Pride

The Unity

13/03/2020

Steamhammer Spv

Avec un Kai Hansen aux abonnés absents pour cause de tournée de la citrouille recomposée, il fallait bien s’occuper, et c’est sans doute ce qu’on dû penser Henjo Richter et Michael Ehré, respectivement guitariste et batteur de GAMMA RAY. Alors, en 2016, pour boucher les trous et pousser les meubles, les deux hommes ont décidé de collaborer sur un projet annexe, sans vraiment savoir ce que leur association allait donner en termes de répercussions. Gageons qu’en 2020, les deux musiciens ont de quoi être rassurés : leur idée s’est avérée viable et a su séduire un public large, qui attend de leurs nouvelles comme celles d’un nouveau meilleur ami qui a toujours tenu ses promesses. C’est ainsi qu’après un premier long éponyme publié en 2017 et un Rise lâché l’année suivante, intervient le moment critique du troisième album, celui qui confirme, infirme, renvoie dans les cordes ou à l’infirmerie, propulse au sommet ou fait sombrer dans l’oubli. Et sans jouer le suspense qui n’a pas lieu d’être, Pride est exactement le mouvement qu’il fallait à la troupe pour taper le checkmate et s’imposer comme l’un des meilleurs groupes de Power Metal actuel. Mais la question qui se pose à l’écoute de cette nouvelle œuvre est assez évidente : THE UNITY est-il encore un groupe de Power Metal ? Les fans éluderont la problématique d’un mépris d’ouverture assez évident, et les plus pointilleux utiliseront certains titres pour démontrer le contraire. Et finalement, la seule option restant viable est celle qui consiste à affirmer que THE UNITY est devenu l’un des meilleurs groupes de Metal européen, grâce à une ouverture d’esprit qui se manifeste sur chaque intervention, conséquence directe du talent incroyable des participants impliqués. La tâche d’amélioration était toutefois rude. Les deux premiers album du combo étant de véritables mètres-étalon du Hard-Rock moderne, il semblait difficile voire impossible de les surpasser, mais impossible n’étant pas plus allemand que français, Henjo et Michael se sont arrachés pour nous offrir douze nouveaux morceaux aussi solides que variés, et ainsi conforter leur position dans le classement des meilleurs concepts actuels. Et de fait, Pride mérite non seulement son nom, mais aussi sa future réputation.

Troisième LP, mais un line-up toujours inchangé. Autour des deux leaders, nous retrouvons toujours le même quatuor, avec Jogi Sweers à la basse, Stefan Ellerhorst à la seconde guitare, Sascha Onnen aux claviers, et surtout Jan Manenti au chant, qui a du faire preuve de qualités de caméléon pour s’adapter à la nouvelle orientation prononcée de son groupe d’adoption. En écoutant ce troisième chapitre, je ne peux m’empêcher de songer à THE UNITY comme le fils prodigue d’HELLOWEEN, HAREM SCAREM et PRETTY MAIDS. Avec une tendance à la puissance héritée des premiers (on ne joue pas avec Kai Hansen par hasard), un souci du détail mélodique typique de l’école canadienne des seconds, et une propension à s’adapter à l’air du temps sans renier ses bases des danois, l’équipée folle germaine parvient à synthétiser les meilleurs aspects du Heavy traditionnel, tout en y insufflant sa patte folle de talent. Plus accessible que ses deux aînés, Pride n’en est pas moins solide et puissant, malgré de sérieuses concessions harmoniques. La tâche était rude, et il convenait d’assurer un sans-faute pour conforter son statut, ce que les principaux compositeurs ont réussi. Le défi était complexe, mais dès l’écoute de l’ouverture « Hands Of Time », le ton est donné. Le Power Metal domine les débats, avec des clins d’œil à JUDAS PRIEST, ICED EARTH, GAMMA RAY bien sûr, mais aussi des références au HAREM SCAREM lourd et compact des années 90, le tout sous couvert d’une production mélodique typique des dernières années de PRETTY MAIDS. Le son est évidemment là, gros, compact mais aéré, les guitares rugissent tandis que la rythmique tempête, et une fois encore, c’est le chant varié et lyrique de Manenti qui permet au morceau de décoller vers les paradis Power, avec cette pureté de grain et cette patine qui le rapproche toujours plus de Harry Hess. Mais placer un hit en début de parcours et se dégonfler comme une baudruche est chose facile et courante, et l’inquiétude toujours de mise. Mais en se lâchant sur l’exubérant « Line And Sinker », THE UNITY assure ses arrières, et joue le jeu d’un Hard Rock plus fluide, catchy mais profond, avec des guitares en mode wah-wah, une basse simple mais ronde à l’allemande, et des synthés en appui, pour mieux reproduire les recettes 80’s en 2020. Tout est très classique, mais on sent en arrière-plan un véritable enthousiasme, à tel point qu’on serait tenté d’accoler au groupe l’étiquette de Power AOR, sorte de non-sens total sur le papier qui devient pourtant très concret sur portée.

