Jouer du Thrash d’époque, c’est une bonne chose pour la mémoire collective. Encore faut-il se souvenir justement qu’il n’y avait pas UN Thrash mais bien DES Thrash, et qu’il était blasphématoire il y a trente ans de mettre METALLICA, DEATHROW, KREATOR et WATCHTOWER dans le même panier.

Non, tous les combos de revival Thrash ne vouent pas le même culte à EXODUS, SLAYER et consorts et savent aussi se rappeler que certaines formations de série B sortaient elles aussi des disques fameux et fumants, plus brutaux et radicaux que ceux de leur aînés.

Lorsque ce cas de figure arrive, il est toujours intéressant de disséquer la musique en question pour tenter d’en repérer les fondements, qui peuvent se montrer allusifs ou démonstratifs envers des gangs que la postérité à oubliés, mais pas l’histoire, ni la poignée de fans à la passion dévouée.

Ainsi, les Américains de SUPPRESSIVE FIRE proposent avec leur second album Nature of War un panachage intéressant d’influences multiples, aussi nuancées que brutales, et survolant dix ans d’une musique extrême que l’on ne parviendra jamais à synthétiser d’une façon précise et exhaustive.

Ces originaires de Raleigh, en Caroline du Nord, sont plutôt avares de renseignements sur leur page Facebook, mais en fouillant un peu, on apprend qu’ils se sont formés en 2013, et qu’ils ont déjà publié un longue durée l’année dernière, Bedlam,

En dehors de ça, ils évoluent en quatuor (Joseph Valhal – guitare lead, Aaron Schmidt – Guitare/chant, Will Saenz – basse et Josh Bleeks – batterie), se montrent fins instrumentistes, aussi aptes à faire parler la poudre la plus explosive que de distiller des ambiances pesantes et étranges, et s’inspirent tout autant du feeling en vogue dans la Bay Area des eighties que dans le sombre Thrash de la Ruhr des mêmes années. Des influences notables ? Ils citent volontiers SODOM, EXODUS, KREATOR, DEATH ANGEL, DEATH, CARCASS, NUCLEAR ASSAULT, VIO-LENCE, GOATWHORE, SKELETONWITCH, TOXIC HOLOCAUST, MIDNIGHT, ALL HELL, et WITCHAVEN, et même si certains noms sont plus employés pour l’évocation, d’autres au contraire définissent clairement les contours de leur Metal agressif et poisseux, qui peut faire preuve de délicatesse lorsqu’il le faut.

L’important est de savoir que ces quatre truands proposent huit morceaux qui couvrent un éventail de détails assez impressionnant, refusant de se cantonner à une attaque radicale ou à une approche médium, et combinent plusieurs aspects de notre Metal préféré pour lui rendre un hommage mérité.

Les quelques approximations de leur premier LP ont vite été rectifiées, et à l’écoute de ce Nature of War, on constate une professionnalisation peaufinée, qui transforme chaque chanson en classique instantané. Pourtant, les SUPPRESSIVE FIRE n’ont pas choisi la voie de la facilité, ni en termes de composition, ni en termes de production, et une simple écoute du pavé central « Dreaded Bastards » et ses huit minutes de digression suffit pour le comprendre.

Oser juxtaposer dans la même structure la délicatesse progressive d’un METALLICA, les évolutions mélodiques d’un TESTAMENT ou d’un ANNIHILATOR, et agencer le tout d’une puissance Hardcore héritée des CRO-MAGS et autres CRUMBSUCKERS n’est pas donné à tout le monde, et pourtant le quatuor s’en tire à merveille, signant là un de chefs d’œuvres absolus du revival Thrash qui commençait à salement tourner en rond.

Et en prouvant qu’ils sont capables de mener de front deux optiques radicales et différentes, ils s’affirment comme valeur de premier plan, puisque le reste de l’album est d’une qualité au moins équivalente, sans pour autant répéter les mêmes astuces.

Bluffant, pour le moins.

Ainsi, l’ouverture tonitruante « Violent Enlightenment », après une intro bien Heavy et poisseuse, se perd dans les dédales d’un Thrash touffu et puissant, un peu à l’image du premier CEREBRAL FIX, les tics Hardcore ludiques en moins. Un peu du KREATOR le plus ancien, saupoudré d’une bonne couche de glaçage de Thrashcore US, et le tour est joué, et vite.

Il est d’ailleurs joué encore plus vite sur le lapidaire « Depraved », qui en moins de deux minutes fait le tour de la question extrême en privilégiant la vitesse et la brutalité au détriment de l’ambivalence.

Mais « No Man’s Land » démontre bien vite les qualités médium des Américains, en troussant un hymne de la trempe des meilleurs KREATOR de milieu de carrière, et en multipliant les riffs assassins et inspirés, qui nous ramènent même à l’époque des MORTAL SIN et SODOM les plus inspirés. Chapeau bas, d’autant plus que l’interprétation est au-dessus de tout soupçon, et fait preuve d’une précision époustouflante dans la violence sans tomber dans la démonstration poussive. Multiplication des breaks pour se rapprocher d’une union ANNIHILATOR/AGONY, et en seulement trois incarnations, les SUPPRESSIVE FIRE nous ont déjà conquis, par leur flair mais aussi grâce à de fabuleux soli.

Outre le « Dreaded Bastards » déjà évoqué, qui est d’ailleurs enchaîné à son plus parfait opposé incarné par le terrassant « Earthripper » et ses parties de guitare qui ne visent qu’une efficacité optimale, on peut aussi aborder le cas d’école du morceau éponyme, qui une fois de plus, joue la richesse des plans et la pertinence d’une rythmique aussi franche que volubile.

Intro qui prend son temps, pour une fois de plus affoler la machine qui tourne fou en cadence d’un Thrashcore véloce, avant qu’une fois encore l’ambition ne prenne le pas sur la déraison au son d’un vieux Black Thrash inspiré des méfaits de HELLHAMMER. Accumulation d’idées toutes plus pertinentes et affolantes les unes que les autres, c’est un équilibre parfait entre radicalisme et pluralisme, pour un album qui prend des airs de festival d’inspiration à l’éventail large.

« Vesicant » retrouve l’essence morbide de CELTIC FROST et VENOM, et l’injecte dans un cadre Tower of Spite des CEREBRAL FIX, et casse encore le schéma de quelques accélérations maîtrisées, et de riffs extrêmement redondants, dans le bon sens du terme.

Ne reste plus à « Nuclear Dismemberment » qu’à refermer la page de ce second chapitre avec la même aisance, en cumulant d’autres possibilités, suggérant même une allégeance au SEPULTURA de l’époque Schizophrenia, que le quatuor US mâtine d’inflexions de la Bay Area plus vraies que nature.

Je disais récemment qu’il devenait difficile pour les combos se réclamant d’un Thrash vintage de proposer quelque chose de neuf, mais il semblerait que ce Nature of War des SUPPRESSIVE FIRE ait été posé sur mon chemin pour me contredire.        

Puisqu’il résume à lui seul toutes les démarches de l’époque, en s’en appropriant les codes pour les rendre plus personnels.

 Un cas d’école, l’exception qui confirme la règle ? Peut-être, mais dans l’immédiat, un LP qui place la barre très haut en ce début d’année, et qui risque de servir de mètre étalon exigeant pour la suite des évènements.


Titres de l'album:

  1. Violent Enlightenment
  2. Depraved
  3. No Man-s Land
  4. Dreaded Bastards
  5. Earthripper
  6. Nature of War
  7. Vesicant
  8. Nuclear Dismemberment

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/02/2017 à 17:45
80 %    297

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.


Ce que je voulais dire, c'est que MGŁA n'apporte rien de plus en live par rapport aux enregistrements studio. Le boulot est fait, les riffs sont bons et, même si je ne connais pas toute leur discographie, j'apprécie généralement leur musique. Mais sur scène, je n'y trouve pas de sursaut d'inte(...)


Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).