Si la Suède se met maintenant à produire des démos de Black en restant dans les mêmes critères de qualité, leur domination de la scène musicale mondiale va se transformer en suprématie. On les savait déjà souverains du Death malsain, rois du Heavy vintage malin, empereurs du Crust bourrin et princes de l’AOR aérien, les voilà maintenant sur le trône du Black le plus pur et diabolique, ce qui ne fait que confirmer qu’à la cour de Suède, tous les tarés sont abrités, et choyés. Et question noirceur et pureté, les scandinaves en connaissent un rayon, mais le démontrent encore au cas où quelques âmes perdues se poseraient la question, au travers de la première réalisation d’un quintette s’attaquant pourtant à un domaine de chasse gardé par des esthètes. On le sait, le Black est un univers où le pardon n’existe pas, et où tout, ou presque, semble avoir été dit. Difficile d’innover sans s’ouvrir à des perspectives autres, mais en substance, les MALAKHIM y parviennent, en se cantonnant aux canons du genre, qu’ils font d’ailleurs exploser à maintes reprises dans un fracas assourdissant. Et en retrouvant l’essence même d’un mal qui ronge le Metal depuis l’orée des années 90, ils nous permettent de renouer avec les racines solidement plantées du genre, sans qu’on se demande si leur démarche est pertinente, puisque leur musique nous le prouve sans ambages.

Pourtant, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Trois morceaux, un EP/Démo distribué par les exigeants Iron Bonehead en tape, et une bio en peau de chagrin, qui ne nous apprend rien. Tout au plus sait-on que ces chevaliers noirs viennent de Västerbotten, qu’ils ont vu le jour et la nuit l’année dernière, et vous pouvez ajouter à ça un line-up aux initiales obscures (E - chant, AN & AK - guitares, TK - basse et VT - batterie), et vous arrêter là, puisque rien ne viendra compléter le tableau. Quel est-il d’ailleurs ? Celui d’une œuvre de Jérôme Bosch, ruinée au pinceau par un MAYHEM ressurgi de ses propres cendres, et déformant à loisir le primitivisme de ses jeunes années d’une touche de modernisme de production qui évite justement à cette première démo de couler dans le brouet indigeste du lo-fi exagéré. Ici, on veut le son plein et percutant, et c’est justement cette éthique qui transforme Demo I en objet de grande valeur, puisque seule l’interprétation des musiciens lui confère cet aspect sauvage et accrocheur, derrière lequel beaucoup rampent sans jamais le toucher du doigt. Nous nageons donc en plein formalisme brutal, mais le groove dont font preuve les suédois, et leur science du riff exacte au millimètre leur confère une aura particulière et mystique, un peu comme si le MARDUK le plus intransigeant se souvenait des enseignements de CELTIC FROST avant d’aller enregistrer un nouveau LP. Beaucoup de violence donc, des guitares qui tournoient et un chant qui poudroie, pour un rendu maximal qui sans dépasser les limites de la bienséance, nous offre une joli séance, de brutalité toute en gravité bénéficiant d’un son vraiment très ample.

En trois morceaux seulement et un quart d’heure d’attaque, les MALAKHIM font une entrée tonitruante dans la cour des grands, ceux encore attachés à des principes de validité, et qui privilégient la probité instrumentale à la corruption ornementale. Pas d’effets cheap ici, pas d’artifices destinés à dissimuler une pauvreté d’inspiration, mais une belle démonstration de Black presque à l’Allemande, dans ses structures et sa puissance. Un tir de barrage qui supporte très bien les pauses de quelques breaks sobres bien amenés, et surtout, une voix de stentor damné qui domine les débats, et assoit férocement sa position de haut-parleur du dégoût de l’ambivalence. Ici, c’est la franchise qui domine, et dès « A Thousand Burning Worlds » le ton est donné, le monde est un endroit laid qu’il convient de conspuer, se réfugiant dans des valeurs d’égoïsme éprouvées. Alors, on ne perd pas de temps en conjectures et on affirme son allégeance dès les premières secondes, trente s’écoulant avant le premier déferlement de blasts à l’avenant. Sans chercher à remettre en cause les fondements du Black, surtout pas d’ailleurs, le quintette suédois fait preuve de belles qualités rythmiques, pour nous entraîner sur la piste d‘un hommage conjoint à HELLHAMMER et MAYHEM au travers de l’implacable « The Mass of Flesh », qui tout en se montrant bestial comme un démon hors de sa cage, sait rester presque bridé pour ne pas sombrer dans le chaos mutilé.

En résumé, et en un laps de temps très restreint, cette Demo I des MALAKHIM prouve s’il en était besoin que le Black Metal à encore des choses à hurler en restant lui-même, sans avoir besoin d’apparats Post, Noise ou Crust N’Roll. Une maquette à réserver aux vrais amoureux du genre, qui y percevront les vibrations d’origine, adaptées à un contexte de production moderne. Le meilleur des deux mondes et époques finalement.


Titres de l'album:

  1. A Thousand Burning Worlds
  2. The Mass of Flesh
  3. The Golden Shrines

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/01/2018 à 14:07
78 %    151

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Metallica

...And Justice For All

Groundbreaker

Groundbreaker

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Wyrms + Sargeist + Chaos Invocation

16/10 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

High On Fire + Enslaved

16/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)


Y 'a quand même eu des gros soucis apparemment. Des bots ont pillés la billetterie, y a des dizaines de pass à vendre sur des sites de reventes à plus de 300 euros (au moins...). Sur le FB du Hell, ils ne répondent plus aux (nombreuses) questions / plaintes, etc... pour info ce n'était pas sur(...)


C'est proprement hallucinant !
Pas client d'un festival aussi gros (ma dernière participation date de 2008 et c'était top) mais très heureux pour l'équipe qui se défonce et arrive à maintenir son festival au top !


Le communiqué du Hellfest il y a quelques minutes :

"SOLD OUT !!! Incroyable, pour la 6ème année consécutive le Hellfest se déroulera à guichet fermé ! Encore une fois, vous avez pulvérisé nos prévisions et les 55.000 pass 3 jours classiques se sont tous écoulés en moins de (...)


Réponse : en 2h00 !


Deux heures après déjà plus rien... Le prix a doublé par rapport au début, bien content de ne plus y aller et de garder mes souvenirs "oldschool".


Pour les nostalgiques du Hellfest "oldschool" on a retrouvé une plateforme de ventes de billets bien moisie et complètement surchargée :)
(et +10€ de prix du pass par rapport à 2018)
Mais j'ai mon sésame...


joli