Etes-vous déjà allé faire un tour du côté de Toledo, Ohio ? Non ?

Moi non plus. Pourtant, c’est là-bas que la Jeep est construite depuis 1941. Et c’est aussi une ville connue sous le surnom de « Cité de Verre » eut égard à sa production industrielle.

De plus elle est la capitale mondiale des accessoires auto. Pas mal non plus pour une petite ville US de moins de trois cents mille habitants.

Ah puisque j’en suis aux précisions, ajoutons qu’elle est jumelée avec la ville espagnole de Tolède. Homonymie, après tout, c’est assez logique.

Mais saviez-vous – et ceci est le point important de ce préambule – que c’est aussi le centre névralgique d’une scène Hardcore très vivace ?

Non plus ?

Alors là, aucune importance non plus, puisque cette compilation de talents locaux va justement faire le point avec vous sur l’état des forces Punk Hardcore en présence par là-bas.

Toledo 2017 - Blame it on the Basement vous propose donc un passage en revue d’une grosse dizaine de groupes unis sous la même bannière, ou presque, puisque chacun d’entre eux évolue sous un pavillon quelque peu différent des autres, même si le drapeau flottant au-dessus de leur tête est flanqué d’un gros crâne Hardcore bien tassé.

Hardcore d’accord, mais pas n’importe lequel.

Tous en fait, ou presque. Du Hardcore n’Roll au Powerviolence modéré en passant par le Skatecore ou même le Core à tendance reggae, nous avons donc droit à un panorama exhaustif ou presque des curiosités bruitistes de Toledo, et avouons-le de suite, la ballade est fort plaisante. Et la diversité dans la brutalité de mise.

Alors, technisons. Ce sampler a été enregistré par Seth Mehan et Tony Perkis dans le sous-sol même de ce dernier, et mixé par Jc Griffin aux Lakebottom studios, puis enrobé dans un artwork bien Core par Rob Roy. Tout ça ne vous dit certainement pas grand-chose, mais comme il faut bien rendre à César ce qui appartient à Toledo, j’aime les choses exposées clairement.

Alors, par qui est donc animée cette scène qui a des airs de la fameuse mouvance NYHC des années 80 ? Ou bien de celle de Boston, de Washington ou d’où vous voulez ? Si l’on en croit le tracklisting de cette compile (qui je le précise est disponible gratos au téléchargement sur le Bandcamp du projet), on retrouve donc au générique les groupes suivants :

BONE FOLDER, JUST SHY OF, TAKE OFF-CLEAN UP, FOR NOTHING, TRASH CAT, YETI MACHETE, DON’T GET BORED, THE OLD BREED, SICK SYSTEM, POPULATION CONTROL et LOS JACKS, ainsi qu’une entrée collective en fin de disque avec une appropriation du « Redemption Song » de Bob Marley.

Le bilan de cette opération ?

Prouver la vitalité des groupes du cru, qui en effet, en interprétant quelques morceaux de bravoure dans des conditions live nous permettent de retrouver l’urgence du vrai Hardcore, qui ne s’est toujours pas plié aux exigences modernes et qui reste adapte d’un DIY délicieusement analogique.

Hardcore donc, et celui des racines, parfois sombre, souvent guilleret, mais toujours puissant. Impossible de ne pas trouver son compte et de satisfaire ses instincts les plus primaires à l’écoute de cet assemblage de combos hétéroclites et chacun saura se diriger d’instinct vers son Core favori.

Un mouvement soudé, qui commence sous les meilleurs auspices qui soient, avec l’intervention des BONE FOLDER qui commencent très fort avec leur Powerviolence un peu sourd qui vous saute à la gorge comme un taré dans le pit. Des relents de DISCHARGE évidemment, pour une course contre la montre de deux minutes et quelques.

Les JUST SHY OF se veulent délibérément plus Rock N’Pop, et rappellent un peu la scène de Los Angeles, avec leurs mélodies ironiques et leur distorsion délicieusement DESCENDENTS. Un peu Surf dans l’esprit, mais beaucoup de fun.

