Vous êtes-vous déjà demandé ce qui aurait pu se produire si SUICIDAL TENDENCIES avait continué sur sa lancée triomphale de Lights, Camera, Revolution/The Art Of Rebellion, et si Mike Muir n’avait pas pété les plombs façon Punk édenté pour oser nous refourguer la bouse infâme que fut Suicidal For Life ? Moi oui, parce qu’à l’époque je n’avais pas très bien compris où il venait en venir, jusqu’à ce que je tombe sur l’horreur Lost My Brain! (Once Again), sur laquelle on trouvait le bon gros Mike en compagnie d’un Steve Jones à l’agonie venu cachetonner pour se payer ses bières…Avec le recul, je pige évidemment que cette atrocité laissait préfigurer du split du groupe, avant reformation lucrative quelques années après. Mais nous sommes nombreux à avoir regretté que ST n’ait pas capitalisé sur son line-up majestueux pour enregistrer le chef d’œuvre définitif qu’on était en droit d’attendre de lui, au croisement de ses deux LP majeurs, ce fameux The Art Of Rebellion et cet imparable How Will I Laugh Tomorrow…Mais il semblerait que depuis 2015 des suédois se posent la même interrogation, sauf qu’entre-temps, ils ont trouvé la réponse, qu’ils ont d’ailleurs enregistrée eux-mêmes. On aurait d’ailleurs pu croire que cette fameuse réponse se cachait sous la pochette sans ambiguïté de leur premier LP éponyme, mais pourtant, il semble plus raisonnable de penser qu’elle se cache sous celle plus rougie de leur second, ce Control the Fear qui reprend à son compte les recettes de son prédécesseur en les poussant à leur paroxysme de perfection. Sans être vraiment sur que le parallèle total convienne à ces musiciens tenant visiblement à leur identité, je ne peux m’empêcher de voir en cette suite d’aventures un hommage plus qu’appuyé à Rocky George et Mike Muir, et ceci, sans même tenir compte de la façon de porter le bandana bien vissé sur le regard…Mais plus simple pour comprendre la situation, envoyez-vous donc les quarante-cinq minutes que les originaires de Stockholm vous ont concoctées, et vous serez à même de comprendre pourquoi la Suède se retrouve soudainement délocalisée du côté de la Californie, genre à Venice par exemple…

Sincèrement, et sans faire preuve de subjectivité, Control the Fear est sans doute le meilleur album de SUICIDAL TENDENCIES à ne pas avoir été composé et enregistré par SUICIDAL TENDENCIES, et ce, en tenant compte de la désaffection de Robert Trujillo, parti depuis faire le malin chez les METALLICA pour pas grand-chose. On retrouve en effet au casting de cet album tous les (f)acteurs de l’époque, humains et stylistiques évidemment, de ces riffs de guitare malins et férocement métalliques, à cette attitude frondeuse et délicieusement Punk, réfutant toute affiliation trop proche avec le Metal. Et si les interventions en solo sont vraiment dignes des plus vifs éclairs de Rocky George, si le chant singe à la perfection tous les tics de Mike « I’m a punk » Muir, jusqu’à lui emprunter ses murmures et son phrasé étouffé si spécifiques, les NEGATIVE SELF ont au moins le mérite d’emballer le tout sous un packaging bien plus mélodique et parfois plus véloce, ce qui leur permet de prendre discrètement leurs distances avec leur glorieuse référence. Sans se départir d’une hargne omniprésente, ce nouveau chapitre de l’histoire claque comme un riff lâché avec conviction, et nous conforte dans l’idée que la Suède est décidément l’Eldorado du renouveau vintage nostalgique, tant l’atmosphère de ce disque pue le skate-park improvisé dans les rues californiennes des années 80. Tout est reproduit à l’identique ou presque, et aménagé de ce perfectionnisme suédois qui transforme en or tout le Metal qu’il touche de ses mains habiles, et nous entraîne dans le sillage de cette fameuse scène Crossover d’il y a trente ans, qui savait alors aménager avec beaucoup d’intelligence un passage évident entre Hardcore et Metal, pour tenter de réconcilier les deux publics dans un même élan d’enthousiasme. Et rayon enthousiasme, les NEGATIVE SELF s’y connaissent comme personne, eux qui sont capables d’unir des chœurs symptomatiques de la vague BAD RELIGION à des couplets adaptés de la tendance suicidaire au sein d’un même creuset d’influence, au point de friser les cimes de l’hybridation Pop/Thrash/Punk sur un titre aussi radical que « Answers », aux harmonies magiques et à la rythmique ludique. Miracle ? Un petit oui, même si les esprits chagrins n’y verront une fois de plus qu’un vulgaire talent de reproduction…

