L’Allemagne nous avait déjà envoyé il y a trente et quelques années RUNNING WILD et LIVING DEATH. Du coup, pour se rappeler à notre bon souvenir, le peuple germain nous envoie aujourd’hui RUNNING DEATH histoire de faire le lien, même si les similitudes ne concernent que les patronymes et non la musique. Car si les RUNNING DEATH ont combiné l’attitude Heavy frondeuse de Rock n’Rolf et les attaques speedées des frangins Kelch, ils se rapprocheraient plus volontiers d’une optique mélodique et technique à la ANNIHILATOR/MEGADETH, ce que confirme volontiers leur deuxième longue durée, DressAge, à la pochette remarquable et extrêmement colorée. On perçoit même par touches fugaces des réminiscences du METALLICA le plus juvénile, celui-là même qui inventait le Thrash aux alentours de 1983 en dopant la NWOBHM d’une bonne dose de Punk…

Mais pour être honnête, les références ne manquent pas au moment d’aborder le cas de ce quatuor éminemment sympathique, constitué de Simon Bihlmayer (guitare, chant), Daniel Baar (guitare), Andrej Ramich (basse) et

Jakob Weikmann (batterie), et qui semble privilégier une approche très veloutée et nuancée du Thrash des 80’s, se permettant même de temps à autres d’effleurer la technique absconse et délicate des MEKONG DELTA, sans toutefois tomber dans le piège de la démonstration.

Leur histoire est assez chaotique, et leurs débuts furent hésitants, puisqu’il leur a fallu quelques années avant de se stabiliser.

Formé en 2004, et soumis à de nombreux changements de line-up, RUNNING DEATH attendra trois ans avant de balancer sa première démo, et trois années supplémentaires pour enfin oser un premier EP, Raging Nightmare, publié en 2010.

Un second suivra en 2012 (The Call Of Extinction), avant un nouveau hiatus qui les fera patienter jusqu’en 2015 avant de lâcher leur premier LP, le très remarqué Overdrive, qui prolongeait les travaux entrepris précédemment, tout en y apportant un surplus de professionnalisme. Signés par le très réputé label Punishment 18 Records, les Allemands mettront alors plus d’application dans la stabilité, au point de sortir ce second album dans un intervalle réduit, album qui ne fait qu’entériner tout le bien que la presse underground pensait d’eux.

Un disque d’une fluidité incroyable, et d’une maturité indéniable, qui vient à point nommé justifier les treize années de carrière d’un groupe qui n’a pour l’instant pas eu la chance de s’affirmer pleinement sur la scène Européenne.

Injustice qui sera bien vite réparée par les dix nouveaux morceaux proposés par les Bavarois, qui n’ont pas hésité à appuyer là où ça fait du bien, et diluer leur Thrash dans une grosse dose de Heavy bien mélodique, à cent lieues du gros Thrash germanique bourrin et mal dégrossi.

Inutile dès lors de chercher du côté de leurs homologues du passé des comparaisons qui n’ont pas lieu d’être, puisque les noms de KREATOR, SODOM, DESTRUCTION, TANKARD et consorts sont complètement hors sujet. Comme précisé en amont, les RUNNING DEATH auraient plutôt louché sur les astuces de composition du Mustaine de milieu de carrière, celui qui parvenait encore à établir un réel équilibre entre Heavy technique et volutes de Thrash évaporées.

De fait, DressAge évoque plus volontiers des pièces comme Youthanasia, Countdown To Extinction, ou d’autres comme le controversé Set the World on Fire des Canadiens d’ANNIHILATOR, dont Simon et Daniel ont emprunté pas mal de plans de guitare doublés, alors que le chant de Simon se rapproche parfois dangereusement des intonations sardoniques de Dave, notamment sur le terrassant « Duty Of Beauty », qui se plaît à souligner l’absurdité des standards de beauté contemporains, poussant les individus à se rapprocher d’un idéal absurde qu’il est inutile de poursuivre comme une chimère.

Mélodies, technique, intelligence de composition, mais efficacité et pertinence. Voici ce qu’on retient de prime abord de ce second LP qui affirme une personnalité très prononcée.

Les Allemands savent pertinemment où ils vont, et ne traînent pas en route, même si leurs morceaux sont largement développés. Pas de break inutile, pas de couplet en trop, tout est savamment calibré, et dispensé par un instrumental pêchu, qui n’évite parfois pas la redite d’un Heavy un peu trop réchauffé pour encore affamer (« Numbers », qui semble unir dans un même élan dérisoire le SUICIDAL des 90’s et le MEGADETH de Risk, pas les meilleures références qui soient).

Alternant dès lors les saillies instantanées et explosives, à l’image de cette transition entre un « Courageous Minds » d’intro qui éclate en sextolets et rythmiques à la DREAM THEATER avant de se plonger dans un riff énorme à la Mustaine, et un « DressAge », un peu moins Speed mais tout aussi technique, RUNNING DEATH nous fait marcher sur des charbons ardents, et souffle le chaud et le modéré sans pause, en décochant de temps à autres quelques flèches dignes du meilleur Speed/Thrash US de l’orée des 80’s (« Delusive Silence », joli grand écart entre le MEGADETH de « FFF » et « Holy Wars » et le METALLICA de « Metal Militia »).

Pas grand-chose à reprocher à un album bourré de clins d’œil, mais aussi truffé de citations plus personnelles, qui pourtant ne renient pas leurs origines. Si l’assombri « Beneath The Surface » cligne une fois encore du côté du Mustaine de « In My Darkest Hour », il fait aussi du pied au TESTAMENT des mid 90’s, alors que l’alambiqué « Anthem Of Madness » se souvient avec tendresse de la scène Heavy mordante US des LAAZ ROCKIT et associés, en y ajoutant un brin de Techno-Thrash de la fin de la décennie.

« Safety Seconds » joue la tendresse d’harmonies Heavy travaillées façon power ballad, et « Refuse To Kill » en épilogue contredit son titre en nous assassinant d’une ultime charge Heavy nuancée, à la basse claquante et à la construction ambivalente. MEGADETH encore, mais pour le meilleur, celui qui nous rappelle que fut un temps, les deux Dave régnaient sur le secteur sans équivalent possible, de leur alliance de technique redoutable et de puissance écrasante.

DressAge, en dépit des multiples perches tendues consciemment ou pas vers le MEGADETH des grands jours, n’en reste pas moins un album d’une qualité rare, et qui a le mérite de se démarquer de l’uniformité de la production Thrash ambiante. Loin des systématismes de leurs collègues qui pillent sans vergogne le patrimoine national ou international, les Allemands jouent la carte de la diversité et du crossover Heavy, et finalement imposent leur différence avec un indéniable panache.

Une musique beaucoup moins prévisible que le nom du groupe qui l’interprète, et finalement, loin d’incarner une simple entrée de plus dans le grand lexique du Metal, les RUNNING DEATH se veulent cas particulier, ou exception notable.

Les fans de RUNNING WILD regretteront cette audace, mais les plus exigeants sauront s’en satisfaire.


Titres de l'album:

  1. Courageous Minds
  2. Dreesage
  3. Delusive Silence
  4. Heroes Of The Hour
  5. Duty Of Beauty
  6. Numbers
  7. Beneath The Surface
  8. Anthem Of Madness
  9. Safety Second
  10. Refuse To Kill

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/06/2017 à 16:58
80 %    280

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/