Cosmovore

Ulthar

09/11/2018

20 Buck Spin

De temps en temps surgissent des abysses des monstres de cruauté, dont la seule mission sur terre semble être de la détruire par le feu, la torture, et dont le seul crédo semble une affiliation sans bornes au mal le plus absolu, un peu comme l’incarnation musicale d’un Antéchrist dont tout le monde attend l’avènement. Il est pourtant difficile d’imaginer que la somme de puissance des groupes existant puisse être dépassée, tant nous avons tout entendu et tout subi, pourtant, des artistes continuent de repousser les limites de l’abomination pour tenter de ravir le trône de l’ignominie musicale…C’est ainsi que j’ai fait la connaissance des américains d’ULTHAR, se plaçant d’emblée sous l’égide de Lovecraft et de ses ramifications divines, via leur premier longue-durée Cosmovore qui parvient en moins de quarante minutes à nous persuader qu’il est l’œuvre la plus bruyante, la plus puissante et la plus maléfique de l’année, pourtant déjà chargée en déflagrations soufflantes (EROSION en étant le dernier et plus fameux exemple). Nous en venant de la mythique Bay-Area, ULTHAR se veut point de convergence des styles les plus extrêmes de l’underground, et propose un genre de Death aux relents Black d’une férocité sans égale, le tout cousu en filigrane de références Thrash et d’énergie Hardcore malsaine. Parvenus à ce stade de la chronique, vous me direz sans doute que le créneau du Blackened Death est réputé pour abriter en ses tranchées les musiciens les plus classiques de la scène, et que la digression en elle-même commence à sérieusement s’essouffler au regard d’une production toujours plus pléthorique. Vous n’aurez pas complètement tort, et votre serviteur d’éviter avec fourberie toutes les sorties estampillées, par peur de devoir affronter une fois encore la logorrhée musicale de nostalgiques de la débauche, certes fertiles en termes de blasphème, mais désespérément stériles en créativité. Sauf que ces californiens-là sont des gens décidément intelligents, et qu’ils refusent implicitement de se laisser enfermer dans une petite case restrictive. Mieux, ils explosent les convenances, additionnent pour mieux démultiplier, et finissent par écrire des chansons qui vous explosent au visage comme des évidences faciles à identifier : la vilénie instrumentale n’a donc pas de frontières, et Cosmovore est bien décidé à explorer sa propre galaxie.

Fondé en 2014 du côté d’Oakland, ce trio formé de Shelby Lermo (VASTUM, EXTREMITY), Justin Ennis (VOID OMNIA, RUINE, ex-MUTILATION RITES, ex-TOMBS), et Steve Peacock (MASTERY, PANDISCORDIAN NECROGENESIS) et hébergé sur le label US 20 Buck Spin aura donc patienté quatre ans avant d’élaborer l’un des manifestes les plus cruels de la scène Death US, en mâtinant son inspiration de divagations cosmiques, de délires organisés et d’à-coups impressionnants de cruauté, parvenant à synthétiser le génie maléfique de quelques références éprouvées et de suggérer des accointances prononcées avec quelques grands noms de scènes multiples. A l’écoute de ce premier jet, on ne peut s’empêcher de penser à une combinaison fatale entre le MORBID ANGEL le plus satanique, le NOCTURNUS le plus tantrique, le BEHEMOTH le plus emphatique et l’ABSU le plus diabolique, le tout sous couvert d’une crédibilité Thrash héritée du patrimoine régional histoire de brouiller les pistes encore un peu plus. Et emballé dans un artwork du grand illustrateur Ian Miller (le jeu Warhammer, les livres de Lovecraft, et les films de Ralph Bakshi, un CV assez fourni et crédible) et bénéficiant d’une production, et d’un mixage signés Greg Wilkinson (BRAINOIL, DEATHGRAVE, VASTUM, NOOTHGRUSH) aux studios Earhammer d’Oakland, Cosmovore est plus qu’un simple LP, il est un monolithe de noirceur qui redonne foi en les commandements les plus néfastes de l’underground, et surtout, la preuve formelle que l’extrême a encore beaucoup de choses à dire pour peu qu’il accepte de transcender ses influences pour élaborer une recette personnelle. Sans formellement bousculer l’ordre des choses, le trio américain mélange les cartes et les redistribue, et finit par nous questionner sur la pertinence des affiliations de styles, tant le sien semble indescriptible, et à cheval entre plusieurs, nous obligeant de fait à nous concentrer sur la portée universelle d’une musique qui n’a d’autre but que de flatter nos plus bas instincts.

C’est donc fort, très fort, dense, rapide, effroyablement brutal, mais surtout, mélodique dans la méchanceté, et intelligent dans la construction. En étalant sous nos tympans des qualités qu’on pensaient disparues depuis l’orée de la transformation finale entre Death et Black, ULTHAR incarne avec horreur Der Übermensch de Friedrich Nietzsche, symbiose mythique entre l’homme et le divin, et substitue ce même divin avec le malin pour se transformer en Damien de l’apocalypse, et ravager la planète de sa violence outrancière et de son talent de destruction absolu. Et pour ceci, nul besoin d’annonce à priori avec trompettes de Jéricho et souffle céleste, puisque dès « Cosmovore », les principes d’annihilation sont étalés au grand jour, et plus prosaïquement, la technique incroyable de ce trio de musiciens faisant autant de bruit qu’un quintet. Avec des riffs de guitare qui hissent le vibrato au rang de composante majeur de la dissonance, une section rythmique qui pulse et joue le contretemps à un tempo infernal, et un chant en dualité d’ignominie gravissime, les éléments sont compacts, et le résultat immédiat. On reste sonné de tant de méchanceté instrumentale agencée comme un manifeste de haine avec des chapitres ordonnés et une pensée structurée. Et échappant de fait à la facilité routinière d’un Death boosté au Black pour sonner encore plus cruel, Cosmovore  ressemble plutôt à la symbiose parfaite entre les deux styles, adoptant la théâtralité morbide du Black pour noircir la violence sourde du Death, et ainsi trouver l’équilibre le plus parfait entre l’extrême onction et le passage dans l’au-delà. On pense donc à une mise en terre aussitôt suivie d’une résurrection dans le sang,  tant les cinq premiers morceaux illustrent à merveille la douleur de la mort et l’exaltation de la renaissance, qui découle donc sur un massacre systématique de la race humaine.

Des graves qui souillent l’âme, des aigus qui la maculent d’idées noires, des enchaînements sans répit et des déliés d’une fluidité incroyable, pour une précision dans la bestialité que les DESTROYER 666 ont dû rêver en plus d’une occasion. Et comme celle-ci fait le larron, « Dunwich Whore » nous narre l’histoire de Lavinia Whateley, jeune fermière qui accoucha du fils du démon sur plus de treize minutes d’exactions, prouvant par la même que la brutalité la plus excessive peut faire preuve d’ambition progressive tout en gardant son ADN de cruauté intact. Et avec un niveau technique largement au-dessus de la moyenne, mais une humilité effective les empêchant de sombrer dans la démonstration, une science quasi-exacte du riff qui les fait placer le bon plan au bon endroit, et une envie de sonner comme l’hybride le plus dangereux de la création, ULTHAR fait exploser tous les potentiomètres, et bloque constamment dans le rouge, sans pourtant paraître excessif. Il l’est pourtant, et ce premier album démontre que la fin de la route de la souffrance auditive est encore loin, et qu’il reste une bonne marge aux créatifs de l’ombre pour nous malmener.

 

Titres de l’album :

                           1.Cosmovore

                           2.Solitarian

                           3.Infinite Cold Distance

                           4.Entropy-Atrophy

                           5.Asymmetric Warfare

                           6.Dunwich Whore

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 27/12/2018 à 16:35
95 %    507

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
27/12/2018, 20:43:10
Absolument terrible l'extrait en écoute ! J'adore la production aussi, très ample, massive mais très claire ! Encore une fois... merci pour la découverte mortne !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

La voix est juste horripilante   Next !

