« Pour jouer du Rock, faut des couilles ». Mouais, le genre de lieu commun qu’on entend depuis des décennies, et qui n’a d’autre but que de rassurer quelques males en mal de virilité de leur probité en testostérone un peu mal dosée. Non, je vais vous dire moi. Pour jouer du Rock, il faut des tripes, et tout le monde en a non ? D’ailleurs, on se tape complètement de savoir si un musicien porte un slip ou un soutien-gorge, du moment qu’il envoie la sauce…Et la sauce envoyée par les FOXY LADIES est plutôt du genre bien épicée, piquante sur le palais, et chaude sur l’estomac, sans pour autant déclencher des brulures incompatibles avec une dégustation appréciée. Ce jeune combo lyonnais né aux alentours de 2013 et articulé autour de Gabi (chant), Lucianne (guitare), Chloé (basse) et Emilie (batterie) n’a pas chômé depuis ses débuts, et a arpenté les scènes en solo, ou aux côtés de valeurs sures comme les NASHVILLE PUSSY, PUNISH YOURSELF, BLACK BOMB A, BURNING HEADS, OPIUM DU PEUPLE, UK SUBS, TRUST ou encore MASS HYSTERIA, ce qui vous en conviendrez, n’est pas donné à tout le monde et en dit plus long qu’il n’y parait sur leur potentiel. Ce même potentiel était patent et constatable sur leur premier EP Ignition, publié en 2015 et qui mit le feu aux poudres d’un Rock incandescent, et à la croisée des chemins, entre Punk, Rock, Grunge, et tout ce qui constitue la rébellion musicale depuis l’invention du déhanché pervers d’Elvis the Pelvis. Ici le déhanché est plutôt musical, et bien balancé, entre rythmiques simples mais puissantes, riffs directs en ambiance, et chant à la moue assumée et aux intonations délicieusement provocantes, sans non plus tomber dans la harangue violente ou scandée.

Alors, premier album, financé à 206% par des fans y croyant vraiment, et qui n’ont pas dû être déçus du résultat engendré. Décliné en format CD et digipack, ce Backbone est vraiment à l’image de son titre, et se veut épine dorsale d’un Rock sans chichis, qui sait aller à l’essentiel sans paraître trop simpliste. A son écoute, on pense évidemment à des tonnes de choses, des RAMONES à la scène de Seattle, en passant par les DAMNED, les SLITS, les RUNUWAYS sans ce côté sexy inutile, à MOTORHEAD évidemment, mais aussi aux MAID OF ACE, aux PISTOLS, et en fait, à tous les musiciens ayant épuré une musique qui devenait inutilement pompeuse et qui avait perdu de vue son but initial, permettre à la jeunesse de s’enrager en toute impunité, et de croire qu’elle pouvait renverser n’importe quel régime d’un mouvement de tête ou d’un majeur bien relevé. Ici, c’est l’efficacité qui prime, même si les musiciennes maitrisent suffisamment leur instrument pour ne pas se contenter d’un Punk Rock trop simplifié, en témoignent de petites choses en tout point séduisantes, comme ce « Hell Home » en demi-teinte, osant une mélodie un peu amère, sur fond d’alternance de riffs plombés et d’arpèges caressés. Là est la véritable force de ce groupe qui élargit ses horizons, et ne s’impose aucune barrière, qui de toute façon ne résisterait pas bien longtemps. Doté d’un son parfaitement équilibré, mettant en avant la basse ronde de Chloé, qui s’en donne à cœur joie dans son rôle de pivot (l’intro diabolique de « Sorrow Games », qui vous donne des fourmis RAMONES dans vos pieds BURNING HEADS), Backbone est un pur concentré d’énergie employée à dessein, et qui vous contamine en moins de temps qu’il ne vous en faudra pour beugler « Hey, ho, let’s go ».

