Certains groupes ne choisissent décidément pas leur nom au hasard. Prenons les cousins australiens de THE RADIO SUN. Avec un baptême pareil, nous étions en droit d’attendre une musique ensoleillée, subtilement estivale, et gorgée de mélodies à reprendre en chœur, la radio à fond dans une voiture confortable, permettant d’avaler des kilomètres sans ouvrir son cartable. Et c’est exactement ce que ces musiciens nous proposent justement, avec une régularité métronomique qui laisse admiratif. Pensez-donc, un album par an, dont la qualité ne va jamais décroissant, depuis Wrong Things Right, publié en 2014. Alors ajoutez-y Heaven Or Heartbreak en 2015 et Outside Looking In en 2016, puis ce petit dernier, Unstoppable en 2017, et vous obtenez un combo qui n’éprouve aucune difficulté à composer, et qui enchaîne les performances depuis sa naissance. Qualité donc, refrains magnifiques et interprétation investie, pour un résultat magique qui nous replonge directement dans l’émerveillement d’années 80 qu’ils n’ont pas eu l’air d’avoir oubliées, pour notre plus grand plaisir. Le plaisir, c’est justement ce qu’ils cherchent à nous procurer, via des titres simples, courts et accrocheurs, qui doivent autant au Hard-Rock le plus classique, qu’à l’AOR le plus typique, le tout joué avec un enthousiasme contagieux qui donne le sourire dès le petit matin.

Avec Paul Laine, ex-chanteur de DANGER DANGER à la console, et une atmosphère qui se teinte d’ailleurs des mêmes nuances, Unstoppable a tout en effet d’un monstre qui avance sans marquer de pause, et qui ne connaît aucun fléchissement dans la progression, ce qui achève d’en faire un LP essentiel du style en cette fin d’année plutôt prolifique dans le genre…

Les références sont assumées, assimilées, et couvrent un spectre assez large, puisque leur label aime à parler de l’influence de DANGER DANGER justement, la plus probante, mais aussi de celles de WHITE LION, de Rick SPRINGFIELD, ou même du BRITISH LION de Steve « Maiden » Harris, ce qui nous offre la vision d’un tableau instrumental aux couleurs chatoyantes, brillant d’une patine vocale relativement probante. On se croirait replongé dans les plus grandes années du règne californien de la fin des années 80, mais aussi assez proche des effluves amicales de l’écurie Frontiers, de celles qui réchauffent le cœur sans compter les heures, même si une seule suffit à baliser le terrain dans le cas de ce quatrième né. Mais après tout, cette radio du soleil doit se montrer à la hauteur de son nom, ce qu’elle fait sans changer de station étant bloquée sur les ondes les plus agréables à écouter. Notons que depuis leur débuts en 2014, les australiens (Jason Old – chant, Stevie Janevski – guitare et chœurs, Gilbert Annese – batterie et chœurs, Anthony Wong – basse, le petit dernier, soutenus dans leur entreprise par Andy Shanahan (ROXUS) aux claviers) n’ont jamais fait mine de baisser le pavillon, et continuent de lâcher sur le marché des œuvres d’une simplicité lipide. A mi-chemin entre le coté catchy de pop-songs intelligemment élaborées et d’un Hard-Rock léger et orchestré de chœurs à rendre les STRYPER jaunes de jalousie, Unstoppable aligne les moments de bravoure, hésitant entre sentimentalisme emphatique de VIXEN chaperonnées par Richard Marx (« Dreams Should Last Forever », avec Shanahan aux touches), et Rock burné et salement secoué de riffs saccadés en cascade à la DANGER DANGER (« Set The Night On Fire », « Heaven On Earth »), sans se départir d’une sympathie de ton qu’on pouvait déjà trouver sur le dernier album solo de Ted Poley de…DANGER DANGER, sur une poignée de titres (« Only You », « Unstoppable »).

Pour faire simple, et imagé, Unstoppable est le genre de disque dont le sourire transpire des sillons, ce sourire qui illumine le faciès de musiciens vraiment heureux de jouer ce qu’ils jouent, et de nous faire partager leur euphorie via une bordée de chansons lumineuses et radieuses. Certes, tout ceci est éminemment convenu, aucune surprise ne vient en troubler l’écoute, mais le plaisir qu’il procure est immense, parce qu’on sent toute cette entreprise d’une honnêteté que sa qualité ne viendra jamais mettre en doute. Les australiens jouent cartes sur table, et alignent les brelans d’as, les fulls aux dames, voire les quintes flush (« Tonight’s The Night », archétype de tube potentiel que les radios d’il y a trente ans auraient joué toute la journée), reprennent leur souffle pour dériver le long d’un Adult Contemporary Rock de très haute volée (« Why Must I », et ses nappes de chœurs en dérive fluviale), mais sans oublier de nous faire bouffer des guitares jusqu’à nous amplifier, de nous faire trépider d’une rythmique qui frappe fluide mais carré, et de lignes vocales pures comme un matin d’été. Et si le timbre de voix de Jason Old aurait pu lui faire rejoindre les rangs de DANGER DANGER à un moment donné, il s’en donne à cœur joie sans jamais chercher la retape d’effets de sentimentalisme exacerbé. Et faites-moi confiance, pour tenir ce rythme pendant quarante minutes sans fléchir ni faiblir, il faut de la passion et de l’expérience, ce que le trio/quatuor possède en abondance…

En ces temps difficiles de marasme humain et social, ce quatrième LP des THE RADIO SUN est une véritable bouffée d’air frais dans une atmosphère viciée, vouée au culte d’un veau d’or qui confond souvent mercantilisme de bas étage et facilité, et réelle envie de proposer une musique simple et riche, faisant appel au ressenti le plus sincère qui soit. Les LP dans le créneau se succèdent et se ressemblent tous, parce que souvent joués par de vieux musiciens qui connaissent leur métier, et se reposent sur leurs lauriers pour continuer d’exister. Les australiens sont eux encore plein d’une fraîcheur qui vous saute aux oreilles dès les premières notes diffusées, et malgré une productivité qui peut laisser interrogatif, voire dubitatif, continuent d’empiler les morceaux d’une énorme valeur ajoutée. Couplets travaillés, refrains qui s’incrustent dans la mémoire collective, Unstoppable est un train de la joie composé de onze wagons dans lesquels il fait bon voyager, et qui vous emmènent loin d’un quotidien harassant qu’on subit sans broncher.

Un album gorgé de soleil et de dents qui brillent sans pareil, pour quarante minutes de bonheur qu’il serait inconscient de refuser. Je ne sais pas si à l’avenir, ils seront aussi présents année après année, mais j’espère les retrouver à intervalles réguliers pour continuer de m’évader. Le meilleur remède contre la grisaille et la morosité disponible sur le marché, sans ordonnance falsifiée.


Titres de l'album:

  1. Heaven On Earth
  2. Only You
  3. You've Got the Touch
  4. Tonight's The Night
  5. Surrender Your Heart
  6. Dreams Should Last Forever (feat. Andy Shanahan)
  7. Set the Night on Fire
  8. Why Must I
  9. Unstoppable
  10. Whenever You Want
  11. You're Everything To Me

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/12/2017 à 14:25
90 %    352

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?