Unstoppable

The Radio Sun

20/10/2017

Pride And Joy Music

Certains groupes ne choisissent décidément pas leur nom au hasard. Prenons les cousins australiens de THE RADIO SUN. Avec un baptême pareil, nous étions en droit d’attendre une musique ensoleillée, subtilement estivale, et gorgée de mélodies à reprendre en chœur, la radio à fond dans une voiture confortable, permettant d’avaler des kilomètres sans ouvrir son cartable. Et c’est exactement ce que ces musiciens nous proposent justement, avec une régularité métronomique qui laisse admiratif. Pensez-donc, un album par an, dont la qualité ne va jamais décroissant, depuis Wrong Things Right, publié en 2014. Alors ajoutez-y Heaven Or Heartbreak en 2015 et Outside Looking In en 2016, puis ce petit dernier, Unstoppable en 2017, et vous obtenez un combo qui n’éprouve aucune difficulté à composer, et qui enchaîne les performances depuis sa naissance. Qualité donc, refrains magnifiques et interprétation investie, pour un résultat magique qui nous replonge directement dans l’émerveillement d’années 80 qu’ils n’ont pas eu l’air d’avoir oubliées, pour notre plus grand plaisir. Le plaisir, c’est justement ce qu’ils cherchent à nous procurer, via des titres simples, courts et accrocheurs, qui doivent autant au Hard-Rock le plus classique, qu’à l’AOR le plus typique, le tout joué avec un enthousiasme contagieux qui donne le sourire dès le petit matin.

Avec Paul Laine, ex-chanteur de DANGER DANGER à la console, et une atmosphère qui se teinte d’ailleurs des mêmes nuances, Unstoppable a tout en effet d’un monstre qui avance sans marquer de pause, et qui ne connaît aucun fléchissement dans la progression, ce qui achève d’en faire un LP essentiel du style en cette fin d’année plutôt prolifique dans le genre…

Les références sont assumées, assimilées, et couvrent un spectre assez large, puisque leur label aime à parler de l’influence de DANGER DANGER justement, la plus probante, mais aussi de celles de WHITE LION, de Rick SPRINGFIELD, ou même du BRITISH LION de Steve « Maiden » Harris, ce qui nous offre la vision d’un tableau instrumental aux couleurs chatoyantes, brillant d’une patine vocale relativement probante. On se croirait replongé dans les plus grandes années du règne californien de la fin des années 80, mais aussi assez proche des effluves amicales de l’écurie Frontiers, de celles qui réchauffent le cœur sans compter les heures, même si une seule suffit à baliser le terrain dans le cas de ce quatrième né. Mais après tout, cette radio du soleil doit se montrer à la hauteur de son nom, ce qu’elle fait sans changer de station étant bloquée sur les ondes les plus agréables à écouter. Notons que depuis leur débuts en 2014, les australiens (Jason Old – chant, Stevie Janevski – guitare et chœurs, Gilbert Annese – batterie et chœurs, Anthony Wong – basse, le petit dernier, soutenus dans leur entreprise par Andy Shanahan (ROXUS) aux claviers) n’ont jamais fait mine de baisser le pavillon, et continuent de lâcher sur le marché des œuvres d’une simplicité lipide. A mi-chemin entre le coté catchy de pop-songs intelligemment élaborées et d’un Hard-Rock léger et orchestré de chœurs à rendre les STRYPER jaunes de jalousie, Unstoppable aligne les moments de bravoure, hésitant entre sentimentalisme emphatique de VIXEN chaperonnées par Richard Marx (« Dreams Should Last Forever », avec Shanahan aux touches), et Rock burné et salement secoué de riffs saccadés en cascade à la DANGER DANGER (« Set The Night On Fire », « Heaven On Earth »), sans se départir d’une sympathie de ton qu’on pouvait déjà trouver sur le dernier album solo de Ted Poley de…DANGER DANGER, sur une poignée de titres (« Only You », « Unstoppable »).

