Sunken Crucible

Labor Intvs

26/10/2021

Autoproduction

Le froid, la pluie, un automne qui se veut presque hivernal, des perspectives qui se resserrent, un avenir qui se dessine en pointillés, un pouvoir d’achat qui se rétrécit malgré les annonces et les effets de manche, des candidats à la présidentielle tous plus méprisables ou fantoches les uns que les autres, voilà un tableau assez sombre que je brosse avec objectivité. L’époque n’est pas à la légèreté, le brouillard persistant engloutit les rares espoirs qui émergent des limbes, et les sourires de façade laissent place à des grimaces beaucoup plus révélatrices. De fait, trouver la bande-son idoine à notre ère de désillusion n’est pas chose difficile. Il semblerait même que la production mondiale se mette au diapason de cette amertume teintée de paranoïa, et si la chair est faible, le choix est grand.

Et il existe un groupe qui supporte à lui seul tous les griefs formulés à l’encontre de la déshumanisation, en synthétisant tous les courants les plus nihilistes du Metal extrême. Pas vraiment expérimental ni avant-gardiste dans les faits, juste lucide, pluriel, et apte à stigmatiser tout ce dont nous avons besoin pour un suicide organisé, ou une anarchie programmée. Venue de Finlande, évidemment, la créature LABOR INTVS est de celles qu’on distingue à peine dans la brume, mais dont la silhouette effraie de sa largeur. Et simplement armée d’un premier album aux proportions dignes de sa carrure, la créature exhale d’un air fétide directement dans nos narines, pour bien nous faire comprendre que les marais de l’humanité vont nous avaler définitivement.

Le mystère plane sur ce concept, dont le nom cache le pseudo de son géniteur unique. LABOR INTVS est donc Labor Intvs, multi-instrumentiste sans nom, mais qui s’est autorisé toutes les libertés sur ce premier longue-durée. Et le terme n’est pas faible, puisque avec cinquante minutes de musique pour à peine sept morceaux, le musicien a rejeté toute forme de contrainte pour développer son approche d’un Death Metal joué comme du Black Metal, le tout sous couvert d‘une damnation Doom recouverte d’un linceul atmosphérique.

On ne cherche d’ailleurs pas vraiment à savoir à quels critères répond cette musique violente et viscérale, mieux, on s’en moque pour la prendre de plein fouet, et assumer nos instincts les plus masochistes. Entre Dark Death et voyage introspectif dans une psyché vraiment torturée, Sunken Crucible souffre des pathologies mentales de son concepteur, et annonce à grands renforts de riffs épais et d’accélérations brutales un âge sombre à venir, qui est peut-être déjà là.

L’auteur parle de son œuvre, avec une certaine humilité d’ailleurs, et la décrit comme une suite de répétitions et d’atmosphères, interrompue partiellement par des éclats de colère. Terreau fertile servant de base aux explorations futures, Sunken Crucible est difficile à catégoriser, mais immédiatement appréciable. Et dès le long et sinueux « Abject Spirit », annoncé sentencieusement par une intro grave, l’ambiance se plante fermement dans le sol aride, et la violence le dispute à l’oppression. Entre Black/Death et Black/Doom, ce premier morceau distille quelques éléments de réponse, mais se garde bien de dévoiler l’énigme en trop grande partie. D’ailleurs, chaque segment de cette histoire macabre est une clé qui ouvre la première porte, et il convient donc d’écouter l’album en entier pour en saisir les mystères. Un élément ne suffit pas, puisque chaque segment d’histoire se veut différent du précédent, et si la pesanteur et la suffocation rythmique sont souvent les deux arguments les pus usités, le nihilisme d’un Black norvégien n’est pas une composante à prendre à la légère. Ainsi, le torturé « Tantalust » passe par toutes les souffrances possibles, laisse un chant à rendre le DSBM le plus désenchanté gai comme un pinson, appuie sur les plaies de l’âme, avant d’exploser dans une haine viscérale lors d’un crescendo final à foutre les jetons à un sataniste suicidaire convaincu.        

Une certaine beauté émerge de cette laideur évidemment, comme à chaque tentative d’en repousser les limites, les traits sont hideux, les expressions rarement humaines, mais le travail accompli est titanesque. On aime les charges virulentes, mais aussi ces périodes de faux calme troublées par des murmures, des sanglots, et des arpèges acides qui mènent soudainement à une crise de colère. Parfaitement mixé pour qu’une basse concentrique se fasse une place dans le vertige ambiant, Sunken Crucible est un crucifix planté dans le cœur de la linéarité, se jouant de la susceptibilité des puristes pour explorer toutes les pistes possibles.

Les rares mélodies exsangues, les rythmes étranges qui plaquent les riffs contre les murs suintant, cette voix écorchée digne d’une fin des temps, et cette guitare qui soudainement fait du surplace, font du ventre de cet album, « Labvrinth », un haut fait de torture mentale et de privation des sens. Le Black/Doom s’impose entre les pierres d’une vieille cathédrale en ruine, le souvenir d’une cruelle histoire remonte à la surface des souvenirs, et l’avenir apparaît encore plus sombre qu’on ne l’aurait craint.

En cinquante minutes, LABOR INTVS démontre que l’extrême qui l’est vraiment à encore des choses à dire sans sombrer dans l‘expérimentation ou la Fusion douteuse, et nous dévoile un faciès inquiétant, au regard biaisé, et aux traits creusés dans la chair. « The Final Threshold » valide les répétions annoncées sur le Bandcamp et fricote avec un Indus maléfique, tandis que « Divine Silence » plaque la conclusion la plus évidente sur la table : la race humaine mérite une fin à la hauteur de sa morgue, et périra dans les flammes d’un enfer éternel.

Sans vraiment savoir ce que cache l’âme de ce musicien finlandais sans nom, je peux affirmer que sa vision des choses est très adaptée à son époque. Une époque de chaos, de désespoir, et d’attente d’une mort certaine qui nous délivrera de la souffrance.     

     

                                         

                                                       

Titres de l’album :

01. Abject Spirit

02. Vitriol

03. Tantalust

04. In Dread Tartarus

05. Labvrinth

06. The Final Threshold

07. Divine Silence


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/06/2022 à 15:31
82 %    35

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44