Etes-vous déjà allé faire un tour du côté de Toledo, Ohio ? Non ?

Moi non plus. Pourtant, c’est là-bas que la Jeep est construite depuis 1941. Et c’est aussi une ville connue sous le surnom de « Cité de Verre » eut égard à sa production industrielle.

De plus elle est la capitale mondiale des accessoires auto. Pas mal non plus pour une petite ville US de moins de trois cents mille habitants.

Ah puisque j’en suis aux précisions, ajoutons qu’elle est jumelée avec la ville espagnole de Tolède. Homonymie, après tout, c’est assez logique.

Mais saviez-vous – et ceci est le point important de ce préambule – que c’est aussi le centre névralgique d’une scène Hardcore très vivace ?

Non plus ?

Alors là, aucune importance non plus, puisque cette compilation de talents locaux va justement faire le point avec vous sur l’état des forces Punk Hardcore en présence par là-bas.

Toledo 2017 - Blame it on the Basement vous propose donc un passage en revue d’une grosse dizaine de groupes unis sous la même bannière, ou presque, puisque chacun d’entre eux évolue sous un pavillon quelque peu différent des autres, même si le drapeau flottant au-dessus de leur tête est flanqué d’un gros crâne Hardcore bien tassé.

Hardcore d’accord, mais pas n’importe lequel.

Tous en fait, ou presque. Du Hardcore n’Roll au Powerviolence modéré en passant par le Skatecore ou même le Core à tendance reggae, nous avons donc droit à un panorama exhaustif ou presque des curiosités bruitistes de Toledo, et avouons-le de suite, la ballade est fort plaisante. Et la diversité dans la brutalité de mise.

Alors, technisons. Ce sampler a été enregistré par Seth Mehan et Tony Perkis dans le sous-sol même de ce dernier, et mixé par Jc Griffin aux Lakebottom studios, puis enrobé dans un artwork bien Core par Rob Roy. Tout ça ne vous dit certainement pas grand-chose, mais comme il faut bien rendre à César ce qui appartient à Toledo, j’aime les choses exposées clairement.

Alors, par qui est donc animée cette scène qui a des airs de la fameuse mouvance NYHC des années 80 ? Ou bien de celle de Boston, de Washington ou d’où vous voulez ? Si l’on en croit le tracklisting de cette compile (qui je le précise est disponible gratos au téléchargement sur le Bandcamp du projet), on retrouve donc au générique les groupes suivants :

BONE FOLDER, JUST SHY OF, TAKE OFF-CLEAN UP, FOR NOTHING, TRASH CAT, YETI MACHETE, DON’T GET BORED, THE OLD BREED, SICK SYSTEM, POPULATION CONTROL et LOS JACKS, ainsi qu’une entrée collective en fin de disque avec une appropriation du « Redemption Song » de Bob Marley.

Le bilan de cette opération ?

Prouver la vitalité des groupes du cru, qui en effet, en interprétant quelques morceaux de bravoure dans des conditions live nous permettent de retrouver l’urgence du vrai Hardcore, qui ne s’est toujours pas plié aux exigences modernes et qui reste adapte d’un DIY délicieusement analogique.

Hardcore donc, et celui des racines, parfois sombre, souvent guilleret, mais toujours puissant. Impossible de ne pas trouver son compte et de satisfaire ses instincts les plus primaires à l’écoute de cet assemblage de combos hétéroclites et chacun saura se diriger d’instinct vers son Core favori.

Un mouvement soudé, qui commence sous les meilleurs auspices qui soient, avec l’intervention des BONE FOLDER qui commencent très fort avec leur Powerviolence un peu sourd qui vous saute à la gorge comme un taré dans le pit. Des relents de DISCHARGE évidemment, pour une course contre la montre de deux minutes et quelques.

Les JUST SHY OF se veulent délibérément plus Rock N’Pop, et rappellent un peu la scène de Los Angeles, avec leurs mélodies ironiques et leur distorsion délicieusement DESCENDENTS. Un peu Surf dans l’esprit, mais beaucoup de fun.

TAKE OFF-CLEAN UP n’hésite pas non plus à jouer le mordant d’un Rock N’Core festif, et nous ramène à l’époque des premiers FLAG, avec un riff bien agacé de petits motifs harmoniques crispants. Grosse coupure avec le Reggae Core des FOR NOTHING, un peu BAD BRAINS dans l’esprit, avec cet enthousiasme Ska qui dégénère vite en tuerie Core intégrale.

Plus bordéliques, les TRASH CAT s’amusent beaucoup de leur schizophrénie vocale et de leur ambiance tongue in cheek pour une grosse virée qui bifurque par le Boston des 80’s.

Plus classiques et urbains, les YETI MACHETE avec « Life After Prison » assombrissent un peu l’ambiance de leurs chœurs très NYHC, alors que les DON’T GET BORED jouent les trublions d’un downtempo un peu Noisy.

THE OLD BREED font s’envoler le tempo, qui virevolte autour d’un chant très ANTI NOWHERE LEAGUE, puis les SICK SYSTEM versent un peu de feedback dans le chaudron déjà bouillant pour offrir une des interventions les plus proches d’un MINOR THREAT passablement énervé d’être écrasé par une production saturée et brouillonne.

POPULATION CONTROL joue la carte du gros qui hurle et tempête, avec un son encore un peu plus cochon tandis que les LOS JACKS osent dépasser la barre des trois minutes grâce à une longue intro d’ambiance bien troussée.

Le final assez euphorique et pas vraiment respectueux de l’original permet à tout ce petit monde de se lâcher et de resserrer des liens déjà assez ténus. Bob y retrouverait-il son message ? Certes, mais bien caché sous des couches de folie instrumentale qu’il n’aurait jamais pu entrevoir à l’époque…

Une compilation en forme de recensement, qui malheureusement ne sera disponible en tape que lors des concerts des groupes concernés, ce qui de fait nous exclue de toute appropriation physique. Mais même en version dématérialisée, cette compilation vaut largement le détour, ne serait-ce que pour se tenir au courant de l’actualité Hardcore d’une région prolixe des Etats-Unis.

Et surtout, retrouver l’esprit originel d’un courant qui n’a de cesse de revivre au travers de la passion d’une jeune génération qui n’a cure des concessions.

 Automobiles bien sûr.


Titres de l'album:

  1. Bone Folder - Heavens Seige
  2. Just Shy Of - Not After Nine
  3. Tear Off-Clean Up - Kingz of tha Carryout-core
  4. For Nothing - Detachment
  5. Trash Cat - Badwill
  6. Yeti Machete - Life After Prison
  7. Don't Get Bored - Shit Weed
  8. The Old Breed - Our Solution
  9. Sick System - Fucked System
  10. Population Control - Overuse
  11. Los Jacks - Destruir
  12. Toledo 2017 - Redemption Song

Bandcamp officiel

par mortne2001 le 19/01/2017 à 13:24
80 %    193

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Groundbreaker

Groundbreaker

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".


Pour les nostalgiques du Hellfest "oldschool" on a retrouvé une plateforme de ventes de billets bien moisie et complètement surchargée :)
(et +10€ de prix du pass par rapport à 2018)
Mais j'ai mon sésame...


joli