Vous connaissez bien sûr l’expression « tourner comme un lion en cage ». Généralement, elle évoque une image très précise d’impatience, de rage, de fauve qui n’en peut plus de sa privation de liberté et qui crochèterait bien la serrure pour planter ses dents dans le premier postérieur venu. Sauf que parfois, cet adage peut s’avérer trompeur, spécialement lorsqu’il est utilisé dans un cadre nominatif. Car si la musique des LIONCAGE ne manque pas d’énergie, elle illustre assez mal ce sentiment d’enfermement et de pression, et évoque plus volontiers la sensation que procure un voyage vers nulle part, les oreilles contentées de chansons fraîches et spontanées…A moins de considérer que le lion en question s’est extirpé de ses barreaux d’acier, auquel cas l’analogie n’en est pas plus idoine…Mais évacuons ces questions d’ordre sémantique pour nous pencher sur le cas de ce combo éminemment intéressant, sévissant depuis plusieurs années, et contredisant la croyance populaire qui pense encore que tout ce qui vient d’Allemagne doit forcément être bourrin et bas du front. D’outre-Rhin nous en vient donc ce quintette (Thorsten Bertermann -chant, Lars König - guitares, Arvid Lucas - basse, Torsten Landsberger - batterie et Bülent Sezen - batterie aussi), formé en 2013, et déjà responsable de deux longue-durée. Ainsi, Done at Last en 2015 et The Second Strike en 2017 ont su contenter les fans d’un Hard-Rock traditionnel léché, et c’est en une année à peine que les allemands font leur retour avec ce fameux troisième LP risqué, Turn Back Time, qui n’aura pas besoin de jouer la montre pour s’imposer. Il ne fait en effet que prolonger les travaux antérieurs du groupe, continuant d’utiliser une recette largement éprouvée, à base de Rock west-coast musclé, de Hard Rock mélodique énervé, et d’AOR boosté, histoire de ne pas sombrer dans une routine gentiment niaise et trop sucrée. Là est donc le point fort de cet album dit « de la maturité », qui parvient à associer des strates dissemblables et les faire cohabiter dans une même structure, sans trahir le public situé de l’un ou de l’autre côté.

Et on le sait, trouver le juste milieu entre le caramel dur et la guimauve molle est un exercice difficile, que seuls les musiciens passionnés et véritablement investis parviennent à mener à bien. Nous pouvions donc compter sur les LIONCAGE pour prouver qu’il est toujours possible de séduire sans passer la brosse à reluire, et Turn Back Time nous démontre en douze morceaux que les univers de TOTO, de JOURNEY, de TNT, W.E.T, TYKETTO et autres chantres de la caresse qui pique peuvent cohabiter dans un même monde, sans s’entrechoquer comme des électrons tournant fou. Evidemment, et à raison, les détracteurs habituels de ce genre d’optique se feront une joie de rappeler que des albums de cette trempe ne font que remettre au goût du jour des modes passées et éprouvées, mais la bonne humeur, l’optimisme, la puissance et la sincérité dégagée par ce disque les feront rapidement taire, spécialement lorsqu’ils se rendront compte que toutes les chansons sont d’égale qualité et dignes de devenir des hits du genre. Le quintette se paie même le luxe de quelques featurings fameux, dont ceux d’Anya Mahnken (BEYOND THE BLACK, UNHEILIG U.A.) au chant sur « So Long Ago », d’Olaf Senkbeil (DREAMTIDE) au chant aussi sur « Turn Back Time », de Neil Murray (WHITESNAKE, BLACK SABBATH, et trop pour être mentionnés) à la basse pour « Heaven’s Gate », et de Joe Castellini à la guitare sur « Comfort Me ». Un joli catalogue de faciès et noms connus pour une réussite totale, qui ma foi n’a pas besoin de parrainage pour s’imposer dans le paysage musical actuel.

