Si la Suède se met maintenant à produire des démos de Black en restant dans les mêmes critères de qualité, leur domination de la scène musicale mondiale va se transformer en suprématie. On les savait déjà souverains du Death malsain, rois du Heavy vintage malin, empereurs du Crust bourrin et princes de l’AOR aérien, les voilà maintenant sur le trône du Black le plus pur et diabolique, ce qui ne fait que confirmer qu’à la cour de Suède, tous les tarés sont abrités, et choyés. Et question noirceur et pureté, les scandinaves en connaissent un rayon, mais le démontrent encore au cas où quelques âmes perdues se poseraient la question, au travers de la première réalisation d’un quintette s’attaquant pourtant à un domaine de chasse gardé par des esthètes. On le sait, le Black est un univers où le pardon n’existe pas, et où tout, ou presque, semble avoir été dit. Difficile d’innover sans s’ouvrir à des perspectives autres, mais en substance, les MALAKHIM y parviennent, en se cantonnant aux canons du genre, qu’ils font d’ailleurs exploser à maintes reprises dans un fracas assourdissant. Et en retrouvant l’essence même d’un mal qui ronge le Metal depuis l’orée des années 90, ils nous permettent de renouer avec les racines solidement plantées du genre, sans qu’on se demande si leur démarche est pertinente, puisque leur musique nous le prouve sans ambages.

Pourtant, pas grand-chose à se mettre sous la dent. Trois morceaux, un EP/Démo distribué par les exigeants Iron Bonehead en tape, et une bio en peau de chagrin, qui ne nous apprend rien. Tout au plus sait-on que ces chevaliers noirs viennent de Västerbotten, qu’ils ont vu le jour et la nuit l’année dernière, et vous pouvez ajouter à ça un line-up aux initiales obscures (E - chant, AN & AK - guitares, TK - basse et VT - batterie), et vous arrêter là, puisque rien ne viendra compléter le tableau. Quel est-il d’ailleurs ? Celui d’une œuvre de Jérôme Bosch, ruinée au pinceau par un MAYHEM ressurgi de ses propres cendres, et déformant à loisir le primitivisme de ses jeunes années d’une touche de modernisme de production qui évite justement à cette première démo de couler dans le brouet indigeste du lo-fi exagéré. Ici, on veut le son plein et percutant, et c’est justement cette éthique qui transforme Demo I en objet de grande valeur, puisque seule l’interprétation des musiciens lui confère cet aspect sauvage et accrocheur, derrière lequel beaucoup rampent sans jamais le toucher du doigt. Nous nageons donc en plein formalisme brutal, mais le groove dont font preuve les suédois, et leur science du riff exacte au millimètre leur confère une aura particulière et mystique, un peu comme si le MARDUK le plus intransigeant se souvenait des enseignements de CELTIC FROST avant d’aller enregistrer un nouveau LP. Beaucoup de violence donc, des guitares qui tournoient et un chant qui poudroie, pour un rendu maximal qui sans dépasser les limites de la bienséance, nous offre une joli séance, de brutalité toute en gravité bénéficiant d’un son vraiment très ample.

En trois morceaux seulement et un quart d’heure d’attaque, les MALAKHIM font une entrée tonitruante dans la cour des grands, ceux encore attachés à des principes de validité, et qui privilégient la probité instrumentale à la corruption ornementale. Pas d’effets cheap ici, pas d’artifices destinés à dissimuler une pauvreté d’inspiration, mais une belle démonstration de Black presque à l’Allemande, dans ses structures et sa puissance. Un tir de barrage qui supporte très bien les pauses de quelques breaks sobres bien amenés, et surtout, une voix de stentor damné qui domine les débats, et assoit férocement sa position de haut-parleur du dégoût de l’ambivalence. Ici, c’est la franchise qui domine, et dès « A Thousand Burning Worlds » le ton est donné, le monde est un endroit laid qu’il convient de conspuer, se réfugiant dans des valeurs d’égoïsme éprouvées. Alors, on ne perd pas de temps en conjectures et on affirme son allégeance dès les premières secondes, trente s’écoulant avant le premier déferlement de blasts à l’avenant. Sans chercher à remettre en cause les fondements du Black, surtout pas d’ailleurs, le quintette suédois fait preuve de belles qualités rythmiques, pour nous entraîner sur la piste d‘un hommage conjoint à HELLHAMMER et MAYHEM au travers de l’implacable « The Mass of Flesh », qui tout en se montrant bestial comme un démon hors de sa cage, sait rester presque bridé pour ne pas sombrer dans le chaos mutilé.

En résumé, et en un laps de temps très restreint, cette Demo I des MALAKHIM prouve s’il en était besoin que le Black Metal à encore des choses à hurler en restant lui-même, sans avoir besoin d’apparats Post, Noise ou Crust N’Roll. Une maquette à réserver aux vrais amoureux du genre, qui y percevront les vibrations d’origine, adaptées à un contexte de production moderne. Le meilleur des deux mondes et époques finalement.


Titres de l'album:

  1. A Thousand Burning Worlds
  2. The Mass of Flesh
  3. The Golden Shrines

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/01/2018 à 14:07
78 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Barbarian

To No God Shall I Kneel

Crypt Crawler

To the Grave

Forged In Black

Descent of the Serpent

Apotheosis Omega

Avoda Zara

Faruln

The Black Hole of The Soul

Combichrist + Terrorolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !


ça tartine toujours aussi gras Guttural Slug ! par contre je viens de me rendre compte que j'ai zappé le 2eme album. BWUUUUUUHHHHHH


le chant est faiblard...


Plutôt inutile cet album. Bien mou et rien d'excitant.60% pour ma part


Un album absolument excellent !


Je ne connaissais même pas de nom. Merci pour cette chro (d'utilité metallique et historique !) qui donne méchamment envie de se pencher sur ce groupe !


Quasi tous les titres du premier album sont rejoués...
Miam miam !


Énorme album de violence musicale ! Merci pour la chro ;)
Ça me rappel un peu Phobia en effet, en plus bourrin encore !
"C’est simple, le tout à des allures de fête paillarde tournant très mal, avec deux mecs pas invités qui viennent pour tout picoler et tout ruiner, et qui lais(...)


"Napalm Death demeure un monument incontournable, qui ne déçoit jamais ses fidèles, ni ses valeurs"
Je pense d'ailleurs n'avoir jamais lu une critique négative vis à vis du groupe...
Et c'est de fait totalement normal !


Plutôt d'accord avec Satan, le prix est abusé et le titre est bon mais assez standard et de la part de 1349, j'en attend un peu plus. Et je dois avouer que le dernier album ne m'a pas emballé plus que ça...


le précédent album est excellent


Ouais... moi qui est un grand fan du groupe, je dois reconnaitre que la pochette est d'une incroyable laideur et que le titre est dans la continuité du (lamentable) précédent album. Qui plus est, le prix de l'objet est du pur foutage de gueule...


Une fois de plus, un excellent concert, joué par des musiciens passionnés malgré des conditions de tournée précaires !
Respect et merci à eux.
On en redemande.


Plaisir partagé cher L'anonyme....


La news qui vous met la banane pour la journée.
Vous venez d'embellir ma journée à un point inespéré. Merci beaucoup !


Pour donner quelques détails sur Vltimas, j’adhère vraiment à la musique mais j’ai vraiment du mal avec le visuel. David Vincent dans basse c’est pas trop grave, mais David Vincent avec sa belle couleur de cheveux, son chapeau et son attitude de faux méchant, j’accroche vraiment pas du t(...)


Merci pour le report toujours excellent !