Burning Leather

Burning Leather

08/05/2021

Autoproduction

Venise est peut être triste au temps des amours mortes, mais Olbia est plutôt chaude au temps des fièvres fortes. C’est en tout cas ce que semble indiquer le premier EP des locaux de BURNING LEATHER, qui agitent depuis quelques années la belle Sardaigne de leurs assauts répétés. Après avoir lâché un single sur leur Bandcamp, les italiens passent donc la cartouchière supérieure, et nous offrent vingt-cinq minutes de Metal en fusion, pour un premier jet totalement autoproduit. Doté d’un son sec et claquant, cet éponyme s’évertue à reproduire des sonorités bien connues des amateurs de sensations fortes des années 80, et si le trio se réclame d’un classicisme ferme (mélange de Thrash première génération avec METALLICA et MEGADETH, et de Heavy estampillé NWOBHM avec IRON MAIDEN, SAXON et une touche de JUDAS PRIEST), sa musique n’en est pas moins bouillante, à défaut d’être un tantinet originale.

Ces trois musiciens, à l’air sympathique (Francesco Angeloni - basse, Davide Accogli - batterie et Mario Spano - guitare/chant) se proposent donc de fondre dans un même réacteur la vitesse et la frondeur des premiers pionniers Speed Metal et l’assurance d’acier des monuments Heavy de l’orée des années 80, pour produire une puissance à même de fournir en électricité une petite ville italienne. Avec à leur tête, un frontman à la voix rauque et au riff acéré, le trio joue sur de l’acier, et déroule le tapis de fonte d’un Metal vraiment efficace, aux gimmicks très catchy.

Et si leur morceau d’entame se souvient du premier tube des TALKING HEADS, c’est plutôt du côté d’EXCITER et de TOXIK qu’il faut chercher l’inspiration des BURNING LEATHER. Agressivité, fluidité, maîtrise, tout est en place et sonne carré, mais suffisamment sauvage pour ne pas se laisser apprivoiser facilement. Tous capables dans leur domaine de prédilection, tous en osmose totale et en satisfaction, avec derrière eux de sérieux clins d’œil à la première vague Speed américano-européenne, des ressemblances pas si frappantes avec les aînés de BULLDOZER, mais plus de précision dans la bestialité, les BURNING LEATHER développent de belles qualités. On remarquera assez facilement le travail impeccable de Francesco Angeloni qui singe les tics les plus punky de David Eleffson (« Burning Leather » hymne qui copie l’intro de l’immortel « Peace Sells » avant de se vautrer dans la fange Heavy d’un VENOM aguerri), et qui se voit même offrir un solo de basse de trois minutes, souligné d’une guitare tragique, dans la plus pure tradition de METALLICA et MANOWAR.

Un premier album aux proportions de EP donc, mais qui contient suffisamment de morceaux killer et aucun filler. La tension monte d’ailleurs d’un cran à l’occasion du lapidaire « Lawbreaker » que JUDAS PRIEST aurait pu immortaliser en son temps, et qui contient quelques idées vraiment pertinentes. Si les riffs se bloquent souvent sur les influences assumées, ils n’en sont pas moins perçants et vibrants, comme le démontre avec acuité « Modern World Suicide », mid tempo hargneux.

Sorte d’artefact du passé retrouvé au présent, Burning Leather rend hommage dans le désordre à CRISIX, MOTORHEAD, RAMONES, OVERKILL, AC/DC, MERCYFUL FATE, SEX PISTOLS, NIRVANA, KING DIAMOND, Ozzy OSBOURNE et BLACK SABBATH, sinue entre le Heavy et le Speed, inspire confiance, et finit par s’imposer de son assurance. Quelques titres plus rapides n’auraient pas gêné la progression de l’album, mais le trio préfère souvent la lourdeur, plus insistante (« Last Rites »), une lourdeur très Thrash qui n’est pas sans rappeler la vague active anglaise de la fin des années 80 (SLAMMER, CEREBRAL FIX).

Ce qui ne l’empêche guère de retrouver la pédale d’accélérateur sur la fin de l’album, via l’up tempo frénétique de « Living Free », qui permet encore une fois à la basse de Francesco Angeloni de faire son sacré numéro. Une sortie sympathique, un groupe en place et crédible, mais qui gagnerait parfois à se laisser pencher du côté Speed qui lui sied à merveille, plutôt que d’insister sur un tempo lourd et parfois un peu indigeste. Une première petite grande étape pour le groupe, et une découverte qui a le mérite d’insuffler à la nostalgie un air moins vicié et plus personnel.     

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Psychokiller

02. Burning Leather  

03. Lawbreaker         

04. Modern World Suicide   

05. Last Rites

06. Bass Solo 

07. Living Free


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/01/2022 à 14:49
75 %    46

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26