Sinister Oath

Coffins

29/03/2024

Relapse Records

Il fait beau et chaud, et inversement. Le printemps cogne enfin à nos portes, et avec autre chose que des déluges de grêle. Les tenues s’adaptent, les sourires pullulent, la joie plane dans un air pur, et les enfants peuvent attendre sereinement les congés de Pâques, sans avoir à craindre l’angine ou le rhume de saison. Mais sincèrement, qui aime le soleil et les vacances quand on peut rester cloîtré dans un vieux mausolée familial avec pour seule compagnie le moisi et les asticots ?

Les japonais de COFFINS ne sont pas du genre à sortir la nappe de pique-nique dès que le soleil nous darde de ses rayons. D’ailleurs, le soleil est leur ennemi le plus juré, celui qu’il faut annihiler à tout prix, ou tamiser au maximum en scotchant les ouvertures dans le caveau de répétition. Oui, car les lascars ne répètent pas dans un local, mais bien dans un cimetière, pour mieux saisir l’humeur de mort qui flotte à tout moment dans les allées. COFFINS, c’est en effet l’anti-joie par excellence. Le remède contre la bonne humeur, la grosse calotte qui fait disparaître les rictus autres que morbides. Une sorte de garde du corps de la mort qui filtre à l’entrée, et finit par laisser passer tout le monde pour grossir les rangs.

Et surtout, plus important, un repère fiable dans le brouillard Doom/Death qui nous entoure.

Depuis 2005 et Mortuary in Darkness, le quatuor mené de guitare de fer par Uchino, seul membre d’origine s’obstine à retrouver l’essence même de la putréfaction à l’américaine, avec un soupçon de fantaisie post-mortem asiatique. On s’est souvent plu à voir en COFFINS l’AUTOPSY japonais, ou l’INCANTATION du soleil mourant, et ce postulat est toujours aussi vrai aujourd’hui.

Ce sixième album à la pochette coup de poing respecte donc tous les impératifs qu’un disque de Death lent et oppressant se doit de suivre. Un son énorme mais granuleux, une profondeur dans les graves, et une attitude stoïque, le tout sur lit de riffs putrides et faisandés. Des figures imposées que le quatuor adore, jusqu’à la mort, et qui nous permettent d’apprécier en 2024 un titre aussi infâme que « Sinister Oath ». Graveleux, grognon, salement méchant, ce title-track symbolise toute l’horreur d’un genre qui illustre à merveille le monde de l’au-delà, quand les trépassés les moins excusables franchissent les portes de l’enfer.

Mais un album ne tourne pas uniquement autour de son title-track, et le nouveau répertoire nippon est toujours aussi peu fripon. Cinq ans après leurs dernières exactions, les quatre musiciens (Uchino bien sûr, et Satoshi - guitare, Jun Tokita - chant et Masafumi Atake - basse) gardent le cap sur la fosse commune, et se repaissent de cire humaine, de chairs décomposées, et d’histoires à mourir debout autour d’un feu de camp. L’atmosphère est toujours aussi répugnante, et développe de solides arguments morbides, que les MYTHIC et autres CIANIDE/WINTER ont utilisé dans le passé, et qui fonctionnent toujours.

Une indéniable lancinance lorsque la vitesse grimpe dans les cotes (« Chain », parfaitement répugnant, au moins autant qu’un Chris Reifert vomissant sur les pompes de Martin Van Drunen), une propension à flirter avec le Doom d’une façon très poussée, allant jusqu’à l’agression, via le monumental et pachydermique « Everlasting Spiral », qui pourrait être la concrétisation musicale d’une douleur persistante sur les tempes, l’estomac et le cerveau. En mode dresseur de zombies, les japonais s’y entendent comme personne pour attirer les hordes de morts-vivants dans leurs filets, leur passant même le micro pour qu’ils geignent leur mal-être.

Toujours peu amènes en soins prodigués à une sépulture vieillissante, pour la laisser se déliter plus rapidement, les COFFINS nous refourguent encore un cercueil de qualité moindre, qui ne résiste que peu de temps à l’attaque du temps. Les liquides dégoulinent, la sueur perle au front, la paranoïa laisse place à la résignation, et à l’acceptation d’une fin définitive qui ne promet aucun paradis ni autre monde plus clément.

On se laisse bercer près du mur par une guitare toujours aussi inspirée et à la mine basse, Uchino n’ayant pas oublié en cinq années comment lâcher des riffs rigides et suintants. Le leader connaît bien son groupe, et continue d’explorer les bas-fonds de la mort comme un pervers arpente les squares. On le sait de plus en plus maître de son destin, et généreux en motifs sentencieux, quelque part entre le purgatoire le plus dégoutant et l’enfer le moins ragoutant.

Les flammes brûlent donc toujours, et même plus vives, puisque « Things Infestation » nous réchauffe d’un âtre Severed Survival plus en pierre de taille que nature. Alternant les humeurs, mais restant toujours sur son terrain de chasse, Sinister Oath est plus qu’un nouvel album, c’est un vœu pieux que l’on respecte dans le silence des cimetières ruraux. Un vœu qui autorise quand même quelques fantaisies en syncopes (le proto-Disco-Death de « Headless Monarch », qui groove comme du BOLT THROWER en plein deuil), et un final encore plus lourdingue que les promesses d’un trente-huit tonnes (« Domains Of Black Miasma »).

Toujours aussi fasciné par les nineties et les défricheurs, COFFINS continue son chemin, clopin-clopant, sans béquille ni déambulateur. Les japonais sont toujours aussi verdâtres, le teint cireux, mais la mine fière et le menton tenu haut. Tout ça sera plus pratique pour l’embaumeur qui pourra peut-être rentrer chez lui avant la nuit.

Ou rester là où il est, puisque lui aussi est décédé depuis longtemps.        

    


Titres de l’album:

01. B.T.C.D.

02. Spontaneous Rot

03. Forced Disorder

04. Sinister Oath

05. Chain

06. Everlasting Spiral

07. Things Infestation

08. Headless Monarch

09. Domains Of Black Miasma


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/05/2024 à 17:45
82 %    82

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49