Il est d’usage de constater que les groupes de Punk et de Hardcore s’enfoncent dans l’underground au point d’oublier parfois de signifier leur existence, et il convient alors de passer par des réseaux alternatifs pour les débusquer au coin d’un forum. Ainsi, l’existence des Vk permet régulièrement de faire émerger des combos dignes d’intérêt, qui ne prennent même pas la peine de s’occuper d’une page officielle, d’un Bandcamp ou d’un Facebook quelconque. Au nom de l’éthique sans doute, mais dès lors, les informations manquent, et si la musique ne parle pas d’elle-même, la tâche devient aussi ardue que de retrouver la proverbiale aiguille dans la légendaire meule de foin. En l’occurrence, le rôle de la meule de foin est joué aujourd’hui par le label indépendant londonien La Vida Es Un Mus Discos, qui sur son Bandcamp propose le nouvel album des séminaux SNOB, qui malgré leur nom, n’ont rien d’une assemblée élitiste conchiant la plèbe…On les imagine plus volontiers jouant dans un vieux squat véreux, comme à la grande époque des 70’s/80’s, les paroles en slogans et la guitare en arme de poing, la mine renfrognée, et le stand merchandising se réduisant à la portion congrue de deux tréteaux flanqués d’une vieille porte, sur laquelle trônent quelques tapes fatiguées à la couverture monochrome photocopiée. Difficile d’en savoir plus sur ce groupe anglais qui joue les arlésiennes, mis à part quelques notes tirées d’un site connaissant plus ou moins son affaire. On retrouverait donc dans le line-up de ce groupe une certaine KY Ellie, alias Ellie Roberts, ex-membre des notables GOOD THROB, qui entre 2011 et 2013 ont commis quelques exactions sonores sous forme de simples, de démos et autres assemblages sur cassettes.              

Si le nom de GOOD THROB aiguillera sans doute les plus acharnés des fans de Punk et de Hardcore, les autres resteront dans l’ignorance jusqu’au moment où ils poseront les oreilles sur ce nouvel LP, disponible en vinyle sur le Bandcamp du label, et qui mérite amplement son modeste prix. Snob propose en effet une sacrée dose de Hardcore à tendance Punk traditionnel, débordant d’énergie un peu lasse, et visiblement à la croisée des chemins, empruntant à l’Anarcho-Core certaines de ses intonations, et au Post-Punk sa froideur d’apparence. Doté d’un son très honnête pour ce genre de réalisation, cet album fait montre de qualités indéniables, et s’affilie difficilement à une scène particulière. On y retrouve les guitares acérées du Punk originel, les structures plus élaborées des musiciens plus ambitieux de l’époque 77’/78’ (qui une fois la vague retombée formeront les P.I.L, KILLING JOKE, et même la scène No Wave new-yorkaise), mais aussi la rage sourde et primale de la scène anarchiste londonienne des mid 80’s. Ce mélange hétéroclite permet donc aux SNOB de sinuer entre les mouvances, et de présenter un répertoire relativement performant, mais surtout, de garder une indéniable fraîcheur de ton qui nous ramène des décennies en arrière, bien avant que le Punk et le Hardcore ne se radicalisent et se métallisent. Ici, tout est brut de décoffrage, avec une patine DISCHARGE light très prononcée, et même si l’ensemble se revendique d’une linéarité assez prononcée, l’ennui ne vient jamais pointer le bout de son épingle à nourrice, le cédant à une sorte d’hypnose tribale fascinante. Il est évident que les plus évolutionnistes du mouvement Core auront du mal à s’identifier à un tel élan puriste, mais les plus attachés aux racines anglaises sauront reconnaître les leurs, et les célébrer comme il se doit.

Et finalement, Snob, via son ascétisme de surface, se présente comme une invitation au pogo ininterrompue, qui va quand même chercher un peu plus loin que le bout du pit de quoi faire avancer la machine. On pense même parfois à la crudité de la scène hispanique (« Piggy »), mais en gardant sous contrôle des deux minutes leurs morceaux, les anglais s’assurent un rendu optimal, et une efficacité maximale. C’est aussi entraînant que ça semble désabusé, sonne aussi Post-Punk qu’une idée noire de WIRE, et aussi remuant qu’une gigue entamée par les ANTI-NOWHERE-LEAGUE. Peu de variations, la voix très posée et blasée d’une chanteuse à qui on ne la fait plus, une section rythmique qui va à l’essentiel sans faire de figures acrobatiques, et une guitare qui tronçonne ses riffs les plus directs histoire de ne pas diluer le propos, le tout emballé dans une production rudimentaire qui garantit aux toms et à la grosse caisse un son très brut. La basse à l’inverse brille et vrombit, ce qui confère à ces titres assez rachitiques un impact optimal, sans pour autant faire de concessions à l’éthique DIY d’origine. Un gros Rock maltraité par des sales punks, qui jouent leur vie comme ils la vivent, avec sincérité, stoïcisme, et une colère larvée qui n’éclate jamais vraiment. On se surprend même à fêter un improbable hit final via « Ally », qui aurait symbolisé le Post-Punk en 1981 mieux que quiconque, de son approche froide comme un matin d’hiver londonien, et de sa mélodie appauvrie presque tantrique. Et en définitive, malgré une absence totale de renseignements, cet album justifie les heures passées à chercher de quoi alimenter votre curiosité, sans en faire trop, mais sans non plus se contenter du minimum syndical. Une belle suite d’aventures pour KY Ellie qui confirme sa place centrale dans l’histoire du Punk anglais contemporain.


Titres de l'album:

  1. Motor Bitches
  2. Lycra Daddy
  3. Sex Contract
  4. Doctor Dildo
  5. Jeremy Kyle
  6. Hungover
  7. Piggy
  8. Punisher
  9. Stuck
  10. Ally

Bandcamp label


par mortne2001 le 10/03/2018 à 14:26
80 %    148

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !