devastation

04. Matamore

05. Tower of Silence

06. Fraternal Genocide

07. The Pigs of the Martyr

08. Turning Land to Red

09. Death Scythe

10. Heaps of Lies

11. Devil’s Pass


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/05/2023 à 17:42
75 %    187

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kalandra + A.A. Williams + Lys Morke

RBD 27/11/2023

Live Report

Release Party Mortuary

Simony 24/11/2023

Live Report

Winter Rising Fest 2023

Simony 16/11/2023

Live Report

Krisiun + Baest + Defacing God + Triagone

RBD 15/11/2023

Live Report

Fear Factory + Butcher Babies + Ignea

RBD 14/11/2023

Live Report

Zanias / Clan of Xymox

RBD 03/11/2023

Live Report

Soror Dolorosa + Denuit + Tangerinecat

RBD 30/10/2023

Live Report

The Sisters of Mercy

RBD 25/10/2023

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

Y'a pas l'Elysée ? déçu...J'espère une première partie Squeezy, et toujours des chansons avec des camions, des bidets et du caca.

01/12/2023, 10:33

Gargan

Magma et villagers, ça sent hyper bon !!!

30/11/2023, 19:32

Buck Dancer

@Orphan, tu avais rectifié de toi même. Je voulais bien sûr parlé de la Temple ( où tu seras) et non la Valley. 

30/11/2023, 13:10

Orphan

Excellente nouvelle - commence à couter chére cette fin d'année

30/11/2023, 10:25

Orphan

@Buck Dancer : OK avec toi.Voila pourquoi, on va camper entre Altar / Temple / VIP ce jour la.(petit détour par SCOWL quand même, j'aime bien ce truc).

30/11/2023, 10:23

Buck Dancer

Le dimanche, si on enlève l'Altar et la Valley, on est quand même pas loin d'une affiche de Rock en Seine. Heureusement quelques groupes viennent sauver l'affiche. 

29/11/2023, 18:53

l\'anonyme

Quand je pense que les gens achètent leur place sans connaitre l'affiche. Il doit y avoir un paquet de reventes...

29/11/2023, 13:06

Orphan

Honnêtement ca fait biiiennn longtemps que je n'ai pas vu une affiche globalement aussi bonne pour un fest de cet envergure.Le problème au Hellfest c'est le public. Ca ca bougera pas, faut faire abstraction, mais sur papier ca régale.Et un gr(...)

29/11/2023, 09:46

Gargan

Et Fran Dresher ?

29/11/2023, 06:33

Humungus

Ouaip... ... ...J'm'attendais à une affiche bien plus pourrie que ça en fait...Cela aurait pu être mieux, mais cela aurait surtout pu être bien pire.

28/11/2023, 17:04

Saddam Mustaine

J'avais pas vu Shaka Ponk

28/11/2023, 12:09

Hellfest Kro

Bah je trouve qu'il y a de quoi se faire un beau festival quand même et ça évite de faire trop de choix cornélien, en élargissant ainsi l'offre. Ca ne me parait pas si catastrophique que ça, en dehors du tarif bien entendu...

28/11/2023, 11:20

Gargan

Cool, y'a Green Lung, donc j'espère qu'ils feront une ou deux autres dates à côté afin d'aller les voir (je reitère, leur dernier album est excellent). Je regarde surtout la liste dans cette optique hehe. j'ai levé un sourcil pour (...)

28/11/2023, 10:03

wolf88

https://open.spotify.com/intl-fr/album/0DjnUAbOJ2qAQ9W8Yt3d2o

27/11/2023, 19:14

wolf88

c est la deuxième Ep voir https://open.spotify.com/intl-fr/artist/2QuRcZhlvqqPp07kC9GcWI

27/11/2023, 19:11

RBD

Ah non ! Cela faisait quelque temps qu'aucun décès de musicien ne m'avait pas touché mais alors là... Quel immense guitariste ! Il s'était imposé dans tous les genres que KJ a parcouru au long d'une carrière incomparable. Reste (...)

27/11/2023, 00:50

Totoro

Triste nouvelle...Un guitariste avec un son propre et une vraie singularité. Il aura énormément apporté au Rock et au Metal ces 40 dernières années. Un perte immense...Repose en paix.

26/11/2023, 23:42

Wrong lineup

Hi, Lucas here from disarray, thanks for the amazing review, I just wanted to clarify that the lineup in the review is incorrect. Vigor and wiktor didn’t preform on the album.correct lineup: Lucas Lee vocals and lead guitar Valter Ernerot guitarEdvin Mo(...)

26/11/2023, 22:15

Lolo

Vu la même affiche que Totoro à la laiterie de Strasbourg : certainement le meilleur plateau auquel j'ai pu assister, avec quatre groupes à leur apogée d'un point de vue musical (albums Colony, Projector, Hatebreeder et Burning Bridges...).Pfff, on ne r(...)

26/11/2023, 08:53

Gargan

...Et en 2023 tu n'es JAMAIS frais le lendemain hahaha

24/11/2023, 16:04