Là est le véritable secret de la salsa. En variant les atmosphères sans sacrifier la puissance et…l’unité, le sextet nous offre son travail le plus hétéroclite et complet, et relève la gageure de composer douze hymnes pour transformer cet album en best-of déguisé. Avec un mixage parfait digne d’Alessandro DelVecchio sans ses réflexes « bombastic » les plus irritants, des instrumentistes au sommet de leur talent, et surtout, des hits comme s’il en pleuvait, Pride fait assurément la fierté du groupe qui n’a pas hésité à se jouer des limites, osant la tradition d’un Hard-Rock sévèrement burné aux paroles engagées (« We Don´t Need Them Here »), pour mieux la contredire d’une douceur inopinée qui nous ramène aux plus grandes heures d’UNISONIC, HAREM SCAREM et ECLIPSE (« Destination Unknown »). Cet équilibre permanent entre deux mondes, loin de représenter un handicap, permet d’apprécier des musiciens sortant de leur zone de confort un peu trop bien dessinée, et représente en quelque sorte le mi-chemin parfait entre les productions allemandes et italiennes, comme si Frontiers et SPV avaient créé un nouveau département « musiques hybrides » en commun. Il est toujours ardu après deux albums remarqués de continuer à innover sans perdre son identité, et c’est pourtant la gageure relevée par THE UNITY qui ose tous les climats, tous les arrangements, pour produire une sorte de Proto Heavy mélodique piquant au ZEP de quoi payer son tribut à HELLOWEEN (« Angel Of Dawn »). Le métier est là, c’est certain, et si le parcours des instrumentistes est pavé de participations à des institutions comme PRIMAL FEAR, UNISONIC, METALIUM, Uli Jon ROTH, AVANTASIA ou LOVE.MIGHT.KILL, ça n’est pas par hasard…Les titres passent, et la peur de voir le groupe glisser du mauvais côté trépasse, puisque chaque morceau est un hit en puissance, qu’il mette la technique en avant pour mieux nous écraser d’une rythmique véloce ( « Damn Nation »), ou qu’il privilégie la simplicité d’un classique Hard dopé Heavy aux synthés souples et racés (« Guess How I Hate This », le plus PRETTY MAIDS du lot).

Et comme en plus le groupe assume son côté fun sans hésiter (« Rusty Cadillac », boogie survitaminé en diable avec une petite touche MR BIG en sus), et qu’il termine la route sur un ultime salut au Heavy mélodique le plus accrocheur (« You Don´t Walk Alone »), la conclusion est lénifiante d’évidence. THE UNITY signe avec Pride son meilleur album, et de loin, confirmant l’idée qu’un side-project est parfois beaucoup plus viable que le groupe principal des musiciens impliqués.                

                                        

Titres de l’album :

                           01. The New Pandora

                           02. Hands Of Time

                           03. Line And Sinker

                           04. We Don´t Need Them Here

                           05. Destination Unknown

                           06. Angel Of Dawn

                           07. Damn Nation

                           08. Wave Of Fear

                           09. Guess How I Hate This

                           10. Scenery Of Hate

                           11. Rusty Cadillac

                           12. You Don´t Walk Alone

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 11/04/2020 à 18:33
90 %    523

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Acheté ce matin en version simple (le digibook propose en bonus un DVD live qui ne m'intéressait pas plus que ça - youtube regorge de ce genre de trucs, ça ne vaut plus vraiment le coup de casquer pour des captations vidéo). 2 premières &(...)

