Etes-vous déjà allé faire un tour du côté de Toledo, Ohio ? Non ?

Moi non plus. Pourtant, c’est là-bas que la Jeep est construite depuis 1941. Et c’est aussi une ville connue sous le surnom de « Cité de Verre » eut égard à sa production industrielle.

De plus elle est la capitale mondiale des accessoires auto. Pas mal non plus pour une petite ville US de moins de trois cents mille habitants.

Ah puisque j’en suis aux précisions, ajoutons qu’elle est jumelée avec la ville espagnole de Tolède. Homonymie, après tout, c’est assez logique.

Mais saviez-vous – et ceci est le point important de ce préambule – que c’est aussi le centre névralgique d’une scène Hardcore très vivace ?

Non plus ?

Alors là, aucune importance non plus, puisque cette compilation de talents locaux va justement faire le point avec vous sur l’état des forces Punk Hardcore en présence par là-bas.

Toledo 2017 - Blame it on the Basement vous propose donc un passage en revue d’une grosse dizaine de groupes unis sous la même bannière, ou presque, puisque chacun d’entre eux évolue sous un pavillon quelque peu différent des autres, même si le drapeau flottant au-dessus de leur tête est flanqué d’un gros crâne Hardcore bien tassé.

Hardcore d’accord, mais pas n’importe lequel.

Tous en fait, ou presque. Du Hardcore n’Roll au Powerviolence modéré en passant par le Skatecore ou même le Core à tendance reggae, nous avons donc droit à un panorama exhaustif ou presque des curiosités bruitistes de Toledo, et avouons-le de suite, la ballade est fort plaisante. Et la diversité dans la brutalité de mise.

Alors, technisons. Ce sampler a été enregistré par Seth Mehan et Tony Perkis dans le sous-sol même de ce dernier, et mixé par Jc Griffin aux Lakebottom studios, puis enrobé dans un artwork bien Core par Rob Roy. Tout ça ne vous dit certainement pas grand-chose, mais comme il faut bien rendre à César ce qui appartient à Toledo, j’aime les choses exposées clairement.

Alors, par qui est donc animée cette scène qui a des airs de la fameuse mouvance NYHC des années 80 ? Ou bien de celle de Boston, de Washington ou d’où vous voulez ? Si l’on en croit le tracklisting de cette compile (qui je le précise est disponible gratos au téléchargement sur le Bandcamp du projet), on retrouve donc au générique les groupes suivants :

BONE FOLDER, JUST SHY OF, TAKE OFF-CLEAN UP, FOR NOTHING, TRASH CAT, YETI MACHETE, DON’T GET BORED, THE OLD BREED, SICK SYSTEM, POPULATION CONTROL et LOS JACKS, ainsi qu’une entrée collective en fin de disque avec une appropriation du « Redemption Song » de Bob Marley.

Le bilan de cette opération ?

Prouver la vitalité des groupes du cru, qui en effet, en interprétant quelques morceaux de bravoure dans des conditions live nous permettent de retrouver l’urgence du vrai Hardcore, qui ne s’est toujours pas plié aux exigences modernes et qui reste adapte d’un DIY délicieusement analogique.

Hardcore donc, et celui des racines, parfois sombre, souvent guilleret, mais toujours puissant. Impossible de ne pas trouver son compte et de satisfaire ses instincts les plus primaires à l’écoute de cet assemblage de combos hétéroclites et chacun saura se diriger d’instinct vers son Core favori.

Un mouvement soudé, qui commence sous les meilleurs auspices qui soient, avec l’intervention des BONE FOLDER qui commencent très fort avec leur Powerviolence un peu sourd qui vous saute à la gorge comme un taré dans le pit. Des relents de DISCHARGE évidemment, pour une course contre la montre de deux minutes et quelques.

Les JUST SHY OF se veulent délibérément plus Rock N’Pop, et rappellent un peu la scène de Los Angeles, avec leurs mélodies ironiques et leur distorsion délicieusement DESCENDENTS. Un peu Surf dans l’esprit, mais beaucoup de fun.

TAKE OFF-CLEAN UP n’hésite pas non plus à jouer le mordant d’un Rock N’Core festif, et nous ramène à l’époque des premiers FLAG, avec un riff bien agacé de petits motifs harmoniques crispants. Grosse coupure avec le Reggae Core des FOR NOTHING, un peu BAD BRAINS dans l’esprit, avec cet enthousiasme Ska qui dégénère vite en tuerie Core intégrale.

Plus bordéliques, les TRASH CAT s’amusent beaucoup de leur schizophrénie vocale et de leur ambiance tongue in cheek pour une grosse virée qui bifurque par le Boston des 80’s.

Plus classiques et urbains, les YETI MACHETE avec « Life After Prison » assombrissent un peu l’ambiance de leurs chœurs très NYHC, alors que les DON’T GET BORED jouent les trublions d’un downtempo un peu Noisy.

THE OLD BREED font s’envoler le tempo, qui virevolte autour d’un chant très ANTI NOWHERE LEAGUE, puis les SICK SYSTEM versent un peu de feedback dans le chaudron déjà bouillant pour offrir une des interventions les plus proches d’un MINOR THREAT passablement énervé d’être écrasé par une production saturée et brouillonne.

POPULATION CONTROL joue la carte du gros qui hurle et tempête, avec un son encore un peu plus cochon tandis que les LOS JACKS osent dépasser la barre des trois minutes grâce à une longue intro d’ambiance bien troussée.

Le final assez euphorique et pas vraiment respectueux de l’original permet à tout ce petit monde de se lâcher et de resserrer des liens déjà assez ténus. Bob y retrouverait-il son message ? Certes, mais bien caché sous des couches de folie instrumentale qu’il n’aurait jamais pu entrevoir à l’époque…

Une compilation en forme de recensement, qui malheureusement ne sera disponible en tape que lors des concerts des groupes concernés, ce qui de fait nous exclue de toute appropriation physique. Mais même en version dématérialisée, cette compilation vaut largement le détour, ne serait-ce que pour se tenir au courant de l’actualité Hardcore d’une région prolixe des Etats-Unis.

Et surtout, retrouver l’esprit originel d’un courant qui n’a de cesse de revivre au travers de la passion d’une jeune génération qui n’a cure des concessions.

 Automobiles bien sûr.


Titres de l'album:

  1. Bone Folder - Heavens Seige
  2. Just Shy Of - Not After Nine
  3. Tear Off-Clean Up - Kingz of tha Carryout-core
  4. For Nothing - Detachment
  5. Trash Cat - Badwill
  6. Yeti Machete - Life After Prison
  7. Don't Get Bored - Shit Weed
  8. The Old Breed - Our Solution
  9. Sick System - Fucked System
  10. Population Control - Overuse
  11. Los Jacks - Destruir
  12. Toledo 2017 - Redemption Song

Bandcamp officiel

par mortne2001 le 19/01/2017 à 13:24
80 %    279

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)