Qu’est ce qui transforme un simple disque en bon album de Thrash ? Le fait qu’il sonne comme s’il avait été composé il y a trente ans et enregistré hier ?

Bravo, vous avez gagné mon estime, et le droit d’entendre parler de la nouvelle sensation made in Germany, CENTRATE.

En version développée, ce qui n’est pas évident à la première lecture, CENTRATE est plus une contraction, presque un acronyme plus qu’un nom, puisqu’une fois étiré, tout ça nous donne CENTER OF HATE, ce qui en effet semble en parfaite adéquation avec la musique proposée.

Un Thrash dit « à l’Allemande », rigoureux, âpre, pas vraiment fastueux mais efficace, et qui rend hommage aux plus gardes figures du genre, nationales évidemment.

Niveau bio, les CENTRATE ont d’abord évolué sous la bannière WITHOUT FEAR entre 2007 et 2010, avant de se rebaptiser pour je ne sais quelle raison.

Un premier EP gravé aux Desert Inn Studio d’Edingen en 2015, Tiger Force, et évidemment, quelques premières parties plus ou moins fameuses en compagnie/ouverture de cadors comme ACCUSER, SCORNAGE, DUST BOLT, ont fait de ces Allemands ce qu’ils sont aujourd’hui, à savoir un solide groupe de Thrash qui revendique ses influences tout en affirmant son propre son, directement hérité de l’âge d’or du style des années 85/88.

Premier LP donc pour ce quintette de Dillenburg (Niki – chant, Tobias & Chris – guitars, Marcel – basse et Manu – batterie), autoproduit, et caché sous une jolie pochette virtuelle (l’album n’est pour le moment dispo qu’en dématérialisé) qui semble d’ailleurs directement en lien avec le premier morceau de Ritual, « Voodoo ».

Etrange intro en percussions à la SEPULTURA de Roots, soulignées de guitares un peu menaçantes, c’est une entrée en matière classique qui plante le décor, qu’on imagine plus volontiers typique de la Nouvelle-Orléans ou de Haïti, mais qui provient pourtant d’Allemagne, ce que confirment vite des riffs typiques de l’école de la Ruhr, et qui nous aident à nous remémorer les éternels ACCUSER, TANKARD, ASSASSIN, DEATHROW et consorts.

D’ailleurs, le reste de l’album ne saurait nous tromper quant aux sources d’inspiration de ces jeunes thrasheurs avides de solidité instrumentale, qui ont salement travaillé leur partition pour nous proposer des compositions lourdes et véloces, toute placées sous le soleil noir d’un Metal un peu ombrageux et menaçant, mais souvent rapide et violent.

Loin de l’épiphanie que nous ne sommes plus vraiment en droit d’attendre de la vague du revival Thrash, Ritual n’en reste pas moins une affaire très sérieuse et intelligente. Refusant de tomber dans la facilité, les CENTRATE se concentrent sur un Thrash sous contrôle, et développent des riffs certes convenus mais efficaces, qui peuvent se reposer sur une section rythmique à la cadence d’abattage raisonnable, toutefois privée de basse au mixage, ce qui n’est pas vraiment étrange dans le créneau…

D’ailleurs, ce premier morceau fait clairement penser à une version réactualisée du premier DETENTE, ce qui confirme que ces Européens savent loucher du côté des USA pour nous pondre un refrain collégial dans la plus droite lignée du saignant « Losers » de Dawn & co.

Dix morceaux pour cet initial Ritual, qui n’hésite pas à varier le propos et le ton mais aussi les durées, puisque les interventions oscillent entre les deux minutes et les six, avec des variations dans l’inspiration qui parfois ressemblent à des trous noirs avalant la créativité pour laisser filtrer une certaine routine éprouvée.

Alors évidemment, des pamphlets lapidaires comme « In The Face Of Death » marchent toujours grâce à leur énergie diabolique découlant de la rage antique des ASSASSIN et autres DEATHROW, mais d’autres ont plus de mal à s’imposer, comme le long et lent « Kill Till Death » qui recycle des plans usés par SLAYER il y a une bonne trentaine d’années.

Le juste milieu est parfois bien trouvé, comme le démontre avec aisance « Soul Collector », qui joue plus ou moins dans la même division, et prend son temps pour nous prendre à la gorge, par l’entremise d’une double grosse caisse assez puissante et quelques accélérations en blasts relativement démentes.

Classiques et révérencieux, les CENTRATE le sont, à n’en point douter. Les riffs font tous penser à un thème déjà entendu par le passé, et les chœurs rappellent sans conteste l’âge d’or du Thrash Allemand des eighties flamboyantes.

D’ailleurs, les dix entrées semblent toutes suivre le même fil rouge, même si quelques fantaisies d’arrangements viennent troubler la linéarité ambiante (la ride de « Infected », morceau assez Hardcore qui mélange le SEPULTURA rageur à l’ACCUSER frondeur), et si la voix de Niki fait penser aux accents éthyliques de Gerre des TANKARD, il est toutefois difficile de trouver des traces de fun dans la musique des natifs de Dillenburg, qui se veut plutôt haineuse et colérique que joyeuse et alcoolique.

Parlons plutôt de SLAYER, puisque « Ritual » semble se complaire dans des digressions à la South Of Heaven/Seasons In The Abyss, tout en lâchant quelques allusions à la scène Néo Death scandinave, pour un résultat assez optimal, qui laisse augurer d’une suite plus intéressante, notamment grâce à ce break d’entame qui ose un riff unique sur fond de binaire solitaire, le tout nappé d’un chant scandé, un peu moins prévisible que le reste du répertoire.

Et si un tempo médium s’impose sur la durée, si les guitares tournent souvent autour des mêmes idées, ce premier album parvient quand même à s’imposer par sa colère assumée, sans toutefois faire partie des grosses surprises de la vague.

Un album raisonnable, mordant et agressif mais abordable, en gros, une démonstration Allemande de savoir-faire qui se repose encore un peu trop sur ses lauriers de fer. Courage les gars, vous avez les capacités d’aller plus loin, et de vous montrer moins bridés par votre respect.


Titres de l'album:

  1. Voodoo
  2. In The Face Of Death
  3. Forever Mine
  4. Soul Collector
  5. Old Mans Table
  6. Infected
  7. Kill Till Death
  8. Revenge
  9. Ritual
  10. Exorcism

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/02/2017 à 15:08
68 %    298

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.