Il est de notoriété publique que le Rock, le Hard Rock, le Party Rock et les Australiens, ça fait…un. Je ne vais pas me lancer dans une hagiographie de la culture musicale locale, si vous n’avez pas les oreilles bouchées depuis les années 70, les noms d’AC/DC, de ROSE TATOO, de Jimmy Barnes, et d’AIRBOURNE ont quand même du vous les faire siffler plus d’une fois…

Le Rock austral, contrairement à bon nombre de ses scènes concurrentes/amies, à un avantage solide. Il est direct, sans chichis, et la plupart du temps, salement efficace et apte à lâcher des riffs hautement mémorisables, qui s’incrustent dans vos neurones jusqu’à les persuader que vos jambes et votre tête sont autonomes.

Alors, lorsqu’un nom se rajoute à la longue liste des héros locaux, on sent que l’affaire sent bon et qu’on va encore s’en payer une bonne tranche…

Enfin, nouveau nom, façon de parler puisque celui des TORRENTIAL THRILL existe depuis 2002, dans le feutré, vu que leur premier album n’a vu le jour qu’en 2015, et que la presse internationale s’en est fait des gorgées chaudes de Rock incendiaire et de Hard lapidaire.

2015 donc, sortie de Mars, premier opus de ce quatuor qui n’a ni froid aux yeux, ni aux guitares (Malk – chant et guitare, Steve – Lead et chœurs, Matt – batterie et Knoxy – basse), et si le patronyme du Dieu romain de la guerre a été choisi à l’époque pour trôner sur la cover de leur premier méfait, dites-vous que ça n’a rien à voir avec le hasard.

Ces cowboys australs mènent en effet une bataille rangée contre la monotonie musicale et la mièvrerie fatale, à grands coups de rythmiques franches, de refrains qui s’emmanchent et de couplets qui s’épanchent, un peu dans le style de nos BLACKRAIN en beaucoup moins poppy, avec cette touche scandinave des D.A.D qui savent toujours s’amuser d’un rien et bricoler des hits improbables de leurs petites mains.

Pas forcément gentils crétins ni bourrins sans lendemain, les TORRENTIAL THRILL assument toutes les facettes d’un Hard-Rock in your face, sans dissimuler une nature sensible qui les entraîne sur le terrain des ballades pas forcément lacrymales, mais qui font quand même mal à leur petits cœurs de rockeurs.

Oui, le cuir ça colle, mais lorsqu’on l’enlève, l’émotion décolle et les mélodies racolent, sans tremper leur plume dans la guimauve allergique à l’alcool.

L’alcool, la sève qui décolle, ce Nothing as It Seems au titre trompeur en est justement gorgé. Et contrairement à ce que ses mots semblent suggérer, il est exactement ce qu’il est, à savoir un excellent album de Hard-Rock à tendance party & Glam, plus sérieux et consistant que la moyenne, mais plus inspiré par les modes US et Anglaises que par le soleil d’Australie qui s’est finalement tapi derrière les persiennes. Non que l’énergie soit diluée dans du bourbon bon marché, mais autant être franc et avouer que ce second album aurait pu voir le jour à la fin des années 80 du côté de L.A sans que personne n’ait rien pu remarquer. Il reste dans la droite lignée du précédent, avec cette succession d’hymnes au présent qui assument leur passé, se la joue Rock qui glisse ou Heavy plein de malice, mais bastonne, cartonne, disperse les décibels façon restes fumants d’une adolescence rebelle, et ressuscite l’esprit des L.A GUNS, des GUNS tout court aussi, ou du CRÜE évidemment.

Difficile en tout cas de résister à l’exubérance de morceaux qui vous collent en transe, à l’image d’un burner comme « Waking The Neighbours » qui risque en effet de foutre un sacré souk dans votre quartier, avec son up tempo piqué de riffs bétonnées, et coulés dans une basse ronde comme les courbes de cette voisine décidément bien gironde.

D’ailleurs, question entourage, pour les TORRENTIAL THRILL, le monde musical ou pas n’est qu’un immense zoo, où les singes ont depuis longtemps appris à faire la grimace et ou le Sleaze jamais ne s’efface, dans un SKID ROW style qui laisse des traces (« Human Zoo »).

Les bougres semblent d’ailleurs très à l’aise avec le binaire en vogue dans leur pays d’enfer, puisque « Wild Child » en assume l’héritage sans ambages, et se veut plus groovy sec qu’un whiskey oublié par les frangins O’Keeffe au bar d’un festival.

« Hail Mary », ne fait certainement pas allusion à la vierge sans mari, mais multiplie les accélérations, les couplets lourds comme les barreaux d’une prison dont on s’évade pour de bon, et les licks de guitare qui explosent des chœurs hurlés à l’unisson. Vous avez dit GUNS ? Un peu oui, comme si Axl avait fait un long séjour en HP dirigé par les mecs de KIX en pleine descente de déraison.  

Mais je vous le disais, la furie n’empêche pas d’être un tantinet soumis à la mélodie, ce que démontre avec brillance « Nothing As It Seems », qui doit plus son emphase romantique à SKID ROW qu’aux PEARL JAM, et qui se veut plus power ballad qu’un hurlement de Phil Anselmo ou Sebastian Bach à peine remis d’une peine d’amour les ayant laissés sur le carreau.

Avec sa production signée Matt DÁrcy aux Basin Studios, Nothing as It Seems n’est pas un trompe l’œil, mais bien une énorme révélation, celle qui affirme avec raison que le Rock Australien n’est pas forcément directement en lien avec les légendes de son histoire, mais aussi en phase avec un Hard-Rock californien très bavard.

Tentez l’approche « Not My President » qui de son intro calquée sur le « Beautiful People » de Manson le blafard, avance Heavy et pilonne gentil, mais en prenant soin de travailler ses harmonies.

Et si « Through The Fire » nous fait le coup de la ballade acoustique, c’est pour mieux l’électrifier façon TESLA, tandis que la conclusion « No Pretender » ose le dernier lâché de ballons et cotillons, au son d’un riff singeant le « Number Of The Beast » de MAIDEN, avant de partir en vrille pour une Rock party blindée de jolies filles.

Musiciens qui connaissent leur boulot, chanteur qui sait moduler pour ne pas rester palot, un peu Hard, un peu Sleaze, un peu Rock’n’Roll disease, les TORRENTIAL THRILL sont une attraction d’enfer qui vous fait décoller de terre pour vous transporter vers les paradis n’roll sans avoir besoin de piquer à tonton Angus ses histoires les plus folles.  

Un groupe qui ne cherche pas la proverbiale aiguille dans la meule de foin et qui adapte les recettes US dans son coin, tout en gardant son point de vue très Australien. Et surtout, trois quarts d’heure de Hard Rock qui peut se vouloir Heavy tout en restant punchy.

 Et des hits, des hits, qui affolent les demoiselles et rendent la vie plus belle…


Titres de l'album:

  1. Scream
  2. Human Zoo
  3. Hail Mary
  4. Nothing As It Seems
  5. Waking The Neighbours
  6. Wild Child
  7. Escape With Your Life
  8. Not My President
  9. Feel Like Dying
  10. Through The Fire
  11. No Pretender

Site officiel


par mortne2001 le 01/04/2017 à 14:39
75 %    351

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.