Récapitulons pour rester précis. Nous avions le Thrash old-school, nous avions aussi le Death old-school. Chaque courant tentant de retrouver les vibrations initiales de la débauche sonore, avec plus ou moins de bonheur. Nous avons aujourd’hui le Death Thrash old-school, histoire de faire la jonction. Après tout, quel mal y’a-t-il à prôner une sorte de crossover nostalgique, lorsque les deux thématiques se sont toujours complétées à merveille ? Le Metal, en exagérant les choses a donné naissance au Thrash, qui lui-même en poussant le bouchon plus loin a engendré le Death, tout comme le Blues a enfanté du Rock, qui lui-même accoucha du monstre Hard-Rock, and so on… Death Thrash old-school, vieille école, mais les grognements et les riffs restent les mêmes, quelle que soit la provenance géographique. Sauf que dans ce secteur-là, on s’attend plutôt à voir débarquer des sud-américains hirsutes et blasphématoires, ou des américains revanchards, à la rigueur des allemands vraiment pas contents, ou même des coréens/thaïlandais toujours prompts à dégainer les cartouchières. Mais ce soir, c’est du Canada que nous en viennent ces obsédés du passé, qui ont d’ailleurs pas mal roulé leur bosse eux aussi. Quatre québécois bon teint, qui depuis 2012 jouent, trépident, riffent et sautillent pour convaincre leur public chéri qu’ils ne font pas semblant et qu’ils n’ont pas l’histoire dans le flight-case. Deux frangins à l’origine de ce tintouin, Will (guitare) et Tony (chant), que le batteur Simon et le bassiste Chuck ont rejoint en route histoire de gonfler le duo en quatuor. Depuis, une route bien taillée, des réalisations, et quelques changements de fond.

Exit donc Simon, et bonjour Alexis Landry (ex-SPEED TERROR et DEATHRONER), et surtout, bonjour TORTURER, qui nous a offert fin juin dernier son premier longue-durée, venant sanctionner un début de carrière assez productif. Une première démo en 2013, puis Call of Madness, un EP en 2014, avant une seconde démo en 2017 (The Return…un coucou certes, mais pas forcément adressé à BATHORY), et finalement, ce premier album, assez symptomatique d’une démarche sincère et sans fioritures, qui pourtant met les formes dans la déformation. Un style qui en chevauche deux autres, et qui emprunte au Thrash sa légèreté dans la violence, et au Death son emphase dans la démence, pour un son qui se rapproche même des débuts de nos chers NO RETURN, la production encore plus roots en étendard. Alors, qu’attendre au juste d’un quatuor qui ne cherche qu’à remplir nos oreilles de violence instrumentale réchauffée du passé ? De la nostalgie évidemment, mais surtout, et sans condescendance, beaucoup d’efficacité. Car les larrons, en foire bien sûr, s’y entendent comme personne pour fracasser les parois auditives avec leurs rythmiques percussives et à provoquer des headbangings de dégénérés avec leurs riffs circulaires qui charcutent sans trop faire saigner. Du classique donc, et des influences, toutes en romance, avec les noms de POSSESSED, DEATH, SEPULTURA, SLAUGHTER, PROTECTOR ou ASPHYX mis en avant, auxquels on pourrait ajouter ceux de HEXX, d’AUTOPSY, d’AGRESSOR, et pas mal d’autres qui rentrent dans la catégorie visée par nos amis du Québec. Plus RAZOR que VOÏVOD les cousins du froid ? Oui, sans conteste, ce qui ne veut pas dire qu’ils manient leur manche comme la pelle à neige…

De la puissance, de la franchise, mais un bon niveau technique, et surtout, une habileté de composition qui leur permet de signer des compos un peu plus alambiquées que la moyenne. Ainsi, le diabolique « Schizo » est certainement ce qui se fait de plus groovy actuellement sur la planète Death vintage, et cet énorme riff redondant d’intro n’y est certainement pas étranger. Ça pulse, ça accélère sans vergogne, mais en restant raisonnable, les mecs ont visiblement bien retenu les leçons des trois premiers DEATH et de POSSESSED, mais les récitent avec une application toute personnelle et avec un entrain certain. C’est donc éminemment syncopé, méchamment chaloupé, violemment tronçonné, mais ça reste d’une extrême musicalité, et ça évite les pièges de la copie carbone un peu trop difficiles parfois à contourner. Du très bon Death à tendance Thrash, qui reste mesuré tout en gardant l’hystérie en ligne de mire, soit la quintessence d’un genre qui ne tolère jamais la médiocrité. Et dès « Die In Pain » (après une intro de quatre minutes assez maousse précisons-le), on baigne dans le jus putride de l’extrême made in 80’s, avec une toute petite touche scandinave de la décennie suivante.

Et les morceaux s’enchaînent sans temps mort, possédant tous une patte individuelle notable, ce qui ne fait que renforcer la variété d’un premier effort qui prend ses distances créativement avec la masse grouillante des plagiaires sans vergogne. On pourrait même penser à la naissance de la scène Death/Thrash française, en se souvenant des débuts de LOUDBLAST, AGRESSOR et MASSACRA, le tout joué à la sauce canadienne, sans retenue, et sans bévue. De l’ingéniosité, et toujours cette façon de faire se déhancher les plans pour ramener le Thrash dans le giron du Death, histoire de les rabibocher (« Kill City »). Pas mal de mélodies, histoire de faire passer la pilule de la brutalité (« Crypt Of Forgotten Souls », le plus Death du lot, avec ses soli à la MORBID ANGEL et son chant complètement possédé), des hymnes à la vitesse agrémentés de technique bien assumée (« Torturer », le genre d’hymne que POSSESSED savait trousser en son temps), quelques pépites versant dans le Thrash mi- californien mi- allemand (« Chemical Fear »), et pour rester dans le ton, une citation, du SLAUGHTER dans le texte, époque Strappado, avec un imparable « Nocturnal Hell » repris comme à la parade mais qui fait honneur à son modèle. Les TORTURER nous font même l’honneur en final d’adapter les théories complexes de CORONER dans un contexte morbide parfaitement délicieux (« Hell Train », qui s’offre un soudain coup de rein à la double grosse caisse qui rappelle aussi les DARK ANGEL de « Death Is Certain »), pour nous laisser sur une note gravissime et brutalissime.

Seul bémol à apporter à cette réussite quasi-totale, cette pochette absolument immonde qui entre les croix renversées et cette figure grotesque se rappelle au bon souvenir du graphisme brésilien des années 80…Mais après tout, on ne juge pas un livre à sa couverture, et le contenu de Die In Pain saura convaincre tous les nostalgiques d’une ère qui n’en finit pas de revivre à travers le regard d’une génération encore pétrie d’admiration. Pour info, l’album est dispo en digital sur leur Bandcamp, pour quelques dollars canadiens. Alors on clique et on achète !  

 

Titres de l'album :

                           1.Intro

                           2.Die In Pain

                           3.Crypt Of Forgotten Souls

                           4.Schizophrenia

                           5.Kill City

                           6.Torturer

                           7.Chemical Fear

                           8.Nocturnal Hell (Slaughter cover)

                           9.Apostasy

                          10.Hell Train

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/09/2018 à 15:56
88 %    97

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


haha
@78.192.38.132
09/09/2018 à 19:00:20
cette pochette savoureuse

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !