Qu’est ce qui transforme un simple disque en bon album de Thrash ? Le fait qu’il sonne comme s’il avait été composé il y a trente ans et enregistré hier ?

Bravo, vous avez gagné mon estime, et le droit d’entendre parler de la nouvelle sensation made in Germany, CENTRATE.

En version développée, ce qui n’est pas évident à la première lecture, CENTRATE est plus une contraction, presque un acronyme plus qu’un nom, puisqu’une fois étiré, tout ça nous donne CENTER OF HATE, ce qui en effet semble en parfaite adéquation avec la musique proposée.

Un Thrash dit « à l’Allemande », rigoureux, âpre, pas vraiment fastueux mais efficace, et qui rend hommage aux plus gardes figures du genre, nationales évidemment.

Niveau bio, les CENTRATE ont d’abord évolué sous la bannière WITHOUT FEAR entre 2007 et 2010, avant de se rebaptiser pour je ne sais quelle raison.

Un premier EP gravé aux Desert Inn Studio d’Edingen en 2015, Tiger Force, et évidemment, quelques premières parties plus ou moins fameuses en compagnie/ouverture de cadors comme ACCUSER, SCORNAGE, DUST BOLT, ont fait de ces Allemands ce qu’ils sont aujourd’hui, à savoir un solide groupe de Thrash qui revendique ses influences tout en affirmant son propre son, directement hérité de l’âge d’or du style des années 85/88.

Premier LP donc pour ce quintette de Dillenburg (Niki – chant, Tobias & Chris – guitars, Marcel – basse et Manu – batterie), autoproduit, et caché sous une jolie pochette virtuelle (l’album n’est pour le moment dispo qu’en dématérialisé) qui semble d’ailleurs directement en lien avec le premier morceau de Ritual, « Voodoo ».

Etrange intro en percussions à la SEPULTURA de Roots, soulignées de guitares un peu menaçantes, c’est une entrée en matière classique qui plante le décor, qu’on imagine plus volontiers typique de la Nouvelle-Orléans ou de Haïti, mais qui provient pourtant d’Allemagne, ce que confirment vite des riffs typiques de l’école de la Ruhr, et qui nous aident à nous remémorer les éternels ACCUSER, TANKARD, ASSASSIN, DEATHROW et consorts.

D’ailleurs, le reste de l’album ne saurait nous tromper quant aux sources d’inspiration de ces jeunes thrasheurs avides de solidité instrumentale, qui ont salement travaillé leur partition pour nous proposer des compositions lourdes et véloces, toute placées sous le soleil noir d’un Metal un peu ombrageux et menaçant, mais souvent rapide et violent.

Loin de l’épiphanie que nous ne sommes plus vraiment en droit d’attendre de la vague du revival Thrash, Ritual n’en reste pas moins une affaire très sérieuse et intelligente. Refusant de tomber dans la facilité, les CENTRATE se concentrent sur un Thrash sous contrôle, et développent des riffs certes convenus mais efficaces, qui peuvent se reposer sur une section rythmique à la cadence d’abattage raisonnable, toutefois privée de basse au mixage, ce qui n’est pas vraiment étrange dans le créneau…

D’ailleurs, ce premier morceau fait clairement penser à une version réactualisée du premier DETENTE, ce qui confirme que ces Européens savent loucher du côté des USA pour nous pondre un refrain collégial dans la plus droite lignée du saignant « Losers » de Dawn & co.

Dix morceaux pour cet initial Ritual, qui n’hésite pas à varier le propos et le ton mais aussi les durées, puisque les interventions oscillent entre les deux minutes et les six, avec des variations dans l’inspiration qui parfois ressemblent à des trous noirs avalant la créativité pour laisser filtrer une certaine routine éprouvée.

Alors évidemment, des pamphlets lapidaires comme « In The Face Of Death » marchent toujours grâce à leur énergie diabolique découlant de la rage antique des ASSASSIN et autres DEATHROW, mais d’autres ont plus de mal à s’imposer, comme le long et lent « Kill Till Death » qui recycle des plans usés par SLAYER il y a une bonne trentaine d’années.

Le juste milieu est parfois bien trouvé, comme le démontre avec aisance « Soul Collector », qui joue plus ou moins dans la même division, et prend son temps pour nous prendre à la gorge, par l’entremise d’une double grosse caisse assez puissante et quelques accélérations en blasts relativement démentes.

