Le Diamant De Lucifer

Sacrifizer

27/05/2022

Osmose Productions

Alerté par mon plus estimé confrère sur le caractère urgent de cette réalisation, je m’empressais d’ouvrir YouTube pour y découvrir le premier album des français démoniaques de SACRIFIZER, espoir de la scène Speed Black depuis la sortie de leur premier EP La Mort Triomphante, lâché en coup de semonce il y a déjà trois ans. Depuis, les malandrins ont contracté un pacte avec le diable Osmose pour composer un premier long, et l’offrir en héritage à un monde moribond, prêt à sombrer pour le premier messie venu. Mais les SACRIFIZER sont tout sauf le premier messie venu, et encore moins des prophètes de pacotille pour vendeur de t-shirts gentiment occultes. Ils sont les fidèles chevaliers du diable, et les antéchrists à venir pour décorer la terre d’étincelles atomiques et autres pastels contrastés de famines et autres catastrophes écologiques.

Fondé en 2017 du côté de Mulhouse la belle, SACRIFIZER est un quintet qui n’a qu’une seule philosophie : aller jusqu’au bout de l’exagération, pousser le bouchon du mauvais bon goût le plus loin possible, quitte à s’attifer comme des démons en plein bal de la Saint-Jean, et à proposer des interludes au clavier rappelant les intermèdes mélodico-éprouvants de GOBLIN pour Dario Argento.

Le Diamant De Lucifer est donc un sacré pierre de vingt-quatre carats noirs, et surtout, un hymne assumé à la débauche musicale des années 80. Dans un registre très influencé par les païens brésiliens de la scène Cogumelo, ce premier long fait preuve d’une belle assurance dans la provocation, mais assume une technique beaucoup plus fine qu’il n’y parait sur les photos promo. On y voit des musiciens grimés comme des gosses attardés un soir d’Halloween, affublés de sobriquets tous plus charmants les uns que les autres (Slaughterwytch - basse, Lethal - batterie, SteelGrinder et Nightreaper - guitares, et Sexumer - chant), arborant des croix renversées en mode SLAYER 1984, des clous à rendre jaloux le quincailler du Schmier de la grande époque, mais ces photos, aussi gentiment paillardes soient-elles ne cachent nullement la réalité des faits : SACRIFIZER est l’un des groupes les plus doués de sa génération, et un digne représentant de la vague revival à un niveau hexagonal.

Entre SEXTRASH et BULLDOZER, Le Diamant De Lucifer deale avec le grand cornu pour lui refiler les âmes perdues de fans accros, et fait son beurre en négociant pour son propre compte. Si l’état de leurs propres âmes n’est plus à envisager sous un autre jour que celui d’une nuit de plaisirs salaces éternelle, ces cinq musiciens font preuve d’un flair incroyable en matière de riffs simples et efficaces, et avec en atout dans la manche un batteur capable et complètement obsédé par les fills, ce premier album écrase la concurrence, en optant pour des BPM chargés, et des moments d’apaisement glauques et inquiétants.

       

Violent de bout en bout, salement vicieux, méchamment chaotique, Le Diamant De Lucifer est hurlé comme une prière pour Satan braillée du fin fond d’une forêt perdue, et dont l’écho se fait ressentir jusque dans les maisons du centre-ville de Mulhouse. Et avec un title-track de la force de « Le Diamant De Lucifer », SACRIFIZER prouve qu’il est capable de trousser un hymne à toutes les personnalités déviantes de ce monde, les psychos, les dingos, les malades du ciboulot, les pervers au boulot, et autres lubriques en vélo. Sans oublier les penchés du goulot.

Comme un méchant virus qui s’insinue dans votre organisme, ces chansons brutales, exubérantes et fatales révèlent le visage d’un groupe à l’aise dans son créneau, et pouvant se reposer sur un chant particulièrement hargneux, réminiscent du grand et mythique Jeff Becera, mais aussi sur une intelligence d’agencement non négligeable. Construit comme une énorme progression maléfique, l’album égrène donc ses titres en toute sournoiserie, et nous cueille à chaud comme un bouillon de culture. Intros Ambient, outros mélodiques au son clair, pour des reprises tonitruantes (« Possessor », petit chef d’œuvre de méchanceté crasse aux blasts enivrants), pas cadencé pour ne pas faire attendre le malin à un rendez-vous nocturne, tout est passé en revue pour sonner sale, tout en restant d’une propreté incroyable au niveau du son. On apprécie donc les boucles de basse serpentines de la belle Slaughterwytch, mais aussi la complémentarité de la paire SteelGrinder et Nightreaper, qui mélangent avec bonheur des riffs typiquement Thrash et des circonvolutions mélodiques parfaitement Black.

Et si tout est bon dans le cochon, tout est mal chez les SACRIFIZER, mais un mal nécessaire, à la pensée maléfique justifiée. Une musique explosive qui donne clairement envie de faire péter ce monde de merde, pour reconstruire sur des cendres en prenant en compte l’ego comme valeur majeure.


Evil has no  Bounderies. Hahaha !!!  

   

    

Titres de l’album :

01. Ascent To The Black Throne

02. Ripped Under The Grave

03. A Funeral Majesty

04. The Portal

05. Leather Agents

06. Le Diamant De Lucifer

07. Possessor

08. Steel Assassins

09. L’Entité

10. La Cathédrale


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/05/2022 à 16:07
80 %    161

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32