« « Il n’y a plus de bonne musique ». C’est une phrase que nous avons tous déjà entendue, et que nous avons même prononcée. La musique d’aujourd’hui manque d’âme et de passion. Qu’est-il arrivé à SLAYER ? A DEATH ? A PANTERA ? Où sont passés tous ces groupes agressifs en en colère ? »

Pour répondre assez simplement à l’une des questions soulevées par ce quatuor, je dirais que SLAYER existe toujours, et que DEATH n’a pas survécu à la mort de son fondateur/leader. Quant à PANTERA, je pense que ses membres souhaitaient juste faire autre chose, ce qu’ils ont fait au sein de DOWN, ou DAMAGEPLAN avant le décès tragique de Dimebag.

Voilà, de ce côté-là, les choses semblent mises au point.

Mais cette interrogation prouve que les ARAKARA ont une ligne de conduite claire et nette. Celle de jouer un Metal en fusion, dans la plus droite lignée des références qu’ils assument et vénèrent, ce qui vous en conviendrez est un but assez noble.

Pour ce faire, ce quatuor a décidé de se pencher sur le cas d’un Thrash somme toute assez moderne, mais largement assez incisif et fluide pour nous rappeler les plus nobles réminiscences de l’extrême de notre adolescence.

ARAKARA est donc un quatuor (Basse/chant: Brandon Lee, Guitares: Zack Donovan & Vince Van Berkum

Batterie: Shawn Vanderlaan), formé aux alentours de 2014 sous l’impulsion de Vince et Zack, les deux tricoteurs en chef.

Une fois assemblé, le combo a commencé à partager la scène avec quelques noms fameux, dont les TOXIC HOLOCAUST, ou NIGHT DEMON, pour roder son répertoire, et surtout, peaufiner son optique somme toute assez volontaire. Et les bougres ne doutent pas de leurs capacités, puisqu’ils affirment vouloir ranimer la flamme du Metal sans compromis, en jouant une musique agressive, rapide et majestueuse, à l’image des guerriers des tribus dont ils portent le nom.  

Je ne doute pas un seul instant de leur sincérité, et à l’écoute de ce second né, je ne remettrai pas en doute leurs capacités à se montrer plus virulents et solides que la moyenne, tout du moins celle des groupes dont ils se servent comme modèles.

Ils citent donc quelques classiques pour situer leur optique, SLAYER, DEATH, EXODUS, PANTERA, METALLICA, mais aussi ANTHRAX, TESTAMENT, OVERKILL, KREATOR, BLACK SABBATH, JUDAS PRIEST, IRON MAIDEN ou DAMAGEPLAN, tandis que Zack et Vince paient leur tribut aux légendes de la six-cordes Dimebag Darrell, Gary Holt, Eddie Van Halen, Tony Iommi, Randy Rhoads, Jake E. Lee, Zakk Wydle, Kerry King, Dave Mustaine et bien d’autres. Et finalement, il est certain que les ARAKARA, s’ils ne sont pas originaux pour deux sous ou un signe du diable, pratiquent une musique implacable, solide et redoutable, et qu’ils se posent en ardents défenseurs d’un Heavy/Power/Thrash de très haute volée, pouvant se reposer sur une paire de guitaristes complémentaires et volubiles, ainsi qu’une rythmique à l’assise stable et écrasante.

Tout ceci suffit-il à enregistrer un bon EP ? Oui, sans aucun doute, et depuis Burial Ground publié l’année dernière, rien n’a vraiment changé, si ce n’est leur son, un peu plus épais et costaud.

La brièveté de Shadow of Violence permet en outre de ne pas s’ennuyer, puisque les quatre barbares ont pris soin de varier leurs thèmes pour ne pas les rendre trop répétitifs, même si la cohésion d’ensemble est manifeste.

On retrouve donc l’ombre de SLAYER qui plane sur des compos punchy et catchy, à cheval entre le Power Metal de PANTERA et les fulgurances de Seasons In The Abyss, le tout traité d’une énergie Punk à la OVERKILL/NUCLEAR ASSAULT, et poli par une aisance instrumentale assez remarquable. Les soli sont tricotés avec envie et rappellent un style conjoint empreint de réminiscences des trémolos de Jeff Hanneman et de la fluidité de Dimebag Darrell (« Digging Graves »), et même si parfois les clins d’œil sont un peu trop appuyés (« l’intro de « Your God » qui sent le SLAYER à plein ampli boosté même avec la porte du studio fermée à clef, et qui prend un malin plaisir à jouer le mash-up entre « Seasons In The Abyss » et « Mandatory Suicide »), le tout sent bon la fierté de jouer un Metal tout sauf timoré.

D’ailleurs, pour ne laisser planer aucun doute, le quatuor commence son méfait par un « Into The Fire » et son intro grandiloquente, se fondant soudain dans un maelstrom de riffs conséquents, avant qu’un plan mélangeant les inspirations SLAYER et METALLICA (la voix de Brandon rappelle méchamment celle du James des années 2000) ne prenne le relais à mi-course.

« Black Magic Marionettes » suit avec la même précision, et lâche un énorme thème syncopé purement Thrash, qui nous titille la mémoire SACRED REICH de Independant, avec un pattern de batterie inspiré de l’instinct félin de Dave McClain, appuyé par une basse claquante très NUCLEAR ASSAULT/OVERKILL.

Mid tempo, refrain catchy, tout est très direct mais peaufiné par des musiciens qui connaissent leur taf, ce que prouve une fois de plus « Shadow Of Violence », le title-track, et ses percussions en procession, épaulées par des guitares vraiment carton.

Alors, des syncopes aux contretemps, des breaks intelligents aux couplets incandescents, tout ici respire le Metal franc et honnête, qui ne cherche pas à finasser mais bien à concasser, vos oreilles de préférence, sans pour autant jouer le jeu de l’outrance.

Et si James Hetfield, Dimebag Darrell, D.D Verni et Dave Lombardo avaient un jour décidé de s’éclater dans un projet Metal commun, le résultat eut sans doute été le même que celui étalé par les ARAKARA sur ce Shadow of Violence.

Et ce deuxième album est plus qu’une simple pièce musicale à l’efficacité redoutable, mais bien une profession de foi et une allégeance au Metal encore brûlant.

  

« Il n’y a plus de bonne musique » ?

 

Finalement si. Alors au bout du compte, inutile de s’inquiéter tant que des chevaliers défendront l’authenticité contre les assauts d’une modernité qui parfois oublie le feeling et la sincérité au placard de la séduction forcée.


Titres de l'album:

  1. Into The Fire
  2. Black Magic Marionettes
  3. Shadow Of Violence
  4. Digging Graves
  5. Your God

Bandcamp officiel

Site officiel


par mortne2001 le 27/05/2017 à 17:58
75 %    296

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.