Le Death technique a toujours été assujetti au seul délire de ses concepteurs, n’acceptant aucune autre limite que celles du potentiel des musiciens et de leur imagination.

Dans le cas des Anglais de MITHRAS, les capacités de Leon Macey, seul membre permanent du projet sont énormes. L’homme est en plus un indécrottable perfectionniste, ce qui rend sa musique encore plus patiemment élaborée, et comme il n’est pas soumis aux impératifs du temps, tout ça lui laisse une énorme latitude pour soigner ses albums.

Latitude qui a quand même pris la forme d’un hiatus d’une bonne dizaine d’années entre ses deux derniers efforts, et qui l’a forcé à prendre le risque…de tomber dans l’oubli.

Le passé d’astrophysicien en gestation du musicien le force à regarder dans le cosmos, pour y voir un alignement d’étoiles favorable, avant d’entamer un travail quelconque.

En 2010, il a enfin ressenti le besoin de donner une suite à cette saga entamée au début du 21ème siècle avec une simple démo, et s’est enfin attelé à la lourde tâche de composer et d’enregistrer un quatrième LP, que vous pouvez désormais écouter, On Strange Loops.

Le concept de ce disque est simple. Le temps, les actions répétées, l’infini, et…le temps. L’espace bien sûr, mais si l’album s’ouvre et se referme sur le bruit d’aiguilles qui tournent inlassablement, le hasard n’a rien à y voir. Léon, accompagné de son acolyte Rayner Coss (basse et chant, parti depuis) a une fois de plus sciemment fait cohabiter la précision extrême et la liberté d’expérimenter, un peu comme la trajectoire d’un astéroïde qui traverse l’espace en signant des trajectoires parfois linéaires, parfois erratiques. Et si les parties de batterie écrasantes dominent l’ensemble de l’album de leur concassement ininterrompu, donnant à l’auditeur cette sensation d’oppression et de course en avant inéluctable, les parties de guitare sonnent une fois de plus « célestes », pour ne pas perdre de vue que l’ordre de l’univers est soumis lui aussi parfois à des mouvements aléatoires.

« L’album se concentre sur le temps, et sa signification pour les hommes à de multiples niveaux. Dans le passé, dans le présent, et même dans un avenir incertain où notre descendance aura appris à transcender les limitations physiques jusqu’à un certain point. L’univers décrit dans l’album est promis à une fin inéluctable, périssant d’une chaleur mortelle, avant que tout ne devienne froid et mort, et le personnage qui traverse l’histoire prédit que des millions d’années plus tard, le cycle va recommencer, et que l’univers renaîtra d’un nouveau big-bang »

C’est ainsi que Léon Macey décrit On Strange Loops avec ses propres mots, mais l’homme, implicitement, sait que ce quatrième album est avant tout une affaire musicale, et que les notes, les sons décrivent mieux que les phonèmes articulés les thématiques qui l’obsèdent.

De ce côté-là, l’approche de MITHRAS n’a pas changée. Le Death Metal extrême et technique est resté le même, poussé à un paroxysme.

Si la tête pensante du projet aime à voir en sa créature une sorte de RUSH du Death Metal, il convient de voir en cet album une tentative de croiser les galaxies de NILE, du PESTILENCE des années 90, du MORBID ANGEL le plus pointu techniquement et heurté rythmiquement, et évidemment, d’une sorte d’EMPEROR en version positive, qui aurait appris à fondre ses couches de sonorités pour aboutir à plus de clarté et de lisibilité musicale.

Une fois de plus, l’imbrication des idées et la fluidité de leurs transitions bluffent. Tous les arrangements se télescopent à une vitesse hallucinante, comme un canon à électrons devenu surpuissant. Si la batterie ressemble souvent à un tir de barrage ininterrompu, si le chant de Rayner à toujours cette gravité rauque symptomatique, les parties de guitare de Leon ont gagné en liberté et bravoure, et le musicien se permet de lâcher des soli de toute beauté, dont la pureté tranche avec la violence ambiante, qui atteint parfois des sommets assez effrayants (le final de « Time Never Lasts » est assez tétanisant dans le genre…)   

Science et spiritualité, telles sont les deux matrices de cette nouvelle livraison. La science, que l’on retrouve dans les thèmes évidemment, mais aussi dans les mathématiques pointues qui régissent l’instrumental, et la spiritualité, qui elle domine les instants les plus viscéraux et instinctifs, faisant appel à notre ressenti le plus personnel.
Brutalité et harmonies qui cohabitent dans un ballet étourdissant, et qui parfois, prennent le pas l’une sur l’autre. Ainsi, si le délicat « The Last Redoubt » se répand en harmonies oniriques rappelant le travail de Devin Townsend, « When The Stars Align » préfère se concentrer sur des motifs d’une intensité inouïe, tout en insérant entre les déluges de violence des intermèdes mélodiques accrocheurs.

Mais bien souvent la frontière entre délicatesse et véhémence est mince, et se retrouve souvent à délimiter les deux parties d’un univers comme une dichotomie musicale.

Les morceaux, plutôt concis, donnent pourtant le sentiment que le temps s’est figé, eut égard au nombre conséquent d’idées qu’ils contiennent tous. Deux pourtant se permettent de laisser l’horloge courir, « Odyssey’s End », et sa longue intro fragile et spatiale qui se fond sur une emphase progressive, sorte de satellite orbital des planètes STRAPPING YOUNG LAD et NILE, et le final « On Strange Loops », qui oppose la véhémence la plus crue à des intermèdes abstraits et décalés, pour finalement nous perdre dans un avenir que nous serions bien en peine de pouvoir décrire. Le final se noie dans des errances synthétiques dignes du Emerson, Lake & Palmer des 70’s, avant que la course du temps ne reprenne, ralentissant progressivement pour nous laisser avec une multitude d’interrogations…

Et si « Part The Ways », pousse les excès de MORBID ANGEL à leur paroxysme, si « Between Scylla And Charybdis » dispense des volutes de guitares semblant émaner des échos d’une cathédrale universelle encore non identifiée, si « Howling Of The Distant Spaces » prend son temps pour mettre en place une ambiance aussi inquiétante qu’envoutante, l’ensemble de l’album devient un tout cohérent, somme de parties semblant disparates, et pourtant formant une évolution logique nous menant d’un état de fait à un autre.

Mais hors interprétation littéraire, et en se contentant d’un survol musical de l’oeuvre, On Strange Loops justifie en moins d’une heure les dix années passées à l’élaborer, et dispense quelques leçons de liberté créative qu’il est toujours bon de prendre en compte.

 Et dans l’univers du Death technique, en constante évolution, MITHRAS prouve qu’il a toujours sa placeau centre de sa propre galaxie. Une trajectoire en boucle étrange, qui part, tourne, puis revient, semblant inchangée, mais ayant subi l’épreuve du temps dont on ne sort jamais indemne.


Titres de l'album:

  1. Why Do We Live?
  2. When The Stars Align
  3. The Statue on the Island
  4. Part the Ways
  5. Odyssey's End
  6. Howling of the Distant Spaces
  7. Between Scylla And Charybdis
  8. Time Never Lasts
  9. The Last Redoubt
  10. Inside The Godmind
  11. The Outer Dark
  12. On Strange Loops

Site officiel




par mortne2001 le 02/11/2016 à 14:59
75 %    244

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !