On Fire

Badd Kharma

13/03/2020

Rock Of Angels Records

Mauvais karma, voilà un nom choisi avec pertinence par ce « nouveau » groupe. Mauvais karma puisque l’époque est trouble pour le monde entier, sous la coupe d’une pandémie plus ou moins bien gérée, mauvais karma pour un pays qui a sombré dans la banqueroute il y a quelques années et qui connaît toujours des temps très difficiles, mais aussi mauvais karma individuel, pour une raison bien simple. Formé en 2013, ce combo a dû patienter pas moins de sept années pour voir enfin les fruits de ses efforts pousser, et son premier album publié. Envisagez donc les choses sous leur angle. Cet album était prêt à être enregistré dès 2016, ce qui en dit long sur la frustration qu’ont pu éprouver ces musiciens. Certes, ce sont tous de vieux briscards de la scène nationale, mais leur expérience n’a pas du combler leurs exigences, et c’est avec libération qu’ils proposent aujourd’hui au public un pur album de Hard-Rock à la grecque, gorgé de riffs, de mélodies, qui n’est pas sans handicaps et défauts, mais qui a le mérite d’être très attachant. BADD KHARMA et son sens de l’orthographe assez étrange est donc constitué de six membres, Nikos Syrakos (chant, STEAMROLLER ASSAULT), Gregory Giarelis (guitare et artiste solo) et George Papazoglou (batterie, ex- KING DRAGON) qui constituent le trio de base qui avait commencé à composer et répéter un an après sa réunion, avant d’être complété par Tasos Ioannides (basse, ex- PHASE REVERSE), Manolis Tsigkos (guitare, INNERWISH) et Dimitris Marinis (claviers, AIRGED L’AMH). Et autant dire que les six instrumentistes sont plus que prêts à en découdre aujourd’hui, et qu’ils n’ont pas lésiné sur la quantité. Ce ne sont donc pas moins de treize morceaux pour plus d’une heure de musique qui vous attendent, et autant vous prévenir de suite : cette quantité n’est pas toujours justifiée, et la pression retombe à intervalles réguliers, nous laissant parfois dubitatif quant aux choix des compositeurs.

Tout commence pourtant très bien. Avec une belle triplette de morceaux agressifs mais mélodiques, les hellènes nous prennent de front, et plantent les fondations. Certes, le propos est plus que classique, mais les multiples influences se font sentir, de PRETTY MAIDS à Yngwie MALMSTEEN en passant par SAVATAGE, DIO, ECLIPSE, toute l’arrière-garde Hard n’Heavy est bien présente, et représentée dignement. Chacun à son poste assure et propose une partition immaculée, avec au premier plan, le chant très lyrique et appuyé de Nikos Syrakos, vocaliste purement Metal dans la grande tradition des chanteurs qui chantent et ne braillent pas. Seconde constatation évidente, la production, ample mais aux proportions humaines, qui ne lèse personne mais laisse quand même les guitares faire leur numéro. Ensuite, les compositions, équilibrées dans la première moitié de l’album, et oscillant entre Hard à tendance harmonique (« Never Surrender ») et Heavy Metal épique et valeureux (« Still Our Man »). On sent toute la passion de la Grèce pour le Hard-Rock des années 80, au travers de ces hymnes puissants et aérés, qui ne sacrifient pas la puissance à l’harmonie. Les soli sont carrés, travaillés, la rythmique s’adapte en toute circonstance, passant d’une frappe légère et FM à une assise solide et saccadée, et si les claviers sont plutôt discrets, ils assument en temps et en heure l’ambiance qui convient. On se prend donc au jeu du plaisir à l’écoute de ces chansons qui laissent même une basse gironde percer l’avant-plan, alors que les couches vocales subliment des refrains fédérateurs.

A l’aise sur tous les terrains, le groupe utilise même parfois la vitesse pour se rapprocher du PRETTY MAIDS de Future World, et nous sert bouillant un trépidant « Rise Or Fall », qu’HELLOWEEN n’aurait pas renié à sa grande époque des sept clés. A l’inverse, « On The Edge » fait tomber la cadence d’abattage, et nous propose un peu de tendresse via des guitares claires soutenues par une discrète guitare acoustique d’arrière-plan. Mais encore une fois, rien de mal à se montrer plus sensible que la moyenne, d’autant plus que la voix de Nikos Syrakos fait merveille dans ce cas de figure, tout autant que la basse ondulante de Tasos Ioannides, très présente. D’autant plus que le sextet enchaîne avec un bon burner des familles, que la scène mythique suédoise aurait pu faire sien, et « Light In The Dark » de débouler comme une ombre dans la nuit pour éclairer nos rêves eighties. Mais cette moitié d’album sonne le signal de la modulation, et la scission du LP nous apparaît alors très tranchée et manquant de nuances. En effet, BADD KHARMA a choisi de planquer ses morceaux les plus abordables en seconde partie, malgré un « Break Free » vitaminé et un « Lost In Her Eyes » brillant de FM par tous les pores. Et ce sont des instants assez soft qui nous attendent alors, les grecs montrant leur visage le plus séduisant, et accentuant leurs accointances avec l’AOR et le Rock mélodique. Le propos n’est évidemment pas désagréable pour autant, et le parti-pris volontaire, mais cette séparation de deux répertoires distincts confère à l’album une drôle d’aura, comme si le groupe avait évolué entre l’enregistrement et la publication et désirait présenter au public ses deux facettes. Il n’empêche que « Burning Heart », s’il n’a pas la puissance du hit de SURVIVOR n’en reste pas moins un modèle de Hard mélodique made in Frontiers, et que « Still Unbroken », très classique dans le fond, nous ramène aux plus grandes heures du Hard US de 87/88.

Et s’il est tout à fait logique de craquer pour le modulé « Lost In Her Eyes », et s’il est pardonnable de verser une petite larme sur le tendre et moelleux « Fools Parade », il est dommage qu’On Fire pâtisse de ce changement d’ambiance trop brutal, l’ambiance générale aurait gagné à être moins ventilée et dispersée. D’autant que le LP se termine sur une ballade acoustique certes belle, mais fort peu à propos comme conclusion d’une première œuvre placée sous le signe du feu et de l’énergie. Avec un tracklisting un peu plus homogène, une ou deux chansons sacrifiées, et un timing plus concentré, On Fire se serait présenté sous un jour plus flatteur et équilibré. Mais comment en vouloir à un groupe qui a joué de malchance et qui essaie aujourd’hui de savourer le soulagement que représente la sortie officielle de cet album, qui saura largement contenter les amateurs de Heavy sans concessions et les amoureux des mélodies pleines de passion. Un bel éventail de possibilités, mais on attendra d’un second LP qu’il soit plus concis et moins dispersé. Souhaitons donc aux BADD KHARMA un avenir plus clément, et pourquoi pas, un nouveau baptême en good karma.      

                                        

Titres de l’album :

                        01. Never Surrender

                        02. Land Of The Free

                        03. Devil In You

                        04. Still Our Man

                        05. Rise Or Fall

                        06. On The Edge

                        07. Light In The Dark

                        08. Break Free

                        09. Fools Parade

                        10. Burning Heart

                        11. Lost In Her Eyes

                        12. Still Unbroken

                        13. L.E.A.

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/02/2021 à 14:07
78 %    51

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49