On nous a déjà fait le coup des dents de la mer, via un gigantesque truc en mousse aux crocs acérés, validé par Steven S. himself (et qui avait traumatisé des générations entières de baigneurs intrépides), puis on nous a collé entre les flots des Sharknado, des requins fantômes qui traversent les flaques, et même des requins zombis qui affrontent des pieuvres mutantes. Alors, pensez bien que lorsqu’une nouvelle créature pointe le reflet de ses yeux morts sur le devant de la scène, on la voit justement arriver de loin. Donc, Megalodon ou pas, les prédateurs isolés qui se repaissent de sang et de membres déchiquetés ne sont pas créatures à nous effrayer du moindre coup de nageoire dorsale. Aussi imposante soit-elle. A moins que ces dites créatures ne soient qu’avertissement métaphorique de la fringale dévorante d’artistes confirmés, qui préfèrent célébrer leur retour en affichant leurs intentions plutôt que leur dentition. Mais là encore, attention. C’est bien joli de montrer les chicots, encore faut-il qu’ils soient aiguisés, et surtout, que le ballet s’accompagne d’une musique qui file le frisson et non le bourdon. Car je veux bien tremper mes petons dans un pédiluve hanté par un machin belliqueux, mais garantissez moi au moins que l’eau sera chaude et la sensation valable. Et c’est visiblement le cas de nos amis suédois de MOTHER MISERY, qui nous en reviennent donc de leur Scandinavie natale avec un nouveau-né dans le filet, dont les mailles menacent de céder sous la pression. Pour autant, pas question de BM ici, ni de Hard vintage, d’AOR de cépage ou de Death en ravages, mais bien d’un Hard-Rock moderne louchant sévèrement sur le Heavy qui se démène, sans pour autant bouffer toute la place aux mélodies. Jouer fort, certes, mais jouer efficace, et surtout, avec des harmonies qui cassent, et une énergie qui fracasse. Et sous cet aspect-là, Megalodon a fière allure, et pourrait bien impressionner quelques vacanciers en mal de blessures. Pas fortuites du tout d’ailleurs…

Il faut dire que ces dresseurs ont du métier, puisqu’ils y traînent leurs basques depuis 2004, l’année de leur explosion via un premier LP plutôt porté sur le Rock burné que sur le Hard plombé. Grandiosity annonçait donc le menu, par son versant le plus digeste, et son succès en Suède fut confirmé par des tournées encensées, mais aussi par une suite qui se voulait assez conséquente. Ainsi, entre All Eyes On You en 2007 et Standing Alone en 2010, le quatuor (John Hermansen - chant/guitare, Stiff Hell - basse, Thomas Piehl - guitare et Jimmy Lindbergh - batterie) a fait victime de tout testeur de vague, et a largement eu le temps de peaufiner sa tactique d’attaque, qui consiste à frapper fort et à bon escient, histoire de ne pas claquer des dents. Et si quelques années furent nécessaires à l’élaboration d’une nouvelle technique de recensement pleine de flair, le temps passé ne fut pas perdu à jamais, puisque ce nouvel album est symptomatique d’une nouvelle orientation définitivement entérinée (et beaucoup plus agressive que leurs débuts ténus). On retrouve donc des musiciens sûrs de leur fait, et au sommet de leur forme, prêts à surfer sur une vague d’enthousiasme qu’ils auront eux-mêmes déclenchée de leurs mouvements brassés. Difficile toutefois de les identifier clairement, même avec les jumelles de Mitch Buchannon, puisque les lascars se font un malin plaisir de se faufiler entre les bancs de poisson pour ne pas tomber dans les rais de pêcheurs en traquenard. A cheval entre Hard moderne super efficace et Heavy vraiment marqué, les suédois se veulent aussi ricains qu’européens, au point de suggérer une union marine et badine entre l’ANTHRAX de John Bush et les suisses de MAXXWELL (« Stained », hypercutant, et hyperactif, sur lequel les accents de John Hermansen singent à merveille ceux de God Bush, y ajoutant même un tempo presque synthétique martelé comme aux plus beaux jours des MADINA LAKE), mais échappent à tout calibrage par une science des arrangements assez volatile et quelques cordes introductives séductrices (« The Challenger », qui risque fort de devenir leader). Doté d’une énorme production léchée et signée par les studios GreyHate d’Enköping, et d’un mixage au cuir tanné par Mikael Andersson, pour un mastering plissé par Peter In De Betou, Megalodon peut même faire penser, lorsque le soleil se met à briller, à une version survitaminée des HAREM SCAREM, soudainement convertis au Post Grunge en vogue il y a quelques années (« Ashes In Your Crown »). Son intensité ne se dément d’ailleurs jamais, grâce à des trouvailles bien amenées, à une section rythmique qui avance rapidement sans ramer, et un batteur qui n’est jamais le dernier à motiver ses troupes déjà galvanisées (« Into These Lies », au refrain étonnamment radiophonique). Du classique up in time qui ose quand même regarder plus loin que le reflet de l’horizon, pour s’ancrer dans son époque sans renier son passé. Bien joué ? Oui, et juste assez bien dosé pour ne pas lasser.

De beaux soli bien exécutés, sobres mais élancés, un chanteur qui a du coffre et qui sait rameuter sans exagérer, quelques dualités harmonies/Heavy pour rester dans le ton de saison (« 100 Eyes », ambivalence d’averses et de rayons, sans contradictions), de soudaines envie de fiestas sur la plage desquelles on sort lessivé Rock et en nage (« Stonecold Killer »), et même si le tempo est parfois un peu trop posé sur le dos et risque la brulure au repos (« Down In The Dirt », seule redite qui aurait pu/dû être évitée), le final en subtilité acoustique maritime permet de se rattraper à la dernière marée (« If You Fall », fausse ballade mais réel moment d’émotion), et de replonger vers les grands fonds en étant assuré d’un travail de traque bien fait. Non, décidément, je ne vois rien à dire de négatif sur ce groupe qui nous rassure quant à ses capacités à nager à contre-courant, et à revenir à la surface juste à temps pour ne pas se faire oublier définitivement. MOTHER MISERY signe donc un comeback qui a défaut de se montrer fracassant, se veut séduisant et attachant, et réconcilie Hard atypique, Heavy symétrique, et Rock épidermique, pour finalement boucler la boucle de sa propre carrière et en offrir un résumé qui se veut aussi perspective que prospective. On pressent déjà une tournée locale triomphale, et pourquoi pas, quelques excursions sur les côtes européennes pour propager la bonne odeur du sang. M’est d’avis qu’avec un nouveau répertoire aussi cinglant, les suédois ont de quoi faire frémir les touristes égarés dans le vent. Un disque qui s’apprécie comme une bonne nage coulée sans bouée, et qui fournit même la serviette au final pour se sécher. Une bonne affaire somme toute, alors que nous sommes encore loin de l’été.


Titres de l'album:

  1. The Challenger
  2. Ashes Of Your Crown
  3. Megalodon
  4. Stained
  5. Eyes Of The Innocent
  6. Into These Lies
  7. 100 Eyes
  8. Stonecold Killer
  9. Down In The Dirt
  10. If You Fall

Site officiel


par mortne2001 le 13/02/2018 à 18:19
80 %    472

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.