Starchaser

Starchaser

06/05/2022

Frontiers Records

Nouvelle surprise dans le paquet cadeau Frontiers de ce mois de mai, avec la sortie du premier album de STARCHASER. Fondé par l’ancien guitariste de TAD MOROSE en tant que projet solo, STARCHASER est rapidement devenu un groupe à part entière lorsque le line-up a été complété, et que l’osmose entre les musiciens crevait les yeux. C’est ainsi qu’accompagné par le chanteur Ulrich Carlsson (SHAGGY, ex-M.ILL.ION), le bassiste Örjan Josefsson (CIBOLA JUNCTION), le batteur Johan Koleberg (WOLF, THERION, HAMMERFALL), et le claviériste Kay Backlund (LIONS SHARE, NILS PATRIK JOHANSSON, IMPERA), Kenneth Jonsson s’est rendu compte du caractère homogène de cette formation, au point d’envisager la composition collectivement et non plus seul dans son coin.

Starchaser résulte donc du travail commun entre Kenneth Jonsson et Ulrich Carlsson, l’un s’occupant de la musique et l’autre des textes. En résulte un album parfaitement cohérent, assez dur dans le fond et la forme, entre Heavy Metal sombre et épique et Power Metal raisonnable et lyrique.

De fait, cette sortie détone dans l’univers Frontiers de ce printemps, formaté par des recettes largement éprouvées et tendant à être usées. Avec une énergie incroyable, le quintet suédois se démarque donc du reste de la production italienne, et propose un album sinon fascinant, du moins suffisamment énergique et mélodique pour intéresser les fans de Metal abordable, mais n’ayant pas renoncé à sa virilité sur l’autel de l’ouverture d’esprit mélodique. Moderne sans l’être trop, STARCHASER va donc chasser les étoiles, propulsé par des riffs vraiment teigneux et des arrangements grandiloquents. En hymne d’introduction, le title-track « Starchaser » met immédiatement les moteurs à chauffer, et évoque une version de RAINBOW futuriste et plus agressive. On sent l’envie de Kenneth Jonsson transpirer de chaque plan, et ce Heavy Metal sans concession autre que des mélodies simples et bien diluées n’est pas sans évoquer un savant mélange entre JUDAS PRIEST et NEVERMORE.

Un Metal à l’américaine pour un savoir-faire à la suédoise, loin des facilités rétro-commerciale qui envahissent les bacs depuis dix ans. Pas question pour Kenneth Jonsson de trahir son parcours et ses convictions, et si l’ensemble exhale un classicisme indéniable, il en émane une véritable envie de jouer sous pavillon différent, pour explorer de nouveaux territoires.

Entre puissance reine et modulations plus harmoniques, velléités techniques et franchise dans les lignes de chant, Starchaser nous ramène à l’époque bénie des PRIMAL FEAR et autres défenseurs d’un Heavy Metal vraiment puriste mais aux moyens conséquents. Sans tomber dans les travers de clichés déjà durement dénoncés, le quintet navigue à vue dans tous les sous-courants du genre, nous offrant évidemment des refrains mémorisables, des soli incandescents, et des breaks tonitruants. La complicité entre les musiciens ayant transformé ce projet solo en groupe crédible est clairement palpable, dans cette rythmique soudée comme des frères siamois, dans cette complémentarité entre la guitare de Kenneth Jonsson et le chant dur de Carlsson, et « Tokyo » de confirmer cette sensation, tout comme « Bringer Of Evil », qui offre une vue panoramique des choix effectués par le groupe au moment de présenter son nouveau répertoire.

Lourdeur, vitesse, légèreté, emphase, toutes les nuances sont disponibles, et l’album passe assez vite entre les oreilles malgré sa durée assez conséquente. Mais les morceaux étant clairement différenciés les uns des autres, la sensation de rebondir d’une idée à l’autre empêche toute lassitude, même si l’option oppression a souvent été privilégiée. On retiendra en premier lieu les morceaux les plus ambitieux, dont la tête de gondole évidente de « I’ll Find A Way », longue suite progressive de plus de sept minutes qui n’est pas sans nous ramener dans le passé, et lire les anciens contes de SAVATAGE ou BLIND GUARDIAN.       

     

Niveau claques instantanées qui laissent les joues rouges, « Battleship » est un sacré soufflet que l’on encaisse avec plaisir, tout comme l’enclume « Killer Of Lies » qui vous tombe sur les tympans comme une malle sur les pieds, avec ses riffs insistants et sa rythmique appuyée.

De tout pour tous les goûts, quelques syncopes modernes pour accentuer l’énergie presque Thrash (« Angel Of Fear »), et un résultat qui satisfait au regard des capacités des musiciens impliqués. On aurait tendance à approuver le choix de Kenneth Jonsson, d’avoir opté pour un effort collectif plutôt qu’un exercice en solitaire, tant les cinq membres s’entendent comme larrons en studio. Sans vraiment révolutionner le monde fermé du Heavy gonflé, sans vraiment explorer de nouvelles galaxies et dénicher de nouvelles étoiles, STARCHASER propose un voyage mouvementé dans son univers, mais un voyage sur au retour sur terre certain.

Une façon de s’évader agréable.


   

Titres de l’album :                                             

01. Intro

02. Starchaser

03. Tokyo

04. Bringer Of Evil

05. Dead Man Walking

06. Angel Of Fear

07. I’ll Find A Way

08. Day Of Judgement

09. Killer Of Lies

10. Battleship

11. For A Dying World

12. Homeground


Facebook officiel


 13. The Nightingale Paradox (Outro)

par mortne2001 le 17/05/2022 à 16:35
80 %    162

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32