Apocaholic

Velozza

05/03/2021

Autoproduction

Reprenons les choses en main avec un peu de sérieux, pour revenir dans le giron d’un Thrash furieux. Ma quête sans fin m’a donc rapproché d’un collectif batave proposant son premier album en 2021, et développant de beaux arguments classiques traités d’une façon particulièrement énervée. Je bats donc le rappel des troupes des enfants du Thrash boom des années 80, qui à n’en pont manquer se fédèreront à cette troupe de guerriers francs du collier qui n’ont rien oublié des plans de bataille allemands de l’âge d’or de la guerre contre la modération rythmique.

Formé en 2016 à Roermond, ce sympathique quatuor (Ron - basse, Bill - batterie, Danny - guitare et Joost - guitare/chant) a pris son temps pour construire un répertoire digne de ce nom, avant de lâcher un EP un an à peine après sa naissance. Excluded Human Being proposait donc trois titres assez symptomatiques de la démarche de front des hollandais, et restait collé à des principes de classicisme de violence en vogue dans la dernière partie des années 80. Et quatre ans plus tard c’est en format long que nous retrouvons la bande, pas du tout calmée, et toujours fermement décidée à en découdre. 

Les Pays-Bas étant frontaliers de l’Allemagne, il n’est guère étonnant de constater que VELOZZA rappelle bien des combos germains de l’histoire d’outre-Rhin de la bestialité rythmique. Il y a du KREATOR là-dessous, du ASSASSIN aussi, un poil de DESTRUCTION, des chœurs symptomatiques de la fête de la bière Hardcore, mais aussi un petit soupçon de brutalité de l’est, pour un cocktail revigorant ne rechignant pas à utiliser la fluidité américaine pour enchaîner les plans sans appuyer sur les freins. Très compétents dans leur domaine respectif, les musiciens se lâchent donc et proposent quelques accalmies Heavy de fort bonne facture, pour ne pas passer pour une assemblée de gentils bourrins élevés à la bière d’une gretchen coulant du téton gauche. A ce titre, Apocaholic a parfois de faux airs du séminal et initial The Upcoming Terror des terrifiants et radicaux ASSASSIN, avec ce savoir-faire en plus qui nous éloigne des approximations brutales de la vague la plus tranchante allemande. 

Ici, pas question de rater la croche à la fin d’un fill, ou de plaquer un riff à la louche histoire de sonner plus evil que son voisin. La précision est de mise, mais jamais au détriment de la folie instrumentale, et à l’image d’un EXODUS des premières années, les bataves peuvent s’appuyer sur l’organe vraiment dément d’un vocaliste possédé, qui hurle et vomit ses tripes à la moindre occasion. Saluons de fait l’énergie et l’investissement déployés par Joost, qui incarne LE frontman Thrash par excellence, et qui mène ses troupes au combat avec une foi aveugle. D’ailleurs, ses acolytes le suivraient jusqu’à la mort, ce que prouvent ces chœurs qui interviennent pour souligner le caractère bestial des intentions, plaçant parfois le tout sous des auspices de Crossover pas totalement assumé.

Portés sur la vélocité modérée, les hollandais savent aussi ralentir le rythme pour s’enfoncer dans les marais d’un Heavy vraiment sombre, comme le démontre avec brio et insistance le hit pesant « Cut the Cord ». On constate donc que les VELOZZA sont des musiciens tout terrain, qui n’hésitent pas à moduler, au risque d’avoir recours à des saccades presque Fusion dans l’esprit sur le roublard « Heads & Tails ». Loin de se contenter d’une charge frontale diabolique et intense, le quatuor joue donc la carte de la diversité dans la bousculade, abordant à mi-parcours une tonalité différente du début d’album. Car si les trois premiers morceaux laissent augurer d’une œuvre radicale et unidirectionnelle, le reste du répertoire fait preuve d’ouverture, et se montre allusif à la période de transition américaine des TESTAMENT et FORBIDDEN, lorsque les groupes nationaux se rendaient compte que les BPM n’étaient pas la solution miracle, et qu’un bon riff redondant pouvait parfaitement s’accommoder d’un mid tempo appuyé.

C’est en tout cas ce qu’on constate en savourant le très Mosh « Talking Shit » qui passe par toutes les ambiances possibles, pour s’arrêter avec conviction sur la case OVERKILL. Et lorsque le timing s’étire pour laisser le chrono tourner, le talent n’est pas absent, et c’est avec insistance et persistance que le quatuor nous écrase de ses coups de boutoir sur l’atomique « Silence Is Silver ». A partir de la moitié du métrage, la physionomie de l’album change donc, et passe d’un axe ASSASSIN/KREATOR à un essieu OVERKILL/NUCLEAR ASSAULT, pour le plus grand bonheur des fans de métissage.

Très bien construit, ce premier effort témoigne donc d’une créativité indéniable dans le formalisme, et remet au goût du jour cette versatilité caractéristique des dernières années de la troisième vague Thrash de l’orée des nineties. On y retrouve cette propension à jouer avec le tempo, cette versatilité dans les riffs, et cette décision de corser le Heavy Metal pour s’éloigner des facilités Thrash à la Pleasure to Kill ou Reign in Blood. Rien de vraiment fondamental, mais un plaisir passéiste dont il serait assez stupide de se priver, puisque les VELOZZA se sont suffisamment creusé la tête pour ne pas passer pour de simples frères jumeaux de Petrozza.             

        

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Apocaholic          

02. Closing the Border          

03. Mental Hijack

04. Cut the Cord

05. Heads & Tails      

06. Talking Shit         

07. Silence Is Silver   

08. Moral Superiority

09. There Is No God

10. The Gap


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/05/2022 à 18:14
78 %    54

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@93.4.16.166
09/05/2022, 14:37:35

Ca donne envie, vais écouter voir

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02