Pour faire simple, et imagé, Unstoppable est le genre de disque dont le sourire transpire des sillons, ce sourire qui illumine le faciès de musiciens vraiment heureux de jouer ce qu’ils jouent, et de nous faire partager leur euphorie via une bordée de chansons lumineuses et radieuses. Certes, tout ceci est éminemment convenu, aucune surprise ne vient en troubler l’écoute, mais le plaisir qu’il procure est immense, parce qu’on sent toute cette entreprise d’une honnêteté que sa qualité ne viendra jamais mettre en doute. Les australiens jouent cartes sur table, et alignent les brelans d’as, les fulls aux dames, voire les quintes flush (« Tonight’s The Night », archétype de tube potentiel que les radios d’il y a trente ans auraient joué toute la journée), reprennent leur souffle pour dériver le long d’un Adult Contemporary Rock de très haute volée (« Why Must I », et ses nappes de chœurs en dérive fluviale), mais sans oublier de nous faire bouffer des guitares jusqu’à nous amplifier, de nous faire trépider d’une rythmique qui frappe fluide mais carré, et de lignes vocales pures comme un matin d’été. Et si le timbre de voix de Jason Old aurait pu lui faire rejoindre les rangs de DANGER DANGER à un moment donné, il s’en donne à cœur joie sans jamais chercher la retape d’effets de sentimentalisme exacerbé. Et faites-moi confiance, pour tenir ce rythme pendant quarante minutes sans fléchir ni faiblir, il faut de la passion et de l’expérience, ce que le trio/quatuor possède en abondance…

En ces temps difficiles de marasme humain et social, ce quatrième LP des THE RADIO SUN est une véritable bouffée d’air frais dans une atmosphère viciée, vouée au culte d’un veau d’or qui confond souvent mercantilisme de bas étage et facilité, et réelle envie de proposer une musique simple et riche, faisant appel au ressenti le plus sincère qui soit. Les LP dans le créneau se succèdent et se ressemblent tous, parce que souvent joués par de vieux musiciens qui connaissent leur métier, et se reposent sur leurs lauriers pour continuer d’exister. Les australiens sont eux encore plein d’une fraîcheur qui vous saute aux oreilles dès les premières notes diffusées, et malgré une productivité qui peut laisser interrogatif, voire dubitatif, continuent d’empiler les morceaux d’une énorme valeur ajoutée. Couplets travaillés, refrains qui s’incrustent dans la mémoire collective, Unstoppable est un train de la joie composé de onze wagons dans lesquels il fait bon voyager, et qui vous emmènent loin d’un quotidien harassant qu’on subit sans broncher.

Un album gorgé de soleil et de dents qui brillent sans pareil, pour quarante minutes de bonheur qu’il serait inconscient de refuser. Je ne sais pas si à l’avenir, ils seront aussi présents année après année, mais j’espère les retrouver à intervalles réguliers pour continuer de m’évader. Le meilleur remède contre la grisaille et la morosité disponible sur le marché, sans ordonnance falsifiée.


Titres de l'album:

  1. Heaven On Earth
  2. Only You
  3. You've Got the Touch
  4. Tonight's The Night
  5. Surrender Your Heart
  6. Dreams Should Last Forever (feat. Andy Shanahan)
  7. Set the Night on Fire
  8. Why Must I
  9. Unstoppable
  10. Whenever You Want
  11. You're Everything To Me

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/12/2017 à 14:25
90 %    445

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Left Hand Path

Baxter 16/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29

MorbidOM

Y compris celle-là ?
(désolé je n'ai pas pu m'en empêcher, je suis déjà dehors...)

21/05/2020, 18:28

LeMoustre

Comme toute généralité, d'ailleurs

21/05/2020, 16:54

KaneIsBack

Pareil. Je suis curieux d'entendre Fernanda chanter sur du death.

21/05/2020, 15:48

MorbidOM

Deicide était chez Earache de "The Stench of Redemption" à "Till Death Do Us Part"

21/05/2020, 14:59