A une époque, quand on parlait de Metal, on parlait de Metal. Mais ça, c’était avant qu’un petit malin ne mette des cerises confites dans la choucroute pour voir si les goûts se marraient bien. Et puis, quelques relations de ce même gastronome de l’extrême ont commencé à se dire qu’un peu de Funk dans le Hard-Rock ne pourrait que le rendre plus fluide et dansant.

Et d’autres, s’engouffrant dans le filon ont décidé de mélanger les guitares Heavy et les rythmiques bondissantes et élastiques. Alors, ça a commencé à donner des trucs bizarres, qu’on a appelé par facilité Fusion, Metal Indus, Neo Metal quand on s’agrippait à son Hip-Hop, et même Techno Metal quand les REVOLTING COCKS ont décidé qu’ils étaient les plus sexy.

Et depuis, des délires, des excroissances, des abus, des déviances, MARILYN MANSON, WHITE ZOMBIE, FEAR FACTORY, mais aussi KILL II THIS, SENSER, ORGY, MUSHROOMHEAD, STABBING WESTWARD, KMFDM, SOAD, et puis RAMMSTEIN ou SPINESHANK….

Mais pourquoi ce paragraphe long et visiblement informatif ? Pour jouer les érudits ? Non pour placer dans le contexte et parler de cet album étrange des SEEK IRONY, qui visiblement ont assimilé toute l’ironie de superposer de gros riffs bien Metal sur des couches de sons électro qui donnent tout autant envie de danser que de headbanger tout seul dans sa chambrée, ou en live, bien entouré.

Les SEEK IRONY, c’est d’abord l’histoire de deux frangins Israéliens, Kfir Gov (chant) et Rom Gov (batterie), originaires de Tel-Aviv, mais relocalisés à Austin, Texas, sans pour autant s’adapter aux coutumes musicales locales.

Après des années d’ajustements, de rencontres, et de complétion d’un line-up encore fluctuant, les deux frangins deviennent partie d’un tout, et enregistrent à titre d’auteur un premier album qui fait grand bruit et leur permet de tourner aux USA dans de bonnes conditions, avant qu’une grosse structure ne récupère leurs efforts en route pour les éditer de façon plus professionnelle.

C’est ainsi qu’on les retrouve aujourd’hui étrangement sur le label germain UDR, plus volontiers spécialisé dans le Heavy bien marqué. Mais après tout, le beat ne fait pas l’avoine, et un peu d’ouverture d’esprit ne peut pas faire de mal. Alors savourons aujourd’hui ce Tech N'Roll, qui de son nom suggère une mutation, qui pourrait bien s’avérer la plus équilibrée dans un style pourtant risqué, apte à faire groover autant que de se déchaîner.

Si vous avez lu mon long préambule introductif, vous avez tous les éléments à charge pour appréhender les onze morceaux proposés par ce gang chamarré qui use autant les dancefloor que les pits de salles bien bondées. Les noms utilisés sont les bons, et les références affluent, et l’époque dans laquelle nous replongent les SEEK IRONY pourrait se situer en jonction de nineties en fusion et d’un vingt-et-unième siècle de déraison. Evidemment, l’électro domine les débats de ses sonorités synthétiques et groovy, mais avec l’apport d’Alex "Sasha" Campbell à la guitare et d’Adam Donovan à la basse, les frères Gov ont fait le bon choix, et l’osmose entre les quatre musiciens est palpable, et aussi stimulante qu’un samedi soir passé dans une boite un peu louche à l’affluence interlope, entre bimbos aux seins débordants et créatures de l’ombre aux costumes effrayants. Le tout pulse, s’agite, régurgite, mais reste léger, costaud et ludique et donne salement envie de bouger ses petons tout en hurlant comme un démon, ce qui est toujours bon signe lorsqu’on a posé son exemplaire de Technikart sur le Necronomicon.

