Vous êtes-vous déjà demandé ce qui aurait pu se produire si SUICIDAL TENDENCIES avait continué sur sa lancée triomphale de Lights, Camera, Revolution/The Art Of Rebellion, et si Mike Muir n’avait pas pété les plombs façon Punk édenté pour oser nous refourguer la bouse infâme que fut Suicidal For Life ? Moi oui, parce qu’à l’époque je n’avais pas très bien compris où il venait en venir, jusqu’à ce que je tombe sur l’horreur Lost My Brain! (Once Again), sur laquelle on trouvait le bon gros Mike en compagnie d’un Steve Jones à l’agonie venu cachetonner pour se payer ses bières…Avec le recul, je pige évidemment que cette atrocité laissait préfigurer du split du groupe, avant reformation lucrative quelques années après. Mais nous sommes nombreux à avoir regretté que ST n’ait pas capitalisé sur son line-up majestueux pour enregistrer le chef d’œuvre définitif qu’on était en droit d’attendre de lui, au croisement de ses deux LP majeurs, ce fameux The Art Of Rebellion et cet imparable How Will I Laugh Tomorrow…Mais il semblerait que depuis 2015 des suédois se posent la même interrogation, sauf qu’entre-temps, ils ont trouvé la réponse, qu’ils ont d’ailleurs enregistrée eux-mêmes. On aurait d’ailleurs pu croire que cette fameuse réponse se cachait sous la pochette sans ambiguïté de leur premier LP éponyme, mais pourtant, il semble plus raisonnable de penser qu’elle se cache sous celle plus rougie de leur second, ce Control the Fear qui reprend à son compte les recettes de son prédécesseur en les poussant à leur paroxysme de perfection. Sans être vraiment sur que le parallèle total convienne à ces musiciens tenant visiblement à leur identité, je ne peux m’empêcher de voir en cette suite d’aventures un hommage plus qu’appuyé à Rocky George et Mike Muir, et ceci, sans même tenir compte de la façon de porter le bandana bien vissé sur le regard…Mais plus simple pour comprendre la situation, envoyez-vous donc les quarante-cinq minutes que les originaires de Stockholm vous ont concoctées, et vous serez à même de comprendre pourquoi la Suède se retrouve soudainement délocalisée du côté de la Californie, genre à Venice par exemple…

Sincèrement, et sans faire preuve de subjectivité, Control the Fear est sans doute le meilleur album de SUICIDAL TENDENCIES à ne pas avoir été composé et enregistré par SUICIDAL TENDENCIES, et ce, en tenant compte de la désaffection de Robert Trujillo, parti depuis faire le malin chez les METALLICA pour pas grand-chose. On retrouve en effet au casting de cet album tous les (f)acteurs de l’époque, humains et stylistiques évidemment, de ces riffs de guitare malins et férocement métalliques, à cette attitude frondeuse et délicieusement Punk, réfutant toute affiliation trop proche avec le Metal. Et si les interventions en solo sont vraiment dignes des plus vifs éclairs de Rocky George, si le chant singe à la perfection tous les tics de Mike « I’m a punk » Muir, jusqu’à lui emprunter ses murmures et son phrasé étouffé si spécifiques, les NEGATIVE SELF ont au moins le mérite d’emballer le tout sous un packaging bien plus mélodique et parfois plus véloce, ce qui leur permet de prendre discrètement leurs distances avec leur glorieuse référence. Sans se départir d’une hargne omniprésente, ce nouveau chapitre de l’histoire claque comme un riff lâché avec conviction, et nous conforte dans l’idée que la Suède est décidément l’Eldorado du renouveau vintage nostalgique, tant l’atmosphère de ce disque pue le skate-park improvisé dans les rues californiennes des années 80. Tout est reproduit à l’identique ou presque, et aménagé de ce perfectionnisme suédois qui transforme en or tout le Metal qu’il touche de ses mains habiles, et nous entraîne dans le sillage de cette fameuse scène Crossover d’il y a trente ans, qui savait alors aménager avec beaucoup d’intelligence un passage évident entre Hardcore et Metal, pour tenter de réconcilier les deux publics dans un même élan d’enthousiasme. Et rayon enthousiasme, les NEGATIVE SELF s’y connaissent comme personne, eux qui sont capables d’unir des chœurs symptomatiques de la vague BAD RELIGION à des couplets adaptés de la tendance suicidaire au sein d’un même creuset d’influence, au point de friser les cimes de l’hybridation Pop/Thrash/Punk sur un titre aussi radical que « Answers », aux harmonies magiques et à la rythmique ludique. Miracle ? Un petit oui, même si les esprits chagrins n’y verront une fois de plus qu’un vulgaire talent de reproduction…

