Il est d’usage de constater que les groupes de Punk et de Hardcore s’enfoncent dans l’underground au point d’oublier parfois de signifier leur existence, et il convient alors de passer par des réseaux alternatifs pour les débusquer au coin d’un forum. Ainsi, l’existence des Vk permet régulièrement de faire émerger des combos dignes d’intérêt, qui ne prennent même pas la peine de s’occuper d’une page officielle, d’un Bandcamp ou d’un Facebook quelconque. Au nom de l’éthique sans doute, mais dès lors, les informations manquent, et si la musique ne parle pas d’elle-même, la tâche devient aussi ardue que de retrouver la proverbiale aiguille dans la légendaire meule de foin. En l’occurrence, le rôle de la meule de foin est joué aujourd’hui par le label indépendant londonien La Vida Es Un Mus Discos, qui sur son Bandcamp propose le nouvel album des séminaux SNOB, qui malgré leur nom, n’ont rien d’une assemblée élitiste conchiant la plèbe…On les imagine plus volontiers jouant dans un vieux squat véreux, comme à la grande époque des 70’s/80’s, les paroles en slogans et la guitare en arme de poing, la mine renfrognée, et le stand merchandising se réduisant à la portion congrue de deux tréteaux flanqués d’une vieille porte, sur laquelle trônent quelques tapes fatiguées à la couverture monochrome photocopiée. Difficile d’en savoir plus sur ce groupe anglais qui joue les arlésiennes, mis à part quelques notes tirées d’un site connaissant plus ou moins son affaire. On retrouverait donc dans le line-up de ce groupe une certaine KY Ellie, alias Ellie Roberts, ex-membre des notables GOOD THROB, qui entre 2011 et 2013 ont commis quelques exactions sonores sous forme de simples, de démos et autres assemblages sur cassettes.              

Si le nom de GOOD THROB aiguillera sans doute les plus acharnés des fans de Punk et de Hardcore, les autres resteront dans l’ignorance jusqu’au moment où ils poseront les oreilles sur ce nouvel LP, disponible en vinyle sur le Bandcamp du label, et qui mérite amplement son modeste prix. Snob propose en effet une sacrée dose de Hardcore à tendance Punk traditionnel, débordant d’énergie un peu lasse, et visiblement à la croisée des chemins, empruntant à l’Anarcho-Core certaines de ses intonations, et au Post-Punk sa froideur d’apparence. Doté d’un son très honnête pour ce genre de réalisation, cet album fait montre de qualités indéniables, et s’affilie difficilement à une scène particulière. On y retrouve les guitares acérées du Punk originel, les structures plus élaborées des musiciens plus ambitieux de l’époque 77’/78’ (qui une fois la vague retombée formeront les P.I.L, KILLING JOKE, et même la scène No Wave new-yorkaise), mais aussi la rage sourde et primale de la scène anarchiste londonienne des mid 80’s. Ce mélange hétéroclite permet donc aux SNOB de sinuer entre les mouvances, et de présenter un répertoire relativement performant, mais surtout, de garder une indéniable fraîcheur de ton qui nous ramène des décennies en arrière, bien avant que le Punk et le Hardcore ne se radicalisent et se métallisent. Ici, tout est brut de décoffrage, avec une patine DISCHARGE light très prononcée, et même si l’ensemble se revendique d’une linéarité assez prononcée, l’ennui ne vient jamais pointer le bout de son épingle à nourrice, le cédant à une sorte d’hypnose tribale fascinante. Il est évident que les plus évolutionnistes du mouvement Core auront du mal à s’identifier à un tel élan puriste, mais les plus attachés aux racines anglaises sauront reconnaître les leurs, et les célébrer comme il se doit.

Et finalement, Snob, via son ascétisme de surface, se présente comme une invitation au pogo ininterrompue, qui va quand même chercher un peu plus loin que le bout du pit de quoi faire avancer la machine. On pense même parfois à la crudité de la scène hispanique (« Piggy »), mais en gardant sous contrôle des deux minutes leurs morceaux, les anglais s’assurent un rendu optimal, et une efficacité maximale. C’est aussi entraînant que ça semble désabusé, sonne aussi Post-Punk qu’une idée noire de WIRE, et aussi remuant qu’une gigue entamée par les ANTI-NOWHERE-LEAGUE. Peu de variations, la voix très posée et blasée d’une chanteuse à qui on ne la fait plus, une section rythmique qui va à l’essentiel sans faire de figures acrobatiques, et une guitare qui tronçonne ses riffs les plus directs histoire de ne pas diluer le propos, le tout emballé dans une production rudimentaire qui garantit aux toms et à la grosse caisse un son très brut. La basse à l’inverse brille et vrombit, ce qui confère à ces titres assez rachitiques un impact optimal, sans pour autant faire de concessions à l’éthique DIY d’origine. Un gros Rock maltraité par des sales punks, qui jouent leur vie comme ils la vivent, avec sincérité, stoïcisme, et une colère larvée qui n’éclate jamais vraiment. On se surprend même à fêter un improbable hit final via « Ally », qui aurait symbolisé le Post-Punk en 1981 mieux que quiconque, de son approche froide comme un matin d’hiver londonien, et de sa mélodie appauvrie presque tantrique. Et en définitive, malgré une absence totale de renseignements, cet album justifie les heures passées à chercher de quoi alimenter votre curiosité, sans en faire trop, mais sans non plus se contenter du minimum syndical. Une belle suite d’aventures pour KY Ellie qui confirme sa place centrale dans l’histoire du Punk anglais contemporain.


Titres de l'album:

  1. Motor Bitches
  2. Lycra Daddy
  3. Sex Contract
  4. Doctor Dildo
  5. Jeremy Kyle
  6. Hungover
  7. Piggy
  8. Punisher
  9. Stuck
  10. Ally

Bandcamp label


par mortne2001 le 10/03/2018 à 14:26
80 %    173

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

Oui mercato réussi.


Ça ressemble à un record de coms ça !


Oui je trouve aussi. Fiable quoi.


Cela semble être une bonne idée...


Je n'ai pas lu le livre de Moynihan qui est, paraît-il, plutôt complaisant avec tout l'ensemble y compris ce qu'il y a de plus inacceptable. Au-delà de ce que je rejette très fermement les meurtres et incendies de lieux de culte, je ne me suis jamais reconnu dans le Black Metal même sous un sim(...)


On a vraiment lu tout et son contraire sur ces histoires, sans compter le mystère entretenu par les protagonistes de l'époque. J'ai beau essayé de faire le blasé, de me dire que c'était que des "petits cons", des abrutis, que le bouquin n'est qu'un torchon un peu trop orienté, il n'empêche qu(...)


Excellente chronique... j'avais découvert avec l'album précédent sans approfondir plus que ça. Tu viens de réanimer ma curiosité Mortne2001 !
C'est d'une saleté indécemment propre au niveau de la production là où la concurrence balance des riffs lambda avec une production crasseuse p(...)


J'espère juste que le film dira clairement que les protagonistes n'étaient que des petits cons paumés... Mais sinon, oui, rien qu'avec l'attention portée aux détails, ça donne envie, clairement.


Trailer bien plus convaincant que les précédents. Et oui le " Based on truth and lies " est bien pensé.
Ça fait envie.


En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!