Ne faisons pas la fine bouche, même si Tech N'Roll a parfois des airs de farandole qui tourne un peu en rond sur la platine, il recèle suffisamment de petites perles coulantes pour enthousiasmer les moins croulants. On pense évidemment assez souvent à une version très accessible d’un NINE INCH NAILS débarrassé de ses obsessions Indus (genre Pretty Hate Machine, mais en version disco-mobile), notamment sur le diabolique et dégoulinant de stupre « Running Towards The End Of The World », ou à un STABBING WESTWARD plus à l’aise avec les portes des backstage que celles des backroom (« When You Lie »).

Le spectre de PRODIGY n’est jamais loin non plus, spécialement lorsque le beat est plus appuyé et les vocaux plus traités («Skin 2 Skin », aux trouvailles bidouillées dur, plus « Breathe/Firestarter » que nature), mais loin de plagier les magiciens de la techno/technique, le quatuor propose sa propre version de refrains hautement accrocheurs tranchant dans le vif de couplets agités et électroniques jusqu’au bout de l’échantillonneur.

Alors tout ça nous donne droit à un festival de morceaux au format Pop, qui se permettent de chatouiller le Metal de rythmiques purement atypiques.

Et ça fonctionne, parce que l’équilibre est quasiment parfait, même lorsque les danseurs préfèrent la sensualité à la gestuelle déstructurée (« Low »), ou que le phrasé Rap s’invite au banquet Post Disco rebondissant sur un up tempo (« Peel me Away », sorte de « Guilty » des GRAVITY KILLS revu et corrigé Metalcore).

De temps à autres, les SEEK IRONY adaptent la furie d’un RED HOT/SNOT à un contexte Funk/Techno pas piqué des syncopes (« Ravelution Push », trip sous acide dans une rave Metal à gauche, Electro à droite et Rap au milieu, de quoi douter de l’acuité de ses oreilles et de ses yeux), ou se prennent pour un Rob Zombie plus hirsute que nature dans un espace confiné où les murs ondulent sous la pression de guitares apprivoisées (« Tragically Drivers », une fois de plus, refrain qui tue sur couplets qui suent).

Mais ils le disent eux-mêmes, ils ont le diable au corps, et on en réclame encore (« Devil In Me », qui déhanche sexy à la Michael Hutchence, alors que Reznor triture la friture jusqu’au bout de la nuit), et finissent par se révéler sans fard, dans le petit matin, pour un premier café qui remonte le moral et invite la nostalgie à la table des dérives (« Head Above The Water », piano intimiste et ambiance un peu triste).

Tech N'Roll, ou l’art de bouger son corps avec une guitare en bandoulière et des samples amples plein la cuillère. Une belle façon de se rappeler qu’aussi antagonistes soient-ils, des styles cohabitent avec malice pour peu qu’ils soient unis par de véritables artisans de l’hybridation qui glisse le long d’une ossature Metal chargée d’un exosquelette techno tout sauf factice.

 Un disque high on energy, qui déplace les boîtes de nuit pour les caser sur la pelouse d’une metal party, et fait s’agiter des chevelus et des ravers en folie. Main dans la main, riff contre beat, et c’est parti…


Titres de l'album:

  1. She
  2. Tech N'Roll
  3. Devil In Me
  4. Skin 2 Skin
  5. When You Lie
  6. Running Towards The End Of The World
  7. Low
  8. Peel Me Away
  9. Ravelution Push
  10. Tragically Driven
  11. Head Above The Water

Site officiel


par mortne2001 le 02/02/2017 à 17:45
70 %    398

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pareil, un grand album, comme tous les Heathen ! L'inédit vaut-il l'achat, pour ceux qui ont déjà l'album d'origine ?


'Victims of deception' est excellent !! Un groupe sous-estimé. J'en veux pour preuve la faible affluence devant la scène lors de leur passage au Hellfest. Mais, ayant déjà ce nouvel album (tout de même initialement paru en 2010), j'aimerais savoir ce que vaut l'inédit. Cela dit, ce disque, c'e(...)


Mon petit chouchou " Dark Night (of the Soul) " que j'écoute en boucle. superbe !


J'avais découvert le groupe avec cet album et grace à M6 oui oui !!! Avec la diffusion du clip de lands of tears le dimanche soir après ou avant le film coquin


Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).