Le Death technique a toujours été assujetti au seul délire de ses concepteurs, n’acceptant aucune autre limite que celles du potentiel des musiciens et de leur imagination.

Dans le cas des Anglais de MITHRAS, les capacités de Leon Macey, seul membre permanent du projet sont énormes. L’homme est en plus un indécrottable perfectionniste, ce qui rend sa musique encore plus patiemment élaborée, et comme il n’est pas soumis aux impératifs du temps, tout ça lui laisse une énorme latitude pour soigner ses albums.

Latitude qui a quand même pris la forme d’un hiatus d’une bonne dizaine d’années entre ses deux derniers efforts, et qui l’a forcé à prendre le risque…de tomber dans l’oubli.

Le passé d’astrophysicien en gestation du musicien le force à regarder dans le cosmos, pour y voir un alignement d’étoiles favorable, avant d’entamer un travail quelconque.

En 2010, il a enfin ressenti le besoin de donner une suite à cette saga entamée au début du 21ème siècle avec une simple démo, et s’est enfin attelé à la lourde tâche de composer et d’enregistrer un quatrième LP, que vous pouvez désormais écouter, On Strange Loops.

Le concept de ce disque est simple. Le temps, les actions répétées, l’infini, et…le temps. L’espace bien sûr, mais si l’album s’ouvre et se referme sur le bruit d’aiguilles qui tournent inlassablement, le hasard n’a rien à y voir. Léon, accompagné de son acolyte Rayner Coss (basse et chant, parti depuis) a une fois de plus sciemment fait cohabiter la précision extrême et la liberté d’expérimenter, un peu comme la trajectoire d’un astéroïde qui traverse l’espace en signant des trajectoires parfois linéaires, parfois erratiques. Et si les parties de batterie écrasantes dominent l’ensemble de l’album de leur concassement ininterrompu, donnant à l’auditeur cette sensation d’oppression et de course en avant inéluctable, les parties de guitare sonnent une fois de plus « célestes », pour ne pas perdre de vue que l’ordre de l’univers est soumis lui aussi parfois à des mouvements aléatoires.

« L’album se concentre sur le temps, et sa signification pour les hommes à de multiples niveaux. Dans le passé, dans le présent, et même dans un avenir incertain où notre descendance aura appris à transcender les limitations physiques jusqu’à un certain point. L’univers décrit dans l’album est promis à une fin inéluctable, périssant d’une chaleur mortelle, avant que tout ne devienne froid et mort, et le personnage qui traverse l’histoire prédit que des millions d’années plus tard, le cycle va recommencer, et que l’univers renaîtra d’un nouveau big-bang »

C’est ainsi que Léon Macey décrit On Strange Loops avec ses propres mots, mais l’homme, implicitement, sait que ce quatrième album est avant tout une affaire musicale, et que les notes, les sons décrivent mieux que les phonèmes articulés les thématiques qui l’obsèdent.

De ce côté-là, l’approche de MITHRAS n’a pas changée. Le Death Metal extrême et technique est resté le même, poussé à un paroxysme.

Si la tête pensante du projet aime à voir en sa créature une sorte de RUSH du Death Metal, il convient de voir en cet album une tentative de croiser les galaxies de NILE, du PESTILENCE des années 90, du MORBID ANGEL le plus pointu techniquement et heurté rythmiquement, et évidemment, d’une sorte d’EMPEROR en version positive, qui aurait appris à fondre ses couches de sonorités pour aboutir à plus de clarté et de lisibilité musicale.

Une fois de plus, l’imbrication des idées et la fluidité de leurs transitions bluffent. Tous les arrangements se télescopent à une vitesse hallucinante, comme un canon à électrons devenu surpuissant. Si la batterie ressemble souvent à un tir de barrage ininterrompu, si le chant de Rayner à toujours cette gravité rauque symptomatique, les parties de guitare de Leon ont gagné en liberté et bravoure, et le musicien se permet de lâcher des soli de toute beauté, dont la pureté tranche avec la violence ambiante, qui atteint parfois des sommets assez effrayants (le final de « Time Never Lasts » est assez tétanisant dans le genre…)   

Science et spiritualité, telles sont les deux matrices de cette nouvelle livraison. La science, que l’on retrouve dans les thèmes évidemment, mais aussi dans les mathématiques pointues qui régissent l’instrumental, et la spiritualité, qui elle domine les instants les plus viscéraux et instinctifs, faisant appel à notre ressenti le plus personnel.
Brutalité et harmonies qui cohabitent dans un ballet étourdissant, et qui parfois, prennent le pas l’une sur l’autre. Ainsi, si le délicat « The Last Redoubt » se répand en harmonies oniriques rappelant le travail de Devin Townsend, « When The Stars Align » préfère se concentrer sur des motifs d’une intensité inouïe, tout en insérant entre les déluges de violence des intermèdes mélodiques accrocheurs.

