Highway to the Ruhrzone

Futurephobia

24/12/2019

Autoproduction

Celui-là, je l’ai choisi pour deux raisons. La première, sa pochette qui tue vraiment les yeux, et qui m’a rappelé le Black Moon Rising de Harley Cokeliss avec Tommy Lee Jones. La seconde, la voix vraiment démente de Daniel G., sorte de monstre de Frankenstein créé à base de cordes vocales et de morceaux de gorge de Paul Baloff, Dawn Crosby, Gerre de TANKARD et Sean Killian de VIO-LENCE. J’avoue avoir rarement entendu un timbre de voix aussi hystérique et méchamment suraigu, capable de transcender à ce point un Thrash de facture parfaitement classique, au point de le transformer en bacchanales infernales organisées par des démons lubriques et autres succubes vénéneuses et maléfiques. Car admettons-le, en dehors de cette caractéristique unique, la musique des allemands de FUTUREPHOBIA est très générique, et symptomatique de la vague germaine de Metal baston des années 80. Ils s’en honorent même, et leur baptême même souligne cette aversion du futur et de ses déviations à venir, et cet amour inconditionnel voué au Metal le plus incorruptible des eighties. Nous en venant du nord de Dortmund, Max, Simon, Daniel, und Julian nous offrent sur leur bio un résumé à la Zola, évoquant leurs parents mineurs soudainement privés de leur travail, et leur jeunesse passée dans les bunkers à jouer une musique de sauvages qui n’allait pas tarder à se matérialiser sous la forme d’une démo, Nuclear Party Shelter, publiée en 2018. Cette maquette posait donc les fondements de leur art, art qui repose sur un principe simple : piller le back catalogue des anciens pour en refourguer les riffs les plus éprouvés, et ainsi s’affilier à la vague nostalgique actuelle avec crédibilité. Et effectivement, le résultat, sans être transcendant est crédible, enthousiasmant et presque euphorisant, pour peu que l’on parvienne à mettre de côté les évidences les plus lénifiantes.

Ces évidences, ce sont évidemment des influences, celles du Thrash de la Ruhr d’il y a trente ans, ce que le titre Highway to the Ruhrzone évoque sans prendre de gants. On retrouve donc dans la musique des allemands tout ce qui a fait la richesse du patrimoine bordélique de leur pays, avec un amalgame rigolo de tendances DESTRUCTION renforcées par des allusions cocasses à TANKARD, DEATHROW, LIVING DEATH, j’en passe et des moins importants, la production de l’époque étant l’une des plus pléthoriques de l’histoire. Mixé und masterisé par Andy Classen au Stage-One-Studio, Highway to the Ruhrzone n’est pas l’épiphanie du siècle, mais bien un solide petit EP qui fait du bien aux oreilles, et qui nous permet de renouer avec un passé qui est sans cesse évoqué par la nouvelle génération. On y retrouve donc tous les réflexes d’époque, ces riffs tronçonnés avec fermeté, ces rythmiques franches et véloces, mais surtout, ce chant parfaitement atypique qui nous évoque un exorcisme ayant mal tourné, et supervisé par les plus allumés des vocalistes Thrash soudainement convertis aux cérémonies d’expiation. Daniel G, de ses invectives incroyables, se transforme en hyène rigolarde et prête à dévorer un nouveau-né abandonné sur le bord de la route, et parvient à sublimer des titres de facture très classique qui sans lui, auraient eu beaucoup de mal à décoller. Certes, les chœurs typiquement germains en arrière-plan soutiennent bien ses harangues, mais entre des guitares qui ne s’aventurent jamais en dehors de leur zone de confort, un tandem basse/batterie des plus formels, et des thèmes qu’on peut siffloter à l’avance sans les connaître, cet EP peut remercier son incroyable chanteur d’avoir un timbre aussi étrange et vrillant.

L’ensemble tient donc largement la route, parvenant à retrouver les sensations éprouvées entre 85 et 87 entre Berlin et Brème, mais se montre encore un peu tendre pour prétendre au rang de découverte fondamentale. Avec seulement quatre morceaux pour douze minutes de musique, les FUTUREPHOBIA ne parviennent pas encore à nous convaincre du caractère indispensable de leur pratique, et laissent parler les automatismes sans prendre le moindre risque. Certes, la production très clean d’Andy « HOLY MOSES » Classen confère à cet EP un professionnalisme indéniable, mais en se satisfaisant de structures déjà largement éprouvées et usées, les allemands restent en terrain trop connu pour impressionner. Leur Thrash est léger, fun, légèrement Crossover, mais pas assez rapide pour rendre fou, pas assez intense pour nous éviter de bander mou, et demande encore quelques années de maturation pour vraiment exhaler la violence. Highway to the Ruhrzone reste donc un truc sympa pour meubler un quart d’heure d’attente à la CAF ou patienter jusqu’à la sortie d’un produit plus attendu, mais n’atteint jamais l’intensité de ses références avouées. Dommage, mais la Ruhr ne s’est pas faire en un jour, alors laissons leur le temps de murir pour nous faire frémir. Mais bordel, quelle voix encore une fois…    

                 

Titres de l’album :

                          01. Too Bad for Skating

                          02. Unacceptable Conditions

                          03. Ruhrpott, Du Hurensohn

                          04. To the Dragon We Ride

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/03/2021 à 18:49
70 %    87

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Les pochettes Old School ouais !Mon vinyle de Blackout je l'adore. 

20/01/2022, 19:04

eyziel

La cover est totalement insane.

20/01/2022, 17:53

Humungus

"Ils ont toujours des pochettes à chier"?!?!?!?!?!Alors oui, "Fly to the rainbow" est imbuvable, mais toute la série des "In trance", "Virgin killer" (la pochette la plus malsaine de tous les temps !), "Taken by force" (...)

20/01/2022, 11:16

Gargan

Erf, les claviers font un peu trop pouic pouic, dommage.

20/01/2022, 09:46

Gargan

Ils ont toujours des pochettes à chier, mais on leur pardonne. Je suis resté scotché sur taken et surtout fly to the rainbow (un parfait exemple de pochette horrible) et rien que pour ces deux albums (bon, ok, jj'avoue, j'adore aussi le radio-tubesque crazy world) i(...)

20/01/2022, 09:45

Capsf1team

SCORPIONS, c'est presque fini. Le groupe s'arrêtera après une longue tournée, avec 200 dates prévues étalées sur 2 à 3 ans tout de même, pour son 22ème et dernier album, "Sting in the tail". (Papy Cyril)(...)

20/01/2022, 09:10

Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02