Certes, les copies se ressemblent, et les chemises aussi. Mais comment ne pas craquer face à un tel panache, qui reprend à son compte le meilleur du Crossover pour l’adapter à l’air du temps, et le réactualiser sans le déformer ? C’est la mission suicide acceptée et relevée par le quintette (Tor Nyman, Andreas Sandberg, Frank Guldstrand, Jakob Strand and Viktor Svensson), qui parfois, fait tellement bien illusion qu’on se sent obligé de vérifier le line-up pour ne pas se tromper (« Underneath The Wave », « No Common Ground »). L’ombre de ST plane donc encore très bas sur cette réalisation, qui assume totalement ce parrainage non désiré, et qui en profite pour placer quelques salves plus personnelles, à l’instar de ce bouillonnant « A New Beginning », qui pendant plus de six minutes nous dresse un état des lieux des relations tendues entre Heavy Metal charnu et Thrash ténu, osant juxtaposer dans une même créativité la préciosité mélodique des TESTAMENT au radicalisme des EXCEL, tout en incrustant façon chausse-pied des kilos d’harmonies typiques de la nouvelle vague métallique suédoise. Un résultat plus que probant, et quasiment miraculeux, qui sans occulter les emprunts nombreux, permet de les faire passer avec plus de clémence et de facilité. Nous avons même droit de temps à autres à quelques poussées d’intensité, lorsque le climat se durcit et que la double grosse caisse rugit, pour un terrassant « In My Head » qui tente l’introspection plus intime pour en extirper des crises de rage Thrash plus félines. Dotés une fois encore d’une production au-dessus de tout soupçon, les suédois enquillent et enfilent les hymnes en toute décontraction, enchaînant les plans percutants avec une aisance déconcertante (« Drawing Blood », un up tempo tout ce qu’il y a de plus bondissant, « Never Leave », son petit frère tout aussi nerveux et dansant), multipliant les allusions tout en gardant le ton (« Curse of Life », avec la bonne accélération pile au bon moment), et se répandant en soli/révérences au talent énorme de Rocky George, la caution Metal de SUICIDAL, qui doit certainement être fier de constater que son style a fait des émules aussi appliqués.

Et le quintette de Stockholm de terminer son travail de sape par une ultime pirouette artistique, intronisant une entame digne du séminal « You Can’t Bring me Down », avec guitare acoustique en plainte et guitare électrique en complainte, histoire de nous laisser sur un sentiment de plénitude absolu et de certitudes convaincues. Il serait restrictif de ne voir en Control the Fear et NEGATIVE SELF qu’une simple distorsion du temps façon « Mike et sa bande perdus dans un vortex suédois », mais il est indéniable que les plus jeunes ont beaucoup appris des plus âgés. Le constat dépendra donc de votre capacité à lire entre les lignes et à voir ce qui ne se voit pas forcément, et si nombre d’entre vous rangeront ce nouvel album dans le placard du plagiat, d’autres, encore plus nombreux sans doute y verront une seconde révélation, faisant des suédois les messies qu’on n’attendait plus.

NEGATIVE SELF motherfucka ?


Titres de l'album:

  1. Underneath the Wave
  2. In My Head
  3. Drawing Blood
  4. A New Beginning
  5. Never Leave
  6. Answers
  7. No Common Ground
  8. Control the Fear
  9. Curse Of Life
  10. The Pain Returns

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/04/2018 à 14:40
85 %    261

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


totoro
@83.157.179.222
05/04/2018 à 13:13:36
Rhooo, c'est vachement bien ! Rhooo, c'est tellement Suicidal que je ne sais pas quoi en penser ! J'adore et en même temps, ça me gêne de trouver ça super...Etrange sensation ! Ah si seulement Suicidal avait pu continuer dans la lignée de Lights, Camera, Revolution...

KaneIsBack
membre enregistré
05/04/2018 à 23:13:41
Superbe exercice de mimérisme qui me donne surtout envie de ressortir les originaux... Si tout l'album est de l'acabit du single, ça ne présente absolument aucun intérêt pour moi.

Humungus
membre enregistré
07/04/2018 à 06:30:01
Et bah... Quelle critique ! Bravo pour le prose mortne2001.
Pour ce qui est de ce groupe que je ne connaissais absolument pas, disons que je serai bien moins dithyrambique que vous messieurs.
Certes, indéniablement, c'est un groupe ultra référencé, mais inutile de vous dire que je préfère de très, très loin l'original. Et d'ailleurs, pour ce qui est de S.T., en ce qui me concerne, j'adore TOUTE la discographie. "Suicidal for life" inclus donc. J'suis trop partial avec des groupes pareils bordel ! (Un peu comme pour SLAYER quoi...)
Pour en revenir à cet album, après écoute, il m'a en effet paru bien plat. J'sais pas... Pas de folie quoi... Le mix de la musique comme de la voix doit y faire aussi pour beaucoup je pense : Tout étant très linéaire. J'sais pas trop si j'arrive à me faire comprendre mais bon...
Bref, dans la lignée des formations adeptes du fameux bandana, je conseillerai bien plus DR. LIVING DEAD ! (dont je viens de voir qu'ils ont eu le même chanteur sur leurs deux premières galettes que celui de NEGATIVE SELF).

oxakiol
@78.192.38.132
07/04/2018 à 19:54:35
Le chanteur est atroce et ça fleure bon la parodie. C'est tellement éloigné de la qualité et du professionnalisme de l'original...
Mais le chanteur,,,

Ajouter un commentaire


Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.