Vous choisissez un album de façon arbitraire, parce qu’il vous interpelle, parce que vous savez d’avance ce que vous allez en dire. Parce que sa musique vous est familière. C’est une optique dite « confortable », qui vous permet de signer un article en moins de temps qu’il n’en faut pour justifier votre choix. Et parfois, c’est un album qui vous choisit, insidieusement, malicieusement, mais en même temps, qui vous honore de son faux hasard se transformant en réelle découverte, et une évidence qui découle sur une difficulté suprême. Car ressentir la musique est une chose simple, un besoin élémentaire dirais-je même, comme de respirer, de dormir, ou autres nécessités vitales primaires. Mais l’expliquer en est une problématique presque insoluble, lorsque les mots vous échappent et que les comparaisons faciles se font la malle. Dès lors, vous faites face à cette page blanche, alors que les sensations se bousculent dans votre tête, qui affronte une symphonie de ricochets qui pourtant laisse les mains immobiles, et les sens altérés. En choisissant de ne pas choisir, on laisse le destin guider ses pas, et on espère tant bien que mal pouvoir coucher sur clavier un ressenti que le langage peine à traduire. Et en croisant le chemin des allemands d’ANTISOPH, je savais que la tâche serait rude. Et pas seulement parce qu’aucun site ne traite de leur cas, pas seulement parce que leurs pages officielles se contentent simplement de signaler leur existence, pas seulement parce que leur label se borne à reproduire les éléments techniques de leur Bandcamp, mais parce que leur musique est indéfinissable en soi. Indéfinissable, dans tous les sens que revêt ce terme opaque. Avant-gardiste certainement, expérimentale, viscéralement, fluctuante, selon l’inspiration, dissonante selon les conventions, progressive parce que non-statique, mais aussi mélodique, psychédélique par vulgarisation, puissante dans le fond, mais terriblement sinueuse dans la forme.

Alors, à quoi bon ?

A quoi bon essayer de trouver des formules à l’emporte-pièce pour vous convaincre que ce premier album éponyme et second sous un autre nom est certainement l’un des disques les plus fascinants du moment ? Autant lâcher un flou et générique « Un must, à écouter d’urgence », qui comblera les moins complaisants à une littérature de jugement superfétatoire, et qui me permettra de continuer à essayer de percer le mystère Antisoph, tranquillement, sans deadline à respecter. Mais laissez-moi vous expliquer un peu le comment du pourquoi de cette aura qui nimbe d’un voile étrange la première/seconde réalisation de ce trio venu d’Allemagne. Fondé en 2014, et d’abord baptisé ORB, ce trio (Jan M. Plewka - guitare/chant, Christopher Duis - batterie et Wolfram Eggebrecht - basse) a proposé un premier LP sous cette appellation, Craft, sorti en 2016 et disponible en streaming sur le Bandcamp d’ANTISOPH. En changeant de patronyme, les acolytes de la démonstration en faux-semblant n’ont pas vraiment changé d’optique, même si les rares sites les mentionnant ont glissé d’un BM d’avant-garde à un BM progressif, sans vraiment savoir que ces étiquettes ne balisent absolument pas le territoire. Car Antisoph est à peu près aussi BM que les VIRUS peuvent l’être, que DEATHSPELL OMEGA et SHINING ne le seront jamais, et pourtant, ils en empruntent une partie des tics et une attitude globale, fondée sur la liberté d’exécution et l’expérimentation justifiée. Mais de là à pouvoir affilier le trio à un mouvement quelconque, la problématique est aussi vaine que de tenter d’extraire une racine cubique de tête, entouré de candidats de télé-réalité. Mais comme j’affectionne particulièrement les causes perdues d’avance, autant lancer les paris et tenter de trouver la sortie d’un labyrinthe qui n’en a peut-être pas.

Un labyrinthe. L’image me sied. En écoutant cet album, on a clairement la sensation d’avoir été poussé à l’aveugle dans le dédale végétal de Shining, le film, avec nos seuls sens restant pour nous orienter. Dès lors, inconsciemment, on fait appel à ce fameux sixième sens, qui fonctionne au-delà de la perception naturelle des choses, et on se laisse porter par les évènements, en acceptant le risque de l’impasse ou de la blessure occasionnelle. Les ANTISOPH aiment changer leur décor, le métamorphoser, mais ils ont quand même la décence d’en laisser la structure globale initiale inchangée. Celle-ci repose sur un canevas rythmique multiple, qui ose les mesures impaires, les soudains blasts incongrus, les ralentissements sévères, et les cassures imprévues. Mais aussi variable soit ce schéma, il n’en respecte pas moins de codes, avec des patterns qu’on retrouve à intervalles réguliers, et qui finissent par dessiner les contours d’une équation à X inconnues, que seul ce fameux ressenti peut vous aider à résoudre. De mémoire, je n’ai pas le souvenir d’un album aussi complexe tout en restant d’une simplicité mélodique tangible. Ici, les idées s’imbriquent en toute logique erratique, mais ne choquent pas de leur superposition. On a parfois le sentiment d’avoir affaire à une version dénaturée des NOMEANSNO, perdus en terre du milieu dominée par un reflet négatif des PERIPHERY, qui apprendraient alors aux canadiens l’art séculaire du BM progressif à la DODECAHEDRON. Une sorte de miroir déformant qui privilégie la cohésion de la déstructuration instrumentale à la démonstration individuelle. Car même si le chant très Post de Jan M. Plewka nous aiguille sur la piste d’un Post BM à tendance progressive, je ne peux m’empêcher de considérer la chose d’un œil très concret et pas du tout contemplatif.

Mais vous pouvez prendre le problème à l’envers, à l’endroit, la donne ne changera pas. Histoire de vous compliquer les choses, je pourrais vous conseiller de commencer l‘analyse par « Distant Scream », qui de ses treize minutes synthétise à merveille l’entreprise de démolition. Je pourrais aussi vous fourvoyer en vous renvoyant dans les cordes du sublime « Ghostking » qui ose l’implantation Post-Hardcore dans un contexte purement Technico-Progressif. Ou, je pourrais vous dire que la silhouette de KING CRIMSON toise de sa superbe le corps inerte des VIRUS, moins psychédéliques qu’à l’habitude. Ou citer l’école arty française, et les MAGMA, les MOVING GELATINE PLATES propulsés trente ans en avant pour servir de modèle Metal à un public qui n’a pas connu les MJC. Parler de cette double grosse caisse permanente qui pourtant n’use pas la patience. Citer ces riffs solides et élastiques qui rappellent CYNIC, CANDIRIA, ou ces arpèges humant Zappa pour respirer ATHEIST. Enfin, je pourrais dire ce que je veux, sans vraiment parvenir à mes fins, attirer votre attention vers cet album que les ANTISOPH ont voulu aussi facilement appréciable qu’aisément rejetable. Ou alors, il me reste cette solution, que je ne privilégie pas, et qui pourtant, reste la seule alternative viable.

Un must, à écouter d’urgence.     

                   

Titres de l’album:

     1.Karmaghoul

     2.Hypnoroom

     3.Distant Scream

     4.Death

     5.Teleport Maze

     6.Ghostking

     7.Rejoice

Bandcamp officiel

Facebook officiel



par mortne2001 le 08/06/2018 à 17:54
88 %    290

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.