Shadow of Violence

Arakara

05/05/2017

Autoproduction

« « Il n’y a plus de bonne musique ». C’est une phrase que nous avons tous déjà entendue, et que nous avons même prononcée. La musique d’aujourd’hui manque d’âme et de passion. Qu’est-il arrivé à SLAYER ? A DEATH ? A PANTERA ? Où sont passés tous ces groupes agressifs en en colère ? »

Pour répondre assez simplement à l’une des questions soulevées par ce quatuor, je dirais que SLAYER existe toujours, et que DEATH n’a pas survécu à la mort de son fondateur/leader. Quant à PANTERA, je pense que ses membres souhaitaient juste faire autre chose, ce qu’ils ont fait au sein de DOWN, ou DAMAGEPLAN avant le décès tragique de Dimebag.

Voilà, de ce côté-là, les choses semblent mises au point.

Mais cette interrogation prouve que les ARAKARA ont une ligne de conduite claire et nette. Celle de jouer un Metal en fusion, dans la plus droite lignée des références qu’ils assument et vénèrent, ce qui vous en conviendrez est un but assez noble.

Pour ce faire, ce quatuor a décidé de se pencher sur le cas d’un Thrash somme toute assez moderne, mais largement assez incisif et fluide pour nous rappeler les plus nobles réminiscences de l’extrême de notre adolescence.

ARAKARA est donc un quatuor (Basse/chant: Brandon Lee, Guitares: Zack Donovan & Vince Van Berkum

Batterie: Shawn Vanderlaan), formé aux alentours de 2014 sous l’impulsion de Vince et Zack, les deux tricoteurs en chef.

Une fois assemblé, le combo a commencé à partager la scène avec quelques noms fameux, dont les TOXIC HOLOCAUST, ou NIGHT DEMON, pour roder son répertoire, et surtout, peaufiner son optique somme toute assez volontaire. Et les bougres ne doutent pas de leurs capacités, puisqu’ils affirment vouloir ranimer la flamme du Metal sans compromis, en jouant une musique agressive, rapide et majestueuse, à l’image des guerriers des tribus dont ils portent le nom.  

Je ne doute pas un seul instant de leur sincérité, et à l’écoute de ce second né, je ne remettrai pas en doute leurs capacités à se montrer plus virulents et solides que la moyenne, tout du moins celle des groupes dont ils se servent comme modèles.

Ils citent donc quelques classiques pour situer leur optique, SLAYER, DEATH, EXODUS, PANTERA, METALLICA, mais aussi ANTHRAX, TESTAMENT, OVERKILL, KREATOR, BLACK SABBATH, JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN ou DAMAGEPLAN, tandis que Zack et Vince paient leur tribut aux légendes de la six-cordes Dimebag Darrell, Gary Holt, Eddie Van Halen, Tony Iommi, Randy Rhoads, Jake E. Lee, Zakk Wydle, Kerry King, Dave Mustaine et bien d’autres. Et finalement, il est certain que les ARAKARA, s’ils ne sont pas originaux pour deux sous ou un signe du diable, pratiquent une musique implacable, solide et redoutable, et qu’ils se posent en ardents défenseurs d’un Heavy/Power/Thrash de très haute volée, pouvant se reposer sur une paire de guitaristes complémentaires et volubiles, ainsi qu’une rythmique à l’assise stable et écrasante.

Tout ceci suffit-il à enregistrer un bon EP ? Oui, sans aucun doute, et depuis Burial Ground publié l’année dernière, rien n’a vraiment changé, si ce n’est leur son, un peu plus épais et costaud.

La brièveté de Shadow of Violence permet en outre de ne pas s’ennuyer, puisque les quatre barbares ont pris soin de varier leurs thèmes pour ne pas les rendre trop répétitifs, même si la cohésion d’ensemble est manifeste.

On retrouve donc l’ombre de SLAYER qui plane sur des compos punchy et catchy, à cheval entre le Power Metal de PANTERA et les fulgurances de Seasons In The Abyss, le tout traité d’une énergie Punk à la OVERKILL/NUCLEAR ASSAULT, et poli par une aisance instrumentale assez remarquable. Les soli sont tricotés avec envie et rappellent un style conjoint empreint de réminiscences des trémolos de Jeff Hanneman et de la fluidité de Dimebag Darrell (« Digging Graves »), et même si parfois les clins d’œil sont un peu trop appuyés (« l’intro de « Your God » qui sent le SLAYER à plein ampli boosté même avec la porte du studio fermée à clef, et qui prend un malin plaisir à jouer le mash-up entre « Seasons In The Abyss » et « Mandatory Suicide »), le tout sent bon la fierté de jouer un Metal tout sauf timoré.

