From Slum to Slam - The Udder Story

Milking The Goatmachine

13/12/2019

Napalm Records

D’un côté, un concept. De l’autre, un concept. Oui, tout ça n’est pas très clair, mais dans les faits, le cheminement de pensée se dessine plus ou moins clairement. Et puis après tout, quel besoin d’expliquer quoi que ce soit puisque le seul but est de s’en prendre plein la tête pour pas un rond. Mais la question est d’importance. Avez-vous déjà humé l’air d’une soue lorsque deux gorets se castagnent pour le dernier épi de maïs ? Ou encore, avez-vous déjà foulé le sol plein de paille et de boue d’une étable dans laquelle deux boucs se foutent des coups de corne pour savoir qui mérite d’honorer la belle frisée ? Oui ? Non ? Si non, j’ai une alternative pour vous, pas plus saine ni sûre, mais par procuration, donc moins dangereuse dans les faits. Ecoutez le dernier album des allumés germains de MILKING THE GOATMACHINE, et vous comprendrez de quoi je veux parler. Ou à peu près. Car je parlais d’un côté et d’un autre côté, et de concepts. Celui de ces tarés est simple. A l’image de GWAR, les gus prétendent venir d’une autre planète où tout le monde ressemble à un bouc, planète qu’ils ont quittée il y a quelques années pour faire connaissance avec nous, humains, et nous convaincre de l’importance de leur Goatgrind. L’idée n’est pas déplaisante en soi, et c’est donc en 2009 que nous avons fait connaissance avec les bêtes de l’espace, via leur premier cri primal Back from the Goats... A GoatEborg Fairy Tale. Depuis, les exilés cornus n’ont pas vraiment chômé, puisque ce séminal geignement a été suivi de six autres, tous plus tonitruants et truands. La méthode n’a pas vraiment changé, mélanger le Death le plus impitoyable au Grind le moins pitoyable, au travers de chefs d’œuvre de la trempe de Seven... A Dinner for One ou Milking in Blasphemy, le petit dernier, publié en 2017. Mais alors, dans le fond, MILKING THE GOATMACHINE, c’est qui, quoi et pourquoi ? Simple, c’est ça.

« Bleuaaaarghhhhhhhhhhhhhh »

D’un côté, Goatfreed Udder, guitariste/bassiste. De l’autre côté Goatleeb Udder, chant/batterie. D’un côté, un gros taré qui riffe et compose, de l’autre, un gros taré qui blaste et qui beugle. Les deux ensemble produisent donc un barouf de tous les diables, mais un barouf sympathique et intelligible, sorte de ferme d’Orwell pour animaux en manque de domination mondiale en live de la terre la plus souillée. A l’image des CANNABIS CORPSE, les MILKING THE GOATMACHINE sont fans d’allusions, de références, de clins d’œil et de boutades pour initiés, comme en témoignent les intitulés de leurs œuvres. Impossible de ne pas piger où les deux marsouins veulent en venir lorsqu’ils hurlent « Milking me Softly », « Like an Everflowing Cream », « Greass Appeal Madness » ou « Goatz with Attitudes », tant le pointage du doigt indique clairement la direction. Alors, comme d’habitude, From Slum to Slam - The Udder Story, subtil mélange de connivence et de culture extrême partagée ? Oui, et pour le plaisir de tous, car les deux boucs impliqués dans l’affaire sont toujours aussi doués pour ruer dans la clôture sans précaution tout en sautant avec un groove élastique incroyable. Et voilà ce qui fait la force de leur musique, foncièrement brutale et bestiale, mais toujours enthousiaste, rigolarde et euphorisante. Ici, pas question de beuglements sans queue ni cornes, puisque les deux maîtres d’œuvre prennent toujours soin de composer des hymnes à la brutalité sympathique soulignée par des riffs puissants et des accélérations monstrueuses. Et leur affiliation à un extrême historique n’en est que plus surligné par « Now We are Old School », véritable aveu d’allégeance à la tradition qui débute les hostilités comme une vache qui vous lâche un coup de sabot dans les valseuses dès la première palpation de pis.

Niveau production, la confiance a été renouvelée, et le son d’ensemble est toujours aussi monstrueux, mais clair. Ce qui permet d’apprécier les quelques finesses d’interprétation que les plus attentifs ne manqueront pas de noter. Et en naviguant constamment entre Death vraiment addictif et gras (« Milking me Softly »), Death médium groovy comme des tripes qui collent aux chaussures (« Like an Everflowing Cream », coucou DISMEMBER), Crust/Grind efficace et tout sauf fadasse (« 1234 Leckstein »), Death/Grind épais et légèrement sombre sur les côtés (« Udder Pressure »), Goatfreed Udder et Goatleeb Udder continue de peaufiner leur prosélytisme bêlant, en proposant de véritables chansons qu’on retient, aux motifs accrocheurs, et à la brutalité toute en horreur. On savoure ces tranches de vie bucolico-spatiales, en odeur d’étable jonchée d’excréments de joie, et on en profite pour headbanguer sans arrière-pensée, certain de ne pas avoir été pris pour de débiles bourrins. Pourtant, cette musique l’est, assurément, mais tellement convaincante dans sa jonction DEATHBOUND/CANNIBAL CORPSE (« Candy Shed »), qu’on ne peut que s’incliner et caresser la fourrure de ces deux ovins chafouins. Bien sûr, l’approche multiple et connue, et les composantes d’usage. Mais le groupe est tellement convaincant dans ses appropriations qu’on excuse le formalisme, spécialement lorsque les arrière-trains s’emballent dans une valse/gigue infernale (« Grass Appeal Madness », NAPALM DEATH et EXTREME NOISE TERROR en goguette, et pas pour cueillir des pâquerettes).

La ferme est donc le lieu/prétexte à un beau bordel, et les blasts tempêtent (« Goatz with Attitudes »), alors que les riffs empestent (« Strawpocalypse », presque trop Heavy Death pour être vrai). Et malgré un tracklisting plus qu’étoffé, malgré quelques redites notées, l’ensemble tient debout et pendant quarante minutes, grâce à un festival d’intros ludiques et de parties de guitare qui filent la triquent. Sobres dans la gravité, mais totalement dérangés dans les arrangements grossiers, les MILKING THE GOATMACHINE n’ont aucune peine à nous convaincre de leur philosophie, et lâchent des bouzins malins (« Shed Boyz »), et des horreurs gluantes qui s’aglutinent dans la main (« Finger oder Zeh »). Totalement dans le même état d’esprit depuis leur création, les MILKING THE GOATMACHINE restent cohérents, mais ne nous prennent pas pour des vaches à lait. Leur musique est toujours de très grande qualité, et From Slum to Slam - The Udder Story nous narre une histoire certes vacharde, mais franchement marrante et efficace. Essayez de résister au riff central de « From Slum to Slam » juste pour voir. Et si vous faites la fine gueule, ne vous étonnez pas que deux boucs mal lunés vous enfoncent la vôtre.     

        

Titres de l’album :

                          01. Now We are Old School

                          02. Milking me Softly

                          03. Like an Everflowing Cream

                          04. Wolverized

                          05. Metal Liker

                          06. 1234 Leckstein

                          07. Udder Pressure

                          08. Candy Shed

                          09. Grass Appeal Madness

                          10. Goatz with Attitudes

                          11. Strawpocalypse

                          12. Blumen

                          13. Shed Boyz

                          14. Finger oder Zeh

                          15. Porst Mortern

                          16. Bullet Hoof

                          17. From Slum to Slam

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/03/2020 à 14:36
80 %    83

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

"Les premiers numéros sont parus fin 1992 et nous venons de sortir notre n°87 en février dernier."
Eh ben... Chapeau ! C'est ce qui s'appelle la passion.

06/06/2020, 12:39

RBD

Excellent ! Je les avais vus il y a dix ans pile, bonne claque de Sludge Stoner pur, propre, bourru et très en place, qui sortait pourtant des sentiers battus du style côté bayou ou côté asphalte.

06/06/2020, 12:19

KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57