Mais comme je l’ai déjà signalé, si apprécier ce genre d’album est d’une facilité déconcertante, en parler est d’une autre paire de manches. Difficile en effet de ne pas tomber dans la redondance en pensant aux mots déjà employés pour décrire des œuvres similaires, d’autant plus que le mode opératoire est toujours le même. De grosses guitares en riffs ventrus pour assurer l’adhésion d’une fanbase Metal, mais aussi des mélodies appuyées pour faire de l’œil aux fans de Rock à l’Américaine, le tout saupoudré de chœurs enchevêtrés et de quelques nappes de clavier en contrepoint pour adoucir le tout sans le ramollir. De là, les morceaux dosent les ingrédients selon l’effet voulu, mais la façon de procéder ne diffère pas des références utilisées, tout en apportant un petit plus de professionnalisme à l’Allemande qu’on reconnaît dans cette production énorme et cette rigueur d’enregistrement absolue. En admettant que les titres jouent quand même avec un timing assez lâche, il convient de préciser que les idées ne manquent pas, qu’elles se concrétisent sous la forme de breaks habiles ou de refrains vraiment subtils. Pas de crainte à avoir donc au niveau panne d’inspiration, puisque malgré la seule année qui sépare Turn Back Time de The Second Strike, la créativité est toujours de mise chez les LIONCAGE, qui le démontrent d’ailleurs avec une envie palpable sur l’entame « Heaven’s Gate », dont le JOURNEY d’Arrival aurait pu faire son petit-déjeuner. Atmosphère délibérément Hard-Rock, pour un tube que les BONFIRE ont toujours souhaité composer sans vraiment y arriver, et union des tendances européenne et américaine pour une balade en moto sur les bords du Rhin tout en laissant ses pensées dériver le long des highway californiennes. Instrumentalement parlant, les intervenants sont bien évidemment au-dessus de tout soupçon, et on notera même un soin particulier apporté à peaufiner le son de basse, vraiment ronflant et berçant, qui apporte une touche de profondeur à un morceau aussi léger qu’une plume volant en été.

Et jusqu’au final « How Does It Feel », la pression ne retombe jamais, que le groupe taquine le souvenir des fabuleux BALANCE en l’imprimant d’images d’un TOTO délicieusement agressif sur « Black Water », ou qu’il joue le mid-tempo élastique et radiophonique avec « The Walls », que les fans du YES des années 80 sauront déguster comme il se doit. Mais le Hard, le vrai, n’en est pas pour autant snobé ou rangé dans le placard avec les clous rouillés, puisqu’un joli burner comme « How Can U Say » le passe au cirage d’une mélodie en mirage, pour nous émerveiller d’une approche JOURNEY contemporain, sans pour autant singer ses modèles au tic près. Niveau sentiments et romance en vacances, comptez sur la magie de « Believe In Magic », qui en effet nous ensorcèle de sa rythmique vaudou pour mieux nous embrasser dans le cou,  mais repaissez-vous aussi du très Pop-Rock « Let the Children Dance » qui entraîne dans le ballet les ombres de Richard MARX, d’IQ, de Joseph Williams en solo et même de MARILLION pourquoi pas, valsant sur du MIKE & THE MECHANICS pour mieux provoquer la joie gracile d’un Phil Collins soudainement converti à la cause Rock. La quintessence même d’un Rock harmonieux mais belliqueux, qui ne joue pas forcément l’originalité mais qui ne se mord pas la queue, et qui ressort de sa niche avec un bel os à ronger et une douzaine de chansons parfaites à déterrer. Les allemands de LIONCAGE n’ont donc pas perdu la main, loin de là, et ce Turn Back Time multiplie les moments de bravoure, les performances individuelles au service d’un collectif en osmose, les soli précis mais ruisselants, et les lignes de chant aussi pures que puissantes. Une preuve supplémentaire démontrant que le Rock peut se faire plus abordable sans perdre son âme au passage, et un lion qui rugit autant qu’il ne miaule, pour rester impressionnant tout en se voulant moins menaçant.       

 

Titres de l'album :

                         1. Heaven’s Gate

                         2. Black Water

                         3. Comfort Me

                         4. Blind

                         5. Turn Back Time

                         6. Believe in Magic

                         7. The Walls

                         8. Dead Man Walk

                         9. So Long Ago

                        10. How Can U Say

                        11. Let the Children Dance

                        12. How Does It Feel

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/10/2018 à 15:59
85 %    43

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !