Melinoë

Akhlys

11/10/2020

Debemur Morti Productions

Après 5 ans de tranquillité, il est temps de replonger dans les méandres de nos rêves et dans les limbes infernaux de votre esprit. En effet, AKHLYS revient telle une narcose pour nous plonger dans des profondeurs abyssales, là où les cauchemars viendront vous trouver et vous tourmenter afin de vous amener vers un état de trance vertigineux et inattendu. Melinoë, la déesse grecque connue pour apporter cauchemars et folie, est le nom choisi pour ce 3ème album du projet du talentueux Naas Alcameth, que vous connaissez peut-être pour l’un de ces nombreux groupes : NIGHTBRINGER, EXCOMMUNION, BESTIA ARCANA ou encore AORATOS.

Quand on connait l’historique du monsieur, on ne peut que se ravir d’une telle sortie. Artiste à part entière, il destine chacun de ses projets à une thématique bien précise qu’il veut explorer. Avec AKHLYS, il s’agit évidemment du monde des rêves, un terrain de jeu fertile pour l’art que nous délivre ce musicien. Après un premier album paru en 2009 (Supplication) qui se concentrait essentiellement sur un style Dark Ambiant, puis en 2015, un second album (The dreaming I) qui prenait la direction d’un black à la fois agressif et atmosphérique, Melinoë reprend là où c’était arrêté le groupe 5 ans plutôt en descendant toujours plus profond dans les ténèbres du sommeil. Le côté atmosphérique et ambiant se fait moins présent, bien que toujours là, lévitant au-dessus de riffs puissants, dévastateurs, voir terrifiants. Mais dans ce tourbillon chaotique se met en place un sentiment de transcendance, un état second face à la majesté de cette appréhension inquiétante qui se développe tout le long de l’album. Sublimant le chaos d’une manière déroutante.Mais, ne nous arrêtons pas là, tombons dans les bras de Melinoë et laissons-la nous montrer le chemin.

 L’album débute par "Somniloquy" en développant une atmosphère inquiétante, qui grandit et grandit jusqu’à nous étouffer, nous introduisant lentement dans le monde des songes. Puis, pareil aux paroles somnolentes, les hurlements arrivent et se répètent dans un cycle infernal, avec ce même riff de guitare qui revient sans cesse pour nous faire rentrer dans le sommeil profond. À partir de ce moment, plus de retour en arrière est possible. Prisonnier de  ce sommeil macabre, nous devons maintenant supporter le spectacle de notre inconscient. L’album étant construit à l’image du cycle du sommeil, nous quittons donc le sommeil léger pour rentrer avec « Pnigalion » dans l’état du sommeil lent et profond, qui représente la majorité du temps de sommeil. C’est pourquoi l’on trouve ici un morceau de 12 minutes, occupant la majeure partie de l’album. Introduit par des paroles éparses et fuyantes,  les instruments ne tardent pas à faire leur apparition, pour nous emmener dans une ambiance cauchemardesque à base de blast et de riffs dissonants et angoissants. Pour nous, cette période du sommeil est la plus proche expérience de ce à quoi peut ressembler la mort. Mais dans ce maelström dantesque, un riff amène un sentiment de légèreté, presque un état de trance, qui perce ce grand chaos d’une beauté ineffable. Mais profitez de ces instants réparateurs, rassemblez vos forces, car le pire reste à venir. Il est temps de rentrer dans le sommeil paradoxal, autrement dit le moment des rêves. Mais ici seulement des cauchemars font leur apparition. Nous sortons lentement du sommeil profond, le démon « Succubare » se montre à nous dans un dédale de limbes oppressants, puis « Ephialtes », le cauchemar, ce démon s’attaquant au dormeur, s’approche et là l’horreur démarre. La panique et ce sentiment de suffocation deviennent de plus en plus intenses. La terreur atteint son paroxysme avec le dernier morceau « Incubatio ». Certes, le réveil est proche, on le sent par l’intensification du rythme, suggérant que notre conscience nous regagne petit à petit. Mais nous sommes toujours coincé dans ce cauchemar, on ne distingue plus le rêve de la réalité… A ce moment on ne veut plus qu’une seule chose, sortir de ce cauchemar. Nous luttons contre notre inconscient et ses imaginations infernales. Puis, la pression redescend petit à petit,  on comprend que nous sommes en train de rêver, tout nous semble alors plus léger, plus simple au point de voir de la beauté et de la grandeur dans cette expérience troublante. Finalement, notre conscience revient doucement, on ouvre les yeux et… Oui, ça y est, c’est terminé. (?).

Vous l’aurez compris, il est difficile de rester insensible à cette expérience qu’offre Mélinoë. Bien plus qu’un simple album, c’est un album concept construit subtilement  à travers des références mythiques et mystiques autour du monde des rêves et des cauchemars. D’autant plus troublant quand vous savez que Naas Alcameth compose ses morceaux pour AKHLYS en s’inspirant de ses propres expériences  de rêverie… Pour moi, ce nouvel album est un chef d’œuvre qui a su surpasser mes attentes après l’excellent « The Dreaming I ». Tant sur la forme que sur le fond, l’album témoigne d’un travail méticuleux, on sent que chaque riff résulte d’un travail acharné pour parvenir à nous amener là où le groupe veut que l’on soit. Sans parler de la production qui est juste parfaite, extirpant  toute la singularité du groupe dans sa texture sonore. Debemur Morti, le label du groupe, place encore une fois la barre très haute nous montrant le gage de qualité qu’offrent ses sorties, tout comme le dernier ULCERATE, on s’attend à voir figurer cet album dans de nombreux tops de fin d’année. En tout cas ce ne serait qu’un juste retour des choses.

Playlist : 

  1. Somniloquy
  2. Pnigalion
  3. Succubare
  4. Ephialtes
  5. Incubatio

Bandcamp
Facebook
Debemur Morti Productions

par L'Apache le 28/11/2020 à 12:00
95/100 %    752

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


hellsd
@176.158.183.56
16/12/2020, 18:54:52



peut-être le meilleur album de 2020 avec blut aus nord hallucinogen

un album complexe et d'une noirceur exquise  












Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25

Arioch91

C'est Australien ? J'boycotte !!!  

22/09/2021, 08:54

Bones

J'irai faucher sur vos tombes.

22/09/2021, 07:27

Bones

3ème écoute intégrale. Des moments vraiment excellents sur cet album. J'y trouve une fraîcheur et une richesse dans les riffs que je n'osais même pas espérer. Il y a vraiment chez Bill Steer une patte complètement inimitable, une aisance &a(...)

21/09/2021, 23:14

RBD

Plein de bonnes vidéos à prévoir, cool !

21/09/2021, 22:13

RBD

Tous les metalleux de cette époque ont dû faire cette expérience, Bones. En tout cas je me souviens assez bien des clivages dans mon bahut de garçons (cette particularité grossissait encore le phénomène). Bon, les fans des Gun's et de Sepultura(...)

21/09/2021, 21:52