Sins of the Father

Black Pistol

12/07/2019

Autoproduction

Moi qui cherchais un peu d’air frais, et une sortie un peu moins prévisible que la moyenne, me voilà nageant en plein exotisme et chroniquant le premier LP d’un gang nous venant du Cap, Afrique du Sud, provenance assez peu courante en termes de Hard-Rock couillu. Formé en 2014, BLACK PISTOL est l’archétype même de la don’t give a fuck attitude, et trace donc sa route depuis cinq ans, avec force énergie et décibels. Déjà auteurs d’un premier EP éponyme, et avec une carrière de plus d’une décennie sur la scène locale, ces quatre musiciens aussi sincères que directs nous en reviennent donc avec un longue-durée initial, qui a l’énergie de ces premiers jets témoignant d’un parcours scénique à la force du poignet. Et puis sincèrement, en étant légèrement subjectif sur les bords, comment ne pas adorer un groupe dont le batteur s’appelle…Nicolas Cage ? Je sais, l’argument est plus cocasse que fondé, mais j’avoue avoir souri à la lecture de ce patronyme pas banal lui non plus, mais en se référant à la carrière de ce brave Nic, autant dire que Sins of the Father se rapproche plus de Leaving Las Vegas que de Ghost Rider. Et en choisissant de ne pas choisir une époque particulière, ce quatuor (Stiaan Bruwer - chant, Roan Mustang - guitare, Jacques Le Roux - Basse et donc Nicolas Cage - batterie) s’affranchit de toutes les contraintes inhérentes au cloisonnement, et nous propose un survol du Hard Rock de ces quarante dernières années, un peu Stoner sur les bords, légèrement Heavy parfois, piochant dans les seventies de quoi rendre ses eighties plus rugueuses, mais ne crachant pas sur l’explosion de la scène Desert Rock des 90’s, avec les KYUSS, MONSTER MAGNET, influences plus en filigrane que complètement avouées.

D’ailleurs, celles revendiquées par le groupe sont vastes et non précisées, mais puisqu’il faut bien les situer, alors parlons de WOLFMOTHER, de BLACK STONE CHERRY, des GRAVEYARD dans une moindre mesure, de RIVAL SONS pour les plus évidents, mais aussi de METALLICA, des TYPE O, éventuellement de la mouvance californienne de la fin des années 80, et en gros, de tout ce qui a constitué l’ossature principale de notre musique de prédilection depuis l’émergence de BLACK SABBATH. D’ailleurs, le patronyme même du groupe pourrait suggérer une combinaison habile de la gravité du SAB’ et de l’attitude frondeuse et bravache des SEX PISTOLS, même si le côté Punk est moins prononcé que chez les GUNS N’ROSES. Produit dans son studio par Jo Ellis, Sins of the Father est donc un manifeste Rock qui ne rechigne pas à être Hard, mais qui n’a pas oublié les commandements Classic Rock des seventies. Pas vraiment du genre à piller un gang en particulier, les BLACK PISTOL jouent leur propre jeu, et signent des textes concrets, ancrés dans le réel, et qui peuvent toucher tous ceux que la vie n’épargne pas, à cœur ouvert, et sans faux semblant. Globalement lié par un fil d’Ariane Heavy Rock, ce premier LP n’en tend pas moins parfois vers une agressivité plus poussée, comme en témoigne l’ouverture flamboyante de « Nowhere to Run », et sa batterie toute en double grosse caisse et jeu de cymbales prononcé. Riff sombre pour entamer les hostilités, phrasé presque Néo-Heavy des 90’s et la vague NOLA, pour une lourdeur qui sait rester rafraichissante et jouer le boogie comme ça lui chante. D’un timbre chaud, Stiaan Bruwer capte notre attention, aidé en cela par des chœurs classiques mais bien placés, et le travail à la guitare de Roan Mustang témoigne de son passif de musicien chevronné, lui qui tisse des riffs serrés, mais qui sait relâcher la pression pour aérer.

Après une telle ouverture, nous serions en droit d’attendre un pilonnage en règle, mais c’est décidément la chaleur et non la moiteur que le groupe recherche, friand de ces rythmiques en déhanché que le TOP, CANNED HEAT, le QUO et autres groovers de l’extrême ont largement exploité. Syncopé mais pas désaxé, le Hard Rock au sens large et propre du terme des BLACK PISTOL est bien sûr entraînant, mais aussi convaincant, autant que celui distillé par les vieux de la vieille, et la cohésion d’ensemble frappe dès les premières mesures. Chanson simples, ambitions modestes, mais rendu maximal pour un disque qui refuse les effets de manche, sauf ceux d’une guitare volubile, et  « Devil in Disguise » de garder la même ligne de conduite, en appuyant sur une basse plus grave pour soutenir les fondations. A ce propos, la section rythmique outre sa solidité, reste inventive, et place quelques breaks bienvenus, sans empiéter sur le travail des deux solistes. Puissance donc, mais pas au détriment de l’émotion, celle suscité par des textes qui sentent le vécu, mais aussi celle exhalant d’une musique qui sait pratiquer la nuance, et nous faire le coup de la ballade douce-amère à la ALICE IN CHAINS (« Heaven and Hell »). On pense Post Grunge, puisque c’est aussi du Rock, mais finalement, on abandonne toute volonté d’étiqueter face à cette déferlante de sincérité, de celles qu’on entend que trop rarement dans la production actuelle vouée au veau d’or nostalgique. Très loin justement de cette vague old-school qui pique les tics mais ne comprend pas toujours les véritables trucs, Sins of the Father rachète les péchés de quelques-uns de ses ainés, grâce au Boogie, toujours bouillant (« Sins of the Father »), parfois plus nonchalant (« Psycho Maniac »), Boogie qui de temps en temps laisse la place à des tempi plus martelés et des réflexes moins pilotés (« Disease », le trait d’union entre les 80’s et les 90’s, Heavy, mais classy).

Du tout bon donc, car malgré l’insistance du chaloupé/déhanché, les morceaux se distinguent entre eux, trouvant toujours le petit plus qui fait la différence (ces drôles d’accélérations un peu sournoises sur « Evil », qui sent bon la Nouvelle-Orléans). Niveau production, c’est aussi du grand art, entre les anciennes techniques analogiques rondes et girondes, et le modernisme peaufiné, on prend du plaisir sans y laisser ses tympans, et les fréquences bien réparties garantissent trois-quarts d’heure de souplesse aux ouïes. En sus, une sublime pochette signée Elio Moavero (très Western arty horrifique, mais savoureux), et un premier album qui tape le carton plein. Une bonne bouffée d’oxygène, sincère, caressante et fouettante, et un pied pris par l’entremise du plus vieux truc de la musique moderne. Le Rock. Et rien d’autre.

  

   

Titres de l’album :

                        1.Nowhere to Run

                        2.Call to Arms

                        3.Devil in Disguise

                        4.Down the Hatch

                        5.Heaven and Hell

                        6.Sins of the Father

                        7.Psycho Maniac

                        8.Disease

                        9.Evil

                        10.Preacher

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/12/2019 à 18:01
85 %    939

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49