Atomic Clock

Dysfunctional By Choice

09/03/2018

Autoproduction

L’histoire ne date pas d’hier. La preuve, puisqu’elle a commencé dans les années 90, en 1995 pour être plus précis, lorsque une brochette de musiciens s’est réunie sous la férule d’influences revendiquées, celles de l’époque évidemment, les NIRVANA, RATM, TOOL…Tout ça n’aurait pu être qu’une notule pour boucler la page « news » d’un magazine national, mais c’était sans compter sur l’opiniâtreté des musiciens en question, qui une fois unis sous la bannière DYSFUNCTIONAL BY CHOICE ont utilisé leur talent pour avancer coûte que coûte, faisant fi des modes en vogue et autres coutumes d’adaptation. Pensez-y, plus de vingt ans à jouer une musique sans concession, le phénomène n’est pas si anodin que ça, et les formations pouvant se targuer d’une discographie aussi riche qu’originale ne sont plus vraiment légion dans notre beau pays. La plupart ont rendu les armes, marqué de longues pauses, fatigués de devoir lutter contre l’adversité, la désaffection, ou tout simplement la perte de motivation. Seulement, la motivation, les Dysby n’en ont jamais manqué, pas plus que d’inspiration. La preuve, puisque nous fêtons en 2018 la parution d’un nouvel album, qui du haut de sa demi-heure nous prouve que les parisiens en ont encore sous le coude. Pourtant, nous étions sans nouvelles depuis quelques temps, nous demandant même quoi faire face à ce silence, jusqu’à ce qu’Atomic Clock n’explose enfin sous la forme d’une pochette sobre, mais au message clair. Et quelle plus belle façon de déchirer le silence que de le découper en dix tranches d’humeurs cathartiques et de digressions quantiques, réduisant le temps à la portion congrue d’unité de mesure pas si fiable que ça…Certes, en vingt ans les influences ont inévitablement changé, tout comme l’optique, et l’attitude qui leur avait permis d’ouvrir pour des références comme WATCHA ou TRIPOD leur permet maintenant de partager l’affiche des PSYKUP au Trabendo, histoire de continuer la leur…

Et elle est belle cette histoire, racontée de cette manière, avec panache mais humilité. En choisissant de rester sur les traces de leur passé tout en regardant l’avenir, les DYSFUNCTIONAL BY CHOICE nous offrent le plus beau panachage entre HYPNO5E et les 7 WEEKS qu’il m’ait été donné d’entendre depuis très longtemps. Tout en gardant cet ADN les rendant uniques, les quatre instrumentistes (Francis Caste - batterie, Fabien Carouge - basse, Vincent Bertelin - guitare et Clément Masson - chant) ont aéré leur imaginaire pour se focaliser sur un univers aux teintes sombres, mais inondé d’une lumière aveuglante, transformant la colère en énergie positive pour tenter de garder espoir. On ne se débarrasse pas de ses habitudes comme d’un vieux manteau, et en optant pour un retour au format limité, les parisiens ont fait le bon choix, celui de la concision. Nous évitons donc ainsi les scories susceptibles d’encombrer une légende qui se suffit à elle-même, et cet album représente sans aucun doute le pinacle d’une carrière qui n’a jamais été entachée, et qui trouve aujourd’hui un éclairage nouveau. Il est toujours aussi difficile de les situer, ou de leur accoler une étiquette, à cheval entre Post-Hardcore et Metal moderne tendu et agacé, mais c’est justement ce flou artistique qui les rend si attachants, à mi-chemin les DEFTONES les plus alarmés (« Night Of Iron / Night Of Blood ») et des WHEELFALL soudainement plus concernés par les mélodies que par la façon de les torturer (« Saturn »). On sent que chaque note a été murement réfléchie, et que chaque son est fourni, justifiant chaque intervention de sa propre valeur, comme pour éviter une vacuité de fond. Et intrinsèquement, Atomic Clock pourrait bien être l’album le plus épidermique et paradoxalement le plus posé que vous pourrez écouter ce mois-ci.     

Ce qui provoque cette dualité, c’est bien évidemment cette construction évolutive, qui force la guitare à aller puiser au fond de ses riffs les thématiques les plus pertinentes, et qui oblige la rythmique à en épouser les ondulations, le tout sous la direction d’un chant qui se partage admirablement bien entre hurlements viscéraux et ondulations oniriques. Sans aller jusqu’à parler de « Progressif » stricto-sensu, l’art consommé des DYSFUNCTIONAL BY CHOICE tend vers une complexité de trame, retranscrite par un instrumental semblant couler de source. Et une fois encore, ils échappent à toute restriction en laissant leurs morceaux respirer sur la bonne durée, sans les étirer ni les concentrer. Ce qui peut nous donner des lacérations à vif immédiates empruntant autant à FUGAZI qu’à une hybridation Post-Stoner tentée par les REFUSED (« Invisible & Free », et ce son de caisse clair si matte qu’il en devient presque parfait), des poussées de fièvre lourdes et chaudes osant le pari d’un binaire pataud et d’arpèges acides (« A Lion’s Dance »), ou à des exercices en percussions majeures, qui nous ramènent aux saccades rigoristes de nineties qui cherchaient alors une porte de sortie (« Tempelhof »). En gros, un survol des époques qui ne renie en rien ses propres racines, mais qui les observe grandir en branches d’inspiration nouvelle, nous donnant alors une floraison rare, mais bien concrète. Les fleurs du mal de 2018 sont odorantes, et exhalent un parfum d’avenir pas forcément plus bercé d’illusions, mais au moins conscient de ses propres possibilités eut égard au passé, qui trouve ici un écho nouveau. Un écho gravissime, qui lie la basse et la guitare dans un même unisson tremblant, presque en instant volé (« Our First Embrace », qui prône le silence après une intro toute en puissance), ou un écho en volutes, transition Ambient d’un film qui déroule son intrigue absconse sous nos oreilles (« Our Last Embrace »).

Et en restant collé au thème de cette fameuse progression, les Dysby nous en offrent une splendide incarnation, via le traumatique « A Decade In a Night », qui distord le temps pour le rendre plus malléable, et apte à relier les pulsions rythmiques terminales des RAGE AGAINST THE MACHINE aux soubresauts électriques fatals des MASTODON. Et dans une ultime liaison, « Atomic Clock » s’achève donc par son propre nom, et nous offre une conclusion nous ramenant à la maison, celle que NINE INCH NAILS occupait lorsque Trent triturait les bandes mythiques des sessions de The Downward Spiral, pour un ultime intermède/épilogue aux sons tournoyants, et à la pureté flagrante. Que de chemin parcouru depuis les mid 90’s pour les parisiens de DYSFUNCTIONAL BY CHOICE. On les savait depuis très longtemps capables du meilleur, et ils nous l’avaient déjà prouvé à maintes reprises. Ce qu’on ignorait encore, c’est jusqu’où tout ça pouvait aller, ce qu’Atomic Clock nous explique aujourd’hui sans trembler. Une histoire qui ne date pas d’hier, et qui ne s’achèvera certainement pas demain, mais on a toujours vingt ans quand on oublie le temps.


Titres de l'album:

  1. Saturn
  2. Invisible & Free
  3. A LIon's Dance
  4. SSM 6
  5. Tempelhof
  6. Our First Embrace
  7. Our Last Embrace
  8. Night Of Iron / Night Of Blood
  9. A Decade In a Night
  10. Atomic Clock

Facebook officiel


par mortne2001 le 31/03/2018 à 17:59
88 %    653

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35