TAKE OFF-CLEAN UP n’hésite pas non plus à jouer le mordant d’un Rock N’Core festif, et nous ramène à l’époque des premiers FLAG, avec un riff bien agacé de petits motifs harmoniques crispants. Grosse coupure avec le Reggae Core des FOR NOTHING, un peu BAD BRAINS dans l’esprit, avec cet enthousiasme Ska qui dégénère vite en tuerie Core intégrale.

Plus bordéliques, les TRASH CAT s’amusent beaucoup de leur schizophrénie vocale et de leur ambiance tongue in cheek pour une grosse virée qui bifurque par le Boston des 80’s.

Plus classiques et urbains, les YETI MACHETE avec « Life After Prison » assombrissent un peu l’ambiance de leurs chœurs très NYHC, alors que les DON’T GET BORED jouent les trublions d’un downtempo un peu Noisy.

THE OLD BREED font s’envoler le tempo, qui virevolte autour d’un chant très ANTI NOWHERE LEAGUE, puis les SICK SYSTEM versent un peu de feedback dans le chaudron déjà bouillant pour offrir une des interventions les plus proches d’un MINOR THREAT passablement énervé d’être écrasé par une production saturée et brouillonne.

POPULATION CONTROL joue la carte du gros qui hurle et tempête, avec un son encore un peu plus cochon tandis que les LOS JACKS osent dépasser la barre des trois minutes grâce à une longue intro d’ambiance bien troussée.

Le final assez euphorique et pas vraiment respectueux de l’original permet à tout ce petit monde de se lâcher et de resserrer des liens déjà assez ténus. Bob y retrouverait-il son message ? Certes, mais bien caché sous des couches de folie instrumentale qu’il n’aurait jamais pu entrevoir à l’époque…

Une compilation en forme de recensement, qui malheureusement ne sera disponible en tape que lors des concerts des groupes concernés, ce qui de fait nous exclue de toute appropriation physique. Mais même en version dématérialisée, cette compilation vaut largement le détour, ne serait-ce que pour se tenir au courant de l’actualité Hardcore d’une région prolixe des Etats-Unis.

Et surtout, retrouver l’esprit originel d’un courant qui n’a de cesse de revivre au travers de la passion d’une jeune génération qui n’a cure des concessions.

 Automobiles bien sûr.


Titres de l'album:

  1. Bone Folder - Heavens Seige
  2. Just Shy Of - Not After Nine
  3. Tear Off-Clean Up - Kingz of tha Carryout-core
  4. For Nothing - Detachment
  5. Trash Cat - Badwill
  6. Yeti Machete - Life After Prison
  7. Don't Get Bored - Shit Weed
  8. The Old Breed - Our Solution
  9. Sick System - Fucked System
  10. Population Control - Overuse
  11. Los Jacks - Destruir
  12. Toledo 2017 - Redemption Song

Bandcamp officiel

par mortne2001 le 19/01/2017 à 13:24
80 %    217

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Septic Tank

Sturmpanzer

Devil Worshipper

Music For The Endtimes

Jt Ripper

Gathering of the Insane

Nyu.

Flux

Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Grave Digger + Burning Witches

28/01 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Vus en effet à Toulouse, les Allemands sont de vrais showmen et enfilent les tubes tout du long. Salle comble et vrai plaisir de jouer, bref, excellente soirée, seul le choix de Amaranthe en première partie, groupe insipide, est à revoir.


@ Humungus, oui lors de leur interview, ils disaient vouloir battre le record de commentaires, et l'objectif était largement atteint !


145 vues.


Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour pouvoir assister à ça...


Si je ne me trompe pas, y'avait eu la même chose sur VS à l'époque pour ULTRA VOMIT non ?
(+1)


Oui moi qui n'aime pas du tout aller à Paris, ça me tente énormément...


Oooh je pense qu'on peut faire mieux.... et +1 com !


Les histoires de meurtre et d'incendie d'église ça c'est vrai on le sait.

Le mystere reste autour du suicide de Dead et de la mort de Euronymous.

Le depart du groupe de Necrobutcher au moment du suicide de Dead est assez étrange aussi.


L’affiche qui fait (très) mal...


Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...