D’ailleurs, pour ne laisser planer aucun doute, le quatuor commence son méfait par un « Into The Fire » et son intro grandiloquente, se fondant soudain dans un maelstrom de riffs conséquents, avant qu’un plan mélangeant les inspirations SLAYER et METALLICA (la voix de Brandon rappelle méchamment celle du James des années 2000) ne prenne le relais à mi-course.

« Black Magic Marionettes » suit avec la même précision, et lâche un énorme thème syncopé purement Thrash, qui nous titille la mémoire SACRED REICH de Independant, avec un pattern de batterie inspiré de l’instinct félin de Dave McClain, appuyé par une basse claquante très NUCLEAR ASSAULT/OVERKILL.

Mid tempo, refrain catchy, tout est très direct mais peaufiné par des musiciens qui connaissent leur taf, ce que prouve une fois de plus « Shadow Of Violence », le title-track, et ses percussions en procession, épaulées par des guitares vraiment carton.

Alors, des syncopes aux contretemps, des breaks intelligents aux couplets incandescents, tout ici respire le Metal franc et honnête, qui ne cherche pas à finasser mais bien à concasser, vos oreilles de préférence, sans pour autant jouer le jeu de l’outrance.

Et si James Hetfield, Dimebag Darrell, D.D Verni et Dave Lombardo avaient un jour décidé de s’éclater dans un projet Metal commun, le résultat eut sans doute été le même que celui étalé par les ARAKARA sur ce Shadow of Violence.

Et ce deuxième album est plus qu’une simple pièce musicale à l’efficacité redoutable, mais bien une profession de foi et une allégeance au Metal encore brûlant.

  

« Il n’y a plus de bonne musique » ?

 

Finalement si. Alors au bout du compte, inutile de s’inquiéter tant que des chevaliers défendront l’authenticité contre les assauts d’une modernité qui parfois oublie le feeling et la sincérité au placard de la séduction forcée.


Titres de l'album:

  1. Into The Fire
  2. Black Magic Marionettes
  3. Shadow Of Violence
  4. Digging Graves
  5. Your God

Bandcamp officiel

Site officiel


par mortne2001 le 27/05/2017 à 17:58
75 %    528

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14

Moshimosher

Cool ! Je vais me regarder ça ! 

26/11/2020, 16:12

Simony

Voici un lien qui fonctionne pour la vidéo : 

26/11/2020, 14:08

Kamel

La vidéo ne fonctionne pas... Agréable rappel de Civilization One! Jamais réussi a mettre la main sur le second album :-(...

26/11/2020, 14:03

Gargan

Ahh mais ça marche très bien les propositions de news !Docu excellent (bon, ça fait un peu bizarre les pubs norvégiennes comme si de rien n'était en intro), dont je me suis véritablement délecté. Tu rentres vraiment dans l'i(...)

26/11/2020, 13:59

RBD

J'avais reçu exactement comme toi le premier album, dont j'attendais beaucoup à l'époque à l'instar de tout le monde vue l'équipe. Je partage donc hélas ce point de vue sur ce qui reste à ce jour le seul groupe de Marc Grew(...)

25/11/2020, 20:55

el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35

Gargan

Juste un running gag avec un commentaire précédent, d'où le gif. Ils ont joué en live avec Mgla ceci dit hehe

25/11/2020, 08:57

Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01

Yolo

Aucun rapport avec Dark Funeral. Décidément tu nous les auras toutes faites toi.

24/11/2020, 21:23

Yolo

Aucun rapport entre MGLA et Deus Mortem. Sérieux...

24/11/2020, 21:15

Simony

Ah non là DEUS MORTEM associé à MGLA, je ne pense pas qu'ils soient dans la même optique du Black Metal. DEUS MORTEM c'est plus MARDUK et compagnie qui les branche. Excellent groupe à la discographie difficilement discutable lorsque l'on aime c(...)

24/11/2020, 18:08

Humungus

Au vu de l'attrait de certains pour le bazar, je colle une oreille sur ces deux extraits :Mais c'est que c'est du tout bon ça bordel !!!J'ai donc poussé un peu plus mes investigations en écoutant le premier album et second EP : Pas mal du tou(...)

24/11/2020, 16:17

Humungus

POMAH je vous aime.

24/11/2020, 16:05

Humungus

D'accord avec toi L'Apache concernant l'attrait des pochettes.Cela m'a d'ailleurs fait penser dans le style décalé des jaquettes, le format et la rareté de la chose à ce que peut nous pondre TODESSTOSS.Sinon, du coup, j'ai &e(...)

24/11/2020, 16:04

Zorg

Super label, et super discours. Franchement, c'est un de mes labels préférés de par leur éthique qui transparait dans les propos tenus.

24/11/2020, 13:31

Gargan

Black metal, Pologne. Déjà, ça sent bon. Un paquet de clones de Mgla depuis quelques temps, on sent effectivement une influences mais l'ambiance semble propre au groupe, à voir sur album. 

24/11/2020, 08:59