Plagued By Conformity

The Ruined Few

02/09/2021

Autoproduction

Si d’aventure, vous vous demandiez ce qu’un PANTERA de l’époque Great Southern Trendkill pouvait donner en mode Hardcore à la BIOHAZARD, alors, soyez heureux, j’ai trouvé le résultat qui répondra à vos interrogations. Le premier album des texans de THE RUINED FEW semble en effet se complaire dans une imitation plus vraie que nature des…texans…ceux-là même qui nous avaient brisé les cervicales à grand coup de « Suicite Note Part I », « The Great Southern Trendkill » ou « Strenght Beyond Strenght », sauf qu’ici, la rythmique ne s’emballe guère, et la haine reste concentrée sur un mid tempo agressif et décidément très chatouilleux sur l’humeur.

THE RUINED FEW n’en est pas pour autant un simple tribute-band indirect ou une assemble de plagiaires plus ou moins habiles. Les résidents de San-Antonio savent aussi pratiquer une approche plus personnelle, qui sait exploser au bon moment pour rappeler les sensations éprouvées lors de la dégustation d’un tacos relevé durant une fin de gastro-entérite.

Fondé en 2003, et auteur d’une première démo dès 2005, le quintet (Greg Martinez - basse, Brian Grimes & Mark Lopez - guitares, Steve Martinez - batterie et Patrick Hewlett - chant) a pourtant disparu des radars pendant plus de quinze ans, se faisant porter pâle par The Metal Archives qui ne recense rien entre Blacktooth Risin (2005) et ce premier long Plagued By Conformity. Impossible donc de jauger l’évolution d‘un groupe qui a choisi le statu quo le plus absolu pour marquer le pas, sans que nous n’ayons plus d’informations pour expliquer cette absence.   

Toujours est-il que le groupe joue la franchise, et ne cherche pas de faux-semblants. Dans leur bio, les musiciens ne cherchent pas l’originalité, et se targuent de jouer à plein potentiel pur déclencher des mouvements de foule dans le pit. Et à l’écoute des huit morceaux de ce premier album, on ne peine pas à imaginer l’avant-scène remplie de furieux se jetant les uns sur les autres, tant l’intensité et la rage des titres sont palpables au travers des haut-parleurs.

Avec un chanteur au timbre si proche de celui du gros Phil qu’on se demande si Anselmo n’a pas encore repris du service de façon anonyme, une paire de guitaristes dont les cordes suintent de ressentiment envers la société, et une section rythmique solide mais ludique qui n’est pas à une embardée près, THE RUINED FEW se pose comme l’héritier streetcore d’un PANTERA depuis longtemps défunt, et ose les structures conventionnelles pour laisser parler sa colère. Dès « Blood Red Gaze », le ton est donné, les riffs sont graves, les saccades précises, et l’atmosphère assez proche de l’orée des années 2000. Plus groove que réellement Thrash, le quintet prône l’ouverture, et fuit comme la peste le virus old-school qui contamine tous les thrasheurs depuis vingt ans. Grand bien leur en a pris, car malgré son caractère conventionnel, ce Plagued By Conformity n’est certes pas totalement anticonformiste, mais se démarque de la majorité de la production actuelle. Et si vous êtes prêt à passer outre ce côté PANTERA-sound-a-like très prononcé, alors vous pourrez apprécier une musique virile, brute, mais intelligemment agencé et jouée par des professionnels.

Les titres s’enchaînent sans marquer de temps mort, même si quelques dissonances dans la lenteur savent se frayer un chemin sur l’inquiétant « Fight With Time ». Très à l’aise dans son créneau, le groupe fait montre d’une belle cohésion, et à très pertinemment joué la concision et la brièveté pour ne pas lasser. Moins de trente minutes de bagarre intense, avec quelques variations pour ne pas se contenter de bourre-pifs enchaînés comme à la parade, du flair dans la recherche du groove létal (« St. Blackest Torment »), et une fin d’album concise en diable qui réserve même quelques surprises épileptiques révélant la technique d’un batteur plus fin qu’il n’y parait (« The Death Palace »).

Décidément plus Hardcore métallique que réellement Thrash, Plagued By Conformity se termine même par un gros glaviot Punk (« Warnut »), pour nous laisser les tempes battantes et la sueur sur le front. Alors évidemment, les intonations de Patrick Hewlett chatouilleront la sensibilité accrue des fans de Phil Anselmo, mais musicalement, THE RUINED FEW est une bonne surprise qui se déguste en pleine séance de levée de fonte, les muscles saillants et le regard provocant.

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Blood Red Gaze

02. A War To Remember

03. Bionic Beauty

04. Live To Evolve

05. Plagued By Conformity

06. Fight With Time

07. St. Blackest Torment

08. The Death Palace

09. Warnut


Myspace officiel


par mortne2001 le 06/05/2022 à 17:39
78 %    486

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

la vidéo du bidule : https://www.youtube.com/watch?v=t0K2EVnkhC0

19/07/2024, 08:12

Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19