Exitivm

Pestilence

25/06/2021

Agonia Records

A peine sorti, et le Net s’acharne déjà sur le dernier PESTILENCE. Une constante pour les bataves qui doivent essuyer des critiques régulières depuis leur reformation des années 2000. Et pour cause, puisque leur œuvre des années 80/90 est régulièrement citée comme exemple à suivre, le reste de l’héritage ne tenant donc pas la comparaison. Ceci étant dit, il serait stupide en 2021 de comparer le METALLICA de Death Magnetic à celui de Master of Puppets : pourtant, quelques imbéciles s’y autorisent et s’en gaussent, de même que ce pauvre PESTILENCE doit excuser en permanence son incapacité à donner un énième petit frère à Testimony of the Ancients pour les uns, ou un petit bâtard à Consuming Impulse pour les autres. Je ne me fais pas avocat du diable, le groupe n’en a pas besoin, ou plutôt, Patrick n’en a pas besoin. Après tout, depuis très longtemps, PESTILENCE se résume à sa guitare, son chant et son esprit old-school, et ce nouveau line-up estampillé 2019/2020 le prouve s’il en était encore besoin.

Atour du terrifiant leader, nous retrouvons sur cet Exitivm au latin poussé mais un poil risible Joost van der Graaf à la basse (CYPHER, ex-CREEPMIME, ex-DEW-SCENTED, ex-I CHAOS, ex-SINISTER), Rutger van Noordenburg à la guitare (BLEEDING GODS, SHINIGAMI, ex-BAATEZU, ex-BLOODPHEMY, ex-CAVITATION) et Michiel van der Plicht à la batterie (ARAN ANGMAR, CARACH ANGREN (live), ex-APOPHYS, ex-DETONATION, ex-GOD DETHRONED, ex-PROSTITUTE DISFIGUREMENT, ex-TOXOCARA, ex-BLEEDING GODS (live), ex-DICTATED (live), ex-MAYAN (live), ex-NARGAROTH (live), ex-KATAFALK, ex-TRAVELERS IN TIME, ex-AS IT BURNS (live), ex-DEW-SCENTED (live)), soit de solides vétérans de la scène au jeu éprouvé, et les plus à même de permettre à Patrick de se plonger dans le passé de son extrême des nineties. Car une fois encore, ce nouvel album se propose de vous trimbaler loin en arrière, lorsque PESTILENCE étaient encore avant-gardiste, et digne représentant du Death européen le plus virulent et précieux à la fois.     

Trois ans après Hadeon qui avait essuyé un entartage de plumes et de goudron sur la place publique pour son manque de culot et son formalisme inexcusable, dix ans pile après Doctrine qui le premier avait dû encaisser les coups de fouet attaché au pilori du mépris, Exitivm semble resserrer les boulons et retrouver un peu de la superbe passée. Non que les deux albums cités plus haut aient vraiment mérité leur condamnation (Doctrine contenait son lot d’idées pertinentes), mais il est certain qu’ils ne tenaient pas la comparaison. Pour beaucoup, le groupe n’aurait jamais du renaitre autrement que dans la tête de Mameli, puisque le chanteur/guitariste est incapable de renouveler son stock de riffs depuis 1993. Pourtant, malgré son approche traditionaliste et sa prudence de ton, ce nouvel album des hollandais ne manque pas de piquant, et retrouve même en certaines occasions fulgurantes la violence des premières années, en laissant quelque peu de côté les aspects les plus sophistiqués.

En tant qu’œuvre Death progressive et évolutive, Exitivm ne fonctionne évidemment pas, puisque tel n’est pas son propos. Certes, les soli de Patrick, les mélodies sous-jacentes et le suremploi de synthés et samplers pour créer une ambiance pourraient laisser croire que le compositeur s’est laissé aller à retrouver son impulsion des jeunes années de morgue, mais il n’en est rien. Les compositions sont féroces, le ton est résolument lourd et suffocant, et si quelques clins d’œil sont adressés à l’aîné Testimony, le reste de la gestuelle fait plutôt référence à Consuming Impulse et Spheres, mélangeant les deux pour obtenir un résultat aussi puissant que prévisible.

Prévisible, le mot est lâché, et à dessein, puisque tous les plans servis par Patrick peuvent être anticipés à la seconde près. De même, la rythmique efficace Michiel van der Plicht/Joost van der Graaf, paire gagnante au Scrabble, montre vite ses limites en restant sur terrain balisé, sans chercher à agrémenter des morceaux déjà bien convenus de leurs riffs. De plus en plus proche du timbre de Martin, Patrick fait ce qu’il peut et se démène comme un beau diable pour nous convaincre de la pertinence de son groupe en 2021, ce qui est tout à fait honorable, puisque le PESTILENCE cuvée/vomi 2021 est très crédible, pour peu que l’on accepte sa démarche de violence brute à peine rehaussée de quelques interventions plus complexes que la moyenne.

Mais les titres cour d’école de droit en latin, la pochette reproduisant les visuels d’antan, la brutalité ouverte ne nous leurrent plus depuis longtemps : PESTILENCE, loin d’un mauvais groupe (ce qu’il ne pourra jamais être même en torchant « La Marseillaise » hors de la gamme) est aujourd’hui l’un des VRP de luxe du Death européen des années 90, reproduisant une formule qui n’est plus magique depuis longtemps. Alors évidemment, tous les morceaux de cet Exitivm ne sont pas convaincants, le groupe s’embourbe parfois dans des plans aussi poétiques qu’une tulipe glissée dans les sabots de Dave (« Inficiat », qui a tout du leftover casé au dernier moment), mais l’avantage de cet album réside dans sa lucidité, sa brièveté et sa concision. C’est un très bon album de Death classique, à peine plus séduisant qu’un premier jet de groupe admirateur, mais qui tient debout, pourvu qu’on oublie le passé glorieux d’un groupe qui a symbolisé en son temps le rival le plus crédible de DEATH.

 

                                                                                                                                                                                                     

Titres de l’album:

01. In Omnibvs (Intro)

02. Morbvs Propagationem

03. Deificvs

04. Sempiternvs

05. Internicionem

06. Mortifervm

07. Dominatvi Svbmissa

08. Pericvlvm Externvm

09. Inficiat

10. Exitivm

11. Immortvos

12. Personatvs Mortem (Outro)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/07/2021 à 15:24
75 %    497

Commentaires (4) | Ajouter un commentaire


Buck Dancer
@181.165.216.11
19/07/2021, 16:00:23

Jamais été un grand fan du groupe mais j'avais été emballé par les premiers morceaux sortis. Je le suis beaucoup moins à l'écoute de l'album. De très moments, mais l'album s'essouffle vite, avec l'impression d'entendre toujours le même morceau. 



Bones
@176.57.244.233
19/07/2021, 16:57:12

Je te trouve un peu dur.
Il y a de très bons riffs, c'est pas du "bourrin bas du front" tout le long de l'album comme sur certaines de leurs offrandes post 2000. Perso il m'a ramené aux meilleures heures du groupe, sans bien sûr en atteindre la classe, je ne m'enflamme pas non plus. Mais déjà le groupe revient à quelque chose d'écoutable, un peu old school, des titres assez courts, etc.  Je retrouve un Pestilence "abordable".


Patrick Mamelle
@185.32.221.247
19/07/2021, 21:35:24


Arioch91
membre enregistré
20/07/2021, 10:04:03

Plutôt d'accord avec le chroniqueur.

Pestilence n'étonne plus et finalement, est-ce réellement un problème ?

Testament étonne-t-il encore ? OverKill ? Exodus ? Les derniers albums de Slayer avant leur retraite ? Maiden ?

Hadeon m'avait bien botté à sa sortie mais je l'avais vite abandonné, ayant fait le tour d'un album trop marqué Testimony/Spheres très rapidement.

Pourtant, Exitivm partait mal avec son premier riff ouvrant Morbvs Propagationem. On dirait un riff copié/collé de tant d'autres depuis Testimony of the Ancient. Le genre de truc entendu trop de fois chez Pestilence.

Mais passé ce premier morceau, rien que le titre Deificvs vaut de poser une oreille sur l'album, et pas que ce titre d'ailleurs.

Mais on pourra croire ce que l'on veut, tirer ce que l'on veut de ce nouvel album : Consuming Impulse, Testimony of the Ancient et Spheres restent indétrônables.

Et je préfère ce Pestilence là à celui du "retour" qui m'avait profondément gavé.

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50