Certes, les copies se ressemblent, et les chemises aussi. Mais comment ne pas craquer face à un tel panache, qui reprend à son compte le meilleur du Crossover pour l’adapter à l’air du temps, et le réactualiser sans le déformer ? C’est la mission suicide acceptée et relevée par le quintette (Tor Nyman, Andreas Sandberg, Frank Guldstrand, Jakob Strand and Viktor Svensson), qui parfois, fait tellement bien illusion qu’on se sent obligé de vérifier le line-up pour ne pas se tromper (« Underneath The Wave », « No Common Ground »). L’ombre de ST plane donc encore très bas sur cette réalisation, qui assume totalement ce parrainage non désiré, et qui en profite pour placer quelques salves plus personnelles, à l’instar de ce bouillonnant « A New Beginning », qui pendant plus de six minutes nous dresse un état des lieux des relations tendues entre Heavy Metal charnu et Thrash ténu, osant juxtaposer dans une même créativité la préciosité mélodique des TESTAMENT au radicalisme des EXCEL, tout en incrustant façon chausse-pied des kilos d’harmonies typiques de la nouvelle vague métallique suédoise. Un résultat plus que probant, et quasiment miraculeux, qui sans occulter les emprunts nombreux, permet de les faire passer avec plus de clémence et de facilité. Nous avons même droit de temps à autres à quelques poussées d’intensité, lorsque le climat se durcit et que la double grosse caisse rugit, pour un terrassant « In My Head » qui tente l’introspection plus intime pour en extirper des crises de rage Thrash plus félines. Dotés une fois encore d’une production au-dessus de tout soupçon, les suédois enquillent et enfilent les hymnes en toute décontraction, enchaînant les plans percutants avec une aisance déconcertante (« Drawing Blood », un up tempo tout ce qu’il y a de plus bondissant, « Never Leave », son petit frère tout aussi nerveux et dansant), multipliant les allusions tout en gardant le ton (« Curse of Life », avec la bonne accélération pile au bon moment), et se répandant en soli/révérences au talent énorme de Rocky George, la caution Metal de SUICIDAL, qui doit certainement être fier de constater que son style a fait des émules aussi appliqués.

Et le quintette de Stockholm de terminer son travail de sape par une ultime pirouette artistique, intronisant une entame digne du séminal « You Can’t Bring me Down », avec guitare acoustique en plainte et guitare électrique en complainte, histoire de nous laisser sur un sentiment de plénitude absolu et de certitudes convaincues. Il serait restrictif de ne voir en Control the Fear et NEGATIVE SELF qu’une simple distorsion du temps façon « Mike et sa bande perdus dans un vortex suédois », mais il est indéniable que les plus jeunes ont beaucoup appris des plus âgés. Le constat dépendra donc de votre capacité à lire entre les lignes et à voir ce qui ne se voit pas forcément, et si nombre d’entre vous rangeront ce nouvel album dans le placard du plagiat, d’autres, encore plus nombreux sans doute y verront une seconde révélation, faisant des suédois les messies qu’on n’attendait plus.

NEGATIVE SELF motherfucka ?


Titres de l'album:

  1. Underneath the Wave
  2. In My Head
  3. Drawing Blood
  4. A New Beginning
  5. Never Leave
  6. Answers
  7. No Common Ground
  8. Control the Fear
  9. Curse Of Life
  10. The Pain Returns

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/04/2018 à 14:40
85 %    370

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


totoro
@83.157.179.222
05/04/2018 à 13:13:36
Rhooo, c'est vachement bien ! Rhooo, c'est tellement Suicidal que je ne sais pas quoi en penser ! J'adore et en même temps, ça me gêne de trouver ça super...Etrange sensation ! Ah si seulement Suicidal avait pu continuer dans la lignée de Lights, Camera, Revolution...

KaneIsBack
membre enregistré
05/04/2018 à 23:13:41
Superbe exercice de mimérisme qui me donne surtout envie de ressortir les originaux... Si tout l'album est de l'acabit du single, ça ne présente absolument aucun intérêt pour moi.

Humungus
membre enregistré
07/04/2018 à 06:30:01
Et bah... Quelle critique ! Bravo pour le prose mortne2001.
Pour ce qui est de ce groupe que je ne connaissais absolument pas, disons que je serai bien moins dithyrambique que vous messieurs.
Certes, indéniablement, c'est un groupe ultra référencé, mais inutile de vous dire que je préfère de très, très loin l'original. Et d'ailleurs, pour ce qui est de S.T., en ce qui me concerne, j'adore TOUTE la discographie. "Suicidal for life" inclus donc. J'suis trop partial avec des groupes pareils bordel ! (Un peu comme pour SLAYER quoi...)
Pour en revenir à cet album, après écoute, il m'a en effet paru bien plat. J'sais pas... Pas de folie quoi... Le mix de la musique comme de la voix doit y faire aussi pour beaucoup je pense : Tout étant très linéaire. J'sais pas trop si j'arrive à me faire comprendre mais bon...
Bref, dans la lignée des formations adeptes du fameux bandana, je conseillerai bien plus DR. LIVING DEAD ! (dont je viens de voir qu'ils ont eu le même chanteur sur leurs deux premières galettes que celui de NEGATIVE SELF).

oxakiol
@78.192.38.132
07/04/2018 à 19:54:35
Le chanteur est atroce et ça fleure bon la parodie. C'est tellement éloigné de la qualité et du professionnalisme de l'original...
Mais le chanteur,,,

Ajouter un commentaire


Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Protogonos

From Chaos To Ashes

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)


Pas mieux, je fais aussi partie de ce fameux groupe depuis un certain album sorti en 1996. Je reste très fan de Schizophrenia, de Beneath et d'Arise et pas sur que, sur l'ensemble de Quadra, je sois vraiment friand du nouvel album du début à la fin.

Force est toutefois de reconnaitre(...)