Qu’est ce qui transforme un simple disque en bon album de Thrash ? Le fait qu’il sonne comme s’il avait été composé il y a trente ans et enregistré hier ?

Bravo, vous avez gagné mon estime, et le droit d’entendre parler de la nouvelle sensation made in Germany, CENTRATE.

En version développée, ce qui n’est pas évident à la première lecture, CENTRATE est plus une contraction, presque un acronyme plus qu’un nom, puisqu’une fois étiré, tout ça nous donne CENTER OF HATE, ce qui en effet semble en parfaite adéquation avec la musique proposée.

Un Thrash dit « à l’Allemande », rigoureux, âpre, pas vraiment fastueux mais efficace, et qui rend hommage aux plus gardes figures du genre, nationales évidemment.

Niveau bio, les CENTRATE ont d’abord évolué sous la bannière WITHOUT FEAR entre 2007 et 2010, avant de se rebaptiser pour je ne sais quelle raison.

Un premier EP gravé aux Desert Inn Studio d’Edingen en 2015, Tiger Force, et évidemment, quelques premières parties plus ou moins fameuses en compagnie/ouverture de cadors comme ACCUSER, SCORNAGE, DUST BOLT, ont fait de ces Allemands ce qu’ils sont aujourd’hui, à savoir un solide groupe de Thrash qui revendique ses influences tout en affirmant son propre son, directement hérité de l’âge d’or du style des années 85/88.

Premier LP donc pour ce quintette de Dillenburg (Niki – chant, Tobias & Chris – guitars, Marcel – basse et Manu – batterie), autoproduit, et caché sous une jolie pochette virtuelle (l’album n’est pour le moment dispo qu’en dématérialisé) qui semble d’ailleurs directement en lien avec le premier morceau de Ritual, « Voodoo ».

Etrange intro en percussions à la SEPULTURA de Roots, soulignées de guitares un peu menaçantes, c’est une entrée en matière classique qui plante le décor, qu’on imagine plus volontiers typique de la Nouvelle-Orléans ou de Haïti, mais qui provient pourtant d’Allemagne, ce que confirment vite des riffs typiques de l’école de la Ruhr, et qui nous aident à nous remémorer les éternels ACCUSER, TANKARD, ASSASSIN, DEATHROW et consorts.

D’ailleurs, le reste de l’album ne saurait nous tromper quant aux sources d’inspiration de ces jeunes thrasheurs avides de solidité instrumentale, qui ont salement travaillé leur partition pour nous proposer des compositions lourdes et véloces, toute placées sous le soleil noir d’un Metal un peu ombrageux et menaçant, mais souvent rapide et violent.

Loin de l’épiphanie que nous ne sommes plus vraiment en droit d’attendre de la vague du revival Thrash, Ritual n’en reste pas moins une affaire très sérieuse et intelligente. Refusant de tomber dans la facilité, les CENTRATE se concentrent sur un Thrash sous contrôle, et développent des riffs certes convenus mais efficaces, qui peuvent se reposer sur une section rythmique à la cadence d’abattage raisonnable, toutefois privée de basse au mixage, ce qui n’est pas vraiment étrange dans le créneau…

D’ailleurs, ce premier morceau fait clairement penser à une version réactualisée du premier DETENTE, ce qui confirme que ces Européens savent loucher du côté des USA pour nous pondre un refrain collégial dans la plus droite lignée du saignant « Losers » de Dawn & co.

Dix morceaux pour cet initial Ritual, qui n’hésite pas à varier le propos et le ton mais aussi les durées, puisque les interventions oscillent entre les deux minutes et les six, avec des variations dans l’inspiration qui parfois ressemblent à des trous noirs avalant la créativité pour laisser filtrer une certaine routine éprouvée.

Alors évidemment, des pamphlets lapidaires comme « In The Face Of Death » marchent toujours grâce à leur énergie diabolique découlant de la rage antique des ASSASSIN et autres DEATHROW, mais d’autres ont plus de mal à s’imposer, comme le long et lent « Kill Till Death » qui recycle des plans usés par SLAYER il y a une bonne trentaine d’années.

Le juste milieu est parfois bien trouvé, comme le démontre avec aisance « Soul Collector », qui joue plus ou moins dans la même division, et prend son temps pour nous prendre à la gorge, par l’entremise d’une double grosse caisse assez puissante et quelques accélérations en blasts relativement démentes.

Classiques et révérencieux, les CENTRATE le sont, à n’en point douter. Les riffs font tous penser à un thème déjà entendu par le passé, et les chœurs rappellent sans conteste l’âge d’or du Thrash Allemand des eighties flamboyantes.

D’ailleurs, les dix entrées semblent toutes suivre le même fil rouge, même si quelques fantaisies d’arrangements viennent troubler la linéarité ambiante (la ride de « Infected », morceau assez Hardcore qui mélange le SEPULTURA rageur à l’ACCUSER frondeur), et si la voix de Niki fait penser aux accents éthyliques de Gerre des TANKARD, il est toutefois difficile de trouver des traces de fun dans la musique des natifs de Dillenburg, qui se veut plutôt haineuse et colérique que joyeuse et alcoolique.

Parlons plutôt de SLAYER, puisque « Ritual » semble se complaire dans des digressions à la South Of Heaven/Seasons In The Abyss, tout en lâchant quelques allusions à la scène Néo Death scandinave, pour un résultat assez optimal, qui laisse augurer d’une suite plus intéressante, notamment grâce à ce break d’entame qui ose un riff unique sur fond de binaire solitaire, le tout nappé d’un chant scandé, un peu moins prévisible que le reste du répertoire.

Et si un tempo médium s’impose sur la durée, si les guitares tournent souvent autour des mêmes idées, ce premier album parvient quand même à s’imposer par sa colère assumée, sans toutefois faire partie des grosses surprises de la vague.

Un album raisonnable, mordant et agressif mais abordable, en gros, une démonstration Allemande de savoir-faire qui se repose encore un peu trop sur ses lauriers de fer. Courage les gars, vous avez les capacités d’aller plus loin, et de vous montrer moins bridés par votre respect.


Titres de l'album:

  1. Voodoo
  2. In The Face Of Death
  3. Forever Mine
  4. Soul Collector
  5. Old Mans Table
  6. Infected
  7. Kill Till Death
  8. Revenge
  9. Ritual
  10. Exorcism

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/02/2017 à 15:08
68 %    518

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mama's Gun

Mama's Gun

King Gizzard

Infest the Rats' Nest

Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mdr mais c'est ça.

Je vous propose mon festival avec les affiches suivante.

Cradle of Deicide (Extreme Death sympho atmo)
Morbid Suffocation (Death Metal)
Paradise of Tragedy (Metal Goth)
Napalm Obituary (Death/grind)
Immortal Emperor (Black Metal)<(...)


Sadistic Sabbath !


Please welcome mon nouveau groupe : Carcass Terrorizer ! :-)


Ils ne se font plus chier les groupes pour trouver leur nom maintenant: tu prends le nom de deux groupes, tu les mélanges et c'est fait.


Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !