« Pour jouer du Rock, faut des couilles ». Mouais, le genre de lieu commun qu’on entend depuis des décennies, et qui n’a d’autre but que de rassurer quelques males en mal de virilité de leur probité en testostérone un peu mal dosée. Non, je vais vous dire moi. Pour jouer du Rock, il faut des tripes, et tout le monde en a non ? D’ailleurs, on se tape complètement de savoir si un musicien porte un slip ou un soutien-gorge, du moment qu’il envoie la sauce…Et la sauce envoyée par les FOXY LADIES est plutôt du genre bien épicée, piquante sur le palais, et chaude sur l’estomac, sans pour autant déclencher des brulures incompatibles avec une dégustation appréciée. Ce jeune combo lyonnais né aux alentours de 2013 et articulé autour de Gabi (chant), Lucianne (guitare), Chloé (basse) et Emilie (batterie) n’a pas chômé depuis ses débuts, et a arpenté les scènes en solo, ou aux côtés de valeurs sures comme les NASHVILLE PUSSY, PUNISH YOURSELF, BLACK BOMB A, BURNING HEADS, OPIUM DU PEUPLE, UK SUBS, TRUST ou encore MASS HYSTERIA, ce qui vous en conviendrez, n’est pas donné à tout le monde et en dit plus long qu’il n’y parait sur leur potentiel. Ce même potentiel était patent et constatable sur leur premier EP Ignition, publié en 2015 et qui mit le feu aux poudres d’un Rock incandescent, et à la croisée des chemins, entre Punk, Rock, Grunge, et tout ce qui constitue la rébellion musicale depuis l’invention du déhanché pervers d’Elvis the Pelvis. Ici le déhanché est plutôt musical, et bien balancé, entre rythmiques simples mais puissantes, riffs directs en ambiance, et chant à la moue assumée et aux intonations délicieusement provocantes, sans non plus tomber dans la harangue violente ou scandée.

Alors, premier album, financé à 206% par des fans y croyant vraiment, et qui n’ont pas dû être déçus du résultat engendré. Décliné en format CD et digipack, ce Backbone est vraiment à l’image de son titre, et se veut épine dorsale d’un Rock sans chichis, qui sait aller à l’essentiel sans paraître trop simpliste. A son écoute, on pense évidemment à des tonnes de choses, des RAMONES à la scène de Seattle, en passant par les DAMNED, les SLITS, les RUNUWAYS sans ce côté sexy inutile, à MOTORHEAD évidemment, mais aussi aux MAID OF ACE, aux PISTOLS, et en fait, à tous les musiciens ayant épuré une musique qui devenait inutilement pompeuse et qui avait perdu de vue son but initial, permettre à la jeunesse de s’enrager en toute impunité, et de croire qu’elle pouvait renverser n’importe quel régime d’un mouvement de tête ou d’un majeur bien relevé. Ici, c’est l’efficacité qui prime, même si les musiciennes maitrisent suffisamment leur instrument pour ne pas se contenter d’un Punk Rock trop simplifié, en témoignent de petites choses en tout point séduisantes, comme ce « Hell Home » en demi-teinte, osant une mélodie un peu amère, sur fond d’alternance de riffs plombés et d’arpèges caressés. Là est la véritable force de ce groupe qui élargit ses horizons, et ne s’impose aucune barrière, qui de toute façon ne résisterait pas bien longtemps. Doté d’un son parfaitement équilibré, mettant en avant la basse ronde de Chloé, qui s’en donne à cœur joie dans son rôle de pivot (l’intro diabolique de « Sorrow Games », qui vous donne des fourmis RAMONES dans vos pieds BURNING HEADS), Backbone est un pur concentré d’énergie employée à dessein, et qui vous contamine en moins de temps qu’il ne vous en faudra pour beugler « Hey, ho, let’s go ».

Outre l’exubérance qui émane de pistes qui frisent d’indécence Rock, c’est surtout cette construction évolutive qui rend ce premier album aussi fascinant. Les FOXY LADIES, loin de jouer le rentre-dedans permanent, ont élaboré leur première œuvre avec une grande intelligence, nous assénant une bonne calotte en première partie, avant de sournoisement panser nos plaies sur la seconde. On trouve donc en début de parcours des hymnes incendiaires qu’on imagine encore plus pyromanes on stage, avant de tomber sur des digressions plus nuancées, mais pas moins énervées par la suite. A titre d’exemple, envoyez-vous la soyeuse mais rêche dualité « For Fools », aux accents modulés, qui joue beaucoup de son ambivalence entre un Grunge/Stoner un peu asséché, et quelques finesses rythmiques osées. Le jeu de batterie d’Emilie est à ce titre un véritable exemple de ce qu’un cogneur peut accomplir lorsqu’il n’oublie pas son rôle, sans pour autant se contenter d’un binaire trop facile à imposer. Mais les quatre instrumentistes valent le détour, à commencer par Gabi, qui joue de sa tessiture et de ses tonalités pour évoquer trente ans de vocalistes possédées, sans jamais les singer. Parvenant de sa voix à imiter Katie Jane Garside, Ari Up, Siouxsie ou bien Cherie Currie, selon les ambiances choisie, la frontwoman toise de sa superbe des morceaux faussement simples, mais réellement riches, qui unissent les époques et les styles tout en imposant le leur. Lequel ? Un Rock énergique, atypique, qui pique au Punk son urgence pour l’imposer dans la tourmente d’un Stoner Grunge très malin, qui ne crache pas sur des refrains bien chafouins (« An Old Cactus Dream »).

Il est dès lors très difficile de situer le groupe dans un contexte particulier, tant il s’évertue justement à échapper à toute règle trop figée. Si l’ouverture « Fallout » vous saute directement à la gorge de son mélange détonnant entre SAVE FERRIS et les MAID OF ACE, « Under Control » a tôt fait d’imposer la puissance au cœur des débats en la mâtinant d’une sensualité létale que Gabi sait parfaitement retranscrire sans tomber dans les clichés. De son côté, Lucianne tisse des textures très abrasives, parfois denses et aux mailles concentrées, mais ne rechigne jamais à aller chercher du côté du groove ou du Blues de quoi faire avancer la machine sans capoter. Et malgré cette fougue et cette rage juvénile qui transpirent de sillons en surchauffe, Backbone fait preuve d’une sidérante maturité résultant certainement de ces quelques années passées à transcender un public conquis d’avance. Les FOXY LADIES se veulent même « Monster Girl », in a monster world, en signant un hymne Pop-Punk que les early GO GO’S n’auraient certainement pas renié, et terminent le boulot via un accrocheur « The Gentle Art of Destruction » qui nous achève de son insolence Punk Rock nous ramenant aux origines du style… 

En tout cas, ce quatuor sait parfaitement où il va, et comment il compte s’y rendre. D’une approche moins directe que d’ordinaire, Backbone joue les mouches du coche, et sait se montrer insaisissable sans pour autant nous glisser entre les doigts. Brassant des influences hétéroclites dans un ensemble homogène, ce premier essai se transforme en démonstration, sans forcer, mais en osant la créativité et la pugnacité en un élan équilibré. Alors oui, il faut des tripes pour jouer du Rock. Mais aussi un minimum d’intelligence. Deux qualités dont les FOXY LADIES disposent en quantité illimitée.


Titres de l'album:

  1. Fallout
  2. Under Control
  3. Cerebral Maze
  4. Daisies
  5. Hell Home
  6. Sorrow Games
  7. For Fools
  8. An Old Cactus Dream
  9. Monster Girl
  10. The Gentle Art Of Destruction

Site officiel


par mortne2001 le 10/11/2017 à 17:07
80 %    189

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.