25/02/2021, 08:56

Arioch91

Ca dépote ! Mais ça, je le dis souvent, j'écoute l'album et souvent, je finis par dire : next !Donc je vais pas m'emballer et écouter l'album plus en détails avant de me prononcer.

25/02/2021, 08:52

Humungus

Ah là oui !C'est effectivement très cliché dans le genre (ce qui reste quasi obligatoire d'ailleurs dans le style), mais effectivement, c'est largement au dessus de la moyenne pour ce qui est de la "clarté" de l'ensemble.Tr&e(...)

25/02/2021, 08:14

Humungus

Mouuuais...Au vu de vos avis dithyrambiques, je me suis donc penché sur ce bazar que je ne connaissais pas du tout :Je n'y ai absolument rien trouvé de ce que vous a fait frissonner les gars.Cela m'a fait penser à du Deathcore.J'avai(...)

25/02/2021, 08:10

Jefflonger

Très sympa à regarder cette vidéo, merci. De mon côté j'ai vu plusieurs fois le groupe en concert sans posséder les albums. L'erreur est réparée  et je les écoute maintenant régulièrement sauf sign of the d(...)

24/02/2021, 17:41

POMAH

C'est pas mal du tout. Cela manque un poil d'agressivité, mais y'a du bon la dedans.Cela me rappel Betray my secrets - Shamanic dreams. 

24/02/2021, 17:15

Gargan

Vraiment hâte d'écouter, en espérant un mix entre nostalgie et des riffs de qualité de l'époque plus récente.

24/02/2021, 13:02

RBD

En voilà qui ont mangé du Slayer quand ils étaient petits. On dirait du The Haunted.

24/02/2021, 12:10

Gargan

Vidéo sympa, bien que j'ai du mal avec le rythme et la lecture de notes. ça viendra.Scène découverte sur le tard, avec comme favoris le contamination rises de No return et le sublime dementia des Louds, symposium d'Agressor et signs of the decline vena(...)

23/02/2021, 18:42

Buck Dancer

Une petite mise en bouche avant la sortie d'un EP de nouvelles compos.... dans 4 ou 5 ans ? 

23/02/2021, 13:41

Arioch91

Massacra, un pote de bahut achetait des CD par palettes entières tous les mois.Il m'en passait quelques uns. J'en copiais certains sur K7 mais j'avais trop d'un coup. Aussi le premier Massacra fut vite passé aux oubliettes, comme malheureusement plein d&a(...)

23/02/2021, 09:17

Humungus

Je ne connais pas le groupe mais il est toujours triste que des fans de BLACK FLAG et de Suze se sépare...

23/02/2021, 09:10

Humungus

AAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH !!! !!! !!!J'en rêvais !!! Ils l'ont fait !!!En souhaitant effectivement que la légende perdure putain !

23/02/2021, 08:58

POMAH

Si c,est aussi bon qu'Iron Man, achat direct.

23/02/2021, 08:50

Solo Necrozis

Hâte d'entendre ça... Iron Man, c'était quelque chose.

23/02/2021, 08:06

Bones

Exact, encore du Thrash vendu au mètre. Maîtrise, codes bien présents... mais la magie n'opère pas non plus chez moi.

23/02/2021, 07:47

Bones

Ah merdum, dommage qu'ils cèdent à cette facilité là.  J'y jetterai forcément une oreille mais ça fera forcément moins tripper que des compos personnelles.   Manque d'inspiration ? Paresse ?Je suis en plein retour no(...)

23/02/2021, 07:44

Bones

Pardon.   Final Holocaust - Enjoy - Signs.Donc je voulais parler d'un 4ème album dans la même veine.  ;-)

23/02/2021, 07:34

Buck Dancer

Encore un très bon morceau de Baest. L'album s'annonce bien. 

23/02/2021, 02:16

Buck Dancer

Pour moi Massacra c'est surtout Signs of the Decline. J'ai moins écouté et accroché aux deux premiers albums, mais celui-ci a tourné en boucle pendant longtemps. Comme le Abject Offerings de qui vous savez.... 

23/02/2021, 02:12