On Fire

Badd Kharma

13/03/2020

Rock Of Angels Records

Mauvais karma, voilà un nom choisi avec pertinence par ce « nouveau » groupe. Mauvais karma puisque l’époque est trouble pour le monde entier, sous la coupe d’une pandémie plus ou moins bien gérée, mauvais karma pour un pays qui a sombré dans la banqueroute il y a quelques années et qui connaît toujours des temps très difficiles, mais aussi mauvais karma individuel, pour une raison bien simple. Formé en 2013, ce combo a dû patienter pas moins de sept années pour voir enfin les fruits de ses efforts pousser, et son premier album publié. Envisagez donc les choses sous leur angle. Cet album était prêt à être enregistré dès 2016, ce qui en dit long sur la frustration qu’ont pu éprouver ces musiciens. Certes, ce sont tous de vieux briscards de la scène nationale, mais leur expérience n’a pas du combler leurs exigences, et c’est avec libération qu’ils proposent aujourd’hui au public un pur album de Hard-Rock à la grecque, gorgé de riffs, de mélodies, qui n’est pas sans handicaps et défauts, mais qui a le mérite d’être très attachant. BADD KHARMA et son sens de l’orthographe assez étrange est donc constitué de six membres, Nikos Syrakos (chant, STEAMROLLER ASSAULT), Gregory Giarelis (guitare et artiste solo) et George Papazoglou (batterie, ex- KING DRAGON) qui constituent le trio de base qui avait commencé à composer et répéter un an après sa réunion, avant d’être complété par Tasos Ioannides (basse, ex- PHASE REVERSE), Manolis Tsigkos (guitare, INNERWISH) et Dimitris Marinis (claviers, AIRGED L’AMH). Et autant dire que les six instrumentistes sont plus que prêts à en découdre aujourd’hui, et qu’ils n’ont pas lésiné sur la quantité. Ce ne sont donc pas moins de treize morceaux pour plus d’une heure de musique qui vous attendent, et autant vous prévenir de suite : cette quantité n’est pas toujours justifiée, et la pression retombe à intervalles réguliers, nous laissant parfois dubitatif quant aux choix des compositeurs.

Tout commence pourtant très bien. Avec une belle triplette de morceaux agressifs mais mélodiques, les hellènes nous prennent de front, et plantent les fondations. Certes, le propos est plus que classique, mais les multiples influences se font sentir, de PRETTY MAIDS à Yngwie MALMSTEEN en passant par SAVATAGE, DIO, ECLIPSE, toute l’arrière-garde Hard n’Heavy est bien présente, et représentée dignement. Chacun à son poste assure et propose une partition immaculée, avec au premier plan, le chant très lyrique et appuyé de Nikos Syrakos, vocaliste purement Metal dans la grande tradition des chanteurs qui chantent et ne braillent pas. Seconde constatation évidente, la production, ample mais aux proportions humaines, qui ne lèse personne mais laisse quand même les guitares faire leur numéro. Ensuite, les compositions, équilibrées dans la première moitié de l’album, et oscillant entre Hard à tendance harmonique (« Never Surrender ») et Heavy Metal épique et valeureux (« Still Our Man »). On sent toute la passion de la Grèce pour le Hard-Rock des années 80, au travers de ces hymnes puissants et aérés, qui ne sacrifient pas la puissance à l’harmonie. Les soli sont carrés, travaillés, la rythmique s’adapte en toute circonstance, passant d’une frappe légère et FM à une assise solide et saccadée, et si les claviers sont plutôt discrets, ils assument en temps et en heure l’ambiance qui convient. On se prend donc au jeu du plaisir à l’écoute de ces chansons qui laissent même une basse gironde percer l’avant-plan, alors que les couches vocales subliment des refrains fédérateurs.

A l’aise sur tous les terrains, le groupe utilise même parfois la vitesse pour se rapprocher du PRETTY MAIDS de Future World, et nous sert bouillant un trépidant « Rise Or Fall », qu’HELLOWEEN n’aurait pas renié à sa grande époque des sept clés. A l’inverse, « On The Edge » fait tomber la cadence d’abattage, et nous propose un peu de tendresse via des guitares claires soutenues par une discrète guitare acoustique d’arrière-plan. Mais encore une fois, rien de mal à se montrer plus sensible que la moyenne, d’autant plus que la voix de Nikos Syrakos fait merveille dans ce cas de figure, tout autant que la basse ondulante de Tasos Ioannides, très présente. D’autant plus que le sextet enchaîne avec un bon burner des familles, que la scène mythique suédoise aurait pu faire sien, et « Light In The Dark » de débouler comme une ombre dans la nuit pour éclairer nos rêves eighties. Mais cette moitié d’album sonne le signal de la modulation, et la scission du LP nous apparaît alors très tranchée et manquant de nuances. En effet, BADD KHARMA a choisi de planquer ses morceaux les plus abordables en seconde partie, malgré un « Break Free » vitaminé et un « Lost In Her Eyes » brillant de FM par tous les pores. Et ce sont des instants assez soft qui nous attendent alors, les grecs montrant leur visage le plus séduisant, et accentuant leurs accointances avec l’AOR et le Rock mélodique. Le propos n’est évidemment pas désagréable pour autant, et le parti-pris volontaire, mais cette séparation de deux répertoires distincts confère à l’album une drôle d’aura, comme si le groupe avait évolué entre l’enregistrement et la publication et désirait présenter au public ses deux facettes. Il n’empêche que « Burning Heart », s’il n’a pas la puissance du hit de SURVIVOR n’en reste pas moins un modèle de Hard mélodique made in Frontiers, et que « Still Unbroken », très classique dans le fond, nous ramène aux plus grandes heures du Hard US de 87/88.

Et s’il est tout à fait logique de craquer pour le modulé « Lost In Her Eyes », et s’il est pardonnable de verser une petite larme sur le tendre et moelleux « Fools Parade », il est dommage qu’On Fire pâtisse de ce changement d’ambiance trop brutal, l’ambiance générale aurait gagné à être moins ventilée et dispersée. D’autant que le LP se termine sur une ballade acoustique certes belle, mais fort peu à propos comme conclusion d’une première œuvre placée sous le signe du feu et de l’énergie. Avec un tracklisting un peu plus homogène, une ou deux chansons sacrifiées, et un timing plus concentré, On Fire se serait présenté sous un jour plus flatteur et équilibré. Mais comment en vouloir à un groupe qui a joué de malchance et qui essaie aujourd’hui de savourer le soulagement que représente la sortie officielle de cet album, qui saura largement contenter les amateurs de Heavy sans concessions et les amoureux des mélodies pleines de passion. Un bel éventail de possibilités, mais on attendra d’un second LP qu’il soit plus concis et moins dispersé. Souhaitons donc aux BADD KHARMA un avenir plus clément, et pourquoi pas, un nouveau baptême en good karma.      

                                        

Titres de l’album :

                        01. Never Surrender

                        02. Land Of The Free

                        03. Devil In You

                        04. Still Our Man

                        05. Rise Or Fall

                        06. On The Edge

                        07. Light In The Dark

                        08. Break Free

                        09. Fools Parade

                        10. Burning Heart

                        11. Lost In Her Eyes

                        12. Still Unbroken

                        13. L.E.A.

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/02/2021 à 14:07
78 %    209

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01

RBD

Je ne connaissais pas et je crois que ça va me plaire.

21/01/2022, 00:31