Classiques et révérencieux, les CENTRATE le sont, à n’en point douter. Les riffs font tous penser à un thème déjà entendu par le passé, et les chœurs rappellent sans conteste l’âge d’or du Thrash Allemand des eighties flamboyantes.

D’ailleurs, les dix entrées semblent toutes suivre le même fil rouge, même si quelques fantaisies d’arrangements viennent troubler la linéarité ambiante (la ride de « Infected », morceau assez Hardcore qui mélange le SEPULTURA rageur à l’ACCUSER frondeur), et si la voix de Niki fait penser aux accents éthyliques de Gerre des TANKARD, il est toutefois difficile de trouver des traces de fun dans la musique des natifs de Dillenburg, qui se veut plutôt haineuse et colérique que joyeuse et alcoolique.

Parlons plutôt de SLAYER, puisque « Ritual » semble se complaire dans des digressions à la South Of Heaven/Seasons In The Abyss, tout en lâchant quelques allusions à la scène Néo Death scandinave, pour un résultat assez optimal, qui laisse augurer d’une suite plus intéressante, notamment grâce à ce break d’entame qui ose un riff unique sur fond de binaire solitaire, le tout nappé d’un chant scandé, un peu moins prévisible que le reste du répertoire.

Et si un tempo médium s’impose sur la durée, si les guitares tournent souvent autour des mêmes idées, ce premier album parvient quand même à s’imposer par sa colère assumée, sans toutefois faire partie des grosses surprises de la vague.

Un album raisonnable, mordant et agressif mais abordable, en gros, une démonstration Allemande de savoir-faire qui se repose encore un peu trop sur ses lauriers de fer. Courage les gars, vous avez les capacités d’aller plus loin, et de vous montrer moins bridés par votre respect.


Titres de l'album:

  1. Voodoo
  2. In The Face Of Death
  3. Forever Mine
  4. Soul Collector
  5. Old Mans Table
  6. Infected
  7. Kill Till Death
  8. Revenge
  9. Ritual
  10. Exorcism

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/02/2017 à 15:08
68 %    343

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Convictors

Atrocious Perdition

Hayser

Beige

Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Incantation + Defeated Sanity + Skinned

RBD / 25/03/2019
Brutal Death Metal

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Il me semble que je n'avais pas plus accroché que ça à Crimson Slaughter (découvert ici même, évidemment), par contre, Fusion Bomb, ça me parle carrément. Eux et Fabulous Desaster sont mes deux grosses découvertes récentes en thrash metal.


Pas con le pere Flynn, on rappel les gars de Burn My Eyes.


Vu, en effet, merci je connaissais pas du tout les Madrilènes. C'est en effet très bien foutu comme truc. Merci pour la découverte. C'est con, leur histoire de financement participatif, j'aurai bien pris leur CD si c'était déjà sorti. Je note pour plus tard.


Korpse, c'est le genre de truc que je n'écouterais jamais sur album, mais faut avouer que sur scène c'est vraiment ultra bœuf et frontal...


Et bien fonce parce que ça déboite sévère !


MorbidOM :Mais ça ils le comprendront plus tard !


CRIMSON SLAUGHTER, jamais entendu parler.


Vrai que AA se "mélodise" au fil des disques, avec de grosses ficelles à la Maiden les concernant. C'est la tendance des groupes qui commencent par du gros death en ce moment (Deserted Fear, Chapel of Disease...), c'est sans doute eux qui ont d'ailleurs instauré cette mode, avec le succès que l'(...)


Ça sent bon tout ça, entre les clins d’œil à The Key (pochette, titre de morceau - "Paleolithic") et musique qui renvoie aussi à ce premier album mythique, achat en vue.


@Buck Dancer : c'est pas nous qui sommes vieux c'est les jeunes qui sont cons..


J'aime bien Virtual de Maiden.


Le crowdkill ? C'est quand tu dois aller vérifier sur internet des mots que tu connais pas, et que en plus tu trouves ça débile comme "pratique", que tu te dis que tu te fais vieux....


"Car entre prendre une vie d'un animal et l'*nc*l*r sans son consentement... Il n'y a pas grand chose"
Phrase qui va me faire la semaine !


Je suis d'accord avec vous sur le faite que censuré le concert ne servirait à rien, et la dessus je vous soutient à 100%... Mais par pitié arrêter de vouloir défendre Hery parce que vous l'avez rencontrer et qu'il vous à dit tels ou tels chose... C'est plus logique de vouloir défendre la mu(...)


@Kerry : et Halmstad de Shining


L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?