Mais bien souvent la frontière entre délicatesse et véhémence est mince, et se retrouve souvent à délimiter les deux parties d’un univers comme une dichotomie musicale.

Les morceaux, plutôt concis, donnent pourtant le sentiment que le temps s’est figé, eut égard au nombre conséquent d’idées qu’ils contiennent tous. Deux pourtant se permettent de laisser l’horloge courir, « Odyssey’s End », et sa longue intro fragile et spatiale qui se fond sur une emphase progressive, sorte de satellite orbital des planètes STRAPPING YOUNG LAD et NILE, et le final « On Strange Loops », qui oppose la véhémence la plus crue à des intermèdes abstraits et décalés, pour finalement nous perdre dans un avenir que nous serions bien en peine de pouvoir décrire. Le final se noie dans des errances synthétiques dignes du Emerson, Lake & Palmer des 70’s, avant que la course du temps ne reprenne, ralentissant progressivement pour nous laisser avec une multitude d’interrogations…

Et si « Part The Ways », pousse les excès de MORBID ANGEL à leur paroxysme, si « Between Scylla And Charybdis » dispense des volutes de guitares semblant émaner des échos d’une cathédrale universelle encore non identifiée, si « Howling Of The Distant Spaces » prend son temps pour mettre en place une ambiance aussi inquiétante qu’envoutante, l’ensemble de l’album devient un tout cohérent, somme de parties semblant disparates, et pourtant formant une évolution logique nous menant d’un état de fait à un autre.

Mais hors interprétation littéraire, et en se contentant d’un survol musical de l’oeuvre, On Strange Loops justifie en moins d’une heure les dix années passées à l’élaborer, et dispense quelques leçons de liberté créative qu’il est toujours bon de prendre en compte.

 Et dans l’univers du Death technique, en constante évolution, MITHRAS prouve qu’il a toujours sa placeau centre de sa propre galaxie. Une trajectoire en boucle étrange, qui part, tourne, puis revient, semblant inchangée, mais ayant subi l’épreuve du temps dont on ne sort jamais indemne.


Titres de l'album:

  1. Why Do We Live?
  2. When The Stars Align
  3. The Statue on the Island
  4. Part the Ways
  5. Odyssey's End
  6. Howling of the Distant Spaces
  7. Between Scylla And Charybdis
  8. Time Never Lasts
  9. The Last Redoubt
  10. Inside The Godmind
  11. The Outer Dark
  12. On Strange Loops

Site officiel




par mortne2001 le 02/11/2016 à 14:59
75 %    269

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!


1) "Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?"
Hé hé hé !
2) LeMoustre et Jus de cadavre vous êtes de vraies zoulettes !!! (sic)
Devenir aussi rapidement cordiale et conciliant...
Pfffffffffffff...
Même pas eu le temps de juter dans mon calbute bo(...)


L'éléphant... J'ai lu un livre là-dessus y a pas longtemps, et les mecs expliquaient qu'en fait, c'est parce que toute leur force est concentrée dans la trompe.


Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?


@LeMoustre & @Jus de cadavre : vous avez brisé mon plan, j'allais annoncé un combat sur le ring à l'Hotel Accor Arena à la Booba vs Kaaris, je me serais fait des c***lles en or... ah ah ah ah ah !


@Jus de cadavre : Pas mon genre, j'ai juste dit que une fois je n'avais pas été au Xtrem parce que l'affiche ne m'avait pas plu alors que c'était à côté. Mais j'y suis allé une fois aussi. Mais je vois ce que tu as pu comprendre, et mes mots étaient maladroits. En tout cas, pas de conflit no(...)


J'ai du mal comprendre alors. Je croyais avoir à faire à quelqu'un qui choisi pour toi ce qui est bien ou pas, comme on en croise très souvent en ce moment (et pas qu'en musique hélas !). Donc "conflit" clos ;)
Et bon fest quel qu'il soit !