Revelator

The Amenta

19/02/2021

Debemur Morti Productions

« Je pense que la seule façon d’apprécier notre musique est de garder l’esprit ouvert. De n’avoir aucune idée préconçue à propos du groupe ou du style. C’est en tout cas dans cet état d’esprit que nous l’avons créé, et je pense que c’est de cette façon qu’il doit être apprécié. Honnêtement, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un  disque d’Indus ou de Death Metal, c’est tout bonnement de la musique extrême. Les passages d’une rare violence sont contrebalancés par des ambiances légères. C’est un album organique, et pas du tout le genre de bruit industriel digital que nous sommes constamment censés produire »

Ainsi parlait non Zarathoustra, mais Timothy Pope, responsable des claviers et des samples au sein du groupe australien THE AMENTA (pour les néophytes, sous terre en égyptien). Mais depuis sa création en 2002 à Sydney, ce groupe unique n’a eu de cesse de redéfinir son approche pour conserver sa singularité, profitant de longues périodes de silence pour faire des bilans et retrouver l’inspiration. Et cette fois-ci, le quintet (Diazonon - batterie, Erik Miehs - guitare, Timothy Pope - claviers/samples, Dan Quinlan - basse et Cain Cressall - chant) a clairement mis à profit les huit années d’absence séparant ce quatrième album de son prédécesseur. D’ailleurs, loin d’une interprétation personnelle, ce constat est validé par le groupe lui-même qui admet avoir eu besoin de recul pour continuer son histoire musicale singulière. Flesh Is Heir avait pourtant méchamment marqué les esprits, à tel point que les fans le pensaient proche de la perfection la plus absolue dans un genre n’en étant pas vraiment un. Mais THE AMENTA n’est pas le genre de groupe à se reposer sur ses lauriers, et nous notons sur ce Revelator une volonté d’aller plus loin, encore plus loin, sans changer de nature ou contredire ses précédents postulats.

Qui sont vraiment ces musiciens, qui une fois réunis, repoussent les limites de l’extrême pour lui faire épouser des formes étranges ? Les éléments de réponse se trouvent dans la discographie du combo, qui s’étale aujourd’hui sur quasiment vingt ans depuis la sortie du séminal et introductif Occasus, déjà largement loué à l’époque. Un groupe qui utilise des éléments épars pour les mélanger au sein d’un creuset d’inspiration unique, en convergence du Death, du Black, de l’Indus et de l’Ambient. Un groupe qui a donc raison de refuser les étiquettes pour n’accepter que celle généraliste d’un Metal vraiment extrême, mais pas dans le sens le plus brutal du terme. Non, ici, le terme revêt sa définition la plus précise, dans l’absence de limites.

Dans ses arguments promotionnels, le quintet fait appel à une emphase assez coutumière, mais définit très bien les contours de son projet :

THE AMENTA a utilisé ces sept années de hiatus pour déconstruire méthodiquement son approche, et la ré imaginer. Le groupe a intégré des éléments de Black Metal Industriel puissant, des textures Ambient/Noise assez perturbantes et cinématiques, des parties de violon traité, de l’acoustique effrayante et des éléments électroniques qui forment un labyrinthe constitué d’hymnes infectieux à l’effondrement de la société, qui juxtapose des moments oniriques étrangement calmes avec un malaise discordant d’une gigantesque charge émotionnelle

Cette description peut paraître pompeuse, et elle l’est d’une certaine façon, et pourtant, elle fournit les clés pour comprendre l’œuvre. Et dès l’attaque longue et féroce de « An Epoch Ellipsis », on comprend que l’ellipse sera l’un des éléments majeurs de cette réalisation, comme si le groupe n’avait pas voulu tout révéler pour que l’auditeur trouve sa place dans la traduction de la musique. A vous donc d’interpréter les silences, les acoustiques précieuses et les instants de rage pure. En juxtaposant la rudesse d’un Death contemporain à la rigidité Indus d’un Black vraiment martial, les australiens créent un vortex de puissance dont nul ne sort indemne. Les stigmates sont physiques évidemment avec des tympans mis à rude épreuve, mais aussi psychologiques : car en tant que bande-son d’une époque trouble, ce quatrième album est d’une haute teneur en lucidité et représente peu ou prou la concrétisation artistique d’une fin annoncée.

Outre l’immense travail instrumental de collage et de liberté de ton, c’est la prestation hallucinante de Cain Cressall qui laisse admiratif. Le chanteur s’est incarné en oracle d’infortune, et module ses respirations, ses cris, et ses invocations pour nous guider à travers ce labyrinthe qui ne propose sans doute aucune sortie. Epaulé par une section rythmique inspirée et par le talent incontestable du frappeur poulpe Diazonon (ABRAMELIN, CONSUMMATION, CRISISACT, KING, PROPHET OF ABHOTH, PSYCROPTIC, RUINS, WEREWOLVES, ex-DISSEMINATE, ex-PESTILENCE, ex-BLOOD DUSTER, sorte de Hellhammer des années 2010), Cain profite donc des riffs dissonants et discordants, mais aussi des cassures en silence inquiétant pour égrener ses litanies, et offre une performance théâtrale.

De fait, et plus simplement, l’album se découpe en pistes de longueur variables, mais nécessite une écoute globale pour être appréhendé tel qu’il a été conçu. Entre les inserts brefs et classiques (« Psoriastasis »), et les longues progressions incantatoires et hypnotiques (« Twined Towers », Heavy Metal extrême et Ambient qui sonne comme une musique de film), l’équilibre est instable mais parfait, et laisse libre cours à l’imagination des musiciens. Inserts brefs et troubles (« Wonderlost »), reprise tonitruante et écrasante de Death/Indus (« Overpast »), Revelator revient à l’essentiel, mais refuse la facilité. Tel un cliché pris à un instant T et qu’on développe, il fonctionne comme un portrait très ponctuel de THE AMENTA, qui sans avoir vraiment changé de traits, offre un visage plus mature.

Une photo qui ramène le groupe à la vie, et qui continue une histoire fascinante née à l’orée du nouveau siècle. Tout en sachant très bien que ce siècle pourrait justement être le dernier.      

              

                                                                                              

Titres de l’album:

01. An Epoch Ellipsis

02. Sere Money

03. Silent Twin

04. Psoriastasis

05. Twined Towers

06. Parasight Lost

07. Wonderlost

08. Overpast

09. Parse Over


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/03/2021 à 17:50
80 %    181

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35