« Pour jouer du Rock, faut des couilles ». Mouais, le genre de lieu commun qu’on entend depuis des décennies, et qui n’a d’autre but que de rassurer quelques males en mal de virilité de leur probité en testostérone un peu mal dosée. Non, je vais vous dire moi. Pour jouer du Rock, il faut des tripes, et tout le monde en a non ? D’ailleurs, on se tape complètement de savoir si un musicien porte un slip ou un soutien-gorge, du moment qu’il envoie la sauce…Et la sauce envoyée par les FOXY LADIES est plutôt du genre bien épicée, piquante sur le palais, et chaude sur l’estomac, sans pour autant déclencher des brulures incompatibles avec une dégustation appréciée. Ce jeune combo lyonnais né aux alentours de 2013 et articulé autour de Gabi (chant), Lucianne (guitare), Chloé (basse) et Emilie (batterie) n’a pas chômé depuis ses débuts, et a arpenté les scènes en solo, ou aux côtés de valeurs sures comme les NASHVILLE PUSSY, PUNISH YOURSELF, BLACK BOMB A, BURNING HEADS, OPIUM DU PEUPLE, UK SUBS, TRUST ou encore MASS HYSTERIA, ce qui vous en conviendrez, n’est pas donné à tout le monde et en dit plus long qu’il n’y parait sur leur potentiel. Ce même potentiel était patent et constatable sur leur premier EP Ignition, publié en 2015 et qui mit le feu aux poudres d’un Rock incandescent, et à la croisée des chemins, entre Punk, Rock, Grunge, et tout ce qui constitue la rébellion musicale depuis l’invention du déhanché pervers d’Elvis the Pelvis. Ici le déhanché est plutôt musical, et bien balancé, entre rythmiques simples mais puissantes, riffs directs en ambiance, et chant à la moue assumée et aux intonations délicieusement provocantes, sans non plus tomber dans la harangue violente ou scandée.

Alors, premier album, financé à 206% par des fans y croyant vraiment, et qui n’ont pas dû être déçus du résultat engendré. Décliné en format CD et digipack, ce Backbone est vraiment à l’image de son titre, et se veut épine dorsale d’un Rock sans chichis, qui sait aller à l’essentiel sans paraître trop simpliste. A son écoute, on pense évidemment à des tonnes de choses, des RAMONES à la scène de Seattle, en passant par les DAMNED, les SLITS, les RUNUWAYS sans ce côté sexy inutile, à MOTORHEAD évidemment, mais aussi aux MAID OF ACE, aux PISTOLS, et en fait, à tous les musiciens ayant épuré une musique qui devenait inutilement pompeuse et qui avait perdu de vue son but initial, permettre à la jeunesse de s’enrager en toute impunité, et de croire qu’elle pouvait renverser n’importe quel régime d’un mouvement de tête ou d’un majeur bien relevé. Ici, c’est l’efficacité qui prime, même si les musiciennes maitrisent suffisamment leur instrument pour ne pas se contenter d’un Punk Rock trop simplifié, en témoignent de petites choses en tout point séduisantes, comme ce « Hell Home » en demi-teinte, osant une mélodie un peu amère, sur fond d’alternance de riffs plombés et d’arpèges caressés. Là est la véritable force de ce groupe qui élargit ses horizons, et ne s’impose aucune barrière, qui de toute façon ne résisterait pas bien longtemps. Doté d’un son parfaitement équilibré, mettant en avant la basse ronde de Chloé, qui s’en donne à cœur joie dans son rôle de pivot (l’intro diabolique de « Sorrow Games », qui vous donne des fourmis RAMONES dans vos pieds BURNING HEADS), Backbone est un pur concentré d’énergie employée à dessein, et qui vous contamine en moins de temps qu’il ne vous en faudra pour beugler « Hey, ho, let’s go ».

Outre l’exubérance qui émane de pistes qui frisent d’indécence Rock, c’est surtout cette construction évolutive qui rend ce premier album aussi fascinant. Les FOXY LADIES, loin de jouer le rentre-dedans permanent, ont élaboré leur première œuvre avec une grande intelligence, nous assénant une bonne calotte en première partie, avant de sournoisement panser nos plaies sur la seconde. On trouve donc en début de parcours des hymnes incendiaires qu’on imagine encore plus pyromanes on stage, avant de tomber sur des digressions plus nuancées, mais pas moins énervées par la suite. A titre d’exemple, envoyez-vous la soyeuse mais rêche dualité « For Fools », aux accents modulés, qui joue beaucoup de son ambivalence entre un Grunge/Stoner un peu asséché, et quelques finesses rythmiques osées. Le jeu de batterie d’Emilie est à ce titre un véritable exemple de ce qu’un cogneur peut accomplir lorsqu’il n’oublie pas son rôle, sans pour autant se contenter d’un binaire trop facile à imposer. Mais les quatre instrumentistes valent le détour, à commencer par Gabi, qui joue de sa tessiture et de ses tonalités pour évoquer trente ans de vocalistes possédées, sans jamais les singer. Parvenant de sa voix à imiter Katie Jane Garside, Ari Up, Siouxsie ou bien Cherie Currie, selon les ambiances choisie, la frontwoman toise de sa superbe des morceaux faussement simples, mais réellement riches, qui unissent les époques et les styles tout en imposant le leur. Lequel ? Un Rock énergique, atypique, qui pique au Punk son urgence pour l’imposer dans la tourmente d’un Stoner Grunge très malin, qui ne crache pas sur des refrains bien chafouins (« An Old Cactus Dream »).

Il est dès lors très difficile de situer le groupe dans un contexte particulier, tant il s’évertue justement à échapper à toute règle trop figée. Si l’ouverture « Fallout » vous saute directement à la gorge de son mélange détonnant entre SAVE FERRIS et les MAID OF ACE, « Under Control » a tôt fait d’imposer la puissance au cœur des débats en la mâtinant d’une sensualité létale que Gabi sait parfaitement retranscrire sans tomber dans les clichés. De son côté, Lucianne tisse des textures très abrasives, parfois denses et aux mailles concentrées, mais ne rechigne jamais à aller chercher du côté du groove ou du Blues de quoi faire avancer la machine sans capoter. Et malgré cette fougue et cette rage juvénile qui transpirent de sillons en surchauffe, Backbone fait preuve d’une sidérante maturité résultant certainement de ces quelques années passées à transcender un public conquis d’avance. Les FOXY LADIES se veulent même « Monster Girl », in a monster world, en signant un hymne Pop-Punk que les early GO GO’S n’auraient certainement pas renié, et terminent le boulot via un accrocheur « The Gentle Art of Destruction » qui nous achève de son insolence Punk Rock nous ramenant aux origines du style… 

En tout cas, ce quatuor sait parfaitement où il va, et comment il compte s’y rendre. D’une approche moins directe que d’ordinaire, Backbone joue les mouches du coche, et sait se montrer insaisissable sans pour autant nous glisser entre les doigts. Brassant des influences hétéroclites dans un ensemble homogène, ce premier essai se transforme en démonstration, sans forcer, mais en osant la créativité et la pugnacité en un élan équilibré. Alors oui, il faut des tripes pour jouer du Rock. Mais aussi un minimum d’intelligence. Deux qualités dont les FOXY LADIES disposent en quantité illimitée.


Titres de l'album:

  1. Fallout
  2. Under Control
  3. Cerebral Maze
  4. Daisies
  5. Hell Home
  6. Sorrow Games
  7. For Fools
  8. An Old Cactus Dream
  9. Monster Girl
  10. The Gentle Art Of Destruction

Site officiel


par mortne2001 le 10/11/2017 à 17:07
80 %    221

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Vus en effet à Toulouse, les Allemands sont de vrais showmen et enfilent les tubes tout du long. Salle comble et vrai plaisir de jouer, bref, excellente soirée, seul le choix de Amaranthe en première partie, groupe insipide, est à revoir.


@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...