Outre l’exubérance qui émane de pistes qui frisent d’indécence Rock, c’est surtout cette construction évolutive qui rend ce premier album aussi fascinant. Les FOXY LADIES, loin de jouer le rentre-dedans permanent, ont élaboré leur première œuvre avec une grande intelligence, nous assénant une bonne calotte en première partie, avant de sournoisement panser nos plaies sur la seconde. On trouve donc en début de parcours des hymnes incendiaires qu’on imagine encore plus pyromanes on stage, avant de tomber sur des digressions plus nuancées, mais pas moins énervées par la suite. A titre d’exemple, envoyez-vous la soyeuse mais rêche dualité « For Fools », aux accents modulés, qui joue beaucoup de son ambivalence entre un Grunge/Stoner un peu asséché, et quelques finesses rythmiques osées. Le jeu de batterie d’Emilie est à ce titre un véritable exemple de ce qu’un cogneur peut accomplir lorsqu’il n’oublie pas son rôle, sans pour autant se contenter d’un binaire trop facile à imposer. Mais les quatre instrumentistes valent le détour, à commencer par Gabi, qui joue de sa tessiture et de ses tonalités pour évoquer trente ans de vocalistes possédées, sans jamais les singer. Parvenant de sa voix à imiter Katie Jane Garside, Ari Up, Siouxsie ou bien Cherie Currie, selon les ambiances choisie, la frontwoman toise de sa superbe des morceaux faussement simples, mais réellement riches, qui unissent les époques et les styles tout en imposant le leur. Lequel ? Un Rock énergique, atypique, qui pique au Punk son urgence pour l’imposer dans la tourmente d’un Stoner Grunge très malin, qui ne crache pas sur des refrains bien chafouins (« An Old Cactus Dream »).

Il est dès lors très difficile de situer le groupe dans un contexte particulier, tant il s’évertue justement à échapper à toute règle trop figée. Si l’ouverture « Fallout » vous saute directement à la gorge de son mélange détonnant entre SAVE FERRIS et les MAID OF ACE, « Under Control » a tôt fait d’imposer la puissance au cœur des débats en la mâtinant d’une sensualité létale que Gabi sait parfaitement retranscrire sans tomber dans les clichés. De son côté, Lucianne tisse des textures très abrasives, parfois denses et aux mailles concentrées, mais ne rechigne jamais à aller chercher du côté du groove ou du Blues de quoi faire avancer la machine sans capoter. Et malgré cette fougue et cette rage juvénile qui transpirent de sillons en surchauffe, Backbone fait preuve d’une sidérante maturité résultant certainement de ces quelques années passées à transcender un public conquis d’avance. Les FOXY LADIES se veulent même « Monster Girl », in a monster world, en signant un hymne Pop-Punk que les early GO GO’S n’auraient certainement pas renié, et terminent le boulot via un accrocheur « The Gentle Art of Destruction » qui nous achève de son insolence Punk Rock nous ramenant aux origines du style… 

En tout cas, ce quatuor sait parfaitement où il va, et comment il compte s’y rendre. D’une approche moins directe que d’ordinaire, Backbone joue les mouches du coche, et sait se montrer insaisissable sans pour autant nous glisser entre les doigts. Brassant des influences hétéroclites dans un ensemble homogène, ce premier essai se transforme en démonstration, sans forcer, mais en osant la créativité et la pugnacité en un élan équilibré. Alors oui, il faut des tripes pour jouer du Rock. Mais aussi un minimum d’intelligence. Deux qualités dont les FOXY LADIES disposent en quantité illimitée.


Titres de l'album:

  1. Fallout
  2. Under Control
  3. Cerebral Maze
  4. Daisies
  5. Hell Home
  6. Sorrow Games
  7. For Fools
  8. An Old Cactus Dream
  9. Monster Girl
  10. The Gentle Art Of Destruction

Site officiel


par mortne2001 le 10/11/2017 à 17:07
80 %    278

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?