23/01/2021, 23:25

Satan

A Simony : Je suis bien d'accord concernant "Alpha Noir" (mais n'oublie pas "White Omega" qui lui est beaucoup plus intéressant je trouve, avec ce côté Type O hyper assumé) et "1755" qui sont de vrais ratages. Surtout ce dernier q(...)

23/01/2021, 21:54

totoro

De manière générale, j'aime beaucoup Moonspell. Et je rejoins tout à fait l'avis de Satan sur les albums "cultes" du groupe. Et Simony, on a le même parcours concernant les lisboètes. Découverts avec "Sin/Pecado" qui re(...)

23/01/2021, 20:18

Simony

Idem, j'ai tous les albums jusqu'à Extinct et je suis assez d'accord sur Darkness And Hope, The Antidote. J'aime beaucoup The Butterfly Effect par exemple, Memorial, Night Eternal, Extinct tous ces albums sont très bons pour moi, avec Alpha Noir c'est d&eacu(...)

23/01/2021, 18:47

PtiMich

Ca fait du bien de revoir des trombines de l'époque !Faut absolument faire une émission sur NYHC* de l'époque ! (NancY Heavy Clan*)

23/01/2021, 17:48

Buck Dancer

Toujours une bonne nouvelle la sortie d'un nouveau Memoriam!!! 

23/01/2021, 15:39

RBD

Ils avaient collaboré avec les Krupps, aussi. À défaut d'être parmi les meilleurs dans un pays où la concurrence était relevée, ils étaient assez passionnés pour se reformer quand le revival Thrash est arrivé.

23/01/2021, 14:57

Moshimosher

La lecture de ces runes ne me semble pas très orthodoxe... pas inintéressant mais ça ne me semble pas si folk que cela... même si ce n'est pas complètement hors-sujet non plus...

23/01/2021, 14:41

Moshimosher

Ah... la douceur d'occire ! Reposons En Guerre avec Memoriam ! \m/

23/01/2021, 14:05

Humungus

Hâte d'entendre tout l'album pour me faire un avis plus éclairé.Quoi qu'il en soit, la voix du Bobby me fout toujours les poils et si la galette est à l'instar de ce titre, achat obligatoire !

23/01/2021, 13:10

Humungus

!!! BOLT THROWER est mort !!!!!! !!! !!! Vive MEMORIAM !!! !!! !!!

23/01/2021, 13:02

Humungus

1) Pardon, en me relisant, je me rend compte que je me suis très mal exprimé :J'adore MOONSPELL jusqu'à "Irreligious" inclus."Sin peccado", quoi que encore écoutable, c'est pour moi le début de la fin.2) Sa(...)

23/01/2021, 13:01

Satan

L'essence même de Moonspell réside selon moi dans le triptyque "Sin/Pecado" / "Darkness and Hope" / "The Antidote", donc bien loin des codes inhérents au bon vieux metooool. Donc cette étrange nostalgie qui consiste à se limiter(...)

23/01/2021, 12:50

Gerggg

Bah c’est du tout bon ca, un bon mid tempo bien lourd

23/01/2021, 10:03

Simony

Ah je n'irais pas jusque là Humungus mais là c'est mon côté gothopouf, je le sais... J'adore Sin / Pecado, je sais que ça n'a plus rien à voir avec le MOONSPELL des débuts mais c'est avec cet album que j'ai décou(...)

23/01/2021, 09:31

metalrunner

Putain c est du bolthrower pur jus j adore  

23/01/2021, 09:28

Humungus

gars*(Hé hé hé... Jolie lapsus...)

23/01/2021, 05:22

Humungus

Je vous rejoins sur tout les gras :- MOONSPELL ne sert plus à rien depuis "Irreligious" (inclus).- APHRODITE'S CHILD est un putain de groupe fort injustement moqué.

23/01/2021, 05:21

Gargan

Demis a quand même sorti un album sobrement intitulé 666 avec les aphrodite's child, donc respect.

22/01/2021, 21:43

asar

Demis Roussos is back.

22/01/2021, 21:07